Navigation – Plan du site

Drame sanglant au pardon de Saint-Gildas à Tonquédec en 1707

Gwerz ar c’homt a Goat-Louri hag an otro Porz-Lann
Daniel Giraudon
p. 57-88

Résumés

Comme on le sait, les chants populaires de Basse-Bretagne, les gwerzioù, ont avant tout pour but de raconter l’histoire d’un événement généralement tragique pour en perpétuer le souvenir. Leur passage de bouche à oreille de génération en génération n’a pas été sans incidence sur leur forme et leur contenu. C’est pourquoi, il est souvent difficile de découvrir le fait réel qui leur a donné naissance. Leur confrontation avec des archives permet dans certains cas d’atteindre ce but mais d’autres énigmes subsistent comme par exemple les conditions de leur transmission et de leur collecte et plus encore l’identité de leurs auteurs. En effet, longtemps portés par une tradition orale, ces chants en ont perdu la trace. Il reste par conséquent à élucider cette question dans une société d’Ancien Régime en Bretagne ou le noble partageait en partie la culture de ses paysans et où les clercs issus du peuple constituaient un véritable trait d’union entre lettrés et illettrés.

Cette étude au sujet d’une gwerz qui relate une querelle sanglante entre deux seigneurs du Trégor lannionnais au tout début du XVIIIe siècle vient renforcer le dossier tendant à considérer les chants populaires en langue bretonne comme documents pouvant servir l’histoire et répondre à certaines questions concernant leur vie et leur origine.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Tonquédec
Haut de page

Texte intégral

Alies 'tigoueze goude an noz serret
Eur paour baleer-bro, da c’houl bea lojet
Distrempet gant ar glao, e izili skornet,
Skuiz, ha naouen d’ean, deuet eus an Argoet…

A-weziou all, 'teue Garandel, an dall koz,
Hag e vije miret e-pad teir, peder noz,
Rak n’en doa ket e bar evit konta kontchou
Hag ive 'vit kana gwerziou koz ha soniou.

  • 1 Luzel, François-Marie, Ma C’horn-Bro, p. 137-142, Kemper 1943.

An holl hen selaoue, betek ar c’hi chalmet ;
Me 'evfe e gomzou, ha, noz-de, ma spered
'oa leun a varvailhou ha gwerziou Garandel.
Allaz ! an amzer-ze a zo brema pell, pell
1

La nuit tombée, arrivait souvent
Un pauvre batteur de chemins cherchant asile
Trempé jusqu’aux os par la pluie, les membres glacés,
Épuisé et affamé, descendu de l’Argoat…

D’autres fois, c’était Garandel, le vieil aveugle,
Et on le gardait trois ou quatre nuits
Car il n’avait pas son pareil pour réciter des contes
Et aussi pour chanter des gwerzioù et des sonioù…

Tout le monde l’écoutait, même le chien était sous le charme
Je buvais ses paroles, et nuit et jour, mon esprit
Débordait des contes merveilleux et des gwerziou de Garandel ;
Hélas, ce temps est maintenant bien loin…

  • 2 Le comte de Coatloury et le sieur de Porzlann.
  • 3 Luzel, François-Marie, Ma C’horn-Bro, p. 143-153, Kemper 1943 (Yann Kerglogor, le chanteur batteur (...)

1Quand en 1890 François-Marie Luzel publiait ces vers extraits du poème qu’il intitula Keranborn – du nom du manoir familial – il avait 69 ans, c’est-à-dire à deux ans près, l’âge de celui qu’il décrit ici, l’aveugle Garandel, quand une cinquantaine d’années auparavant, en 1844, ce dernier lui chantait la gwerz qui va faire l’objet de la présente étude, Ar chomt a Goat-Louri hag ann Otro Porz-Lann2. L’année suivante, en 1891, il récidivait en dressant, toujours en vers, le portrait d’un certain Yann Kerglogor ar c’haner baleer-bro3, qui n’était qu’une autre vision, peut-être plus romantique et stéréotypée, du même Garandel. Ces deux poèmes écrits par Luzel sur la fin de sa vie montrent à quel point il nourrissait une nostalgie pour sa prime enfance passée justement dans cette demeure campagnarde de Plouaret-Vieux-Marché où les mendiants de passage venaient chercher asile et s’acquittaient de leur dette envers leurs hôtes par un conte ou une chanson. On connaît la suite. Très tôt, en relation avec les porteurs de la tradition orale, Luzel allait participer avec d’autres à la grande collecte de notre héritage de poésie populaire initiée au XIXe siècle par La Villemarqué et son ouvrage, le Barzaz-Breiz.

Les différentes versions de la gwerz

  • 4 Bibl. mun. de Rennes, Mi 102, cahier 2/13.
  • 5 Bibl. mun. de Quimper, Gwerziou 16, Catalogue p. 25.
  • 6 Ce texte, en effet, est écrit à l’encre et non pas au crayon, comme l’indique Françoise Morvan dans (...)

2Yves Garandel fut certainement avec Marc’harid Fulup, la chanteuse de Pluzunet, celui qui fournira à Luzel le plus grand nombre de chants populaires. Sur les cinq pièces que j’ai pu recenser de la gwerz en question, trois manuscrites et deux imprimées, quatre d’entre elles – qui n’en sont en fait qu’une seule et même version – sortent du répertoire de ce chanteur-mendiant. Comme il le mentionne d’ailleurs lui-même, les deux premières furent notées sous la dictée de Dall Compagnon deus ar C’hoz-Varc’hat (Compagnon l’aveugle du Vieux-Marché, c’est-à-dire Yves Garandel). L’une est conservée à la bibliothèque municipale de Rennes4. L’autre se trouve à celle de Quimper5. Celle de Rennes porte deux dates : le 24 juillet 1844 et le 16 août 1844. Celle de Quimper ne porte que la date du 16 août 1844. Les deux rédactions mentionnent en outre le lieu de Keramborgne. On peut en déduire qu’il s’agit en fait de mises au propre de Luzel, recopiées à l’encre6, avec soin, le 16 août 1844 dans le manoir familial.

  • 7 Chants populaires de la Basse-Bretagne recueillis et traduits par F. M. Luzel, Tome II, p. 110-113, (...)
  • 8 Dans le deuxième couplet des Gwerziou, signalons une erreur de copie : « parrous » est devenu « par (...)
  • 9 Il y a effectivement un écart de trente ans entre la première collecte et la publication.

3Tout laisse penser que ces manuscrits ont servi à l’impression de la troisième pièce de notre liste, le texte des Gwerziou, pour l’imprimerie Corfmat de Lorient en 18747. Toutefois si la comparaison des deux manuscrits avec le texte imprimé montre qu’il s’agit bien du même interprète et de la même chanson, on note d’une part des modifications d’orthographe, d’autre part l’absence dans ces deux copies de quatre vers (11-12 et 55-56), et aussi que « an hostizez » est devenue dans le recueil « an hostiz », autrement dit l’hôtelière, un hôtelier8. On aurait aimé avoir l’original, le document de terrain, pour vérifier si ces vers étaient le fait d’un oubli. On peut aussi penser qu’un autre chanteur aurait chanté cela à Luzel, plus tard9, et que ce dernier n’en aurait pas gardé trace dans ses archives.

  • 10 Giraudon, Daniel, « Penanger et de La Lande, Gwerz tragique au xviiesiècle en Trégor », Annales de (...)

4On remarque encore10 que, dans son ouvrage imprimé, Luzel indique que cette gwerz lui a été non plus dictée mais chantée par Garandel, surnommé compagnon l’aveugle à Plouaret en 1844. On imagine facilement que les deux opérations ont bien eu lieu mais dans sa publication Luzel a souhaité mettre en avant le fait qu’elle lui avait été chantée. On soulignera également que le titre des manuscrits n’est pas celui du livre. En effet, sur le document de Rennes il écrit à la plume en français : Le Comte de Tonquédec et à Quimper, en breton : Ar Chomt a Tonquédec, ajoutant au-dessus : Coatilouri hag ann aotrou Porz-Lann. On peut sans doute supposer que le chanteur ne donnait pas de titre définitif à sa chanson et que c’est Luzel qui lui en a donné plusieurs lui-même.

  • 11 Bibl. mun. de Rennes, Mi 102, cahier 2/13.
  • 12 Giraudon, Daniel, « Penanger et de La Lande… », art. cit.

5Ces variations dans le titre révèlent probablement son incertitude à propos des faits retracés par cette gwerz historique comme il la qualifie lui-même11. En effet, comme on va le voir, le comte en question n’était pas celui de Tonquédec mais de Caouënnec. En comparant les copies manuscrites et la version imprimée, on note donc que Luzel a bien du mal avec l’orthographe bretonne qui elle-même peine à se donner des règles dans les milieux littéraires12. Luzel évolue vers certains principes de Le Gonidec, notamment l’usage du « K » à la place du « Qu » ou « c », par exemple dans Tonquédec, Caoûennec (manuscrit) et Tonkedek, Kaouennek (imprimé). Peut-être faut-il voir également l’intervention de Luzel dans la suppression d’un certain nombre d’accents (aigus, circonflexes, trémas) et dans le remplacement de mots tels que : « maleur » par « gwaleur », « retiret » par « em dennet » (2 fois), « nomb » par « galz », « desiran » par « c’houlennan » (2 fois) dans un texte qui comme nous le verrons comporte déjà beaucoup de termes d’origine française. On remarque aussi au passage l’adoption de l’orthographe léonarde du terme « er-meaz » (Imprimé) pour le trégorrois « e-maëz » (manuscrit). Assez curieusement le manuscrit de Rennes (cahier 1) utilise « lazan » (léonard) corrigé en « lac’han » (trégorrois) dans l’imprimé. Faut-il mettre cela sur le compte d’archaisme que Luzel aurait préféré modifier pour leur donner plus de caractère local ?

6Des changements au niveau du vocabulaire peuvent être à la fois le fait de Luzel lui-même ou celui du chanteur dans ses diverses interprétations. En dehors des modifications de détails courantes dans ce genre d’interprétation, on note comme je l’ai souligné déjà un remplacement de « hosti-zez » (manuscrit) par « hostiz » (imprimé), autrement dit l’hôtesse, remplacée par l’hôte et aussi la sortie du cabaret qui se fait soit en compagnie de celle qui demande (manuscrit) « deuet e-maez » (venez dehors) soit seul (imprimé) « Et er-meaz » (sortez).

  • 13 Bibl. mun. de Rennes, Ms 1023. Cahier 9, pièce XXIII. Françoise Morvan qui a établi le catalogue de (...)
  • 14 Dans sa biographie de Luzel, page 92, Françoise Morvan note que cette chanson a été recueillie à Ke (...)

7La troisième version manuscrite (quatrième pièce de la liste) que j’ai trouvée figure également dans le fonds de la bibliothèque municipale de Rennes13. Elle porte le titre : An aotrou Porz-Lann. Elle fut recueillie par Luzel à Keroual14. Deux lieux-dits portent ce nom dans le secteur, à Ploubezre et à Cavan. Elle est datée du 25 décembre 1854, c’est-à-dire, dix ans après les versions précédentes. Luzel ne donne pas le nom de l’interprète. Contrairement aux deux premières versions manuscrites, il semble s’agir d’une feuille de terrain car la chanson a d’abord été notée au crayon puis repassée ensuite à l’encre. Comme nous le verrons, cette version donne une vision de l’événement qui s’écarte sensiblement des versions plus anciennes.

  • 15 Il manque également les quatre vers mentionnés ci-dessus.
  • 16 Luzel le souligne lui même : « On m’a fait sur mon premier volume (gwerziou) quelques observations (...)

8Enfin, mentionnons cette cinquième pièce en français uniquement, que Luzel publia dans le journal dinanais, L’Indicateur, daté du jeudi 15 mars 1849. En effet, Luzel collobora à cet hebdomadaire quand il était régent au collège de Dinan. Il publia dans la rubrique : le feuilleton de l’Indicateur quelques « chants populaires » dont celui qui nous intéresse sous le titre : le comte de Coat-Héloury et le Seigneur de Porz-lann (guerz historique). Il s’agit d’une traduction qui suit de moins près le texte original publié plus tard dans les Gwerziou15. Pour alors, Luzel était devenu plus rigoureux16.

Les lieux et les personnages

9Cette gwerz traite d’un thème fréquemment évoqué dans ce genre de composition. Elle raconte l’histoire d’une querelle sanglante entre deux seigneurs lors du pardon de Saint-Gildas à la chapelle du même nom à Tonquédec. D’après l’histoire, le premier était comte de Coat-Louri de Caouënnec, le second, sieur de Porz-Lann était « capitaine de Tonquédec ». Selon la version imprimée des Gwerziou et si l’on comprend bien, car ce n’est pas très clair, le drame se serait produit à la suite d’une altercation entre deux vagabonds qui avaient entre eux un compte à régler depuis une aire neuve en la paroisse de Ploubezre. un des gentilshommes aurait peut-être pris parti, se serait emporté, et l’autre en tant que « capitaine de la paroisse » aurait cherché à le calmer. Le premier, ledit comte de Coatloury n’appréciant pas qu’on lui donnât un ordre aurait réglé l’affaire à coup d’épée sur la place de Tonquédec, blessant à mort le sieur de Porzlann. On aurait porté la victime en son manoir de Tro-Morvan à Tonquédec où il serait décédé en présence de sa femme et de ses enfants. Voilà résumé en quelques lignes le contenu de ce drame mis en rimes.

