Navigation – Plan du site

Entreprises privées et psychiatrie dans la France des années 1930

L’exemple de l’asile psychiatrique de Plouguernével
Private hospitals and psychiatry in 1930s France: the example of the psychiatric asylum of Plouguernével
Joris Guillemot
p. 105-124

Résumés

Cet article a pour objectif d’étudier les nouvelles modalités de prise en charge des malades mentaux dans la France des années 1930, avec en toile de fond la question des rapports entre les pouvoirs publics et les entrepreneurs privés dans le domaine de la médecine de façon générale et de la psychiatrie en particulier. Nous avons choisi ici d’étudier le cas d’un asile, celui de Plouguernével (Côtes-du-Nord) qui ouvre en 1934 grâce à un industriel de la Troisième République : Justin Perchot. La création de cet établissement vise tout d’abord à réduire l’encombrement des asiles, notamment dans la Seine. Elle se veut également une réponse à la crise économique du moment, les pouvoirs publics ne disposant pas, ou plus, des fonds nécessaires à l’entretien des malades. Ces derniers se montrent néanmoins extrêmement critiques à l’encontre de l’entreprise chargée de gérer l’établissement. La mortalité, mais aussi la création du cimetière, sont des questions autour desquelles les tensions gravitent. Il y a une forme de paradoxe à voir les pouvoirs publics se montrer véhéments contre une entreprise dont ils ont pourtant besoin. La question qui se pose est donc de savoir si la psychiatrie française dans les années 1930 peut constituer un révélateur d’enjeux de pouvoirs.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La création de l’asile de Plouguernével en 1934 : une réponse à l’encombrement des établissements de la Seine
La mortalité à l’asile : une exception plouguiste ?
La création du cimetière de Plouguernével : une illustration des tensions entre L’Abri-Foyer et les pouvoirs publics

Aperçu du texte

Malgré quelques ouvrages publiés dans les années 1970, l’intérêt des historiens pour la question de l’hospitalisation privée est relativement récent et date, pour l’essentiel, de la fin des années 1990 et du début des années 2000. La plupart de ces travaux s’intéressent à la question de l’articulation, dans la période la plus récente, entre la question des soins apportés aux malades et celle des bénéfices engrangés. Cette problématique n’est toutefois pas neuve. L’initiative privée dans le domaine de la médecine et dans celui de la psychiatrie est ancienne et remonte au xixe siècle, mais c’est la crise économique des années 1930 et la problématique, récurrente, de l’encombrement asilaire qui font considérablement évoluer la manière de considérer cette question. Il s’agit désormais de repenser le modèle, alors en vigueur depuis le siècle précédent, de la prise en charge de ceux que l’on nomme des « aliénés ». Les pouvoirs publics envisagent alors d’avoir recours à des entrepreneurs q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joris Guillemot, « Entreprises privées et psychiatrie dans la France des années 1930 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 127-2 | 2020, 105-124.

Référence électronique

Joris Guillemot, « Entreprises privées et psychiatrie dans la France des années 1930 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 127-2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/abpo/5603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.5603

Haut de page

Auteur

Joris Guillemot

Doctorant en histoire contemporaine, Le Mans Université, TEMOS-UMR 9016

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page