Navigation – Plan du site
Des descentes britanniques sur les côtes de l'Ouest aux rapports trans-Manche (XIVe-XIXe siècle)

Chanson politique et histoire : le combat de Saint-Cast et les Anglais sur les côtes de Bretagne au xviiie siècle1

Éva Guillorel et Donatien Laurent
p. 167-184

Résumés

L’étude des sources premières utilisées pour l’élaboration et la publication des chants en breton se rapportant au combat de Saint-Cast en 1758 permet de renouveler l’approche de cette documentation. La Villemarqué, suspecté d’avoir composé de toutes pièces une œuvre poétique personnelle, s’est en vérité appuyé sur une chanson bien réelle qu’il a réécrite et prolongée ; d’autre part, il existe un lien évident entre la feuille volante et les textes manuscrits contenus dans la collection Penguern, eux aussi retravaillés. Ces récits chantés ne sont pas des œuvres isolées : ils doivent être analysés dans le cadre d’une production beaucoup plus large de chansons en breton et en français dans le contexte du grand affrontement naval franco-anglais des années 1689-1815.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Bretagne, Saint-Cast
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un projet de thèse soutenue financièrement par le Conseil (...)

1Théodore Hersart de La Villemarqué publie pour la première fois, dans l’édition de 1845 de son Barzaz-Breiz, une chanson en breton sur le combat de Saint-Cast, qui opposa Anglais et Français près de Saint-Malo en 1758 dans le contexte de la guerre de Sept Ans. Cinq autres textes – quatre transcriptions d’une même chanson et une pièce imprimée sur feuille volante – reprenant cet épisode sont conservés dans le fonds du collecteur trégorois Jean-Marie de Penguern. En l’absence d’une connaissance et d’une analyse complète des sources premières concernant ces pièces, les chercheurs qui se sont penchés sur l’histoire et la mémoire du combat de Saint-Cast à travers les chansons en langue bretonne ont souvent abouti à des conclusions erronées. Une mise au point sur ce dossier est ici proposée ; elle s’appuie sur la documentation actuellement connue et disponible et cherche à insérer ces pièces dans une production plus large de récits chantés dans le contexte du grand affrontement franco-anglais des années 1689-1815.

Le Combat de Saint-Cast : une chanson révélatrice de l’évolution du regard porté sur le Barzaz-Breiz

  • 2 La Villemarque, Théodore Hersart de, Barzaz-Breiz. Chants populaires de la Bretagne, Paris, Delloye (...)
  • 3 Laurent, Donatien, Aux sources du Barzaz-Breiz. La mémoire d’un peuple, Douarnenez, Ar Men, 1989, p (...)
  • 4 Saint-Cast. Recueil de pièces officielles et de documents contemporains relatifs au combat du 11sep (...)
  • 5 « Stourmad Sant Cast/Le Combat de Saint-Cast », Revue de Bretagne et de Vendée, 1858/2, p. 162-171.

2La deuxième publication du Barzaz-Breiz en 1845, augmentée de trente-trois nouvelles « ballades historiques » dont celle du Combat de Saint-Cast2, est accueillie avec le même enthousiasme que la première édition de 1839. La Villemarqué est alors une personnalité scientifique de premier plan, qui se voit décerner quelques mois plus tard la Légion d’honneur puis entre à l’Institut de France en 18583. Cette même année, la chanson est intégrée dans la liste de pièces d’archives justificatives sur le combat de Saint-Cast publiée dans les Mémoires de la Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord4. C’est aussi en 1858 que François-Marie Luzel publie un long poème – 35 quatrains – de sa composition reprenant le thème exploité par le chant du Barzaz-Breiz : il y met en scène, dans un lyrisme romantique exalté que l’on retrouve dans d’autres œuvres de jeunesse de ce collecteur, un vieux barde fictif qui raconte cette complainte au cours d’une veillée5. Le succès du chant publié par La Villemarqué tient à la tonalité panceltique qu’il développe, notamment à travers le motif d’une fraternisation brito-galloise : alors que les deux armées s’apprêtent à entamer le combat, Gallois et Bretons se reconnaissent des racines communes à travers un chant de guerre compréhensible dans leurs deux langues, qui les fait renoncer à se battre malgré les ordres des officiers.

3C’est ce même épisode qui va susciter les premières défiances puis qui va cristalliser les critiques les plus dures à l’égard du chant du Barzaz-Breiz. Dès 1853, les continuateurs d’Ogée ajoutent au sujet de cette prétendue fraternisation une longue note au développement sur Saint-Cast :

  • 6 Ogée, Jean, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Revu par A. Martevi (...)

« Ce touchant récit, entouré de poétiques détails, est tout-à-fait inconnu des trois narrateurs primitifs de la bataille de Saint-Cast ; c’est une grave raison déjà de douter de sa véracité. Mais, quand on étudie avec soin les phases de cette action, il est plus difficile encore d’admettre cet épisode, encore qu’un homme éminent ait publié le texte même de l’air national devant lequel des armes ennemies s’abaissèrent. […] Que des Bas-Bretons aient, en ce moment, reconnu des Gallois et les aient spécialement épargnés, cela se conçoit ; mais l’air national et les officiers qui en vain ordonnèrent de faire feu, sont de la poésie, et non de l’histoire6. »

4En 1897, deux ans après la mort de La Villemarqué et trente ans après les débuts de la « querelle du Barzaz-Breiz » mettant en cause l’authenticité des chants du recueil, Joseph Loth porte un jugement sans nuances sur cette pièce, mais hésite encore, dans une note de bas de page, à incriminer le célèbre auteur du recueil :

  • 7 « Je ne dis pas par M. de la Villemarqué » ; Loth, Joseph, « Une chanson inédite sur le combat de S (...)

« Le combat de Saint-Cast a donné naissance à une de ces chansons dites historiques que l’on trouve dans le Barzas-Breiz. C’est une des plus suspectes à juste titre. Il est même évident, pour qui connaît quelque peu la question, que c’est une chanson inventée de toutes pièces7. »

  • 8 Le Fureteur breton, t. IV, 1908-1909, p. 74-76.
  • 9 Gourvil, Francis, « Bretons et Gallois à la bataille de Saint-Cast (1758) », Nouvelle Revue de Bret (...)

5S’appuyant sur les suspicions d’un lecteur du Fureteur Breton8, c’est surtout Francis Gourvil, dans un article paru en 1947 et en partie repris dans sa thèse publiée en 1960, qui entend démontrer que cette pièce est un faux composé dans les années 1840, en démontant pour cela l’authenticité de la légende de la fraternisation entre Gallois et Bretons9.

  • 10 Laurent, Donatien, La Villemarqué, collecteur de chants populaires. Étude des sources du premier Ba (...)
  • 11 Monjarret, Polig, extrait de la revue Bro Nevez, n° 34, mai 1990. Je remercie David Hopkin de m’avo (...)
  • 12 Il faut toutefois remarquer que l’auteur a extrait ce couplet d’une source de seconde main qui, sem (...)

