Skip to navigation – Site map

L’industrie de la chaussure à Fougères avant 1914 d’après les dossiers de faillite des entreprises

Jérôme Cucarull
p. 163-184

Abstracts

The analysis of 29 documents of shoe manufactories failure in Fougères, from 1855 untill 1911, allow to bring original informations about emergence of this industrial area that will become at the end of the 19th century one the most important production center in France.
Some of inhabitants of Fougères who dream about social elevation try to take advantage of the industrial increasing. This manager isn’t so open-hearted to the other countries. Born from the local social environment,il is closed and they mary them with other shoes managers, with complex matrimonial strategies.
The files of failure constitute a revealing of the feebleness about emerging industrie and allow to apprehend the dynamic and the problems about the emergence of the local economic environment.
The failure has many reasons. The financial feebleness of these manufactories bring out the rôle of the local banks in the development of shoes industries. The competence of the bosses is often concerned. To be a technician isn’t sufficient to have a success. The carelessness or incompetence about book-keeping are very heavy. A bad organisation and control of cost aggravate the situation. The contractors are fragile face to the financial markets. It makes an heterogeneous industrial environment in which big enterprises appear as figure of exception.

Top of page

Index terms

Chronologie :

XXe siècle, XIXe siècle

Noms de lieux :

Fougères
Top of page

Full text

  • 1 Des études récentes ont permis de lever quelques voiles sur cette histoire qui dure plus d’un siècl (...)
  • 2 Voir en particulier les travaux de Legendre, Bernard, « La vie », art. cit. : Geslin, Claude, « Pro (...)
  • 3 Estier, Robert, « Les faillites, instrument d’histoire économique : l’exemple de la région roannais (...)
  • 4 Conservés en série 6U, ces dossiers n’étaient pas cotés au moment de leur consultation.

1La monoactivité de la chaussure à Fougères, phénomène tout à fait original dans l’histoire de la Bretagne, qui fera de la ville à la fin du XIXe siècle l’un des principaux centres français de production, commence à sortir des limbes1. Elle est le résultat d’une longue tradition industrielle, issue de la reconversion de l’industrie textile dans la première moitié du XIXe siècle. Mais le processus même de cette croissance reste obscur. Son développement a été jusqu’à présent envisagé le plus souvent du point de vue des luttes sociales, qui ont forgé l’identité ouvrière et les représentations qui sont encore présentes dans la population2. Des documents originaux et jusqu’alors inexploités, les dossiers de faillite, offrent une opportunité de rentrer dans l’intimité de cette histoire3 : 29 dossiers conservés aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine4 offrent un panorama de ces industries entre 1870 et 1910.

  • 5 Ce document a été publié et commenté par Cucarull, Jérôme, Bouffort, Daniel, Heudre, Daniel, Pitois (...)

2Les renseignements que l’on peut en tirer sont nombreux. Ils permettent de comprendre qui sont les entrepreneurs, comment fonctionne l’entreprise, quelles sont ses stratégies en termes d’investissements et de commercialisation. Cette source présente pourtant un certain nombre de limites. On peut tout d’abord se demander quelle est sa représentativité. En l’absence de registre récapitulatif, il est difficile de trancher. L’échec reste toujours un peu tabou. Un témoignage direct, celui de Jean-Marie Pitois5, évoque pudiquement ces échecs et minore fortement le phénomène. D’un autre côté, les dossiers consultés sont le plus souvent partiels. Cela rend les comparaisons difficiles. Nous avons néanmoins tenté de les synthétiser mais les chiffres rassemblés dans les tableaux sont à prendre non pour leur valeur absolue mais pour la tendance qu’ils expriment.

Caractéristiques des usines fougeraises

  • 6 Acces-Université populaire de Romans, Les romanais, Romans et la chaussure. 150 ans d’histoire, Édi (...)

3Nous avons dressé un tableau de la création des entreprises en utilisant les déclarations contenues dans les archives de la justice de paix. Après les années 1870-1880 qui correspondent à une phase de forte croissance, la fin du XIXe siècle est une période où l’industrie nationale de la chaussure connaît un temps de stagnation, alors que la concurrence devient plus âpre. Les créations ne sont pas inexistantes mais les échecs sont nombreux. À Romans, en moins de 10 ans, de 1897 à 1905, sur 32 fabricants, 13 ont disparu6. À Fougères, le mouvement entre 1870 et 1914 est tout aussi tourmenté : 42 créations, 11 dissolutions, qui ne correspondent pas systématiquement à une disparition, et 23 faillites (Tableau 1), ce qui fait qu’en 1913, on compte 38 fabriques à Fougères.