10Quand Luzel cheminait sur les sentiers du Trégor à la recherche de la littérature orale de Basse-Bretagne il se faisait cette réflexion :

  • 17 Luzel, François-Marie, En Basse-Bretagne, impressions et notes de voyage, Revue de Bretagne et de V (...)

« Les noms comme les faits, sont souvent altérés dans les poésies populaires, exagérés, poétisés ou accompagnés de circonstances extraordinaires et merveilleuses ; mais les sentiments sont vrais et, au fond, il y a toujours un fait réel, historique. L’imagination du chanteur se donne carrière et brode à loisir sur un thème convenu et pourtant le poète a toujours un pied dans la réalité. Il serait curieux et intéressant, j’en conviens, pour la science et l’histoire, de pouvoir faire, dans ces chants et ces poésies du peuple, la part de la vérité, de l’histoire, et celle de l’imagination et de la fable. mais moi, cela m’intéresse peu17. »

11On aura compris qu’en dépit d’un certain intérêt pour une telle démarche Luzel se refusait à l’adopter ne voulant pas suivre les traces de la Villemarqué en ce domaine. Néanmoins, on aimerait en savoir plus long sur cette histoire. C’est pourquoi nous avons tenté, par un recoupement avec des documents d’archives écrites, de retracer les faits que cette nouvelle gwerz relate et formuler une hypothèse sur l’identité de son auteur, une dernière question sur laquelle on s’interroge encore beaucoup dans ce domaine des chants populaires bretons.

  • 18 Quellien, Narcisse, Chansons et danses des Bretons, Paris 1899.
  • 19 Bourgeois, Alfred, Kanaouennou pobl, La Baule, 1959.
  • 20 Duhamel, Maurice, Musiques bretonnes, Paris 1913. Juste avant la grande guerre, Maurice Duhamel éta (...)
  • 21 Troadeg, Yfig, Carnets de route, Dastum 2006.
  • 22 Cadic, François, Contes bretons sur douze métiers, p. 91-99, Paris 1943. « Pa c’ha ar c’hemener da (...)

12Cette gwerz fut publiée par Luzel dans le second volume de ses Gwerziou. Elle ne figure dans aucune autre collection connue, ni dans Penguern ni dans Quellien18ni dans Bourgeois19ni dans Duhamel20 qui pourtant prospectèrent sur ce secteur. Mes propres recherches, pas plus que celles effectuées par Dastum Bro-Dreger sur ce terroir trégorrois, n’ont pas donné de meilleur résultat21. Y a-t-il lieu de s’en étonner ? Ce n’est pas le seul cas, loin s’en faut, et cela peut s’expliquer en partie par le mode de transmission oral de ce genre de chanson mais aussi par les choix et les tris des uns et des autres, aussi bien des collecteurs que des chanteurs. Pourquoi Garandel l’avait-il retenue ? N’oublions pas qu’avant de souffrir de l’infirmité dont il fut frappé à la fin de sa vie, il était tailleur d’habits. Les membres de cette corporation figurent parmi les grands passeurs de mémoire, chanteurs, compositeurs et réfecteurs22. Se déplaçant de ferme en ferme, mais aussi de presbytères en manoirs, comme c’était l’habitude pour ces gens de métier, y passant même la nuit parfois, Garandel plus que d’autres avait pu garder à son répertoire cet épisode sanglant survenu dans une paroisse voisine de la sienne. Cela d’autant plus que la chanson était devenue pour lui une monnaie d’échange. Ainsi avait-il pu et voulu retenir un certain nombre de chansons que d’autres avaient oubliées.

  • 23 On regrette que Luzel n’ait pas pensé à demander à Garandel comment il avait appris cette gwerz et (...)
  • 24 Giraudon, Daniel, « Penanger et de La Lande… », art. cit.
  • 25 Giraudon, Daniel, Chansons populaires de Basse-Bretagne sur feuilles volantes, Skol Vreizh, 1985.

13Elle avait pourtant dû circuler de mémoire en mémoire puisque, comme on va le voir, elle relatait un événement qui en 1844 (1854) était vieux de près de 150 ans et que ce genre de composition était généralement « levé à chaud ». Il est vrai que chantée à Plouaret ou à Cavan (Prat ?), elle n’avait pas voyagé bien loin23. Elle semble en fait être restée dans l’étroit périmètre où les noms de lieux et de personnes évoqués parlaient encore à ceux qui l’entendaient. De plus, redisons-le24, en ce milieu du XIXe siècle, les compositions de ce type vont progressivement céder la place aux chansons nouvelles publiées sur feuilles volantes qui justement, à cette période charnière pour l’histoire de la chanson populaire en langue bretonne, connaissent leur plus grande vogue25. Après la grande tourmente révolutionnaire, la société a évolué. Les gwerziou sont à l’évidence d’un autre âge dont les faits commencent à s’effacer des mémoires faute de les rattacher à une réalité qui n’est plus.

  • 26 Le Braz, Anatole, La légende de la mort chez les Bretons armoricains, p. 251, Paris 1912. Voir auss (...)

14On peut d’ailleurs supposer que, au cours des diverses transmissions, la composition a perdu de sa substance et cette perte rend assez difficile la compréhension de la querelle initiale par exemple. C’est peut-être aussi pour cette autre raison, l’obscurité du texte, que la chaîne des transmetteurs aurait été interrompue. De plus, comme l’avait déjà remarqué Anatole Le Braz, cette forme de récit chanté qu’était la gwerz était souvent doublée d’un récit conté26, des commentaires verbaux qui précisaient ou développaient des aspects de l’événement retracé avec des détails parfois ignorés par la gwerz elle-même. Ceux-ci permettaient de recoller les morceaux et par conséquent de mieux comprendre l’histoire. Cette tradition parallèle a, elle aussi, progressivement disparu et c’est ce qui aujourd’hui nous fait cruellement défaut d’autant que les collecteurs n’ont pour ainsi dire pas cherché à recueillir ce type de récit, se contentant le plus souvent de la version chantée.

  • 27 Cette pièce pourra être ajoutée à la liste établie par Michel Nassiet, « La littérature orale breto (...)
  • 28 On prononce dans le pays : Coatilouri (Coat-Heloury ?).

15Toutefois, la désignation précise des lieux et des personnages qui sont une des caractéristiques de ce genre de chansons, notamment lorsqu’on les collecte dans un secteur proche de celui qui les a vus naître, m’a permis, après confrontation avec des documents d’archives, de vérifier la réalité historique de l’événement qu’elle retrace et de le dater27. Ma première démarche a donc consisté à concentrer mon attention sur les noms des deux familles mentionnées dans la chanson : Coat-Louri28 et Porzlann.

Figure 1 – Blason de la famille de Coat-Loury, église de Caouënnec (Côtes-d’Armor)

Figure 1 – Blason de la famille de Coat-Loury, église de Caouënnec (Côtes-d’Armor)

(cl. Daniel Giraudon, 2006)

  • 29 1695  – Mouvance du duché de Penthièvre, membre de Guingamp : aveu fourni par Yves de Coitloury ou (...)

16Pour le premier, la gwerz indiquait qu’il s’agissait d’un sieur de Coat-Loury de Caouënnec. Ogée dans son Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne publié en 1843 rapporte ceci : l’ancien château de Coat-Loury est en ruines : on cultive aujourd’hui sur ses débris. La seule chapelle qu’il y eût en Caouënnec était celle de ce château29, et il mentionne également la présence de deux moulins à eau à Coatloury. Il signale aussi deux lieux-dits : Coat-Loury-Bihan et Coat-Loury-Bras. Luzel, lui-même, précisait dans une note à la suite de son texte : « On voit encore les ruines de l’ancien château de Coat-loury, en la commune de Caouënnec à environ 6 kilomètres au sud-est de Lannion. » Si la présence d’un château de Coatloury était attestée à Caouënnec, il devait bien exister une famille du même nom. La consultation des registres paroissiaux ainsi que d’autres archives allait en effet me permettre d’en retracer la généalogie.

Figure 2 – Chapelle Saint-Gildas en Tonquédec (Côtes-d’Armor)

Figure 2 – Chapelle Saint-Gildas en Tonquédec (Côtes-d’Armor)

(cl. Daniel Giraudon, 2006)

Figure 3 – Ruines du manoir de Traoù-Morvan en Tonquédec (Côtes-d’Armor)

Figure 3 – Ruines du manoir de Traoù-Morvan en Tonquédec (Côtes-d’Armor)

(cl. Gérard Le Goualc’h, 1971)

Figure 2 – Ruines du manoir de Traoù-Morvan en Tonquédec (Côtes-d’Armor)

Figure 2 – Ruines du manoir de Traoù-Morvan en Tonquédec (Côtes-d’Armor)

(cl. Gérard Le Goualc’h, 1971)

17En ce qui concerne Porzlann, c’était plus complexe car ni dans le cadastre de Caouënnec, ni dans celui de Tonquédec, on ne mentionne un tel nom. En revanche, la gwerz évoque une affaire d’aire neuve à Ploubezre. Or il y a bien dans cette dernière commune un lieu-dit Porz-al-Lann. Le travail de Christian Kermoal sur les notables de Ploubezre allait me fournir un indice supplémentaire de première importance ; en effet il y est indiqué que : « En 1708, Jacquette Le Coniac, veuve du sieur de Porz lan demande que son convenant Tromorvan soit rayé du rôle des fouages car elle le tient par main. » Or il se trouve que ces trois éléments « veuve », « Porzlan » et « Tromorvan » étaient également présents dans la gwerz. Cela me semblait donc une bonne piste. Le mari de cette Jaquette Le Coniac, dame de Porzlann était peut-être mon second personnage. Il s’agissait donc maintenant de l’identifier.

  • 30 Il était né à Ploubezre le 6 août 1653 (mairie de Ploubezre), registres de baptèmes, mariages et sé (...)

18Pour retrouver trace de ce couple, je consultai les registres paroissiaux de Tonquédec. C’est ainsi que j’appris que « Jacquette Coniac épousa Jan Le Roux sr de Porzlan, le 7 septembre 1680 à Tonquédec ». Avec ce Jan Le Roux sieur de Porzlan, je tenais en fait celui qui allait se révéler être effectivement la victime du sieur de Coetloury au pardon de Saint-Gildas. Dans les mêmes documents, je relevai son acte de décès le 7 septembre 170730à l’âge de 54 ans. Quand on sait que le pardon de Saint-Gildas se tenait autrefois le premier dimanche de septembre, on peut en déduire d’après le calendrier perpétuel qu’il s’agissait du 4 septembre 1707. Le sieur de Porzlann, Jan Le Roux, aurait par conséquent quitté ce bas monde trois jours après avoir été mortellement blessé. Il y aurait donc là un petit décalage avec le texte de la gwerz qui laisse penser qu’il était mort le jour de l’altercation. Nous y reviendrons.

  • 31 Registres paroissiaux de Tonquédec, Arch. dép. des Côtes-d’Armor.
  • 32 Hellene (7 juillet 1681-Î16 avril 1716), Helaine Perrine (7 septembre 1682), Louise Perrine (13 jan (...)
  • 33 Peut-être peut-on attribuer à la tradition orale cette réduction de quatre fils à trois quand on sa (...)
  • 34 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Microfilm 5 Mi.

19Dans ces mêmes archives31, je relève un autre point de divergence concernant cette fois ses enfants. Je lui en trouve 9, 5 filles et 4 garçons. Ils étaient tous vivants à la mort de leur père32. La gwerz, quant à elle, parle de trois garçons33, et de filles (sœurs), sans précision de nombre. Aucun prénom n’est mentionné. Sur l’acte de décès de Jan Le Roux figurent les signatures de François-Corentin et Guillaume, d’une part, Helenne et Louise d’autre part34.

  • 35 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Microfilm 5 Mi.

20La gwerz nous apporte d’autres éléments sur ce Jan Le Roux sieur de Porzlan et notamment qu’il aurait été « capitaine de Tonquédec ». Effectivement, j’ai retrouvé mention de ce titre dans les registres paroissiaux de Tonquédec35. C’est à l’occasion d’un baptême de cloches en cette paroisse que le recteur révèle ceci :

« L’an 1703 le 26e de may furent faictes les cérémonies et la bénédiction de la seconde cloche de Tonquédec par le sieur prévost et recteur d’ycelle assisté des honorables chanoines du chapître de Tonquédec et a été nommée Françoise Silvie par damoiselle Janne Henry… faisant et agissant pour haute et puissante dame comtesse et propriétaire de la terre de Tonquédec. Parrain : Escuyer Jan Le Roux sieur de Porzlan capitaine de cette paroisse lesquels sieur de Porzlan et damoiselle janne Henry ont signé. »

  • 36 « Capitaines généraux des côtes maritimes. Édit du roi du mois de février 1705, portant création en (...)

21Cette charge de capitaine était exercée à l’époque dans le cadre de la milice garde-côte et selon la gwerz, elle aurait été héréditaire36 puisque le père mourant demande à son fils d’assurer cette fonction à sa place :

C’hui, 'me-z-han, mab hena, c’hui a zo ar c’hosa,
'lakan da gabitenn ebars ma flaz brema,
'lakan da gabitenn en parous Tonkedek,
Beet sonj anezhe, nho abandonet ket.

Vous, dit-il, mon fils aîné, vous êtes le plus âgé,
Et je vous mets capitaine, à présent, en ma place,
Je vous mets capitaine de la paroisse de Tonquédec,
Songez à eux (aux habitants), ne les abandonnez pas.

  • 37 Règlement pour la division et l’étendue des capitaineries Gardes-Costes de Bretagne du 12 mars 1726 (...)