6Malgré les conclusions de la thèse soutenue par D. Laurent en 197410, qui fait connaître les carnets originaux de collecte de La Villemarqué, dorénavant considérés comme la seule source scientifique fiable pour aborder le répertoire de chansons collecté et publié par ce folkloriste, il est étonnant de constater la postérité du chant publié dans le Barzaz-Breiz dans certains cercles du militantisme culturel breton ; il est par exemple toujours mentionné comme une pièce justificative tout à fait sérieuse par le musicien Polig Monjarret11. De manière plus inattendue dans un ouvrage par ailleurs scientifiquement rigoureux, le premier couplet est cité dans l’étude de l’historien Jean Guiffan et présenté comme tel : « Cette crainte [d’un débarquement anglais en Bretagne au xixe siècle], qui entretient la haine, est bien enracinée dans la culture populaire bretonne comme le montre ce chant traditionnel de Cornouaille12. »

Un nécessaire retour aux sources : une version inédite du combat de Saint-Cast contenue dans les archives de La Villemarqué

  • 13 Je remercie Donatien Laurent de m’avoir fait connaître l’existence de cette pièce.

7L’accusation de faux et d’invention littéraire portée sur la version publiée par La Villemarqué a été faite par des chercheurs qui n’étaient pas en possession des carnets d’enquête du collecteur. Si cette chanson n’est notée dans aucun d’entre eux, le premier carnet contient toutefois quelques feuilles détachées, à ce jour inédites, qui ne sont pas écrites de la main de La Villemarqué. Sur l’une d’entre elles est notée la version du combat de Saint-Cast à partir de laquelle le collecteur a établi le texte publié dans le Barzaz-Breiz13.

8La feuille, d’un format A5 plié en deux, est écrite recto verso. Deux écritures bien distinctes doivent être différenciées : les six premiers couplets sont notés à l’encre d’une main assurée ; des annotations et des vers complémentaires ont été ensuite ajoutés par La Villemarqué. Le document est entièrement rédigé en breton, sans traduction ; il est réparti en sizains d’octosyllabes dont les deux derniers vers ont pu être utilisés comme refrain. Les vers ou expressions barrés reprennent les éléments rayés dans le texte par La Villemarqué.

Six premiers couplets

  • 14  Le premier couplet est indiqué en biais dans la marge en bas à droite du premier feuillet. L’expre (...)

« 1er couplet14

bréis a breau sose améseÿen

adversourien a dréist pen,

commendet gant ar roué

evide comendi e armé

deom en e gosté troide a troide

chentil et voa pode made

  • 15 Par E. Guillorel et D. Laurent.

Traduction151er couplet

La Bretagne et l’Angleterre sont voisines

Et non pas moins adversaires

Sous le commandement du roi

Pour commander son armée

Suivons-le pas à pas

Il était gentilhomme et bon compagnon

2

pa vé deguillon en affer

né eus déne er harter

né zigorfé et zaou lagat

eus e guélet en un gombat

scoomp et tu ma mignonet

Lazomp ar sausonet

2

Quand D’Aiguillon est là

Il n’y a personne dans le quartier

Qui n’ouvrirait de grands yeux

En le voyant au combat

Frappons donc, mes amis

Tuons les Anglais

3

et bléo, et fasse ac et zillat

né voënt némè ar goat potret

distrinquet eus ar soson

dé ma treusé aux halon

scoomp et tu ma mignonet

Lazomp ar sosonet

3

Ses cheveux, son visage et ses vêtements

n’étaient plus que sang

Celui versé par les Anglais

Tandis qu’il leur traversait le cœur

Frappons donc, mes amis

Tuons les Anglais

4

et Camaret en amzer gos

et voi disquennet ar Sause

var an ode et voint ledet

ag en o goide et voent beuzet

  • 16 Au-dessus des derniers mots du vers, ajout de l’écriture de La Villemarqué : « war an trez ». Tous (...)

gant tennou et coé ar soson16

  • 17 Ajout, après le dernier mot, de la finale « et » barrée et du mot « gwez ».

quer buen et vel guédon17

4

À Camaret autrefois

Les Anglais étaient descendus

Ils furent conduits sur la côte

Et ils furent noyés dans leur sang

  • 18 Seuls les ajouts de la main de La Villemarqué modifiant le sens de la chanson ont été traduits. Ici (...)

Les Anglais tombaient sous les balles18

  • 19 Ajout : « sauvages ».

Aussi vite que des lièvres19

5

soudard, dragon a cavalier

toude au deus groed au déver

tuchaintil a paisantet

toude e viont respectet

meulet et vézo au ligné

meulét gant ar roué

5

Soldat, dragon et cavalier

Ils ont tous fait leur devoir

Gentilshommes et paysans

Tous, ils seront respectés

Leur descendance sera honorée

Honorée par le roi

6

  • 20 Ajouts : « Ar » au-dessus de « er » ; « cant » et « heis » sont barrés de deux traits en diagonale (...)

er bloes seitec cant heis a hanter cant20

  • 21 « e voi » barré et « a zo » indiqué en-dessous ; « bet » marqué sous « esclamus » ; « hanne » est b (...)

e voi béde esclamus ar hanne21

  • 22 Annotation incompréhensible au-dessus du vers. Ce vers et les suivants sont indiqués au verso de la (...)

dan dec deves a guenholo22

var an ode toste da sante malo

e voi béde distroet ar soson

  • 23 Les deux derniers vers sont barrés de traits en diagonale.

gande armé Louis Bourbon23

6

En l’an 1758

  • 24 Dans la marge à droite : « la bataille ».

Le combat fut étonnant24

Le 10 septembre

Sur la côte près de Saint-Malo

Les Anglais ont été repoussés

  • 25 Cette référence ne concerne très vraisemblablement pas le roi de France, jamais nommé de cette mani (...)

Par l’armée de Louis de Bourbon25

Annotations et vers complémentaires ajoutés par La Villemarqué

Ne deuz ket choaz ann trez evet

  • 26 Dans la marge à gauche : « Ar poull ».

Gwad a zo bet eno skuillet26

Ne deus ket choaz ann trez evet

  • 27 Ces trois mots sont indiqués légèrement au-dessus du vers.

Ann trez zoken27 ne deus ket gret,

Na kass ar barez kennebet

Le sable n’a pas encore bu

Le sang qui a été versé

Le sable n’a pas encore bu,

  • 28 La traduction de ce terme est incertaine.

Ni les chiens28 de la paroisse non plus

Ne deuz ket lonket ann douar

  • 29 Dans la marge à gauche : « ann goat deussont losket me war » puis « ann » ; au-dessus du vers : « t (...)

goad ar Zaozon maro me war29

ann douar n’deshé deus ket lonket

Nag alloenet gwez kennebet

La terre n’a pas avalé

  • 30 Dans la marge : « le sang qu’ils ont laissé, je le sais » ; au-dessus : « versé par eux, je le sais (...)

Le sang des Anglais morts, je le sais30

La terre n’a pas avalé

  • 31 Mot illisible.

Ni les bêtes31 sauvages non plus.

ar re’all p’an deussont klevet

huchal oant trechet deusson gret,

  • 32 Ce terme est placé au-dessus des autres.

ha kuit oll32 trezek ho listri,

hogen na dec’haz ann hé nemet tri.

Les autres, quand ils ont entendu

Ont crié qu’ils étaient vaincus

Et sont tous partis vers leurs navires,

Mais il n’en échappa que trois.

  • 33 Dans la marge à gauche : « e barz ar » ; au-dessus, après « mil » : « ha ».

er bloa ma mil seiz kant33

  • 34 Au-dessus : « 8 eiz ».

hag34 ouspen, hag anter kant

dann eil lun a vis gwengolo,

  • 35 Au-dessus du vers dans la marge gauche : « emant bet daskoret eno ».

oan trechet ar zoazon eno35 oa drallet

ar zozon eno

En cette année mille sept cent

Cinquante et huit,

Le deuxième lundi de septembre

Les Anglais ont été vaincus les Anglais

  • 36 Marge à gauche : « ils ont donné là leur reddition ».

ont été massacrés là36

  • 37 Couplet marqué de biais dans la marge gauche.