Tableau 1 - Les industries de la chaussure d’après les archives des justices de paix

Tableau 1 - Les industries de la chaussure d’après les archives des justices de paix

Source : Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 4U1 2, liasses 77 à 108.

4Dans cette période de foisonnement industriel, l’existence des entreprises peut être très courte. Sur les 34 cas pour lesquels nous avons des informations, les trois-quarts des établissements (26) ont connu une durée maximale de 10 ans et même presque un tiers (10) pour 5 ans au plus. Les entreprises font parfois faillite très rapidement : 4 durent moins d’un an et 3 moins de deux ans, ce qui représente un quart de l’échantillon.

Un approvisionnement national

  • 7 Hamot, André, De la faillite et de la liquidation judiciaire des sociétés françaises, Thèse pour le (...)
  • 8 Je tiens particulièrement à remercier Roland Neveux pour la réalisation de ces cartes.

5Dans quelle mesure l’environnement économique local profite-t-il du mouvement d’industrialisation ? Les listes de créanciers dressées par les syndics, dont l’assemblée est appelée dans le jargon juridique « la masse », sont éclairantes7. L’analyse est possible pour 16 cas (Tableau 2). Les fournisseurs fougerais profitent assez largement de la présence des usines puisqu’ils représentent en moyenne 38 % en valeur des passifs. En revanche le reste du département n’en touche que 3 %. Paris joue un rôle majeur, avec un peu plus de 23 %. L’ensemble du territoire français est concerné, et ceci quelles que soient la période et l’importance de l’entreprise, comme le confirment les cartes qui ont été établies à partir des listes de créanciers8 (voir figures en fin d’article).

Tableau 2 - Les fournisseurs des entreprises de chaussure d’après les passifs

Tableau 2 - Les fournisseurs des entreprises de chaussure d’après les passifs

* dont 1 861 d’origine inconnue, soit 7,35 %

6Le recours aux fournitures en provenance de l’étranger est faible (2 %) mais concerne quand même deux tiers des entreprises. L’approvisionnement en cuirs, qui est si crucial, est relativement diversifié puisque sur 38 mentions, on trouve 18 départements et trois pays étrangers (Allemagne, Prusse et Belgique). Les talons en bois proviennent du Jura, ainsi que de l’orne. Le textile, le coutil en particulier, provient à la fois de régions proches, orne et Mayenne, et plus lointaines, Nord et Ardennes. Le feutre vient de Reims.

Les données financières

  • 9 À Romans, la plus grosse entreprise, la SA Guilly, créée en 1902, ne possède qu’un capital de 220 0 (...)

7Ces informations permettent de se faire une idée du mouvement de capitaux lié aux usines. Premier constat, qui n’a rien d’original, le capital social des entreprises est relativement faible (Figure 1). Près de 60 % ont moins de 50 000 francs de capital. Seules deux entreprises sortent du lot, H. Cordier et fils et Vve Doussin et fils aîné avec 400 000 francs de capital dans les années 1890, H. Cordier et fils et Bahu frères avec 500 000 francs dans les années 1910, ce qui les démarque nettement, y compris au niveau national9.

  • 10 Ponctuellement, des données confirment ces proportions. Chez Michel Bouteloup aîné, en 1874, le pos (...)
  • 11 Cucarull, Jérôme, « Modernisme et innovations dans les industries de la chaussure de Fougères », op (...)

8 Malgré l’hétérogénéité des données regroupées par les syndics, la nature des actifs est révélatrice de la structure des entreprises (Tableau 3). Souvent mobilier, matériel industriel et outillage sont confondus : ils représente en moyenne 22,5 % de la valeur des actifs, et l’ensemble des marchandises, en stock, en fabrication ou fabriquées, 77,5 %10. Ce déséquilibre traduit d’une part le rôle essentiel que joue la matière première, qui justifie la hiérarchie existant dans l’usine où le coupeur fait partie de l’aristocratie ouvrière. Cela reflète également le faible degré de mécanisation des entreprises11.

Tableau 3 – Composition des actifs des entreprises en faillite

Tableau 3 – Composition des actifs des entreprises en faillite

* mobilier et marchandises ; ** avec marchandises en fabrication et mobilier industriel

Le patronat fougerais

  • 12 Cucarull, Jérôme, Bouffort, Daniel, Heudre, Daniel, éd., Pitois, Jean-Marie, Souvenirs d’un vieux f (...)
  • 13 À Romans par exemple, la direction associe souvent un fabricant et un employé de commerce. Acces-Un (...)