22Les fréquentes attaques par mer de nos voisins anglais au XVIIe siècle avaient poussé la France à mettre en place une telle force. Avant le règne de Louis XIV, il n’y avait point de législation précise et cohérente en ce domaine. La défense des côtes s’organisa sous l’impulsion de Vauban et de la grande ordonnance de Colbert en 1681. Le littoral est divisé en capitaineries et le contingent en hommes est fourni par les paroisses distantes de deux lieues au plus du littoral. L’état-major de chaque compagnie paroissiale de garde-côtes est composée d’un capitaine, d’un lieutenant et d’un enseigne, parfois d’un tambour. Le capitaine garde-côte est chargé des revues des habitants sujets au guet de la mer et de l’étendue de la capitainerie chaque 1er mai de chaque année en présence des officiers de l’amirauté. Les côtes de Bretagne furent divisées en vingt-neuf Capitaineries garde-costes. « La VIIIe, dite de Lannion, comprenait les paroisses de Lanmodez, Plubihan (Pleubian), Coatreven, Tresenic (Trézeny), Buhulien, Rospez, Lanmérin, Tonquédec, Cavan, Prat, Pluzunet, Camlez, Plouguiel, Plougrescant, Penvénan, Trévou, Trélévern, K-Maria-Sulard, Loûannec, St-Quay en Tréguier, Perosquirec (Perros-Guirec), Trégastel, Ploemur-Bodou (Pleumeur-Bodou), Treburden (Trébeurden), Servel & Berlevenez (Brélévenez)37 ».

  • 38 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 2C 3317.
  • 39 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi 589-590, Tonquédec.
  • 40 On remarquera qu’elle signe toujours de son nom de jeune fille comme c’était la tradition à l’époqu (...)
  • 41 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi 589.

23Comme le laisse encore entendre la gwerz, Jan Le Roux, sieur de Porzlann, était donc un personnage important au niveau local. Il était en fait notaire de la juridiction de Tonquédec38. Sa présence et son nom, et plus encore ceux de sa femme et de ses filles, sont fréquemment attestés lors de mariages d’autres familles nobles et lors de baptêmes d’enfants de la paroisse39. Autre signe de la place tenue par cette famille, on relève le nom de sa femme, Jacquette Le Coniac40comme marraine d’une autre cloche de Tonquédec lors de la bénédiction le 2 octobre 169641 :

  • 42 « Pour le terme suzain, il s’agit fort vraisemblablement du haut, la vitre suzaine est celle du hau (...)

« L’an mil six cent quatre vingt seize furent faites les cérémonies de bénédiction de deux cloches pour cette paroisse, savoir (?) au troisième prône et une petite pour servir d’appel, le vingtième octobre, la petite, ont été faites par nous soussignant prêtre et recteur assisté des sieurs chanoines et prêtres dud Tonquédec et ont été parrain et marraine messire Yves Gargian seigneur de Troguindy et dame jacquette Le Coniac dame de Porzlan de la plus grande et de la plus petite noble homme Yves Le Bongoat syndic de la paroisse et damoiselle Louise Collet dame de Coatmen (?) qui tous soussignent excepté ledit le Bongoat. Et après ladite cloche suzaine42 nommée Yvonne-Jacquette par le dit sieur de Troguindy et ladite dame de Porzlan et ladite petite Yvonne-Louise par led Bongoat et ladite dame de Comoluen (Coatmalouen ?) »

24En contribuant vraisemblablement à l’achat des cloches, la famille Le Roux avait sans doute espéré obtenir bonne place au Paradis. Ce ne fut pas le cas du parrain Yves Gargian qui fut damné, dit-on dans le pays, à cause de sa cruauté envers le peuple. En effet, dans le cahier de paroisse de Tonquédec rédigé en 1842 on lit ceci :

  • 43 Voici ce que j’ai moi-même recueilli au sujet de ce tyran local : « Chefig ar Mogn, de Runfao en Pl (...)

« Suivant la tradition Gargian était un despote, dur, intraitable, quasi un tyran pour le paysan qu’il regardait comme esclave. Pour arriver du chemin à son château, il avait fait faire deux levées quand on avait passé par une en venant il fallait retourner par l’autre43. »

  • 44 Je déduis cette date de son acte de décès (Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Mi 87-Caouennec) : Messire (...)
  • 45 Benjamin de Coetloury, chevalier chef de nom et d’armes seigneur de Kerigomar âgé de 40 ans avait l (...)
  • 46 Renseignements communiqués par Jean-Yves Marjou.

25Si le prêtre de Tonquédec s’est soucié de souligner par écrit l’attitude de ce triste sire, il n’a pas jugé utile de garder trace de l’épisode sanglant qui nous intéresse, pas plus que le nom du meurtrier. Les archives de la juridiction de Tonquédec, trop lacunaires, n’ont rien apporté non plus dans cette recherche. Connaissant la période pendant laquelle vivait Jan Le Roux, sieur de Porzlan, je pensais pouvoir déduire le prénom de ce comte de Coëtloury que la gwerz accusait, à l’aide de la généalogie de cette famille. En consultant ces relevés, mes premiers soupçons se portaient sur Yves de Coëtloury de Kermarquer, de Landebedan et de Runaudren né le 29 octobre 1653 (baptisé le 4 novembre 1653) Il était fils de Claude, seigneur de Coetloury (1602-1684) et de Marie de Lanloup. Il avait épousé à Rennes Marie-Jeanne de Lage le 2 décembre 1679 dont il avait eu au moins trois enfants, Pierre né en 168344, Benjamin, né en 1699 sieur de Kerigomar45, et Marc-Antoine né en 1696 qui fut page du Roi dans la petite écurie en 171446. Toutefois, ce sont des archives notariales qui allaient corriger cette première hypothèse en accusant non pas le père mais le fils, Pierre, comme nous le verrons ci-après. En outre, comme le disait la gwerz, ce dernier était bien comte de Coëtloury.

Le cadre du drame

  • 47 Provost, Georges, La Fête et le sacré, pardons et pèlerinages aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 42, P (...)
  • 48 Comme l’écrit Jean-Michel Guilcher, « les aires neuves ont joué un rôle de premier plan dans la vie (...)
  • 49 Voir notamment dans Gwerziou 2 : Ervoan Guillou, p. 124-129 ; Kloarek Laoudour, p. 458-465 ; Kloare (...)
  • 50 Dans la version de Keroual, c’est au seigneur de Porz-Lann que l’on prête les mêmes intentions avec (...)
  • 51 Nous verrons à la fin de cet article ce qui pouvait motiver l’auteur à insister sur ce point.

26On ne s’étonnera pas d’apprendre que le drame eut lieu au cours d’un pardon lorsque l’on sait combien ces fêtes religieuses furent autrefois l’occasion de désordres publics notamment sous l’effet de généreuses libations : « Fait trop évident et trop banal pour que la documentation d’Ancien Régime y insiste longuement, écrit Georges Provost, le pardon est un des temps forts d’une ivrognerie rituelle47 ». Comme le révèle encore la chanson populaire, les pardons de même que les aires neuves48, dont il est aussi question dans la gwerz, étaient l’occasion de réjouissances – mais aussi de querelles – auxquelles participaient ensemble – ou mettaient aux prises -, il faut le souligner, nobles, roturiers voire même des ecclésiastiques. De nombreuses gwerz(ioù) recueillies du temps de Luzel ont pour théâtre ces aires neuves49. On nous dit ici que le sieur de Coatloury était venu à Saint-Gildas pour « vers la fin du pardon faire au sonneur sonner, en finn ar pardon, ober d’ar zoner zôn50 ». C’est sans doute ici une façon pour l’auteur de la gwerz de dire qu’il n’y était allé que pour se divertir et non pas pour se battre51. Cela peut encore signifier que le sonneur sonnait à la requête des nobles présents au pardon moyennant peut-être rétribution.

  • 52 Guilcher, Jean-Michel, La tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, p. 20-21, Paris, MCMLXIII
  • 53 Les statuts synodaux du diocèse de Saint-Brieuc (1498) s’en prennent aux fidèles qui dansent devant (...)
  • 54 Provost, Georges, op. cit. p. 43. Voir aussi sur le comportement des prêtres à cette époque : Minoi (...)

27Georges Provost, à nouveau, fait remonter l’ancienneté de la tradition52de luttes et de danses aux pardons au moins à la fin du XVe siècle53. Il en donne un exemple plus tardif, en 1583, autour de la chapelle vannetaise de Saint-Laurent de Kervignac « où ung chacun se réjouissoit à une danse généralle » et où le recteur fut tué d’un coup d’épée le jour du pardon par son frère, seigneur de la paroisse, qui lui reprochait de tenir « entre ses mains deux filles de mauvaise réputation avecq lesquelles il faisoict plusieurs gestes deshonnestes54 ».

28De tels désordres n’étaient pas faits pour réjouir le clergé qui prit des mesures contre les fauteurs de troubles. Ainsi lit-on dans les statuts diocésains promulgués en 1626 :

  • 55 Henry, F. M., Dom Maudez-René Le Cozannet, le diocèse de Tréguier au début du XVIIIe siècle, Saint- (...)

« Les impudences et les débauches scandaleuses qui se commettent sous ombre de ce que l’on appelle en ces païs, aires-neuves, renderies et fileries, où les hommes, femmes et filles s’assemblent et passent le temps en dissolutions, danses, paroles et actions impudiques, nous obligent de défendre à tous prêtres et ecclésiastiques de s’y trouver, ni de publier aux prônes des grandes Messes aucune des dites assemblées, comme étant à l’oppression du peuple ainsi que par arrêt du Parlement il aurait été jugé, et ce, sur peine de suspense pour un mois, ipso facto, si ce n’était avec Notre permission, pour l’entretien de quelques chapelles ou autres œuvres de piété, et cela sans aucune danse ny sonnerie55. »

  • 56 Ibidem.
  • 57 Ibid.

29En 1698, et à plusieurs reprises ensuite, le Parlement de Bretagne, portait « défense de tenir foires, marchés ou danses publiques les dimanches et fêtes à peine de 300 livres d’amende applicable moitié au Roi, le quart à la fabrique de la paroisse, et l’autre quart restant aux pauvres d’icelle56 ». Le 2 août 1708 à Guerlesquin l’évêque après avoir appris qu’un sonneur du nom de Guillaume Derrien « protestait de continuer de sonner les jours de festes et dimanches aux assemblées et dans les aires neuves contre les défenses de l’Église et de celles du Roi, demande aux recteurs du secteur de refuser l’absolution aux contrevenants57 ».

  • 58 D’après le calendrier perpétuel (Renseignement fourni par Arnaud Giraudon).
  • 59 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi. Le mariage fut célébré par le recteur de Cavan, Charles Beûret (...)
  • 60 Saint Gildas était aussi protecteur de la rage. C’est ce qui explique la présence dans la même chap (...)
  • 61 Voir aussi en Irlande Foires et fêtes de Lughnassa.

30C’est donc, comme l’indique la gwerz, autour de cette chapelle de Tonquédec, le jour du pardon, le premier dimanche de septembre, que se produisit la querelle, c’est-à-dire le 4 de ce mois 170758. La famille Le Roux était vraisemblablement habituée de ce lieu. Elle résidait d’ailleurs dans le manoir de Tromorvan sur les bords du Léguer à environ 2 kilomètres de là. C’est là aussi que Pierre Le Roux, sieur du Callouant, frère de Jan, épousa la damoiselle Hélène Roussel, dame de Runcuz le 8 avril 166859. Cet édifice que l’on fait remonter au XVe siècle ayant pour patron saint Gildas, abritait aussi la statue de saint Éloi. L’un et l’autre étaient grands protecteurs du bétail, comme le prouve l’abondance de fers à cheval apposés sur le mur autour de la statue du second60. On peut même imaginer que la fête religieuse fut doublée autrefois d’une grande foire aux bestiaux comme c’était le cas dans beaucoup d’autres endroits parrainés par les mêmes thaumaturges61.

31En Bretagne, il n’est pas de pardon sans buvette et c’est en effet autour des estaminets que les têtes s’échauffent, le ton monte et des assauts verbaux on passe rapidement aux coups. Dans la gwerz qui nous intéresse, il est question d’un cabaret sans que l’on sache vraiment si c’est là précisément que la bagarre commença. Les archives locales signalent l’existence d’un tel établissement situé à côté du manoir de Runcuz à quelques pas du siège de la juridiction de la seigneurie de Tonquédec qui se trouvait aussi tout près de la chapelle de Saint-Gildas. Ce bâtiment majestueux avec ses cheminées octogonales est toujours là, à côté de l’oratoire de Rubudas qui marque l’endroit où aurait dû être construite la chapelle du dernier seigneur de Tonquédec, le sieur du Quengo. On se trouvait là en fait au centre économique et juridique de Tonquédec.

  • 62 Mais peut-être s’agit-il d’une place auprès de l’auberge ? La place où se déroulait la foire aux ch (...)
  • 63 Registres paroissiaux, mairie de Lannion, renseignement figurant sur l’acte de mariage de Benjamin (...)