Potred arserien bro Zaoz pa gleffont37

  • 38 Au-dessus : « estlam. »

gand ar38 sonj arzao a rejont

  • 39 « Ch » surpassé par « g » dans ce mot.

Ken kaer an ton hag ar chomzou39

Ken oant bamet ô chilou

  • 40 Dans la marge gauche, empiétant sur ce mot : « Pôt ».

Arserien40 Brozoz leveret, etc.

Les hommes les archers d’Angleterre,

quand ils entendirent cela

Restèrent immobiles d’étonnement

L’air et les paroles étaient si beaux

Qu’ils étaient en admiration à les écouter

Archers d’Angleterre, dites, etc. »

  • 41 Ogée, Dictionnaire historique…, op. cit., p. 735.
  • 42 Saint-Pern Couëllan, M., Combat de Saint-Cast, Dinan, J.-B. Huart, 1836, p. 71.
  • 43 De Courson, Aurélien, Descente des Anglais à Saint-Cast en 1758, Vannes, Lafolye, 1903, p. 78.
  • 44 Potier de Courcy, Pol, Nobiliaire et armorial de Bretagne, Mayenne, Joseph Floch, 1970 (rééd.), t. (...)
  • 45 Frotier de la Messelière, Henri, Filiations bretonnes, Tome III, Mayenne, Joseph Floch, 1986 (1re é (...)
  • 46 Gourvil, Francis, « Bretons et Gallois… », art. cit., p. 268.
  • 47 Ibidem, p. 267.

9Aucune indication concernant la personne qui a copié les six premiers couplets du chant n’est portée sur la feuille. L’écriture assurée ainsi que la cohérence de l’orthographe et des césures entre les mots bretons montrent qu’il s’agit vraisemblablement d’un lettré habitué à écrire le breton, ou qui a recopié un texte rédigé avec aisance. La Villemarqué, dans les éditions de 1845 et 1867 du Barzaz-Breiz, indique que la pièce lui « a été procurée par M. Joseph de Calan, arrière-neveu d’un officier breton qui était à la bataille ». Cette information semble tout à fait vraisemblable : cet homme issu d’une vieille famille de noblesse bretonne, né à Elliant en 1804 et mort à Quimper en 1889, officier démissionnaire puis notaire titulaire d’une thèse de droit, vivait dans la même zone géographique – la Basse-Cornouaille –, à la même époque et dans un univers socioculturel proche de celui de La Villemarqué. Par ailleurs, plusieurs sources citent un « De Caslan41 », « De Caslan, fils42 » ou « De Calan fils, capitaine des garde-côtes de Plérin43 » parmi les volontaires bretons ayant pris part au combat de Saint-Cast ; Pol Potier de Courcy indique quant à lui que deux membres de cette famille, un volontaire et un capitaine garde-côtes, ont combattu à de Saint-Cast44. Depuis le xviie siècle, plusieurs De Calan occupent effectivement des charges de capitaines garde-côtes dans le secteur de Saint-Brieuc45. Il n’y a donc pas lieu de remettre en cause sur ce point la bonne foi de La Villemarqué, contrairement à la remarque sans fondement de Francis Gourvil selon lequel « le procédé consistant à invoquer la communication d’une “version” de tel ou tel chant par quelque amateur est assez fréquent dans les références de l’ouvrage et ne saurait faire illusion aux yeux d’un exégète46 ». Cette information concernant la personne qui a fourni le texte ne nous renseigne pas sur l’auteur et la date de la chanson : on peut toutefois émettre l’hypothèse d’un compositeur ayant lui-même participé au combat de Saint-Cast parmi les volontaires bas-bretons. Une analyse dialectale rend recevable l’affirmation par La Villemarqué d’une origine cornouaillaise, et les « léonismes » relevés par Gourvil47 s’avèrent tous être des ajouts de la main du folkloriste. La langue, le style et le ton correspondent quant à eux aux caractéristiques rencontrées dans d’autres chansons politiques composées au xviiie siècle.

  • 48 Blanchard, Nelly, Barzaz-Breiz. Une fiction pour s’inventer, Rennes, PUR, 2006, p. 3466.
  • 49 Revue Celtique, t. XXI, 1900, p. 262.
  • 50 Avant 1845, cinq sources mentionnent cet épisode : le premier auteur est Ernest Fouinet en 1833, su (...)
  • 51 Guiomar, Jean-Yves, Le bretonisme, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987, p (...)

10Très peu de chansons envoyées par des correspondants et retravaillées par La Villemarqué ont été conservées : ce document n’en est que plus précieux, puisqu’il permet de reconstituer les étapes de réécriture créative du texte en vue de la publication. Sur la feuille, les annotations du collecteur concernent trois sujets : deux couplets développent des descriptions guerrières sanguinaires sur la mort des Anglais ; un autre reprend et arrange le 6e couplet ; deux autres, enfin, évoquent la scène du chant des Bretons entendu par l’armée adverse et les officiers anglais criant à la trahison. Beaucoup de ces annotations sont hésitantes, les ratures et les réécritures sont nombreuses : nous sommes bien face à un document de travail présentant une œuvre poétique en construction. Il serait toutefois simpliste et réducteur de ranger purement et simplement La Villemarqué dans la catégorie des faussaires. Les récents travaux de Nelly Blanchard ont bien analysé le contexte d’une réécriture romantique motivée par la recherche de l’authenticité originelle supposée des chants : à l’image de l’archéologue qui, à partir de débris, reconstitue un monument d’origine, le collecteur entend restaurer des chants que le temps a usés48 ; les réalisations architecturales de Viollet-le-Duc, à la même époque, se rapprochent de cette démarche. La Villemarqué lui-même, dans une scène rapportée par René-François Le Men, compare son travail à celui d’un restaurateur de statuettes anciennes, ajoutant bras et jambes à celles qui en sont dépourvues49. Considéré sous cet angle, on comprend mieux le travail de réécriture opéré par le folkloriste. À partir d’un premier texte bien réel perçu comme lacunaire, il a ajouté des compléments en intégrant notamment les couplets sur la fraternisation brito-galloise, dont il a lu et entendu le récit à plusieurs reprises50, et qui correspond pleinement à sa conception d’une Bretagne armoricaine ayant conservé une tradition littéraire et musicale commune avec les peuples celtiques insulaires51.

  • 52 Gourvil, Francis, « Bretons et Gallois… », art. cit., p. 275.