9Qui sont ces gens qui aspirent à une élévation sociale en profitant de la croissance industrielle ? on retrouve un cas de figure image traditionnel, avec association entre un homme de métier et un autre possédant des capitaux. À la fin des années 1870, Auffray, contremaître chez Mlle Taillandier, s’associe avec Pautrel, un instituteur. Jules Doussin, qui avait été employé dans plusieurs usines, s’associe avec son frère, maître boulanger12. On trouve également ce cas à la société Mathieu et Brionne en 1895. La situation est donc fort diverse (Tableau 4). Le poids des personnes possédant les capitaux est toujours essentiel et induit une sujétion des entreprises à des gens extérieurs au métier. Le partage des tâches n’est pourtant pas rare. Lors de la création de la société Girault et Sicard en 1906, l’article 6 des statuts précise que « étant donné leurs aptitudes particulières, Girault est plus spécialement chargé de l’achat des matières premières et de la fabrication de la chaussure, Sicard de la comptabilité et de ce qui concerne la vente ». Sur 23 cas connus, l’immense majorité des nouveaux entrepreneurs sont des négociants et l’installation comme fabricant de chaussures est souvent issue d’une reconversion à partir du commerce. La forte croissance de cette industrie est alors une aubaine et apparaît comme un eldorado pour de nombreux fougerais : l’on retrouve ce modèle dans un grand nombre de centres français13.

Tableau 4 - Caractéristiques des créateurs d’entreprises

Tableau 4 - Caractéristiques des créateurs d’entreprises
  • 14 Rapport du 2 novembre 1870.

10Le parcours de deux de ces négociants est éclairant à cet égard. Les parents d’Alfred Toupé sont marchands épiciers, « sans fortune et peu aisés », à Pontorson. À 23 ans, en 1863, il s’installe à Fougères comme marchand mercier en gros. Il cède rapidement son fond de commerce et se lance dans la fabrication de chaussures14. Michel Bouteloup est marchand de draperie et rouennerie. En 1869, ayant cédé son fonds de draperie à Velasque, il établit à la gare un commerce en gros d’engrais artificiels et peu après un commerce de vins et liqueurs, enfin, il monte une fabrique de chaussures en 1873. on trouve également des associations qui traduisent une stratégie réfléchie. À deux reprises un fabricant s’associe avec un négociant en peaux. Dans deux autres cas, l’association se fait avec un comptable, par deux fois avec un banquier et à 3 reprises avec un voyageur de commerce.

  • 15 Bouffort, Daniel, « Un capitaine d’industrie, Hyacinthe Cordier », Le Pays de Fougères, n° hors sér (...)

11Ce patronat est peu ouvert sur l’extérieur. Sur 41 individus identifiés, 37 sont issus du milieu local, de Fougères ou des communes limitrophes. Comme dans beaucoup de milieux industriels, une certaine solidarité socioprofessionnelle s’observe. Hyacinthe Cordier, le pionnier, vient au secours de ses neveux, les Chantepie, en leur fournissant les capitaux pour monter une usine15. Les associations entre frères sont fréquentes, que ce soit chez les Cordier, Bahu ou Madiot pour n’en citer que quelques uns. La codirection des pères avec leurs enfants est un fait attesté par l’intitulé même des Sociétés en nom collectif.

  • 16 Cucarull, Jérôme, Bouffort, Daniel, Heudre, Daniel, éd. : Pitois, Jean-Marie, Souvenirs d’un vieux (...)
  • 17 Lettre de Paul Buet au juge-commissaire de la faillite, 23 novembre 1892.
  • 18 Rapport du 2 novembre 1870. Quand il fait faillite, il a 34 ans.
  • 19 D’après les notes prises pour le rapport de faillite, s.d.
  • 20 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire d (...)

12Les stratégies matrimoniales confortent le maintien de la caste entrepreneuriale fougeraise. Chez Trochon et Bricet, après un incendie qui met fin à l’association, « M. Madiot, qui, à Rennes, était représentant de commerce et faisait la place pour le chausson de feutre et le sabot, étant venu à Fougères, entra dans la maison Trochon et Bricet. Après l’incendie, étant resté avec M. Trochon, il réinstalla l’atelier, et peu de temps après on apprenait le mariage de E. Madiot avec Melle Trochon16 ». Le fabricant Louis Haudebert épouse, en 1875, la fille d’un autre fabricant, Jean-Marie Pitois. Il ne tarde pas à reprendre le fonds de son beau-père, en 1878, en conservant ce dernier comme collaborateur. De même, Émile Bardot se marie avec Zoé Madiot, sœur de son associé Théophile Madiot. En 1910, Joseph Aimé Lebouc crée une usine avec son gendre, Joseph Lestang. Malgré cette fermeture, certains jeunes saisissent les opportunités qui se présentent : Buet commence son entreprise à 23 ans17, Toupé à 28 ans18, Berthier à 29 ans, Ferdinand Pichard et Jean-Marie Burel19 à 31 ans. Jean Brunet, directeur de la Fabrique générale de chaussures a 37 ans au moment de la faillite20.