32Ce que dit la gwerz, c’est que le sieur du Porzlann se trouvait à l’auberge quand, sans doute, quelqu’un vint prévenir qu’il y avait une dispute entre deux vagabonds et que le sieur de Coatlouri était dans le coup et fort énervé. On comprend alors pourquoi, l’aubergiste avait demandé à Jan Le Roux, en sa qualité de capitaine de la paroisse, d’aller calmer les esprits. Vraisemblablement, l’altercation avait eu lieu sur la place62 de Tonquédec, où les protagonistes s’étaient rendus, car c’est là que le compositeur situe la scène suivante, celle du drame. Pierre de Coatloury, l’aîné de cette famille dont le père Yves était chevalier, chef de nom et d’armes, seigneur de Kerigomar et lieutenant des maréchaux de France63 et lui-même comte, ne s’était pas laissé impressionner par les injonctions du capitaine escuier Jan le Roux. La passe d’armes avait été rapide et, dit la gwerz, au premier coup d’épée de Coatloury, Porzlann qui ne s’y attendait pas, sans doute, était touché à mort.

Ar c’homt a en em dennas a-dren ur paz pe daou
Hag o treuzi he gleze indan he vron dehou !

Le comte se retira en arrière, un pas ou deux,
Et le traversa de son épée, sous le sein droit.

  • 64 Elle a aujourd’hui totalement disparu. Son existence est attestée par les documents d’archives et d (...)
  • 65 Hag fatikas gant-he ebars ale ar per, GW1 p. 112.

33Cette hypothèse de la place du bourg comme lieu du drame pourrait trouver une explication dans la scène suivante qui va se dérouler au manoir de Tromorvan, la résidence familiale des Porzlann. C’est là que la victime demande à être transportée pour mourir entourée des siens. Cette autrefois imposante demeure64 le long du Léguer, qui a gardé encore aujourd’hui ses deux moulins rénovés se situe à environ deux kilomètres de la chapelle. D’après les ruines qui subsistaient encore dans les années 1970, on note la présence d’une sorte de « jardin de curé » entouré de murs. C’est sans doute là, d’après la gwerz, que le sieur de Porzlan s’évanouit, « dans l’allée des poiriers65 ». En effet dans ce genre de jardin, les parcelles potagères pouvaient être traversées par des fruitiers en cordons ou en fuseaux. Ce jardin situé du côté sud du manoir était accessible par un long chemin creux venant du bourg. Si le meurtre avait eu lieu près de la chapelle Saint-Gildas, le mourant aurait été conduit par un autre chemin côté nord et n’aurait sans doute pas traversé le jardin. On peut aussi faire l’hypothèse d’une allée de poiriers comme on en voit encore dans la région que l’on nomme « kopper » (kozh per ?) et qui aurait pu être située au nord mais par conséquent entre la rivière et le bois.

  • 66 Les morts étaient portés à bras, le cercueil porté sur des serviettes dont les porteurs tenaient le (...)
  • 67 Vérification effectuée aux Arch. dép. des Côtes-d’Armor dans les registres paroissiaux.

34Le chant dit ensuite que le sieur de Porzlann fut transporté sur des « serviettes66 ». Enfin, on en arrive aux dernières heures de Jan Le Roux que l’on a installé dans son lit au manoir de Tromorvan et là, il y a, je l’ai déjà dit, un petit décalage entre la gwerz et la réalité. En effet, le sieur de Porzlann ne mourut pas sur le coup mais trois jours après, le 7 septembre 1707. Ce qui pourrait vouloir dire que la chanson ne fut pas composée immédiatement après le drame. Le fut-elle aussitôt après la mort de Jan Le Roux ? On peut également se poser la question. Cela expliquerait quelques incertitudes contenues dans la composition. En effet à l’article de la mort le sieur de Porzlann aurait exprimé ses dernières volontés à sa famille réunie autour de lui. La gwerz dit qu’il avait à son chevet sa femme, ses trois fils, et ses filles (sans précision de nombre ici). On remarque que le compte n’y est pas pour les premiers. À cette date, les quatre fils étaient en vie67. Il en manque donc un.

  • 68 Il y avait bien un prêtre dans la famille Le Roux : François Corentin Le Roux, docteur en Sorbonne (...)
  • 69 L’acte de décès a aussi été consigné à Tréguier par le prêtre de la paroisse de Saint-Sébastien (à (...)
  • 70 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E 1/70. Je remercie madame Blanc de m’avoir mis sur la piste de ce (...)
  • 71 Il est intéressant de souligner que dans le cas des chansons sur feuilles volantes la tradition est (...)

35S’adressant tour à tour à ses garçons, il demande à l’aîné de prendre sa place de capitaine de la milice de Tonquédec, au cadet de poursuivre ses études pour devenir prêtre et au benjamin de rester à la maison protéger sa famille. Je n’ai pas trouvé de preuve confirmant les carrières respectives des deux premiers en dépit des nombreuses mentions de leurs noms lors de baptêmes ou mariages dans la paroisse68. En revanche j’ai remarqué que Guillaume, le fils aîné était décédé un an après son père non pas à Tonquédec mais à Tréguier le 28 avril 1708 âgé d’environ 21 ans69. On peut supposer qu’il mourut dans cette ville où l’on formait des prêtres et que par conséquent il se serait trouvé là parce qu’il y était écolier. À cette date par conséquent, la famille Le Roux ne comportait plus que trois fils. De même en 1710, lorsque Jaquette Le Coniac se présente chez le notaire Le Bricquir à Lannion pour finaliser avec la veuve du sieur de Coatlouri « la sentence rendue le cinquième juin dernier en la juridiction de Tonquédec au sujet de la mort dudt escuier Jan Le Roux sieur de Porzlan, contre messire Pierre de Coatloury chevalier seigneur dudt lieu70 », on note effectivement la présence de trois fils. On peut donc se demander si la chanson n’aurait pas été composée à la suite de ce jugement71, c’est-à-dire trois ans après l’événement, ce qui pourrait expliquer pourquoi il n’est question que de trois garçons. François, François-Corentin et Jan-Baptiste firent en effet souche à Tonquédec.

La suite du drame

  • 72 Acte notarié établi à Lannion le premier de décembre mil sept cent dix, Arch. dép. des Côtes-d’Armo (...)

36Sans ce document de Le Bricquir, notaire à Lannion72, il n’aurait pas été possible de vérifier l’authenticité de l’information contenue dans le chant populaire, à savoir le crime de même que l’identité du criminel. Mais sans la gwerz, on n’aurait pas pu non plus retracer les circonstances du drame. Documents d’archives et tradition orale se complètent bien ici pour reconstituer une page de l’histoire événementielle d’une paroisse. De plus, l’acte notarié nous permet de connaître les suites de l’affaire.

37Elle fut jugée par la juridiction de Tonquédec et ne connut effectivement son épilogue que trois ans après les faits, exactement le 5 juin 1710. Le principe d’un arrangement à l’amiable semble avoir été adopté sous forme d’une rente dont s’obligeait Marie Janne de Lage veuve de messire Yves de Coatloury au profit d’une part de Jacquette Le Coniac veuve de Jan Le Roux dame de Porzlann et d’autre part de ses enfants dont elle était « tutrice et curatrice : escuiers François Corentin le Roux, sieur de Porzlan, Jean-Baptiste et François le Roux, demoiselles marguerite, et jaqueste le Roux enfants mineurs de leur mariage, et demoiselles helenne perronnelle et louise perronnelle le Roux, enfants majeurs dud mariage demeurant en leur manoir de Tromorvan, paroisse de Tonquédec ».

38L’acte du notaire Le Bricquir, daté du 1er décembre 1710, indique que sont présentes à son étude la dame de Coatloury, la dame de Porzlann et ses deux filles majeures. Le montant du préjudice subi par la famille de la victime a été estimé par les juges à 6 300 livres, et la dame de Coatloury, qui est tenue de se substituer à son fils Pierre, s’engage à s’acquitter immédiatement d’une somme de six cents livres, et de quatre cents autres à la Saint-Michel suivante. Ces 1 000 livres sont réclamées en priorité par la dame de Porzlann pour en faire une aumône et une fondation à l’église de Tonquédec, ce qui conforte l’idée de piété de cette dame soulignée par la gwerz. La débitrice qui, à ce moment-là, a fait le voyage de Moréac, où elle a également un château, à Lannion, trouve ces fonds en procédant à un emprunt auprès de la fabrique de Caouënnec.

39Le reste de la somme due pour réparation par les Coatloury (5 300 livres) devra être versé sous forme d’une rente à la famille de Porzlann. Diverses garanties sont énumérées dans l’acte notarial, notamment le transfert aux Le Roux d’une créance qui existe sur un sieur de Keraoul Lestic : ce dernier paie une rente au fils Coatloury, il sera désormais tenu de la verser aux Le Roux.

  • 73 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi 87.

40Que peut-on déduire de l’absence de Pierre lors de ce règlement en l’étude de maître Le Briquir ? Avait-il été condamné à faire de la prison ? Était-il resté dans le pays ? Les archives indiquent qu’il avait épousé Marie-Jeanne de la Noé dont il eut une fille en 1719. On apprend par ailleurs son décès à Caouënnec en 1720 à l’âge de trente-sept ans73. Cette disparition aurait-elle un lien avec le meurtre ? Le recteur de Caouënnec ne signe pas l’acte – le siège de la trève était-il vacant ? Si oui pourquoi le curé de la paroisse mère Cavan ne signe-t-il pas ? Pierre était-il banni dans sa paroisse ? – et le premier à signer est encore un Leroux, recteur de Quemperven.

  • 74 Marie-Yvonne (1719-1767).

41À cette date, sa mère avait quitté la région de Lannion. Comme je l’ai dit, elle vivait en son château de Moréac dans l’actuel Morbihan. Le document qui nous donne ces renseignements est encore un acte notarié établi par maître Le Bricquir par lequel la dame de Coatloury fait don de ses biens à son fils Benjamin le 26 septembre 1720. C’est vraisemblablement la mort récente de Pierre, son aîné, qui la motive car elle exclut sa petite-fille74de ce contrat :

  • 75 « juveigneur » : un cadet à l’égard de l’aîné.
  • 76 « par exprés » : qui est précis, en termes formels, pour une cause ou un dessein particulier.
  • 77 « soumission » ou « submission » : obligation, promesse de payer.
  • 78 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E 1/70, document daté du 26 septembre 1721.

« À Monsieur Benjamin de Coatloury, Marc-Antoine de Coatloury et dame Janne Marie de Coatloury, dame de Bréquigny, ses enfants juveigneurs75 et par exprès76 audit Messire Benjamin de Coatloury son premier cadet au profit duquel elle prétend et entend faire la présante donnation, prefferable ment de tous autres sieur et dame ses juveigneurs ou seconde cadete, declarante aussi ladite dame donatrice que le cas avenans que ledit sieur Benjamin de Coatloury décéda sans héritiers avans le decez de ladite dame sa mère, le sieur son frère et dame sa sœur jouiron de la présante donation prefferablement à l’heritière de déffunt Messire Pierre de Coatloury chevallier seigneur dudt lieu son fils aîné qui ne pourra pas prétendre dans cette donnation, soit par soumission77 ou autre cause que ce soit estante d’ailleurs ladite héritière aînée et présomptive héritière principale et noble assez avantagée par la Coutume du pais, laquelle donnation passera successivement en cas de decez dudt Messire Benjamin de Coatloury aux autres dits juveigneurs et l’un après l’autre, et suivant leur ordre et rang78…»

42Arrêtons là nos recherches à ce sujet et passons à cette dernière question de savoir qui pourrait avoir été l’auteur de la gwerz.

L’auteur de la gwerz et ses personnages

43Les chansons de tradition orale ne fournissent d’habitude que peu de renseignements concernant leurs auteurs, ce qui a pu faire dire à certains que ces chansons étaient anonymes. Dans une grande partie de ce que nous ont livré les collecteurs du XIXe siècle, les nobles sont en général présentés sous un angle défavorable. C’est pourquoi Louis Le Guennec écrit :

  • 79 Le Guennec, Louis, La Légende du marquis de Guerrand et la famille du Parc de Locmaria, p. 3, Quimp (...)

« Des soixante-dix-neuf gentilshommes mis en scène dans le recueil des gwerziou et des soniou Breiz-Izel, quarante-cinq au moins, soit près des deux tiers, y paraissent en posture désavantageuse ou ridicule. Quand ce ne sont point des meurtriers, des suborneurs, des spadassins, ce sont des larrons ou des dupes79. »

44Cette peinture de véritables tyranneaux de villages laisse penser que les compositeurs seraient plutôt à chercher du côté du peuple qui voudraient se venger ainsi des exactions des gentilshommes à leur égard en utilisant l’arme du verbe et de la chanson. Ce ne semble pas le cas ici car l’impression est inverse. Le seigneur de Coatloury est présenté tout d’abord comme quelqu’un qui, nous l’avons dit, vient naturellement à un pardon pour assister à la célébration religieuse puis prendre part aux danses qui suivent comme ce pouvait être le cas dans ces petits pardons aux chapelles.

Ar c’homt a Goat Louri, euz a dreo Kaouennek
Zo êt da bardon Sant-Weltaz, da barous Tonkedek
Ha n’hen doa ken deseign na ken intansion
Met en finn ar pardon, ober d’ar zoner zôn.

Le comte de Coat-Louri, de la trêve de Caouënnec
Est allé au pardon de Saint-Gildas, en la paroisse de Tonquédec
Et il n’avait d’autre dessein, d’autre intention
Que, vers la fin du pardon, faire au sonneur sonner.

  • 80 Traduction : Quand il s’élève quelque affaire, quelque querelle dans le pays/Ce ne sont pas les gen (...)
  • 81 Hélas, le chanteur ne nous en dit pas plus. Peut-être est-ce volontaire ? Disons toutefois que c’es (...)
  • 82 Il est intéressant de noter que dans la version manuscrite de 1854, le chanteur populaire a mis cet (...)