11La comparaison entre le texte annoté et celui publié est là encore riche d’enseignements. Sur les 80 vers – répartis en 20 quatrains d’octosyllabes – qui constituent le document final, 20 présentent une parenté évidente avec le texte manuscrit envoyé à La Villemarqué et 13 sont repris à partir des annotations du collecteur, ce qui montre que le document que nous étudions ici n’est qu’une ébauche d’un travail de réécriture encore long. 16 vers du chant initial n’ont pas été repris dans la version publiée : il est étonnant de constater que des vers à tonalité guerrière – comme le refrain des couplets 2 et 3 et la référence aux Anglais noyés dans leur sang au couplet 4 – ou vantant le courage des nobles et paysans – au couplet 5 – n’ont pas été retenus. Outre l’épisode concernant la fraternisation, le texte publié développe la description de l’arrivée des Anglais et du début du combat, et ajoute à la référence de la descente de Camaret en 1694 celle de Guidel en 1746. Le duc d’Aiguillon, commandant en chef de la Province de Bretagne, est remplacé par le général d’Aubigny, commandant la colonne gauche qui affronta les Anglais à Saint-Cast et dans laquelle se trouvaient quelques dizaines de volontaires bretons. Si le texte de la chanson est republié à l’identique dans la troisième édition du Barzaz-Breiz en 1867, le commentaire qui l’accompagne est complété par une note moqueuse à l’égard de D’Aiguillon sur son goût peu prononcé pour le danger : celle-ci apparaît pour lors peu pertinente lorsqu’on sait que c’est La Villemarqué lui-même qui a modifié le texte premier qui faisait au départ l’éloge du commandant. La publication dans les deux éditions est accompagnée d’une transcription mélodique qui n’existe pas dans le texte envoyé au collecteur. Ce dernier indique que le chant est interprété sur la mélodie du Siège de Guingamp, et insiste sur le fait que cet air est également connu au pays de Galles. La mélodie correspond en effet à un air gallois connu sous le nom de Rhyfelgyrch cadben Morgan (« La Marche du Capitaine Morgan »), imprimé à Londres dès 1794. Si la démonstration de Gourvil passant outre la possibilité de contacts littéraires et musicaux entre le pays de Galles et la Bretagne à l’époque moderne semble excessive52, il ne faut toutefois pas exclure la possibilité que La Villemarqué ait effectivement repris un air gallois pour conforter son discours de fraternité panceltique.

12La confrontation entre le texte envoyé à La Villemarqué et la publication qu’il en fait permet d’affirmer que le folkloriste s’est bien appuyé sur une chanson existante très vraisemblablement communiquée par Joseph de Calan, qu’il a ensuite largement retravaillée : le combat de Saint-Cast doit ainsi être rangé dans la catégorie des textes qui ont été le plus retouchés par La Villemarqué ; le commentaire qui l’accompagne dans le Barzaz-Breiz permet quant à lui de retracer l’origine des sources et des lectures qui ont influé sur la réécriture de la pièce, dans le sens d’une glorification romantique de la nation bretonne et de ses liens fraternels avec les autres peuples celtiques.

Les versions du combat de Saint-Cast contenues dans la collection Penguern

  • 53 Coll. Penguern, BnF, ms. 111, f° 123 r°-130 r°, publiée par Loth, Joseph, « Une chanson inédite… », (...)
  • 54 Version 1 : BnF, ms. 94, f° 29 r°-32 v°, publiée à trois reprises dans : Dastumad Pengwern, « Gweri (...)

13Un autre ensemble de pièces inspirées par le combat de Saint-Cast est conservé dans le fonds encore largement inédit de la collection rassemblée par l’avocat Jean-Marie de Penguern, essentiellement aux alentours de Morlaix dans les années 1840. Deux catégories peuvent être discernées : d’une part, une feuille volante imprimée connue en un seul exemplaire53 ; d’autre part, quatre transcriptions manuscrites d’une même chanson, proches les unes des autres, et ici numérotées par commodité de 1 à 4 dans leur ordre d’apparition dans les manuscrits de la collection : les deux premières sont écrites de la main de Penguern et les suivantes ont été notées par son collaborateur Guillaume-René Kerambrun54.

  • 55 « Chanson nouvelle Sur la descente qu’ont faite les Anglais à Saint-Cast le 11 septembre 1758 ».
  • 56 « Sur l’air de la Chanson de L’Orient ».
  • 57  « Chanson nouvelle au sujet de la descente qu’ont faite les Anglais à Cancale, près de Saint-Malo  (...)
  • 58 « Chanson nouvelle au sujet des hommes des détachements qui ont tiré le billet ». Je tiens à remerc (...)

14La feuille volante est partiellement déchirée, ce qui ne permet pas de voir si elle porte des indications concernant la date et le lieu d’impression, mais elle a très vraisemblablement été imprimée peu après les événements. La chanson, intitulée Chanson neve Var sujet an disquen o deus groet ar Sozon en Sain-Cast en 11 a mis Guengolo 175855, correspond par sa coupe – 17 quatrains de 12 ou 13 syllabes –, par sa langue – caractérisée par l’importance du vocabulaire français à peine bretonnisé – et par l’emploi d’un timbre – « Var uon [sic] Chanson an Oriant56 » – au répertoire imprimé sur feuilles volantes. Elle est comprise dans un livret de 8 pages de petite taille (9x13 cm) qui contient deux autres compositions sur des thèmes proches : la Chanson neve’ Car [sic] sujet an disquen en deus gret ar Sozon en Cancale, en quchen Sant Malo57 relate la première descente des Anglais le 5 juin 1758 ; la Chanson neve’ Var sujet tud an dêtachamanchou, peré o deus tennet d’ar billet58, également datée de 1758 dans un des couplets, raconte la tristesse de ceux qui ont été désignés par le sort pour servir le roi à Camaret et à Porspoder, et fait sans doute référence aux compagnies détachées de la milice garde-côtes dont le premier tirage au sort eut lieu en 1758.

15Le lexique, les tournures de phrase et les expressions-clichés des chansons manuscrites sont quant à elles beaucoup plus proches de l’esthétique des anciennes complaintes de tradition orale – les gwerzioù – ; le découpage en alexandrins est toutefois peu fréquent dans ce répertoire. La comparaison entre les quatre versions manuscrites permet d’établir une claire filiation entre elles. La version 4, de la main de Kerambrun, a servi de base à la copie de la version 2 par Penguern, qui barre et corrige certains mots et ajoute deux vers entre les couplets 4 et 5. Puis Penguern remet ce brouillon au propre pour donner la version 1, la plus longue (17 quatrains et 2 distiques d’alexandrins), bien écrite et sans ratures, dans laquelle il a repris les deux vers qu’il avait intercalés dans la version 2 pour en faire deux couplets à part entière, tandis qu’il supprime ailleurs deux autres vers. Cette version est alors revenue dans les mains de Kerambrun, qui la recopie avec les corrections et ajouts de Penguern pour former la version 3, raturant et modifiant à son tour quelques termes ; surtout, à partir du onzième couplet, il arrête sa copie pour passer à une véritable phase d’écriture et de continuation du chant, rédigeant 8 vers de sa plume dont 6 sont barrés et parfois retravaillés et réécrits ; le document s’arrête alors sans qu’il soit terminé.

16Si l’on compare cette fois les versions manuscrites avec la feuille volante, on relève que six vers sont identiques ou presque, six autres sont clairement apparentés et des expressions isolées se retrouvent de manière similaire dans tous les textes. Dans la version 3, la modification d’une mention de Saint-Cast en une référence à Plancoët reprend aussi les données de la feuille volante, tandis que l’un des hémistiches ajoutés par Kerambrun est quasi-identique à celui de l’imprimé, de même que certains termes et motifs thématiques. Les données de la feuille volante qui ne se retrouvent pas dans les versions manuscrites concernent le détail des préparatifs, les vers mettant en valeur le courage des Français et surtout les trois derniers couplets demandant que des prières soient faites au roi de France. À l’inverse, les éléments fournis par les versions manuscrites mais non par l’imprimé concernent la mise en branle des cloches pour lever les hommes qui doivent défendre leur pays, la jonction des Bretons volontaires et des troupes régulières avec une claire distinction entre Bretons et Français, la description du combat où l’on promet aux Trégorois qu’ils auront de l’étoffe rouge à ramener à leurs femmes pour y tailler des corsets et la référence aux Anglais traités d’adversaires de la Bretagne et de la foi ; mais la principale différence tient dans le développement final autour de l’intervention miraculeuse de saint Yves qui détourne les boulets des Anglais, permettant la victoire française, et à qui l’on promet de chanter des cantiques. Ce motif prend la place des prières accordées au roi dans la chanson imprimée, transformant une tonalité patriotique française en un accent en faveur du saint breton. On peut relever que le motif de saint Yves arrêtant les boulets n’est apparemment attesté dans aucune autre chanson en langue bretonne.