13Certains entrepreneurs n’ont aucun bien immobilier pour asseoir le crédit de leurs entreprises : Fougeray et Cie louent les locaux de leur usine au négociant Pichard : J. Berthier achète à crédit son usine située rue de Savigny. D’autres ont des biens provenant d’héritages qui assurent leur démarrage. Hardel est propriétaire d’une ferme et d’une retenue estimées 20 000 francs. Joseph Bahu, son associé, loue une maison qui lui rapporte 400 francs de loyer, ainsi qu’un champ, le tout évalué 8 000 francs. Les associés Fougeray, Fourré et Béranger ont des revenus assurés par les biens qu’ils possèdent. Fourré touche 620 francs de loyers annuels, Fougeray 1 475 francs et Béranger possède également un immeuble de rapport. La liste des possessions de Bouteloup est importante : son actif immobilier, évalué 61 200 francs, représente 32 % du total de l’actif de son entreprise. En 1911, l’actif immobilier de Haudebert (hors usine) est évalué à 78 000 francs.

  • 21 Si en 1870, les immeubles de Toupé fils, évalués à 80 000 francs, représentent 64 % de l’actif, dan (...)
  • 22 D’ailleurs « Les Syndics ne s’expliquent pas pourquoi le Sieur Toupé a fait construire un bâtiment (...)

14Les situations sont évidemment très diverses21. Dans ce domaine, les comportements semblent irrationnels du point de vue économique car le symbole social qui est attaché à la propriété est plus fort que tout : alors qu’il est dans une situation économique délicate, en 1869, Toupé achète un terrain sur lequel il fait édifier une maison d’habitation, non terminée au moment de sa faillite22.

Les faiblesses d’une industrie en croissance

15Dans un contexte de concurrence exacerbée, la rapidité de l’échec s’explique par une multitude de facteurs que l’on trouve explicités dans les rapports de faillite.

La faiblesse financière

  • 23 Ainsi Claude Geslin estime que « Le manque de capitaux s’explique par l’origine de ces patrons sort (...)
  • 24 Le Bot, Florent, La liquidation d’une banque locale dans le district industriel de Fougères, en 193 (...)
  • 25 Mémoire relatif à la création d’une chambre de commerce à Fougères, 14 novembre 1867, p. 2.

16Cette faiblesse a été soulignée depuis longtemps comme un trait marquant du patronat fougerais23, mais elle doit être nuancée. Le rôle joué par les banques locales dans le développement des industries de la chaussure, mis en évidence pour les années 193024, se révèle essentiel dès l’origine du système industriel fougerais, comme le montrent les renseignements recueillis dans certains rapports de faillite (Tableau 5). Corollaire de la faiblesse du capital social d’un grand nombre d’entreprises soulignée plus haut, la dépendance vis à vis des banques est inévitablement forte. Dans la décennie 1850, existent à Fougères deux sociétés de banque en commandite par action. Heude et Cie, au capital de 100 000 francs, le double en 1866. À la même époque, la caisse commerciale de Fougères dirigée par Buet et Cie a un capital de 250 000 francs. En 1867, « le crédit, base du commerce et de l’industrie, est parfaitement organisé à Fougères. […] La confiance absolue dont elles jouissent et l’abondance des capitaux dans le pays les mettent à même d’offrir à tout commerçant sérieux l’argent nécessaire à ses opérations25 ». Leur rôle est souvent décisif. Au milieu des années 1860, leurs opérations s’élèvent chaque année à 800 000 francs. Même si la part consacrée à la création et au développement industriels n’est pas indiquée, on remarque que les sommes prêtées représentent en moyenne 23 % du total des passifs des usines de chaussure.

17

Tableau 5 - L’importance des banques dans les passifs de faillite

Tableau 5 - L’importance des banques dans les passifs de faillite
  • 26 Dans son étude, La liquidation d’une banque locale. , op. cit., Florent Le Bot, montre que les banq (...)
  • 27 Lettre aux président et jury du tribunal civil de Fougères jugeant commercialement, 6 janvier 1910.
  • 28 Rapport d’expertise au juge d’instruction du tribunal de Fougères (selon l’ordonnance du 9 janvier (...)