45L’auteur semble effectivement avoir une haute estime des gentilshommes. Il affirme que jamais des gens d’honneur, c’est-à-dire des nobles, ne seraient à l’origine d’une querelle dans le pays dans une sentence presque proverbiale : Na pa sav nep affer, nep kerel dre ar vro/Neo ket tud a enorkenta ho c’homanso80. Toutefois, comme souvent dans ces histoires, il y a un bon et un méchant. Il prend nettement parti pour Porzlann. Il présente Coatloury comme un personnage coléreux et emporté. Il ne précise pas la raison de cette colère, du moins dans ce que nous restitue le chanteur. On suppose que la colère a un lien avec la querelle des deux vagabonds de Ploubezre. De même il accuse Coatloury d’avoir tué Porzlann par trahison sans donner, là non plus, d’autres détails81. Comme s’il était le chef de la paroisse, il s’adresse directement à ceux qui l’écoutent, on pourrait presque dire à ses ouailles comme s’il les avait là sous les yeux. Comme du haut de sa chaire, il les apostrophe, il les sermonne, leur reproche d’avoir laissé faire les deux protagonistes. Il va même jusqu’à les traiter de « lâches82 ». De plus, il présente la victime comme un homme qui est prompt à chercher à apaiser les esprits. C’est ce que Porzlann fait quand il répond immédiatement à la demande de l’hôtelier d’aller calmer les deux vagabonds batailleurs afin d’assurer la bonne tenue du pardon. Tous ces éléments révèlent l’extrême présence de l’auteur dans cette composition.

  • 83 On remarque qu’il vouvoie ses enfants comme c’était la coutume chez les nobles.

46Ce n’est pas tout. Il insiste encore sur la miséricorde que le sieur de Porzlan accorde à son meurtrier quand il renonce à l’idée de vengeance suggérée par sa femme pour au contraire placer sa confiance en la justice en dépit de la traîtrise de celui qui l’a blessé à mort. Avec ses enfants aussi, Porzlann est plein d’amour et de charité83. Il n’en veut pas aux paroissiens de Tonquédec de n’être pas intervenus dans la bagarre pour le sauver d’une trahison et il va même jusqu’à demander à son fils de prendre sa place de capitaine et ainsi de les protéger et surtout de ne pas les abandonner.

  • 84 C’est aussi un cliché des chants traditionnels. On le retrouve d’une certaine manière dans la compo (...)
  • 85 La petite noblesse du Trégor, nombreuse et peu fortunée, trouve pour ses cadets un débouché dans la (...)
  • 86 Il s’agit vraisemblablement d’un beau tablier brodé tel qu’en portaient les femmes le jour de leur (...)
  • 87 Rappelons aussi l’aumône et la fondation qu’elle fait à l’église de Tonquédec confirmant par là cet (...)

47La reconnaissance et, sans doute, les regrets des habitants de Tonquédec se manifestent par le fait que ce furent les quatre hommes les plus forts de la paroisse84, pewar chorf ar gwela a barous Tonkedek, qui le portèrent de la chapelle au manoir respectant ainsi sa volonté. En outre le sieur de Porzlann pousse son second fils à devenir prêtre85 et il ordonne au troisième, très jeune, de rester avec sa mère et ses sœurs. Il est donc dépeint ici à la fois comme bon époux et bon père car soucieux de l’avenir des uns et des autres, c’est-à-dire de ceux qu’il laisse derrière lui. Enfin, au moment de rendre l’âme, il réagit en bon chrétien en demandant de prier pour lui, en assurant que dans l’au-delà, il priera pour sa famille, en implorant le pardon de Dieu et de la Vierge avant de se présenter devant eux. Sa femme également bonne catholique, voue son mari à nombre de places saintes et fait don de son tablier86 à monseigneur saint Gildas, da galz a blaso santel e d-eus han bet gwestlet/Roï a ra he davanjer d’ann otro sant Weltas87.

48Au total, on pourrait dire que l’auteur de cette gwerz nous présente là le tableau classique d’une bonne famille chrétienne. C’est pourquoi, je verrais assez bien un ecclésiastique derrière une telle composition. Cette impression est renforcée en outre par le vocabulaire employé qui comporte de nombreux termes d’origine française : komt, trev, pardon, parous, deseign, intansion, soner, son, afer, kerel, enor, chomanso, vagabon, hostiz, gwaleur, ar finn, koleret, autra-mant, gabarad, seset, respontet, puisant, paz, parlant, paroasionis, lach, kabi-tenn, ar plaz, drahison, komun, blaso santel, maner, serviedenno, reket, revanch, rebecho, justis, chorf, giz, abandonet, studiet, poursuet, sonj, sakrifiso, adieu, heur, pardon. Cela correspond bien à ce que l’on appelle le breton de prêtre, le brezhoneg beleg. On note aussi l’emploi d’alexandrins et de quatrains, ce qui nous met encore sur la piste d’un compositeur lettré quand on sait que la poésie populaire préfère les huit ou treize pieds présentés en distiques.

49En composant cette gwerz l’homme d’église aurait ainsi rempli deux objectifs, d’une part, perpétuer le souvenir d’un événement douloureux du village, d’autre part souligner un comportement chrétien susceptible de servir l’enseignement de la chaire.

  • 88 Voir Philippe, Jef, op. cit., p. 74-79, 1995. Charles Beuret fut recteur de Cavan de 1669 à sa mort (...)

50Tout cela m’amène à me demander si l’homme d’église qui pourrait se cacher derrière cette composition ne serait pas un émule de Charles Beûret (1635-1693), recteur de Cavan, ami de la famille Le Roux Porzlann qui célébra justement le mariage de Jan et de Jacquette le Roux à Tonquédec en 1680 et qui était poète à ses heures88? Ce ne serait pas impossible mais cela ne nous donne malheureusement pas son nom.

51On peut alors imaginer que ce chant aurait débuté sa carrière par l’intermédiaire d’un prêtre dans le cercle restreint de cette petite noblesse, assez nombreuse et bilingue dans ce secteur trégorrois. Il serait ensuite passé oralement dans le peuple par l’intermédiaire d’un tailleur, d’un fermier, d’un valet ou d’une servante. On aurait alors là un exemple d’une œuvre de lettré tombée dans le répertoire paysan et entretenue dans les mémoires jusqu’au milieu du XIXe siècle au moins. Toutefois, sa courte durée de vie et sa faible circulation dans l’espace ne lui aurait pas permis de folkloriser autant que d’autres gwerziou de ce genre.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 – Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne, recueillis et traduits par François-Marie Luzel. Gwerziou II, p. 110-113.

Ar c’homt a Goat-Louri hag an Otro Porz-Lann

Ar c’homt a Goat-Louri, euz a dreo Kaouennek
'Zo êt d’bardon Sant-Weltas, da barous Tonkedek
Ha n’hen doa ken deseign na ken intansion
Met, en finn ar pardon, ober d’ar zôner zôn.

Na pa sav nep affer, nep kerel dre ar vro,
N’eo ket tud a enor kenta ho chomanso ;
Ma eo daou vagabon, oa etre-z-he affer,
A-boe ul leur-newe en pardon* Ploubezr. (parous ?)

Ann hostis a lâre da Borz-Lann : – Et er-meaz,
P’autramant 'vô gwaleur a-benn finn ann dewez ;
Ar c’homt ar Goat-louri 'zo meurbet koleret,
Otro, êt d’hen kavet, ouzoc’h e sent bepred.

Ann otro a Borz-Lann, evel m’hen eûs klewet,
Prompt e-meaz ar gabarad a zo dilammet,
Hag 'n eûs lâret d’ar c’homt, euz a greiz he galon :
Otro, seset ho koler, koll 'refet ar pardon.

Ar c’homt a Goat-Louri hen eûs bet respontet,
D’ann otro a Borz-Lann, 'vel m’hen eûs bet klewet
Em dennet, otro Porz-Lann, em dennet, it a-dre,
P’autramant m’ho treuzo raktal gant ma chleve !

Ann otro a Borz-lann, dre ma oa puisant,
N’eure ket kalz a van 'wit hen klewet 'parlant.
Ar c’homt a em dennas a-dren ur paz pe daou,
Hag o treuzi he gleve indan he vron deou !

Paroasianis Tonkedek, c’hui a zo bet tud lach,
Lest lac’ha ho kabitenn, ha c’hui holl war ar plaz !
Paroasionis Tonkedek allas ! ne wient ket
'Vije ho chabitenn dre drahison lachet.

He bried, he vugale, p’ho d-eus klewet ar vrud
Penoz ez oa lac’hed, komun e-touez ann dud,
Penoz 'oa 'r vrud komun da lâret oa lached
E-kichenn ar gerel ez int bet em rentet.

He bried karanteùz, pa d-eûs han bet gwelet,
Da galz a blaso santel e d-eûs han bet gwestlet,
Roï a ra he davanjer d’ann otro sant Weltas.
He fried karanteùz out-hi neuze a gomzas :

Otro Doue, ma fried, penamet ho pe poan,
'C’houlennan mont da verwel da vaner Tromorvan.
Kregi 'rejont en-han ewit hen kas d’ar gêr,
Hag fatikas gant-he ebars ale ar per.

Pewar chorf ar gwela a barous Tonkedek
War bouez serviedenno ho d-eûs han bet douget ;
War bouez serviedenno ho d-eûs han bet douget
Da vaner Tromorvan p’hen defoa goulennet.

P’oa diwisket he dillad, hag êt en he wele,
He bried karanteùz 'd-eûs bet lâret neuze :
Me 'c’h a brema da Roazon 'wit ober ur reket
'Wit revanch ma fried a renkan da gavet !

Chommet er gêr, ma fried, ha lest ho rebecho,
Justis 'reïhe dever, goude ma vinn maro ;
Mar et brema da Roazon, birwikenn n’am gwelfet
Met ma chorf en ur bez, en bered Tonkedek !

Ann otro a Borz-Lann, karanteùz meurbed
'C’houlenn he vugale holl da dont d’hen gwelet,
Hag etal he wele pa 'z int bet arruet,
Gant karantez out-hè er giz-ma, 'n eûs komzet :

C’hui, 'me-z-han, mab hena, c’hui a zo ar chôsa,
'Lakan da gabitenn ebars ma flaz brema,
'Lakan da gabitenn en parous Tonkedek,
Beet sonj anezhe, n’ho abandonet ket.

C’hui, ma mab etre-hena, c’hui a zo studiet,
Poursuët a wir galon ewit bea bêlek ;
Ho pet sonj a-c’hanon 'n hoc’h holl sakrifiso
Me am bô sonj anoc’h bars ma holl bedenno.

C’hui, 'me-z-han, ma mab bihan, c’hui 'zo iaouank meurbed
'Bedan d' chomm gant ho mamm ha gant ho c’hoerzed
'Bedan d' chomm gant ho mamm ha gant ho c’hoerzed
ha bet soign anezhe, n’ho abandonet ket !

Arsa 'ta ! ma fried adieu dach e laran,
Breman 'eo rêd merwel, deut eo m' heur diwezan ;
Pardon 'ta, ma Doue, pardon, Gwerc’hes Vari,
Bezet sonj ac’hanon war-benn ma 'z inn d’ho ti !

Kanet gant Garandel, leshanvet kompagnon-dall.
Plouaret 1844

Traduction

Le comte de Coat-loury et le seigneur de Porz-lann

Le comte de Coat-Louri, de la trêve de Caouënnec,
Est allé au pardon de Saint-Gildas, en la paroisse de Tonquédec
Et il n’avait d’autres dessein, d’autre intention
Que, vers la fin du pardon, faire au sonneur (ménétrier) sonner.

Quand il s’élève quelque affaire, quelque querelle dans le pays
Ce ne sont pas les gens d’honneur qui commenceront.
Ce sont deux vagabonds qui avaient entre eux une affaire
Depuis une aire neuve, en la paroisse de Ploubezre. (le texte breton dit : pardon)

L’hôtelier disait à Porzlan : – Sortez,
Ou il arrivera malheur avant la fin de la journée :
Le comte de Coat-Louri est fort en colère
Seigneur, allez le trouver, il vous obéit toujours.

Le seigneur de Porzlan, sitôt qu’il l’a entendu,
Promptement hors du cabaret a sauté,
Et il a dit au comte, du milieu de son cœur :
Seigneur, cessez (apaisez) votre colère, vous perdrez le pardon.

Le comte de Coat-Louri a répondu
Au seigneur de Porzlan, sitôt qu’il l’a entendu :
– Retirez-vous seigneur de Porzlann retirez-vous, allez en arrière,
Ou je vous traverserai, sur le champ, de mon épée !

Le seigneur de Porzlan, parce qu’il était puissant
Ne fit pas grand cas pour l’entendre parler.
Le comte se retira en arrière, un pas ou deux,
Et le traversa de son épée, sous le sein droit !

Paroissiens de Tonquédec, vous avez été des lâches,
(Vous qui avez) laissé tuer votre capitaine, étant tous sur la place !
Les paroissiens de Tonquédec hélas ! ne savaient pas
Que leur capitaine serait tué par trahison.

Sa femme, ses enfants, quand ils ont entendu le bruit
Qu’il était tué, (le bruit) commun dans la foule
Le bruit commun de dire qu’il avait été tué,
Se sont rendus sur le lieu de la querelle

Sa femme aimante, quand elle l’a vu,
L’a voué à nombre de places saintes.
Elle donne son tablier à monseigneur saint Gildas
Son époux aimant alors lui parla (ainsi) :

 – Seigneur Dieu, mon épouse, n’était pas votre peine
Je demande à aller mourir au manoir de Tromorvan
On le prit, pour le porter chez lui,
Et il s’évanouit dans l’avenue des poiriers.