  • 59 Voir, entre autres, Laurent, Donatien, Aux sources…, op. cit., p. 287-296 et Giraudon, Daniel, « It (...)
  • 60 Voir l’argumentation de Laurent, Donatien, « Argadenn ar Saozon. Une descente d’Anglais en Bretagne (...)

17Quel bilan peut-on tirer de cette analyse critique des sources contenues dans la collection Penguern ? Il semble clair que Kerambrun, dans la version 3, s’est essayé à une réécriture du chant du combat de Saint-Cast en s’inspirant de la chanson imprimée dont il avait connaissance. Penguern, dans une moindre mesure, a lui aussi ajouté des couplets : il convient donc de nuancer l’habituel dualisme énoncé puis repris par plusieurs collecteurs, faisant de Penguern un homme d’une probité irréprochable abusé par son collaborateur peu scrupuleux, et chercher à réinsérer cette période d’élaboration de collections de chansons dans le contexte de la première moitié du xixe siècle et au regard des exigences scientifiques de l’époque. Par ailleurs, il serait prématuré de tirer des conclusions définitives sur un dossier dont toutes les pièces ne sont pas connues : en particulier, nous n’avons pas d’informations sur la provenance de la version 4, qui a servi de base à la copie des autres versions manuscrites. Si la prudence est la meilleure attitude à adopter quant à l’utilisation du contenu de ces pièces comme source historique fiable, le motif unique et surprenant de saint Yves arrêtant les boulets ne peut pas servir à lui seul de preuve en faveur d’une création littéraire du xixe siècle : d’une part, de nombreuses études ont montré qu’un chant pouvait n’être connu que par une version unique et s’être transmis de génération en génération sur plusieurs siècles sans pour autant s’être diffusé au-delà d’une échelle locale59 ; d’autre part, la problématique de ce chant, composé au plus tôt dans la deuxième moitié du xviiie siècle, est tout à fait différente de celle des gwerzioù anciennes remontant à plusieurs siècles, qui forment le socle des pièces suspectées – parfois à tort60 – d’être des pastiches romantiques. Une composition de ce style n’apparaît pas comme une pièce isolée, et son étude nécessite qu’elle soit réinsérée dans le contexte plus large de la production des chansons politiques bretonnes au xviiie siècle.

Une importante production de chansons bretonnes sur l’actualité politico-militaire dans l’ère d’affrontement franco-anglais des années 1689-1815

  • 61 La Borderie, Arthur de, « Chansons populaires relatives aux descentes des Anglais en Bretagne en 17 (...)
  • 62 Grasland, Claude et Keilhauer, Annette, « Conditions, enjeux et significations de la formation des (...)
  • 63 Clef du Caveau n° 627. La Clé du Caveau à l’usage des chansonniers français et étrangers, 4e éd., P (...)
  • 64 La première page de cette œuvre, gravée à Paris, est reproduite en couverture de Résonances, n° 49, (...)
  • 65 Publiée par M. Dugast-Matifeux, « Saint-Cast », Revue des Provinces de l’Ouest, 1858, t. VI, p. 65- (...)

18Les textes en breton doivent tout d’abord être rapprochés des chansons écrites en français au sujet des deux descentes anglaises de 1758 près de Saint-Malo. 23 pièces ont été publiées61 : 6 concernent la première descente en juin 1758, et 17 autres se rapportent au combat de Saint-Cast proprement dit. Elles sont extraites en majorité de l’ouvrage resté manuscrit de Nicolas Jamin, prieur des Bénédictins de Saint-Malo, présent dans la ville au moment des événements et qui a recueilli lui-même certaines chansons qui y circulaient alors. Dans la veine de ces vaudevilles qui suscitent dans la première moitié du xviiie siècle l’intérêt croissant des collectionneurs62, 14 d’entre elles sont empreintes d’un ton satirique ou tout au moins gaillard qu’on ne retrouve pas dans les chansons en breton ; le comique des paroles est renforcé par le choix des timbres, qu’ils soient à connotation légère (comme l’air « V’la c’que c’est que d’aller au bois63 »), qu’ils jouent sur le décalage entre paroles et air (une des pièces se chante sur l’air du « Te Deum laudamus ») ou sur le comique lié aux changements mélodiques au sein de la même pièce (comme cette chanson interprétée sur un pot-pourri d’airs « à la mode du Pont-Neuf »). Seules trois adoptent un ton solennel, notamment une cantatille intitulée Le Siège de St-Malo et la Bataille de Saint-Cast, qui n’est autre qu’une œuvre de commande du duc d’Aiguillon : ce dernier est en effet un amateur passionné de musique et d’opéra, qui organise des concerts privés et entretient une troupe de musiciens parmi lesquels se trouve Jacques Barthélémi, compositeur de cette pièce64. Une ode écrite par M. Desforges-Maillard et imprimée à Nantes est également dédiée au duc d’Aiguillon65, tandis que plusieurs autres poèmes et épîtres sur le combat de Saint-Cast ont aussi été publiés. Outre ces deux documents, deux autres chansons comportent des indications sur leur compositeur : un grenadier du régiment de Brie dans un cas, un maître savetier de Nantes dans l’autre. Aucune de ces pièces ne présente de filiation avec les chansons en langue bretonne.

19Les chants composés au sujet du combat de Saint-Cast doivent être également réinsérés dans un contexte plus large de productions de chansons se rapportant à l’actualité politico-militaire d’un long xviiie siècle caractérisé par les conflits navals franco-anglais entre 1689 et 1815. On relève de nombreuses attestations de pièces qui se rapportent tant à des affrontements sur mer qu’à des débarquements donnant lieu à des combats terrestres. L’étude a ici été restreinte aux chansons contenues dans des collectes actuellement disponibles, ainsi qu’à l’ensemble des chansons connues en langue bretonne, qu’elles soient ou non issues de collections : elle gagnerait à être étendue ultérieurement à l’ensemble de la production de chansons sur ce thème au xviiie siècle en France, mais permet déjà de dresser un tableau fourni de compositions se rapportant à des événements qui peuvent être précisément datés d’après le recoupement entre les textes chantés et d’autres archives écrites. Les chants en breton, dont le titre est parfois en français, sont indiqués en italique.

  • 66 Le Gallo, Yves, « Le paysan bas-breton et le mythe au xviie siècle », Annales de Bretagne, t. 82/4, (...)
  • 67 Calvez, Ronan, « Du breton mondain », publication à paraître d’un projet de communication pour le C (...)

20Les chansons en breton mentionnées dans ce tableau présentent des caractéristiques lexicales fortement marquées par la langue française ; dans le cas de la chanson de Biron et d’Estaing, l’influence d’un modèle français est clairement attestée. La chanson du combat de Saint-Cast fournie à La Villemarqué comporte une allusion directe à la descente de Camaret, dont le texte a pu être écrit par un noble qui a participé à cette bataille ou par un familier de son manoir66. De façon plus nette encore, deux vers de la chanson de Saint-Cast transmise par Joseph de Calan – évoquant les Anglais qui tombent sous les balles comme des lièvres – se retrouvent presque à l’identique dans la version collectée par La Villemarqué sur Duguay-Trouin, qui évoque aussi la descente à Camaret. L’hypothèse d’une composition lettrée issue de milieux socioculturels intermédiaires n’est pas là non plus à exclure67. D’autre part, on peut se demander si le timbre de la feuille volante imprimée sur le combat de Saint-Cast, « Sur l’air de la Chanson de L’Orient », ne se rapporte pas à un chant concernant les descentes anglaises de 1746. Il semble en tout cas qu’il existe bien une relative unité thématique, stylistique et linguistique entre ces pièces, ainsi que des phénomènes d’influences entre certains chants, qui incitent à étudier ce répertoire dans son ensemble.