18Le manque initial d’argent rend certaines entreprises totalement dépendantes des banques par le biais des emprunts. Le cas de Paul Buet est à cet égard exemplaire : il « n’avait pas de fortune, il paya le prix de son acquisition de fonds de commerce à l’aide d’un emprunt en banque, et pour payer le montant de ses grands achats, il dut encore avoir recours au banquier ». un cycle infernal peut se mettre en place, dont Michel Bouteloup fait l’expérience : ses pertes « n’étaient couvertes que par des emprunts successifs dont les intérêts joints aux frais des renouvellements périodiques, allaient en grossissant d’une manière effrayante. Ces intérêts ne pouvaient plus eux-mêmes être couverts que par de nouveaux emprunts ». Cette fuite en avant est encouragée par l’attitude des banques locales26. Les banquiers sont amenés à prendre une part croissante dans les choix stratégiques de l’entreprise. À « La Fougeraise », les commissaires de surveillance sont Desmoires employé du comptoir d’escompte Heude et Cie et Grouazel employé de la banque Beaucé27. La liaison avec la banque peut faire partie des stratégies matrimoniales des patrons de la chaussure. La fille du fabricant Louis Haudebert est mariée au banquier Maurice Vitu28.

  • 29 Lettre aux président et juges du tribunal de Fougères, 5 janvier 1898.
  • 30 Mais deux mois plus tard Vionne s’associe avec Chantepie et coupe brusquement tout crédit à Saucet. (...)

19Malgré tout, le financement n’est pas demandé entièrement aux banques. Les actionnaires sont sollicités. Chez Delin et Cie, « MM. Grasse, Buet et Derennes, avec le concours de leurs épouses, ont fait un prêt de douze mille francs à la société de leurs deniers personnels, avec affectation hypothécaire ». on trouve la même attitude à la société de L. de Robillard. Il est également fréquent de solliciter des tiers, souvent membres de la famille. Delin lance son activité avec un capital de 10 000 francs, montant de la part d’héritage de son père. Associé à Harnois, il fait un emprunt de 3 000 francs avec le beau-frère de Godefroy des Cotterêts et « ce billet n’a pas été remboursé sur la caisse sociale, c’est la mère de ma femme qui me l’a donné29 ». Louis Saucet, contremaître à la fabrique des Cents, est parrainé par son patron. « Le connaissant bon ouvrier, M. Vionne l’engagea à se mettre dans le commerce et l’appuya de ses conseils et de sa bourse. Il lui avançait les sommes nécessaires pour son commerce et c’est chez lui que Saucet apportait quelques marchandises fabriquées pour couvrir Vionne de l’argent que ce dernier avançait. Saucet se rendait chez Vionne, tout comme à une banque, tous les samedis » pour payer ses ouvriers30.

La défaillance de la direction

  • 31 Rapport du liquidateur aux créances à la réunion pour le concordat du 23 août 1899.
  • 32 Lettre de Gaboury directeur de « La Fougeraise » aux président et jury du tribunal civil de Fougère (...)

20La rupture entre les associés contribue souvent à accélérer la chute d’une l’entreprise. L’association entre Lelièvre et Prioul, contractée en mai 1898, est dissoute en février 1899. Lelièvre continue seul l’exploitation, mais est déclaré en faillite trois mois plus tard31. Delin liquide en octobre 1896 la société Delin et Harnois. Le mois suivant, Harnois fonde avec Closier une société ayant les mêmes objectifs. En août 1898 Harnois est chassé de la société par Closier et après diverses péripéties judiciaires, la société est dissoute en septembre. Le budget de la société « La Fougeraise » est grevé par le rachat de son fonds de commerce à Henri Brionne pour 142 000 francs, alors que son capital social est de 150 000 francs. Sans compter le fait que Brionne, qui voyageait à la commission pour son compte, avait pris l’engagement de faire un chiffre minimum de 300 000 francs et qu’en réalité il en a fait 12 000, alors que 200 000 francs de marchandises avaient été achetées32.

  • 33 Lettre de Paul Buet au juge-commissaire de la faillite, 23 novembre 1892
  • 34 Rapport du syndic, 3 août 1900.

21 Une succession précipitée est également un facteur de risque. En décembre 1888, Paul Buet succède à Victor Gerland décédé peu de temps avant. or, « Paul Buet était bien jeune et avait bien peu l’expérience et la connaissance des affaires » et il ne tiendra que 4 ans33 : durée de vie identique pour Samuel Franck, employé sans fortune, qui prend en janvier 1897 la suite de Verson34.

  • 35 Lettre aux président et juges du tribunal de Fougères, 5 janvier 1898.
  • 36 Rapport du liquidateur, 2 mars 1894
  • 37 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire d (...)