Quatre corps (hommes) les meilleurs de la paroisse de Tonquédec,
Sur des serviettes l’ont porté ;
Sur des serviettes ils l’ont porté
Au manoir de Tromorvan, puisqu’il l’avait demandé.

Quand on l’eut déshabillé et qu’il fut dans son lit,
Sa femme aimante a dit alors :
– Je vais à présent, à Rennes, pour faire une requête,
Car il me faut vengeance de la mort de mon mari !

Restez à la maison, ma femme, et laissez vos reproches,
La justice fera son devoir, quand je serai mort ;
Si vous allez à présent à Rennes, jamais vous ne me reverrez,
Si ce n’est mon corps dans un tombeau, dans le cimetière de Tonquédec !

Le seigneur de Porzlan, plein de charité,
Appelle tous ses enfants pour venir le voir,
Et quand ils sont arrivés auprès du lit,
Avec amour, il leur parla de cette façon.

Vous, dit-il, mon fils aîné, vous êtes le plus âgé,

Et je vous mets capitaine, à présent, en ma place,
Je vous mets capitaine de la paroisse de Tonquédec,
Songez à eux (aux habitants), ne les abandonnez pas.

Vous, mon second fils, vous qui avez étudié,
Poursuivez, de bon cœur, afin d’être prêtre.
Souvenez-vous de moi, dans tous vos sacrifices,
Moi aussi je me souviendrai de vous, dans toutes mes prières.

Et vous, mon petit enfant, vous êtes encore bien jeune
Et je vous prie de rester avec votre mère et vos sœurs,
Je vous prie de rester avec votre mère et vos sœurs,
Ayez soin d’elles, ne les abandonnez pas !

Allons ma femme, je vous dis adieu ;
Il faut mourir, à présent, mon heure dernière est venue.
Pardon donc, ô mon Dieu, pardon, Vierge Marie,
Souvenez-vous de moi quand je me présenterai à votre maison.

Chanté par Garandel, surnommé compagnon l’aveugle
Plouaret 1844

[On voit encore les ruines de l’ancien château de Coat-Loury, en la commune de Caouënnec à environ 6 kilomètres au sud-est de Lannion. Le manoir de Tromorvan est en la commune de Tonquédec, commune contiguë sur le bord de la rivière Léguer.]

Annexe 2 – Ms 1023 Cahier 9 pièce 23 Fonds Luzel, Les Champs libres, Rennes

An aotro Porz-Lann

N’aotrou a Borz-Lann a neûs prometet Mont da bardon st Weltas da barrous Tonquédec Ac nhen defoa qen desseign qen intantion Med ken da fin ar pardon ober d’ar sôoner sôon.
An hostisez pe glewas : – Aotro Porz-Lann eet er maes P’autramant veso malheur benn vo fin d’an dewez Ar c’homt a Coatheloury zo meurbet koleret Aotrou Porzlann eet d’hen cavet, ouzoc’h a sennt bopred.
An aotro a Borz-Lann caranteus meurbet é maès ar gabaret a so bet sortiet A neus lavaret désan, deus a greiz hi galon Aotro apaiset ho koler coll a reet ar pardon
Ar c’homt a Coatheloury desan a neus laret N’emm retir diout-han pe hen digé lazet An aotro a Borz-Lann dre ma oa puissant Ne ra qet calz a etat wit hen clevet o parlant.
Ac hen n’emm retiras neusé eun paz pe daou Ma neus plantet hi gleze dindan hi vromm deo.
Hi wreg hac hi vugale pa deus clevet ar vrud A oa blesset ho zad, commun hen tré an dud Da grial ac da ouelan a hint bet commanset Da galz a blaco devot a deveus han gwestlet.
Parroisianis Tonquédec c’hui so bet tud lach Laisell lazan ma fried a c’hui oll oar ar plaçz Paroissianis Tonquédec allas na ouig-hint qet A glefoa ho c’habiten bean oar ar plaçz lazet.
An aotro a Borz-Lann caranteus meurbet
N’eus galvet hi vugalè da donet d’hen cavet
C’hui mésan, ma mab hénan, dre ma zoc’h ar c’hôssan
Lakaan da gabiten ébars ma flacz breman.
Lakaan da gabiten hen parrouz Tonquédec Beset jong a nèsé n’ho abandonnet qet
C’hui ma mab entré c’hénan so ar guellan disqet
Ac a so war ar study e-wit bèsan bèlek
Beset jong ac’hanon hen ho sacrifiço
Me am bô jong ac’hanoc’h bars ma oll bedenno
Ac c’hui ma mab bihan so iaouankik meurbet A chômo gant ho mam ac gant ho c’hoerezet Best song a nésé, n’ho abandonnet qet Brèma mesan, ma friet, penavert hô bè poan Desiran mont da vervel da Vaner Trômorvan
Pewar c’horf ar re guellan a barous Tonquédec Di-war boez serviedenou a deus han transportet Da Vaner Tromorvan pa nefoa goulennet Hen creïz âlé ar per digant-é a zé coëet
Adieu a laran breman da barrous Tonquédec Goudè da barrous Cavan drew outi Caouennec.

Keroual 25 décembre 1854
(texte écrit au crayon et recopié à l’encre par dessus)

Traduction

Le seigneur Porz-Lann

Le seigneur de Porz-Lann a promis
D’aller au pardon de Saint-Gildas dans la paroisse de Tonquédec
Et il n’avait d’autre but ou intention
Que de faire sonner le sonneur à la fin du pardon.
L’aubergiste quand elle entendu : Seigneur Porz-Lann, sortez
Ou il y aura quelque malheur pour la fin de la journée
Le Comte de Coat-loury est très en colère
Seigneur Porz-Lann allez lui dire, à vous il obéit toujours.
Le seigneur de Porz-Lann très aimable
Est sorti du cabaret
Il lui a dit du fond du cœur
Seigneur, apaisez votre colère, vous allez gâcher le pardon.
Le Comte de Coat-Loury lui a dit
De s’écarter de lui ou il le tuerait
Le seigneur de Porzlann comme il était puissant
Ne fit pas cas de l’entendre parler ainsi.
Et il recula alors d’un pas ou deux
Et lui donna un coup d’épée sous le sein droit.
Sa femme et ses enfants, lorsqu’ils ont appris la nouvelle
Que leur père était blessé, (nouvelle) qui courait parmi la foule
Ils se sont mis à crier et à pleurer
Elle l’a voué à nombre de lieux saints
Paroissiens de Tonquédec vous avez été des lâches
De laisser tuer mon mari alors que vous étiez sur la place
Les paroissiens de Tonquédec, ne savaient pas hélas
Que leur capitaine devait être tué sur la place.
Le seigneur de Porz-Lann très aimable
A demandé à ses enfants de venir le trouver
Vous, dit-il, mon fils aîné, puisque que vous êtes le plus âgé
Je vous donne ma place de capitaine maintenant.
Je vous fais capitaine de la paroisse de Tonquédec
Pensez à eux, ne les abandonnez pas.
Vous mon fils cadet, vous êtes le plus instruit
Vous étudiez pour être prètre
Pensez à moi dans tous vos sacrifices
Je penserai à vous dans toutes mes prières.
Et vous mon petit enfant, vous êtes très jeune
Vous resterez avec votre mère et vos sœurs
Pensez à elles, ne les abandonnez pas.
Maintenant, dit-il, mon épouse, n’était pas votre peine
Je désire aller mourir au manoir de Tromorvan
Quatre corps (hommes) des plus forts de la paroisse de Tonquédec
L’ont transporté sur des serviettes
Au manoir de Tromorvan comme il l’avait demandé
Il s’est évanoui dans l’allée des poiriers.
Je dis maintenant adieu à la paroisse de Tonquédec
Puis à la paroisse de Cavan trève de Caouennëc.

Annexe 3 – Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E1/70 1er décembre 1710

« Ce jour premier de décembre mil sept cent dix devant nous nottaires royaux hereditaires en tréguier au siège de lannion soussignans ont comparu personnellement dame jaqueste Le Coniac veuve et communière d’Escuier Jan Le Roux, sieur de porzlan tutrice et curatrice d’escuiers François Corentin le Roux, sieur de Porzlan, Jean-Baptiste et François le Roux, et demoiselles marguerite, et jaqueste le Roux enfants mineurs de leur mariage, et demoiselles helenne perronnelle et louise perronnelle le Roux, enfants majeurs dud mariage demeurant en leur manoir de Tromorvan, paroisse de Tonquédec, évêché de tréguier estant à présant en cette ville de lannion lesquels ont cedez tous leurs droits et prétentions générallement sans réformation, réparation civile, somme pour prier Dieu, aumone, dépens, epices et retraits de la sentence rendue le cinquième juin dernier en la juridiction de Tonquédec au sujet de la mort dudt escuier jan Le roux sieur de Porzlan, contre messire Pierre de coatloury chevalier seigneur dudt lieu, A dame Marie Janne de Lage veuve de messire Yves de Coatloury demeurant en son château de Moréac Évêché de Vannes estante à présant en cette ville de lannion, présante stipulante et acceptante personnellement pour et en faveur de la somme de six mille trois cent livres à valloir en laquelle somme la dite dame de Coatloury s’est obligée et s’oblige de payer huit jours après que le présent acte aura esté décrété en justice par avis des parents des mineurs, la somme de six cent livres et celle de quatre cent livres à la saint Michel prochaine venante à la dame de porz-lan dont les quittances vaudront comme si elles estoient signées desdt demoiselles ses filles majeures parce que ladite dame de Porzlan s’oblige de faire ladite fondation et de payer ladite aumone à Nouel prochain en un an, du payement et laquelle aumone ladite dame de porzlan retirera un certificat du sieur recteur et provost de la paroisse de Tonquédec qu’elle délivrera à ladite dame de Coatloury, avec une copie de l’acte de fondation estant remboursée des frais dudt acte et pour le payement du surplus qui est la somme de cinq mil trois cent livres ladite dame de coatloury pour elle ses hoirs, successeurs et causeayant a vendu cédé et quité et transporté sur l’hypothèque général de tous et chacun ses biens meubles et immeubles présents et futurs la somme de deux cents quatre vingt quatorze livres huit sols six deniers de rente constituée au denier dix huit, payable à la dite dame de Porzlan le Roux en privé nom, et en ladite qualité (de mère des mineurs ?) dans cette ville de Lannion quitte et sans déchets, à commencer le premier payement de ce jour en un an et à l’avenir à perpétuité jusques à l’affranchissement de ladite somme principale de cinq mil trois cent livres et que la dt dame de coatloury pourra faire quand bon lui semblera par parcelle à raison de mil livres chaque payement parce que à proportion dudt payement la dt rente diminuera à la susdite raison du denier dix huit, Au payement de laquelle rente de deux cent quatrevingt quatorze livres huit sols six deniers ladite dame de coatloury délègue le sieur de Keraoul Lestic sur et en diminution de la rente qu’il doit au sieur de Coatloury son fils, se réservant le surplus et ses autres droits vers ledt sieur de keraoul, lequel dit sieur de keraoul, ladite dame de Coatloury s’oblige de le faire sattourner (?) et obliger à ses frais sous le temps du premier payemant qui sera comme dit et à ce jour en un an, conditionné que faute de payement de trois années, ou le decez (décès) arrivant à la dt dame de coatloury sa succession soit acceptére sous bénéfice d’inventaire ou en cas de diminution d’hypothèque, le présant contrat de constitution sera converty, l’un de ces cas, arrivant en obligation pure et simple pour ladite dame de porzlan, en exiger le payement du sort principal et des arrerages, au moyen desquelles conditions et obligations ladite dame de Coatloury est subrogée dans tous les droits, noms, et actions de ladite dame de porzlan le Roux et enfants vers ledt sieur de Coatloury son fils pour les exercer ainsi qu’elle le verra sans aucune garantie vers ladite dame de Porzlan le roux et enfants, laquelle s’oblige personnellement de faire subsister le présant (acte) tant pour elle que pour ses mineurs et delivrera lors du payement de ladite somme de six cent livres à ladite dame de Coatloury la grosse de la sentence dudt jour cinquième juin dernier et demeure l’instance de saisie plegemens et arrests faits de la part de ladite dame de porzlan sur les vassaux, fermiers et tenantiers de ladite dame de Coatloury et ceux dudit sieur de coatloury, assoupis (?) et termine sans dépens de part ny d’autre parce que ladite dame de Coatloury promet de liberer et faire ladite dame de Porzlan quite de tous frais que pourraient prétendre lesdt vassaux fermiers et tenantiers desquels ladite dame de porzlan donne main levée, ce que les parties ayant ainsi voulu et promis tenir sans y contrevenir, ladite dame de coatloury sous l’obligation de tous et chacun ses biens meubles et immeubles prezants et futurs qu’elle a affectez pour l’éxécution entière du presans, nous les avons à leur prières et requestes condemnez d’autorité de nos offices avec soumission expresse à notre dite cour royale de lannion sous le signe de ladite dame de coat-loury, ceux de ladite dame de porzlan et des demoiselles ses filles majeures et les nostres susdits nottaires. Fait et passé en l’estude de le bricquir l’un de nous à Lannion lesdit jour et an que devant après midy et sera délivrée une grosse du presant à la dt dame de porzlan quite de frais qui seront marqué avoir esté payés par ladite dame de Coatloury sur la minute et sur la grosse, rature marguerite, constituée, réprouvée89. »

Madame Blanc, Yves Coativy, Alain Croix, Gérard Le Goualc’h, Jean-Michel Guilcher, Philippe Jarnoux, Christian Kermoal, Jean-Jacques Lartigue, Bernard Lasbleiz, Annick Le Doujet, Soazic Le Gac, Hervé Le Goff, Armand Le Meu, Jean-Yves Marjou, Jean-Yves Monnat, Paul et José Rolland, Fanch Roudaut, François Sallou. Mairies de Ploubezre, de Tonquédec, de Lannion. Archives départementales des Côtes-d’Armor, du Finistère, de l’Ille-et-Vilaine. Bibliothèques municipales de Quimper et Dinan, Centre de Recherches Bretonnes et Celtiques.