  • 68 Luzel, François-Marie, « Chansons bretonnes », Annales de Bretagne, t. VIII, 1891/1, p. 118-123 et (...)
  • 69 Larboulette, Jean-Louis, Chants traditionnels vannetais, Pontivy, Dastum, 2005, p. 128129.
  • 70 Catalogue Coirault n° 7106 ; Coirault, Patrice, Répertoire des chansons françaises de tradition ora (...)
  • 71 Berthou-Becam, Laurence, Enquête officielle sur les poésies populaires de la France (1852-1876). Co (...)
  • 72 Berthou-Becam, Laurence, Enquête officielle…, op. cit, t. 1, p. 95-100 et t. 2, p. 9-33 ; Ollivier,(...)

21À cette première liste de chansons, il faut ajouter des pièces sur le même sujet qui concernent une période chronologique plus large ; deux chants se rapportent à des événements révolutionnaires : Ar Volonter/Le Volontaire68 (sur le combat entre ce vaisseau et des navires anglais au large de Penmarc’h) et Brezel doh en Angléz/La guerre contre les Anglais69 ; un autre, Le trente-et-un du mois d’août70, aujourd’hui encore bien attesté dans le répertoire français de tradition orale, correspond vraisemblablement à une victoire navale de Surcouf sous le Directoire ou le Premier Empire. Il faut également considérer plusieurs chansons élégiaques imprimées sur feuilles volantes, qui retracent la biographie d’hommes célèbres et évoquent en partie leurs actions dans la guerre navale contre les Anglais : c’est le cas de plusieurs chansons en breton écrites à la mort de La Tour d’Auvergne71 ou de Napoléon Ier72.

  • 73 Catalogue Malrieu n° 244 ; Malrieu, Patrick, La chanson populaire de tradition orale en langue bret (...)
  • 74 Cadic, François, « La descente des Anglais au Pouldu », Paroisse Bretonne de Paris, février 1908, p (...)
  • 75 Berthou-Becam, Laurence, Enquête officielle…, op. cit, t. 1, p. 310-313 ; Luzel, François-Marie, Ch (...)
  • 76 Chants des marins de la mer du Nord et de la Manche, Douarnenez, Chasse-Marée/ArMen, 1999, p. 30-32 (...)
  • 77 Cahier de chants de marins, vol. 5, op. cit., p. 20 et 84 et Lacourcière, Luc, « Le général de Flip (...)
  • 78 Raude, Alan J., « Ur huerzenn goh a vro-Groé : Guerzenn en Intron-Varia Plasmaneg », Sav, n° 24, 19 (...)

22Les chansons citées dans le tableau sont – sauf mention contraire – connues par une ou quelques rares versions, et présentent les caractéristiques des chants qui ont peu ou pas circulé dans la tradition orale. Il faut toutefois aussi signaler un certain nombre de chansons se rapportant à cette même ère d’affrontement franco-anglais, mais qui ne peuvent être plus précisément datés. Il s’agit là pour l’essentiel de chansons largement diffusées dans le répertoire oral et qui, remodelés au fil de la transmission de génération en génération, ont perdu leur inscription dans un lieu et un temps donné et ont déformé ou supprimé les noms propres qui permettraient une datation par comparaison avec d’autres archives écrites. Six chants en breton peuvent rentrer dans cette catégorie. Le plus diffusé d’entre eux, qui relate l’enlèvement d’une jeune fille par les Anglais73, a parfois été rapproché des événements de la descente de 1746 à Lorient74 : la prise en compte de l’ensemble des versions connues – une cinquantaine réparties sur toute la Bretagne – et la diversité des localisations géographiques proposées dans les variantes, situant très souvent l’enlèvement non au Pouldu mais dans l’anse du Dourduff près de Morlaix, incitent toutefois à considérer cette hypothèse de datation avec prudence75. Une quinzaine de chants peuvent être relevés dans le répertoire francophone de tradition orale, dépassant les frontières de la Bretagne : certains d’entre eux se rapportent à des événements qui ont pu être datés, relatant le combat de la Danaé dans la Manche en 1759 ou l’ultime tentative française du baron de Rullecourt pour prendre possession des îles anglo-normandes en 1781, dont des chants ont gardé la mémoire tant en France qu’à Jersey76 ; dans un contexte nord-américain cette fois, on peut encore noter la chanson sur l’échec de la flotte anglaise de Phips devant Québec en 169077. Cette énumération pourrait encore être complétée par des chants plus tardifs mais se rapportant à de semblables événements, comme ce cantique écrit et imprimé en 1827 par le recteur de l’île de Groix en s’inspirant d’une complainte encore connue de certains vieux habitants et qui se rapporte à la descente des Anglais et des Hollandais dans l’île en juillet 169678.


23Les chansons sur le combat de Saint-Cast en 1758 se caractérisent donc par le nombre et la diversité des pièces recueillies au xixsiècle, mais ne semblent aujourd’hui plus être attestées dans le répertoire chanté de tradition orale. Les chants en breton méritent une attention particulière : la complexité qui caractérise les processus d’élaboration des versions actuellement disponibles incite à la plus grande prudence quant à leur utilisation comme source historique. Entre accusations non fondées de complet pastiche romantique dans le cas de La Villemarqué et acceptation entière et sans critique des versions de Penguern, la voie vers une étude raisonnée et dépassionnée de cette poésie chantée passe avant tout par un souci constant de retour aux sources et d’analyse critique des différentes versions des textes qui sont aujourd’hui accessibles, ainsi que par la compréhension du contexte européen dans lequel ont évolué les collecteurs et folkloristes du xixe siècle. Les caractéristiques thématiques et formelles des chansons sur le combat de Saint-Cast incitent également à ne pas isoler ces compositions d’un contexte beaucoup plus large de chants se rapportant à la longue période d’affrontements entre Anglais et Français entre 1689 et 1815, dont il n’a ici été présenté qu’une rapide esquisse. Son histoire, et plus largement celle d’une production de chansons politiques prenant en compte les phénomènes d’intégration dans les répertoires de tradition orale – qui assurent leur diffusion et leur postérité –, qui permettrait ainsi d’intégrer la problématique de la réception et de l’assimilation de ces chansons au sein de milieux populaires, reste à écrire.

Haut de page

Note de fin

1 Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un projet de thèse soutenue financièrement par le Conseil Régional de Bretagne.

2 La Villemarque, Théodore Hersart de, Barzaz-Breiz. Chants populaires de la Bretagne, Paris, Delloye, 1845, t. 2, p. 167-174.

3 Laurent, Donatien, Aux sources du Barzaz-Breiz. La mémoire d’un peuple, Douarnenez, Ar Men, 1989, p. 23.

4 Saint-Cast. Recueil de pièces officielles et de documents contemporains relatifs au combat du 11septembre 1758, Saint-Brieuc, Prudhomme, 1858, p. 267-274.

5 « Stourmad Sant Cast/Le Combat de Saint-Cast », Revue de Bretagne et de Vendée, 1858/2, p. 162-171.