22C’est souvent la compétence des dirigeants qui est mise en cause lors des faillites. Il ne suffit pas d’être un bon technicien. Ferdinand Pichard s’installe en avril 1893 marchand crépin. S’il déclare « qu’il n’a aucune instruction, mais bien toutes les connaissances nécessaires à l’industrie qu’il avait entreprise35 », sa faillite montre ses limites. Le conseil d’administration de « L’Abeille fougeraise » nomme directeur Désiré Davoust : or, « ouvrier chaussonnier, il n’avait pas les connaissances voulues pour gérer et administrer une société de ce genre. Quant à Mr Heslouin [qui lui succède en décembre 1893] qui auparavant était employé de la Cie des chemins de fer de l’ouest, il n’avait aucune connaissance de l’industrie de la chaussure, ni aucune expérience des affaires, et l’on se demande comment il a pu prendre la direction d’une société qui était déjà dans une situation critique36 ». Brunet, directeur de la fabrique « Les ouvriers réunis » « a des qualités professionnelles incontestables mais ne paraît nullement avoir les aptitudes nécessaires pour diriger une société ». on souligne en particulier sa médiocre instruction37.

  • 38 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.
  • 39 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.

23L. de Robillard, expert géomètre, cumule les handicaps. Il fait l’acquisition en février 1906 du matériel et des marchandises de Le Branquet. Mais il « eut la mauvaise surprise en étudiant par la suite de près la comptabilité qui lui était restée de ne trouver aucun élément pouvant le guider comme il l’avait espéré. L’usine était dans un grand état de délabrement et bien trop resserrée pour pouvoir y faire une installation méthodique et ordrée38 ». D’autre part, « le milieu où il vivait auparavant ne l’avait pas préparé à connaître le personnel ouvrier, et son manque de relation professionnelle ne lui permit pas la recherche de l’ouvrier spécialiste qu’il lui eût fallu pour la création de ses modèles ». En fait, « c’était une affaire à reprendre par la base et si M. L. de Robillard avait connu son nouveau métier, il eût certainement reculé de suite devant la difficulté. […] Le patronage fut recommencé, les formes refaites, ainsi que les emporte-pièce, mais toujours par manque de connaissance, le tout fut accepté et fait sur des bases mal établies », les retours sont importants. À ce moment la « literie militaire » quitte l’autre moitié du bâtiment et L. de Robillard le récupère pour développer son usine. Il prend comme associé son frère Édouard, qui sort de l’école supérieure de commerce de Paris, en décembre 1908 mais également mal préparé à sa nouvelle profession. L’entreprise, trop endettée par ses erreurs successives, n’y survit pas39.

Une comptabilité approximative

  • 40 Rapport du 2 novembre 1870.
  • 41 Rapport du 2 novembre 1870.

24Les négligences ou incompétences dans l’approche comptable pèsent souvent lourd car elles ne permettent pas de réagir rapidement à la conjoncture. Chez Paul Buet, « les inventaires ont été incomplets : en effet le compte matières premières et marchandises fabriquées n’est pas rempli ». La comptabilité de Toupé parait aux syndics « assez régulièrement tenue40 ». Cependant, comme il n’avait dressé aucun inventaire de ses opérations commerciales depuis deux ans, « il lui était impossible de pouvoir se rendre compte d’une manière exacte des pertes qu’il pouvait éprouver ou des bénéfices qu’il pouvait réaliser41 ».

  • 42 Rapport du 22 mars 1881.
  • 43 Rapport du syndic, 26 avril 1880.
  • 44 Faillite Haudebert, 14 juin 1911. Rapport d’expertise au juge d’instruction du tribunal de Fougères (...)
  • 45 Rapport du liquidateur, 2 mars 1894.