Haut de page

Note de fin

1 Luzel, François-Marie, Ma C’horn-Bro, p. 137-142, Kemper 1943.

2 Le comte de Coatloury et le sieur de Porzlann.

3 Luzel, François-Marie, Ma C’horn-Bro, p. 143-153, Kemper 1943 (Yann Kerglogor, le chanteur batteur de chemins).

4 Bibl. mun. de Rennes, Mi 102, cahier 2/13.

5 Bibl. mun. de Quimper, Gwerziou 16, Catalogue p. 25.

6 Ce texte, en effet, est écrit à l’encre et non pas au crayon, comme l’indique Françoise Morvan dans son catalogue, p. 10.

7 Chants populaires de la Basse-Bretagne recueillis et traduits par F. M. Luzel, Tome II, p. 110-113, Imprimerie Corfmat, Lorient 1 874.

8 Dans le deuxième couplet des Gwerziou, signalons une erreur de copie : « parrous » est devenu « pardon ».

9 Il y a effectivement un écart de trente ans entre la première collecte et la publication.

10 Giraudon, Daniel, « Penanger et de La Lande, Gwerz tragique au xviiesiècle en Trégor », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2005, n° 4.

11 Bibl. mun. de Rennes, Mi 102, cahier 2/13.

12 Giraudon, Daniel, « Penanger et de La Lande… », art. cit.

13 Bibl. mun. de Rennes, Ms 1023. Cahier 9, pièce XXIII. Françoise Morvan qui a établi le catalogue des pièces figurant dans ce fonds a vraisemblablement commis une erreur en mentionnant cette gwerz deux fois (pièces XXIII et 45) « An Aotrou Porz-Lann » (de même que les pièces XXII et 46 : Markiz Guerrand).

14 Dans sa biographie de Luzel, page 92, Françoise Morvan note que cette chanson a été recueillie à Kernigoual, donc à Prat, chez l’oncle de Luzel. Mais Keroual ou Kerigoual ? Est-ce la même chose ?

15 Il manque également les quatre vers mentionnés ci-dessus.

16 Luzel le souligne lui même : « On m’a fait sur mon premier volume (gwerziou) quelques observations dont j’ai profité dans celui-ci quand je les ai crues fondées. Ainsi quelque fidèle que fût déjà ma traduction dans ce premier volume j’ai fait tous mes efforts pour la rendre plus littérale encore, mais sans enfreindre toutefois les lois grammaticales. » Préface au volume 2 des Gwerziou p. II.

17 Luzel, François-Marie, En Basse-Bretagne, impressions et notes de voyage, Revue de Bretagne et de Vendée, année 1866, tome IX, p. 67.

18 Quellien, Narcisse, Chansons et danses des Bretons, Paris 1899.

19 Bourgeois, Alfred, Kanaouennou pobl, La Baule, 1959.

20 Duhamel, Maurice, Musiques bretonnes, Paris 1913. Juste avant la grande guerre, Maurice Duhamel était allé sur les traces de Luzel guidé par Anatole Le Braz afin de retrouver les mélodies dont les textes avaient été consignés par leur aîné.

21 Troadeg, Yfig, Carnets de route, Dastum 2006.

22 Cadic, François, Contes bretons sur douze métiers, p. 91-99, Paris 1943. « Pa c’ha ar c’hemener da wriat/Ne ra nemet kanan ha c’hwitellat » (Quand le tailleur va coudre, il ne fait que chanter et siffler) (chant populaire)

23 On regrette que Luzel n’ait pas pensé à demander à Garandel comment il avait appris cette gwerz et de qui il la tenait ; cela aurait pu nous renseigner sur la transmission et la vie des chants traditionnels. Mais les exigences de la recherche à cette époque n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui.

24 Giraudon, Daniel, « Penanger et de La Lande… », art. cit.

25 Giraudon, Daniel, Chansons populaires de Basse-Bretagne sur feuilles volantes, Skol Vreizh, 1985.

26 Le Braz, Anatole, La légende de la mort chez les Bretons armoricains, p. 251, Paris 1912. Voir aussi Donatien Laurent, La gwerz de Loeiz ar Ravallec, Revue des arts et traditions populaires, 1967, 1, et Daniel Giraudon, Itron a Gerizel, la dame de la Ville-Basse, étude d’un chant traditionnel en langue bretonne au sujet d’un crime commis en 1663 à Yvias (Côtes-d’Armor), Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, tome CXII, Saint-Brieuc, 1983, p. 60-82. À cela, je peux ajouter qu’il m’est arrivé d’entendre des gwerziou récitées comme un poème, certaines parfois dans un mélange vers-prose.

27 Cette pièce pourra être ajoutée à la liste établie par Michel Nassiet, « La littérature orale bretonne et l’histoire », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 106, 1999/3, p. 35-64.

28 On prononce dans le pays : Coatilouri (Coat-Heloury ?).

29 1695  – Mouvance du duché de Penthièvre, membre de Guingamp : aveu fourni par Yves de Coitloury ou Coëtloury (fils de Claude), seigneur du dit lieu, mentionnant la terre de Runaudren, située sur la trève de Caouënnec, avec prééminences dans l’église tréviale et « un escusson en bosse en la muraille du sepmettière, en l’endroit de la barrière, vers le septantrion, à main droitte de l’entrée, armoyé, en escusson d’alliance, d’une molette et demye d’espron, et une demye cheffron et vères sans nombre » ; la métairie de Kerleau ; le convenant Le Gac, chargé de six boisseaux de froment dus à la chapelle de Saint Laurent (possession des Runaudren) ; le fief de Kermarquer ; la juridiction basse et moyenne de Kermarquer et de Runaudren « de l’exercice de laquelle le dit seigneur avouant déclare se départir, se réservant les droits utiles et seigneuriaux » ; les prééminences d’église du manoir de Coitloury, comprenant entre autres une chapelle prohibitive « que le père de l’advouant auroit faict rebâtir en 1672 et y raposer les escussons de ses armes tant dans les vitres qu’au dedans et dehors, la dite chapelle estante hors du cœur du costé de lespitre, entre la sacristye et le porchet » ; un escabeau et deux tombes dépendant de la métairie noble de Kerezriou (Louargat), le tout dans l’église de Caouënnec, lesdits fiefs de Kermarquer et Runaudren s’étendant en outre dans les paroisses de Cavan, Prat et Pommerit-Jaudy. Arch. dép. des Côtes-d’Armor, E 1188, (renseignements fournis par Jean-Yves Marjou) Les armes décrites sur le mur du cimetière sont des armes d’alliance citée en 1583 de Monsieur de Rosmar, Sgr de Runaudren (chevron accompagné de 3 molettes), allié à Jeanne de Kergorlay (vairé). (Renseignements fournis par Jean-jacques Lartigue).

30 Il était né à Ploubezre le 6 août 1653 (mairie de Ploubezre), registres de baptèmes, mariages et sépultures, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Microfilm 5 Mi : Escuyer Jan Le Roux, sieur de Porzlan, après avoir reçu les sacrements de pénitance eucharistie et Extremonction mourut le 7 septembre mil sept centz sept et le lendemain son corps fut inhumé en l’église collégiale et paroissiale de Tonquedec par le sr recteur de Servel en nostre présence et de notre consentement assisté de nos […] chanoines, prst escuyers Corentin Le Roux et guillaume Le Roux ses enfants, les dam elles helenne et louise Le Roux, ses filles, escuyer bonaventure Le Roux, sieur de Kerdaniel, escuyer Pierre Le Roux, sieur dudit lieu et plusieurs autres. Signent : F. Guillou prètre, alain Rouxel prêtre, pierre Riou prêtre (recteur dTonquédec) françois Corentin Le Roux, guillaume Leroux, Guillaume Lemerer.  Bonaventure guy Le roux Kerdaniel.

31 Registres paroissiaux de Tonquédec, Arch. dép. des Côtes-d’Armor.

32 Hellene (7 juillet 1681-Î16 avril 1716), Helaine Perrine (7 septembre 1682), Louise Perrine (13 janvier 1684), Guillaume (27 juin 1687-Î28 avril 1708), Marguerite Le Roux (1690-Î15 mai 1715), Jan-Baptiste (18 octobre 1691), François (4 juillet 1693), François Corentin (7 mai 1696), Jacquette (26 février 1698).

33 Peut-être peut-on attribuer à la tradition orale cette réduction de quatre fils à trois quand on sait que les compositions populaires apprécient ces rythmes ternaires.

34 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Microfilm 5 Mi.

35 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Microfilm 5 Mi.

36 « Capitaines généraux des côtes maritimes. Édit du roi du mois de février 1705, portant création en titre d’offices formés et héréditaires de quatre-vingt-dix Capitaines généraux pour servir sur les côtes maritimes, quatre-vingt-dix lieutenants-généraux pour servir sous lesdits capitaines, un major et un aide-major pour chacune des capitaineries générales, avec attribution de la qualité d’écuyer auxdits officiers, droit de committimus, exemption de tailles, tutelle, impositions, etc. », d’après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France, Nicolas Viton de Saint-Allais, Paris, 1816. Les capitaines de paroisses bénéficiaient probablement du même principe d’hérédité que leurs supérieurs, les capitaines généraux.

37 Règlement pour la division et l’étendue des capitaineries Gardes-Costes de Bretagne du 12 mars 1726. De par le Roy, Arch. nat. G7/175, A1-88 et A1-92. Je remercie Jacques Roignant de m’avoir communiqué ces renseignements.

38 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 2C 3317.

39 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi 589-590, Tonquédec.

40 On remarquera qu’elle signe toujours de son nom de jeune fille comme c’était la tradition à l’époque en Bretagne.

41 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi 589.

42 « Pour le terme suzain, il s’agit fort vraisemblablement du haut, la vitre suzaine est celle du haut de l’église, c’est-à-dire du choeur. On lui oppose le mot souzain, bas bout. La cloche suzaine est celle qui est au-dessus » (renseignement fournis par l’Abbé Castel et Annick Le Douget).

43 Voici ce que j’ai moi-même recueilli au sujet de ce tyran local : « Chefig ar Mogn, de Runfao en Ploubezre rentrait un soir de son travail. Tonnelier de son métier, il était allé faire une barrique à Tonquédec. La nuit était déjà tombée quand en arrivant au croisement, Kroaz ar voultenn, il fut renversé par un énorme chien noir qui le laissa au sol sans connaissance. Sa femme inquiète était venue à sa rencontre et l’avait trouvé inanimé. Reprenant quelque peu ses esprits il s’était écrié : ar c’hi du, ar c’hi du ! le chien noir, le chien noir ! La même mésaventure lui était arrivée peu de temps après, toujours à Tonquédec mais sur le talus qui mène de Gwaz Feunteun à Troguindi. Ce talus, nommé ar c’hleun newez, était en fait un chemin surélevé que le propriétaire du manoir voisin, Gargian gozh, Yves Gargian sieur de Troguindy avait fait construire par ses valets. Cet homme se montrait envers son personnel d’une grande cruauté. On prétend même qu’il assistait à la messe avec son fusil, toujours prêt à chercher querelle. un jour, il avait abattu un couvreur sans aucune raison apparente. Il avait aussi tué un homme qu’il accusait de chasser sur son domaine. Le curé de Tonquédec avait également eu maille à partir avec ce hobereau. L’affaire avait certainement été sérieuse car le prêtre l’avait voué, gouestlet, à saint Yves de Vérité. Après sa mort, qui n’avait pas tardé, le méchant homme avait, paraît-il, disparu à jamais dans une sorte de tourbière, ur geurnegeul, un nestenn, où poussent des herbes coupantes, prad an heskik, le pré des laiches. Émile Allain, qui me raconte tout ça, me disait qu’un jour que son père passait en ce lieu, au cours d’une partie de chasse avec son grand-père, ayant repéré l’endroit où l’eau sourdait et pétillait en permanence, le premier avait demandé s’il pouvait y plonger le doigt pour voir si l’eau était chaude. Le gand-père avait alors répondu : Welloc’h eo deoc’h na refec’h ket ! vous feriez mieux de ne pas le faire, lui faisant comprendre le danger d’un tel geste car c’est dans ce marécage que le cruel seigneur de Troguindy était condamné à rester le jour. La nuit, il était contraint d’aller et venir sans cesse, sous forme de chien noir, sur le long ouvrage de terre qu’il avait fait bâtir sans ménagement par son personnel. Il culbutait toute personne qui se présentait sur son passage. On disait aussi qu’il lançait des boules qui se transformaient en globes de feu en dévalant le talus en pente. C’est dire combien on hésitait à s’aventurer de nuit sur ce sentier. (Enquête : Daniel Giraudon. Informateurs : Emile Allain à Ploubezre, et Jean Jouan à Ploumilliau).