6 Ogée, Jean, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Revu par A. Marteville et P. Varin, Rennes, 1853 (rééd.), p. 737-738.

7 « Je ne dis pas par M. de la Villemarqué » ; Loth, Joseph, « Une chanson inédite sur le combat de Saint-Cast », Annales de Bretagne, t. XII, 1897, p. 614.

8 Le Fureteur breton, t. IV, 1908-1909, p. 74-76.

9 Gourvil, Francis, « Bretons et Gallois à la bataille de Saint-Cast (1758) », Nouvelle Revue de Bretagne, 1947, p. 265-275 ; repris dans sa thèse : Théodore-Claude-Henri Hersart de La Villemarqué (1815-1895) et le « Barzaz-Breiz » (1839-1845-1867), Rennes, Oberthur, 1960, p. 67.

10 Laurent, Donatien, La Villemarqué, collecteur de chants populaires. Étude des sources du premier Barzaz Breizh à partir des originaux de collecte (1833-1840), Thèse de Lettres, dact., Université de Bretagne Occidentale, 1974.

11 Monjarret, Polig, extrait de la revue Bro Nevez, n° 34, mai 1990. Je remercie David Hopkin de m’avoir communiqué ce document.

12 Il faut toutefois remarquer que l’auteur a extrait ce couplet d’une source de seconde main qui, semble-t-il, ne mentionne pas la publication d’origine du chant ; Guiffan, Jean, Histoire de l’anglophobie en France, de Jeanne d’Arc à la vache folle, Rennes, Terre de Brume, 2004, p. 213.

13 Je remercie Donatien Laurent de m’avoir fait connaître l’existence de cette pièce.

14  Le premier couplet est indiqué en biais dans la marge en bas à droite du premier feuillet. L’expression « 1er couplet » est notée en français.

15 Par E. Guillorel et D. Laurent.

16 Au-dessus des derniers mots du vers, ajout de l’écriture de La Villemarqué : « war an trez ». Tous les ajouts signalés en notes de bas de page sont de la même écriture.

17 Ajout, après le dernier mot, de la finale « et » barrée et du mot « gwez ».

18 Seuls les ajouts de la main de La Villemarqué modifiant le sens de la chanson ont été traduits. Ici, ajout au-dessus : « sur le sable ».

19 Ajout : « sauvages ».

20 Ajouts : « Ar » au-dessus de « er » ; « cant » et « heis » sont barrés de deux traits en diagonale et surmontés de l’indication « 8 ». Un « h » est ajouté devant « a ». Dans la marge, la date « 1758 ».

21 « e voi » barré et « a zo » indiqué en-dessous ; « bet » marqué sous « esclamus » ; « hanne » est barré d’un trait diagonal, avec une annotation incompréhensible en dessous et une autre, « ann emgan », à côté.

22 Annotation incompréhensible au-dessus du vers. Ce vers et les suivants sont indiqués au verso de la feuille.

23 Les deux derniers vers sont barrés de traits en diagonale.

24 Dans la marge à droite : « la bataille ».

25 Cette référence ne concerne très vraisemblablement pas le roi de France, jamais nommé de cette manière dans les chansons : il s’agit plutôt de Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre et gouverneur de Bretagne depuis 1737, que l’on trouve également mentionné dans une chanson imprimée sur la descente anglaise de Cancale (voir infra, note 57). Sa correspondance avec l’intendant au sujet des descentes anglaises de 1758 a été publiée dans « Descente des Anglais à Cancale et à Saint-Servan au mois de juin 1758. Correspondance de l’intendant de Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, 1888, p. 223-239. Au sujet de ce personnage et de son père, comte de Toulouse, voir Duma, Jean, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

26 Dans la marge à gauche : « Ar poull ».

27 Ces trois mots sont indiqués légèrement au-dessus du vers.

28 La traduction de ce terme est incertaine.

29 Dans la marge à gauche : « ann goat deussont losket me war » puis « ann » ; au-dessus du vers : « tiskuillet gat-he me woar » ; en dessous : « losket ».

30 Dans la marge : « le sang qu’ils ont laissé, je le sais » ; au-dessus : « versé par eux, je le sais ».

31 Mot illisible.

32 Ce terme est placé au-dessus des autres.

33 Dans la marge à gauche : « e barz ar » ; au-dessus, après « mil » : « ha ».

34 Au-dessus : « 8 eiz ».

35 Au-dessus du vers dans la marge gauche : « emant bet daskoret eno ».

36 Marge à gauche : « ils ont donné là leur reddition ».

37 Couplet marqué de biais dans la marge gauche.

38 Au-dessus : « estlam. »

39 « Ch » surpassé par « g » dans ce mot.

40 Dans la marge gauche, empiétant sur ce mot : « Pôt ».

41 Ogée, Dictionnaire historique…, op. cit., p. 735.

42 Saint-Pern Couëllan, M., Combat de Saint-Cast, Dinan, J.-B. Huart, 1836, p. 71.

43 De Courson, Aurélien, Descente des Anglais à Saint-Cast en 1758, Vannes, Lafolye, 1903, p. 78.

44 Potier de Courcy, Pol, Nobiliaire et armorial de Bretagne, Mayenne, Joseph Floch, 1970 (rééd.), t. II, p. 146.

45 Frotier de la Messelière, Henri, Filiations bretonnes, Tome III, Mayenne, Joseph Floch, 1986 (1re éd. Saint-Brieuc, 1914), p. 374-379 ; Binet, Lieutenant, Les milices garde-côtes bretonnes (1489-1759), Paris, Imprimerie nationale, 1910, p. 37. Pierre de La Condamine propose le nom de Claude de Calan (L’épopée de la Bretagne. Un jour d’été à Saint-Cast, Guérande, Le bateau qui vire, 1977, p. 246) ; celui-ci, de même que François-Marie de la Lande de Calan, fait en effet partie des officiers qui composent alors l’État-major de la capitainerie de Saint-Brieuc ; Calan, Charles de, « Les milices garde-côtes de Bretagne en 1766 », Revue de Bretagne et de Vendée, 1891/2, p. 470-471.

46 Gourvil, Francis, « Bretons et Gallois… », art. cit., p. 268.

47 Ibidem, p. 267.

48 Blanchard, Nelly, Barzaz-Breiz. Une fiction pour s’inventer, Rennes, PUR, 2006, p. 3466.

49 Revue Celtique, t. XXI, 1900, p. 262.

50 Avant 1845, cinq sources mentionnent cet épisode : le premier auteur est Ernest Fouinet en 1833, suivi de Saint-Pern Couëllan en 1836, dont le collecteur a forcément eu connaissance puisqu’il le cite dans son commentaire sur la chanson de Saint-Cast publiée dans le Barzaz-Breiz. La Villemarqué a également entendu Auguste Brizeux raconter ce récit dans un banquet parisien en 1838. Le détail de ces sources est analysé dans : Gourvil, Francis, « Bretons et Gallois… », art. cit., p. 269-273.

51 Guiomar, Jean-Yves, Le bretonisme, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987, p. 401.

52 Gourvil, Francis, « Bretons et Gallois… », art. cit., p. 275.

53 Coll. Penguern, BnF, ms. 111, f° 123 r°-130 r°, publiée par Loth, Joseph, « Une chanson inédite… », art. cit. ; Catalogue Ollivier n° 454. Ollivier, Joseph, La chanson populaire sur feuilles volantes. Catalogue bibliographique, Quimper, Le Goaziou, 1942, p. 104.