25Chez Auffray, on souligne « le manque d’ordre qui a régné dans la maison » car les livres ne portent pas clairement la trace des opérations42. « Cet état de choses échappait à la surveillance du failli dénué de l’instruction la plus élémentaire et, confiant en l’exactitude de ses subordonnés, il était loin de se rendre un compte exact de la situation malheureuse dans laquelle il se trouvait43 ». Chez Closier-Harnois « la comptabilité tenue par M. Closier était des plus irrégulières et des plus incomplètes » en sorte que son associé chargé de la fabrication « était dans l’impossibilité de connaître la situation réelle de la fabrique ». Chez Haudebert-Pitois, les jeux d’écriture brouillent les pistes. « Sans doute, à partir de 1906, les comptes annuels ne se soldaient plus en pertes et l’exploitation tantôt s’équilibrait, tantôt se traduisait par un léger bénéfice. C’est au moins ce qui ressort des livres, mais j’aurai à faire, sur ce point, des réserves. Au surplus, si la vente se poursuivait, elle ne laissait qu’une marge brute restreinte, sinon insuffisante, la trésorerie étant presque nulle, le problème des échéances se posait chaque fois de façon pressante et l’on peut dire sans exagérer que, pendant les dix dernières années de sa vie commerciale, l’inculpé n’a subsisté que grâce au crédit péniblement obtenu sous les formes les plus diverses ». Dans le même rapport, cette situation est jugée commune : « Il faut dire toutefois à la décharge d’Haudebert que trop de commerçants même honorables, ne se font pas idée assez exacte des prescriptions légales en matières de livres commerciaux et de la nécessité d’en observer avec discernement la lettre comme l’esprit44. » La malhonnêteté du comptable peut aggraver la situation, comme à « L’Abeille fougeraise45 ».

  • 46  Rapport sur la faillite de la société en nom collectif Delin et Cie, étable à Fougères, rue Dugues (...)
  • 47 Procès-verbal du Conseil d’Administration. du 7 janvier 1894.

26Il ne faut cependant pas noircir le tableau. Il existe bien évidemment un grand nombre de cas où la comptabilité est correctement tenue. Les entreprises emploient parfois un personnel spécialisé pour effectuer cette tâche, comme Alcide Lecomte, ancien employé d’octroi, chez Delin et Cie46. La « Fabrique générale de chaussures » emploie deux comptables47.

Une mauvaise organisation et une maîtrise des coûts défaillante

  • 48 Lelièvre et Prioul puis Lelièvre, fabricant de galoches. Rapport du liquidateur aux créances à la r (...)
  • 49 Rapport sur la faillite de la société en nom collectif Delin et Cie, établie à Fougères, rue Dugues (...)
  • 50 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.

27Souvent, les analyses des faillites relèvent des frais généraux anormalement élevés, « hors de proportion avec son chiffre d’affaires » comme chez Lelièvre48. Chez Delin et Cie, ils atteignent 20 % des ventes, « alors que la moyenne, dans les fabriques de même industrie de la place, ne doit pas dépasser 10, ou tout au plus 12 %49 ». Chez Robillard frères, de 1906 à 1911, les frais généraux représentent 22 %50.

  • 51 Rapport du liquidateur, 2 mars 1894.

28Les entrepreneurs sont fragiles face aux marchés qui leur imposent des prix d’achat souvent très élevés. Julien Delaunay, déclaré failli en octobre 1855, reconnaît que « il a été obligé d’acheter les matières premières fort cher et par suite il était obligé de baisser ses prix à la revente par suite de la concurrence ». La situation est la même à « L’Abeille fougeraise », où les achats de marchandises ont été faits dans de mauvaises conditions, à des prix trop élevés et en trop grande quantité : « Il paraîtrait même qu’un Mr Bergeron qui était acheteur de juillet 1893 à février 1894, se serait fait donner des pots de vin par certains fournisseurs. » Cela se cumule avec « les ventes faites à des prix trop bas même pour une maison qui débute », et de l’argent est perdu sur la plupart des articles vendus51. Chez Auffray, le rapport du syndic, établi en avril 1880, souligne que les commandes étaient exécutées de façon irrégulière. Les destinataires refusaient souvent des marchandises pour retard ou non conformité des expéditions aux commandes. « De là procès, retour de marchandises ou en cas d’acceptation par le destinataire, le failli se voyait obligé de supporter tout ou partie des frais de transport ».

  • 52 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.
  • 53 Rapport sur la faillite de la société en nom collectif Delin et Cie, établie à Fougères, rue Dugues (...)
  • 54 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire d (...)