44 Je déduis cette date de son acte de décès (Arch. dép. des Côtes-d’Armor, Mi 87-Caouennec) : Messire Pierre de Coatloury Chevalier seigneur dudit Coatloury, Runaudren, kermarquer, landeban, âgé d’environ trente sept ans, repeu et muni de ses sacrements est décédé en la communion de notre mère la sante église l’onzième jour du mois de juillet mil sept cent vingt et son corps fut inhumé le jour suivant du soir dans l’ééglise tréviale de caouennec par le ministère de n. et v. messire Olivier Le Roux recteur de la paroisse de Quemperven n présance des soussignansts ainsy signéz à l’original. O le roux recteur de Quempereven, fi guelou recteur de Pluzunet, yves le guiriec recteur de lan-vézéac, luzuron du galgoat.

45 Benjamin de Coetloury, chevalier chef de nom et d’armes seigneur de Kerigomar âgé de 40 ans avait lui-même épousé le 1er mai 1739 à Lannion, demoiselle Janne Gabrielle Hingant, dame de Foau (Faou), Registres paroissiaux, mairie de Lannion.

46 Renseignements communiqués par Jean-Yves Marjou.

47 Provost, Georges, La Fête et le sacré, pardons et pèlerinages aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 42, Paris, 1998.

48 Comme l’écrit Jean-Michel Guilcher, « les aires neuves ont joué un rôle de premier plan dans la vie du danseur breton : Témoignages de vieilles gens, chansons populaires et textes anciens, mandements civils ou ecclésiastiques d’ancien régime, s’accordent en effet à montrer dans la fest al leur nevez (fête de l’aire neuve) une des toutes premières fêtes profanes de la paysannerie et l’une des plus recherchées des danseurs. On peut dire qu’elle a eu cours dans toute la Basse-Bretagne », Guilcher, Jean-Michel, La tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, p. 20-21, Mouton, Paris, MCMLXIII.

49 Voir notamment dans Gwerziou 2 : Ervoan Guillou, p. 124-129 ; Kloarek Laoudour, p. 458-465 ; Kloarek ann Amour, p. 466-471 ; Kloarek Lambaul, p. 472-483 ; Jannet Derrien, p. 490-493. Il est intéressant de souligner la popularité de ce thème des drames survenant lors des aires neuves puisque des chanteurs en ont conservé en mémoire jusqu’à aujourd’hui des versions relativement anciennes. J’en ai moi-même enregistré trois versions (Pluzunet, Tréguier, Braspartz). En plein milieu du xixesiècle les querelles sont toujours présentes lors des aires neuves. Voici par exemple ce que l’on peut lire dans le publicateur des Côtes du Nord du 4 juillet 1840 qui reprend une information du Quimperois dans la rubrique Nouvelles de la Bretagne et des côtes de la Manche : « Le 16 de ce mois, une rixe assez grave a eu lieu à l’aire neuve de Kermadec, en la commune de Loctudy, entre les jeunes gens de cette localité et ceux de la ville de Pont-Labbé. Cette collision est encore due à la prétention qu’avait chacune des deux parties de vouloir conduire exclusivement la danse. On a vu avec peine des gens mariés se mêler à une lutte à laquelle ils auraient dû, au contraire s’opposer de tout leur pouvoir. Dans le fort de la mêlée, il a été fait usage de pierres et d’instruments aratoires. une saignée pratiquée à propos par un médecin qui se trouvait heureusement sur les lieux a mis hors de danger un jeune homme de Loctudy qui avait été bien maltraité. Tous ceux qui dans cette rixe, ont reçus des coups ou des blessures sont parfaitement guéris ».

50 Dans la version de Keroual, c’est au seigneur de Porz-Lann que l’on prête les mêmes intentions avec en plus la révélation d’une promesse d’aller à ce pardon.

51 Nous verrons à la fin de cet article ce qui pouvait motiver l’auteur à insister sur ce point.

52 Guilcher, Jean-Michel, La tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, p. 20-21, Paris, MCMLXIII.

53 Les statuts synodaux du diocèse de Saint-Brieuc (1498) s’en prennent aux fidèles qui dansent devant les chapelles, accompagnés de musique « profane et scandaleuse », Croix, Alain et Roudaut, Fanch, Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours, p. 59, Paris 1984. Cité par Georges Provost.

54 Provost, Georges, op. cit. p. 43. Voir aussi sur le comportement des prêtres à cette époque : Minois, Georges, La Bretagne des prêtres en Trégor d’ancien régime, Beltan, 1987.

55 Henry, F. M., Dom Maudez-René Le Cozannet, le diocèse de Tréguier au début du XVIIIe siècle, Saint-Brieuc, 1924, p. 110.

56 Ibidem.

57 Ibid.

58 D’après le calendrier perpétuel (Renseignement fourni par Arnaud Giraudon).

59 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi. Le mariage fut célébré par le recteur de Cavan, Charles Beûret qui était poète à ses heures, Voir Jef Philippe, « Quatre chansons Trégoroises pour saluer Luzel », Trégor Mémoire Vivante n° 8, 1995, page 74 et 75 : un chant de Noel Cavannais de 1680 dont l’auteur est probablement Charles Beuret recteur de Cavan de 1669 à 1693. C’est lui qui remplaça saint Garan par saint Chéron à Cavan. Voir H. Le Goff, « À propos de saint Garan patron de Cavan », Les Cahiers du Trégor, n° 23, 1988 : « Beuret commande une statue de saint Chéron le 1er décembre 1675 ». Beuret était l’ancien secrétaire de l’évêque de Tréguier Balthazar Grangier de Liverdy, fondateur du séminaire de Tréguier, donc un promoteur des patronages romains et français.

60 Saint Gildas était aussi protecteur de la rage. C’est ce qui explique la présence dans la même chapelle d’une statue en bois d’un chien dont la dentition découverte ne laisse aucun doute sur la maladie dont il est affligé. À quelques pas au nord de la chapelle se trouve la fontaine dans laquelle est sculpté saint Gildas tenant en laisse un chien (ou un loup) que l’on suppose exorcisé. À défaut de la clef de saint Tujen au cap Sizun, on connaît encore en Trégor la formulette qu’il fallait prononcer en cas de rencontre avec un chien enragé. En voici par exemple une version que j’ai recueillie à Saint-Laurent-Kermoroch : Ki klanv, chench a hent  – Arri eo ar banniel hag ar sent  – Arri eo ar banniel hag ar groaz -Hag an aotrou Sant Weltraz/Chien enragé, change de direction  – Voici la bannière et les saints  – Voici la bannière et la croix  – Et monsieur saint Gildas.

61 Voir aussi en Irlande Foires et fêtes de Lughnassa.

62 Mais peut-être s’agit-il d’une place auprès de l’auberge ? La place où se déroulait la foire aux chevaux et non pas la place du bourg ?

63 Registres paroissiaux, mairie de Lannion, renseignement figurant sur l’acte de mariage de Benjamin De Coetloury, frère du meurtrier (1er mai 1739). Le lieutenant des maréchaux de France est un officier (toujours noble) qui doit juger les différents mineurs entre nobles. Plus qu’un véritable juge, c’est une sorte de conciliateur ou de médiateur. La charge est un véritable office (il y en a un par sénéchaussée) qui ne coûte pas très cher (quelques milliers de livres) qui ne rapporte rien mais qui confère une certaine respectabilité parmi la noblesse locale (information communiquée par Philippe Jarnoux).

64 Elle a aujourd’hui totalement disparu. Son existence est attestée par les documents d’archives et des photos anciennes (information communiquée par Paul Rolland, Soazic Le Gac, Gérard Le Goualc’h).

65 Hag fatikas gant-he ebars ale ar per, GW1 p. 112.

66 Les morts étaient portés à bras, le cercueil porté sur des serviettes dont les porteurs tenaient les bouts. Voir la note de Caroline Mazure : « Traditions et superstitions de la haute-Bretagne, croyances diverses de Fougères, 1871 », Revue des traditions populaires, 1906, p. 259.

67 Vérification effectuée aux Arch. dép. des Côtes-d’Armor dans les registres paroissiaux.

68 Il y avait bien un prêtre dans la famille Le Roux : François Corentin Le Roux, docteur en Sorbonne (prise de possession de la cure de Ploumilliau le 24 mai 1725). Il était sieur de Launay, recteur de Plougasnou et devait décéder en 1750, alors abbé de Servel (Fonds Le Bricquir, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E1/70 172 J, communiqué par madame Blanc).

69 L’acte de décès a aussi été consigné à Tréguier par le prêtre de la paroisse de Saint-Sébastien (à l’époque Tréguier était divisé en deux paroisses, Saint-Sébastien et Saint-Vincent), disant que l’âge du défunt est d’environ 22 ans. Le séminaire était situé sur la paroisse de Saint-Vincent. Il y avait un internat mais des enfants de bonnes familles pouvaient aussi être logés aussi chez l’habitant.

70 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E 1/70. Je remercie madame Blanc de m’avoir mis sur la piste de ce document.

71 Il est intéressant de souligner que dans le cas des chansons sur feuilles volantes la tradition est de composer les chansons de crimes généralement après le jugement.

72 Acte notarié établi à Lannion le premier de décembre mil sept cent dix, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E 1/70.

73 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 5 Mi 87.

74 Marie-Yvonne (1719-1767).

75 « juveigneur » : un cadet à l’égard de l’aîné.

76 « par exprés » : qui est précis, en termes formels, pour une cause ou un dessein particulier.

77 « soumission » ou « submission » : obligation, promesse de payer.

78 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E 1/70, document daté du 26 septembre 1721.

79 Le Guennec, Louis, La Légende du marquis de Guerrand et la famille du Parc de Locmaria, p. 3, Quimper, 1928.

80 Traduction : Quand il s’élève quelque affaire, quelque querelle dans le pays/Ce ne sont pas les gens d’honneur qui commenceront. Il est intéressant de noter ici que dans la version de Keroual, recueillie dix ans après celle insérée dans le recueil de Luzel, cette remarque a disparu. Le peuple ne partageait sans doute pas ce point de vue avec l’auteur de la gwerz.

81 Hélas, le chanteur ne nous en dit pas plus. Peut-être est-ce volontaire ? Disons toutefois que c’est aussi une sorte de cliché utilisé dans d’autres gwerz présentant une situation semblable (par exemple Luzel : Penanger et de La Lande, Kervegan et Des Tourelles).

82 Il est intéressant de noter que dans la version manuscrite de 1854, le chanteur populaire a mis cette accusation de lâcheté dans la bouche de la femme de la victime.

83 On remarque qu’il vouvoie ses enfants comme c’était la coutume chez les nobles.

84 C’est aussi un cliché des chants traditionnels. On le retrouve d’une certaine manière dans la composition sur les conscrits de Ploumilliau (1806) : Pevar den deus ar re vravan/kor-foù kaer a tud vaillant, quatre hommes des plus beau, au corps d’athlète et des hommes courageux. Giraudon, Daniel, Une chanson de conscrits en langue bretonne, PaotredPlouillio, Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, tome CXVI, Saint-Brieuc, 1987, p. 39-63.

85 La petite noblesse du Trégor, nombreuse et peu fortunée, trouve pour ses cadets un débouché dans la carrière ecclésiastique. Le clergé séculier et régulier comporte une proportion extraordinaire de Trégorrois nobles, la plus élevée de l’ouest et peut-être même de toute la France. Voir Minois, Georges, La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Beltan, 1987.

86 Il s’agit vraisemblablement d’un beau tablier brodé tel qu’en portaient les femmes le jour de leur mariage et que l’on ressortait pour les grandes cérémonies.

87 Rappelons aussi l’aumône et la fondation qu’elle fait à l’église de Tonquédec confirmant par là cette idée bien soulignée par Georges Minois que l’Église trégorroise n’a pas de meilleur soutien que celui des nobles malgré leur pauvreté relative, op. cit., p. 18-19.

88 Voir Philippe, Jef, op. cit., p. 74-79, 1995. Charles Beuret fut recteur de Cavan de 1669 à sa mort en 1693 à l’âge de 58 ans. Jef Philippe remarque qu’un poème consigné dans le registre paroissial qu’il attribue à Beuret a été « corrigé » par un inconnu. Serait-ce l’auteur de notre gwerz ?

89 Lecture du manuscrit avec l’aide de Fanch Roudaut.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Blason de la famille de Coat-Loury, église de Caouënnec (Côtes-d’Armor)
Crédits (cl. Daniel Giraudon, 2006)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 – Chapelle Saint-Gildas en Tonquédec (Côtes-d’Armor)
Crédits (cl. Daniel Giraudon, 2006)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3 – Ruines du manoir de Traoù-Morvan en Tonquédec (Côtes-d’Armor)
Crédits (cl. Gérard Le Goualc’h, 1971)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2 – Ruines du manoir de Traoù-Morvan en Tonquédec (Côtes-d’Armor)
Crédits (cl. Gérard Le Goualc’h, 1971)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Giraudon, « Drame sanglant au pardon de Saint-Gildas à Tonquédec en 1707 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114-1 | 2007, 57-88.

Référence électronique

Daniel Giraudon, « Drame sanglant au pardon de Saint-Gildas à Tonquédec en 1707 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-1 | 2007, mis en ligne le 30 mars 2009, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/593 ; DOI : 10.4000/abpo.593

Haut de page

Auteur

Daniel Giraudon

Professeur de breton, CRBC-CNRS UMR 6038 – Université de Bretagne Occidentale (Brest)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page