54 Version 1 : BnF, ms. 94, f° 29 r°-32 v°, publiée à trois reprises dans : Dastumad Pengwern, « Gwerin 10 », Hor Yezh, Plœmeur, 1998, p. 52-55 ; Perennes, H., « Vieilles chansons bretonnes », Bulletin Diocésain d’Histoire et d’Archéologie, 1939/2, p. 122-127 ; Breiz, n° 325, 15/10/1933 (en orthographe unifiée). Version 2 : Kombat Sant Kast, BnF, ms. 95, f° 251 v°-255 v° (inédite). Version 3 : BnF, ms. 95, f° 256 r°-258 r° (inédite). Version 4 : Combat de Saint Cast, BnF, ms. 111, f° 132 r°-137 r°, publiée par Loth, Joseph, « Une Chanson inédite… », art. cit. Loth fait erreur en affirmant que ce texte est de la main de Penguern.

55 « Chanson nouvelle Sur la descente qu’ont faite les Anglais à Saint-Cast le 11 septembre 1758 ».

56 « Sur l’air de la Chanson de L’Orient ».

57  « Chanson nouvelle au sujet de la descente qu’ont faite les Anglais à Cancale, près de Saint-Malo ».

58 « Chanson nouvelle au sujet des hommes des détachements qui ont tiré le billet ». Je tiens à remercier Stéphane Perréon pour ses précisions concernant le contexte de cette chanson.

59 Voir, entre autres, Laurent, Donatien, Aux sources…, op. cit., p. 287-296 et Giraudon, Daniel, « Itron a Gerizel », Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, 1984, p. 60-77.

60 Voir l’argumentation de Laurent, Donatien, « Argadenn ar Saozon. Une descente d’Anglais en Bretagne à la fin du Moyen Âge, d’après un chant de la collection Penguern : Texte authentique ou fabriqué ? », Regards étonnés. Mélanges offerts au professeur Gaël Milin, Brest, CRBC, 2003, p. 289-298.

61 La Borderie, Arthur de, « Chansons populaires relatives aux descentes des Anglais en Bretagne en 1758 », Revue de Bretagne et de Vendée, 1883, t. 54, p. 5-17 et 81-97 ; Saint-Cast. Recueil…, op. cit., p. 241-266.

62 Grasland, Claude et Keilhauer, Annette, « Conditions, enjeux et significations de la formation des grands chansonniers satiriques et historiques à Paris au début du xviiie siècle », in Quéniart, Jean (dir.), Le Chant, acteur de l’histoire, Rennes, PUR, 1999, p. 165-181.

63 Clef du Caveau n° 627. La Clé du Caveau à l’usage des chansonniers français et étrangers, 4e éd., Paris, A. Capelle, 1848 (1re éd. 1811).

64 La première page de cette œuvre, gravée à Paris, est reproduite en couverture de Résonances, n° 49, janvier-mars 1999. Sur la place de D’Aiguillon dans le secteur de la création et de la diffusion d’œuvres musicales, voir : Garnier-Butel, Michèle, « La bibliothèque musicale du duc d’Aiguillon », Bretagne. Art, création, société, Mélanges en l’honneur de Denis Delouche, Rennes, PUR, 1997, p. 189-198 ; Le Moigne-Mussat, Marie-Claire, Musique et société à Rennes aux xviiie et xixe siècles, Genève, Minkoff, 1988, p. 83-84.

65 Publiée par M. Dugast-Matifeux, « Saint-Cast », Revue des Provinces de l’Ouest, 1858, t. VI, p. 65-75.

66 Le Gallo, Yves, « Le paysan bas-breton et le mythe au xviie siècle », Annales de Bretagne, t. 82/4, 1975, p. 477-500.

67 Calvez, Ronan, « Du breton mondain », publication à paraître d’un projet de communication pour le Congrès celtique international, Université du Cap Breton, Canada.

68 Luzel, François-Marie, « Chansons bretonnes », Annales de Bretagne, t. VIII, 1891/1, p. 118-123 et Le Prat, Youenn, « “Vive la République !”. Ar Volonter, récit de combat naval et chant républicain », à paraître dans Mélanges en l’honneur de Donatien Laurent.

69 Larboulette, Jean-Louis, Chants traditionnels vannetais, Pontivy, Dastum, 2005, p. 128129.

70 Catalogue Coirault n° 7106 ; Coirault, Patrice, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, t. II. La vie sociale et militaire, Paris, BNF, 2000, p. 383 et Herpin, Eugène, « Vieilles chansons de Saint-Malo », Annales de la Soc. Hist. et Arch. de Saint-Malo, 1906, p. 102-104.

71 Berthou-Becam, Laurence, Enquête officielle sur les poésies populaires de la France (1852-1876). Collectes de langue bretonne, Thèse de breton, Université de Rennes 2, dact., 1998, t. 1, p. 105-106 et t. 2, p. 34-65 ; Ollivier, Joseph, La chanson populaire…, op. cit., p. 176, n°760.

72 Berthou-Becam, Laurence, Enquête officielle…, op. cit, t. 1, p. 95-100 et t. 2, p. 9-33 ; Ollivier, Joseph, La chanson populaire…, op. cit., p. 34 n°135 et p. 37 n°148.

73 Catalogue Malrieu n° 244 ; Malrieu, Patrick, La chanson populaire de tradition orale en langue bretonne. Contribution à l’établissement d’un catalogue, Thèse de breton, Université de Rennes 2, dact., 1998.

74 Cadic, François, « La descente des Anglais au Pouldu », Paroisse Bretonne de Paris, février 1908, p. 1 et 10 ;  Nassiet, Michel, « La littérature orale bretonne et l’histoire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1999/3, t. 106, p. 43. 

75 Berthou-Becam, Laurence, Enquête officielle…, op. cit, t. 1, p. 310-313 ; Luzel, François-Marie, Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne. Gwerziou I, Paris, Maisonneuve & Larose, 1971 (1re éd. 1868), p. 350-353.

76 Chants des marins de la mer du Nord et de la Manche, Douarnenez, Chasse-Marée/ArMen, 1999, p. 30-32, et Cahier de chants de marins, vol. 5. Terres françaises d’Amérique. Douarnenez, Chasse-Marée/ArMen, 2000, p. 22-23 ; Chants des marins bretons, de Cancale à Paimpol, Phare-Ouest, 2007. Je remercie Michel Colleu et Robert Bouthillier pour les précisions qu’ils m’ont apportées à ce sujet.

77 Cahier de chants de marins, vol. 5, op. cit., p. 20 et 84 et Lacourcière, Luc, « Le général de Flipe [Phips] », Les Cahiers des Dix, n° 39, 1974, p. 243-277.

78 Raude, Alan J., « Ur huerzenn goh a vro-Groé : Guerzenn en Intron-Varia Plasmaneg », Sav, n° 24, 1942, p. 52-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éva Guillorel et Donatien Laurent, « Chanson politique et histoire : le combat de Saint-Cast et les Anglais sur les côtes de Bretagne au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114-4 | 2007, 167-184.

Référence électronique

Éva Guillorel et Donatien Laurent, « Chanson politique et histoire : le combat de Saint-Cast et les Anglais sur les côtes de Bretagne au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-4 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/475 ; DOI : 10.4000/abpo.475

Haut de page

Auteurs

Éva Guillorel

Doctorante en histoire moderne, Cerhio – Université Rennes 2 Haute-Bretagne

Articles du même auteur

Donatien Laurent

Directeur de recherche honoraire au CNRS,  CRBC – Université de Bretagne Occidentale (Brest)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page