29L’établissement des prix de vente est souvent mal maîtrisé car l’évolution se fait à courte vue. Paul Buet « avait mal calculé son prix de revient des marchandises fabriquées, et, en outre, comme il n’avait pas suffisamment de matières premières, il fut obligé d’en acheter au moment où elles subissaient une assez grande augmentation ». Ainsi, pour une vente de plus de 600 000 francs de marchandises, l’entreprise perd 50 000 francs. Mais « quand en 1890, ayant remanié ses tarifs, il voulut vendre à des prix plus élevés, une partie de sa clientèle l’abandonna », ce qui fit chuter son chiffre d’affaires. D’autre part, « en juin et juillet 1890, Paul Buet, croyant que la hausse qui s’était produite sur les matières premières allait s’accentuer, fit pour près de 100 000 francs d’achats, mais peu de temps après, la baisse se fit ». Chez Robillard frères, « en dehors de toutes ces dépenses de matériel il y eut les pertes sur les marchandises mal achetées et ne convenant pas à la fabrication fougeraise52 ». Chez Delin et Cie, « Sans calculer davantage les prix de revient et les bénéfices qu’on pouvait en tirer, la maison avait, dans les derniers temps surtout, apporté des modifications très coûteuses à son genre de fabrication53 ». Pour conserver sa clientèle, peu considérable, Closier et Harnois « ont été obligés de consentir des prix trop réduits, insuffisants pour couvrir les frais ». Jean Brunet, directeur de la Fabrique générale de chaussures « Les ouvriers réunis » déclare à son retour de voyage, « [qu’] en examinant les prix de vente je m’aperçus que des chaussures que je vendais dans ma région 78 F la douzaine, avaient été vendues 60 F dans d’autres contrées. Cette différence de tarif me donna des doutes » : ceci l’amène à déposer son bilan54.

L’imbrication entre activité commerciale et direction de l’usine

  • 55 Lettre aux président et juges du tribunal de Fougères.

30Les voyageurs de commerce occupent une place privilégiée dans les associations. En 1906, chez Collet et Sénéchal, Sénéchal s’occupe des voyages et on lui laisse même la liberté de travailler pour plusieurs maisons, « sans que toutefois cette autorisation puisse nuire aux intérêts de la société ». L’un des associés de l’entreprise mêle souvent de front le démarchage et la direction, ce qui ne facilite pas le contrôle de l’entreprise. Chez Delin et Cie, Delin avait les représentations de deux maisons, à Amiens et Nîmes, dont les bénéfices devaient être alloués à sa société, mais le patron reconnaît : « J’étais toujours en voyage je ne voyais pas la direction de la maison55. » Paul Buet est dans la même situation.

  • 56 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire d (...)
  • 57 Florent Le Bot le démontre clairement dans sa thèse, La réaction industrielle…, op. cit., p. 50. A (...)

31En décembre 1893 lorsque Jean Brunet est nommé Directeur de la Fabrique générale de chaussures « Les ouvriers réunis », il est décidé qu’il fera sa tournée d’hiver. « Je me mis en voyage de suite après ma nomination au titre de Directeur et pendant mon voyage M. Galais administrateur était chargé de me remplacer à la fabrique […]. En prenant la direction je ne me fis rendre aucun compte, ne pouvant le vérifier puisque je partais en voyage pour plus de deux mois56. » Cette situation correspond à une situation générale, puisqu’une des grandes faiblesses des entreprises de chaussure réside dans l’émiettement des circuits de distribution57.

  • 58 Voir par exemple Rousselier-Fraboulet, Danièle, « Du traitement des bilans d’entreprises pour l’étu (...)

32Les dossiers de faillite offrent un grand intérêt pour la connaissance d’entreprises dont on ne possède pas les archives, en apportant un éclairage nouveau sur leur fonctionnement58. Ils offrent une riche évocation du paysage industriel fougerais en voie de constitution autour de la chaussure. Cette étude ne rend d’ailleurs qu’imparfaitement compte du tissu industriel fougerais dans la mesure où le mouvement coopératif, très dynamique, en est une composante essentielle.

33Dans la société fougeraise en mutation, on voit émerger des hommes qui vont être à l’origine de dynasties qui vont marquer durablement l’histoire des entreprises fougeraises. Ainsi se trouvent concentrés les ingrédients pour le développement d’une caste patronale qui sera d’autant plus puissante que la production de chaussures constitue une mono-industrie, pourvoyeuse d’une richesse économique inconnue jusqu’alors dans cette région rurale. Elle saura se maintenir et se développer grâce à des stratégies matrimoniales et des associations judicieusement construites.

Haudebert, 1911.

Haudebert, 1911.

L’Abeille fougeraise, 1894.

L’Abeille fougeraise, 1894.

Provenance des cuirs utilisés par les industries de chaussures de Fougères, 1879-1911

Provenance des cuirs utilisés par les industries de chaussures de Fougères, 1879-1911
Top of page

Endnote

1 Des études récentes ont permis de lever quelques voiles sur cette histoire qui dure plus d’un siècle : Legendre, Bernard, « La vie d’un prolétariat : les ouvriers de Fougères au début du XXe siècle », Le Mouvement Social, n° 98, 1977, p. 341 : Hérisset, Jean, « Bonabry. La création d’un quartier industriel à Fougères », Arts de l’Ouest, Architectures du travail, PUR, 1992, p. 83-96 : Bouffort, Daniel, Tuberculose et cité ouvrière, le cas de Fougères 1880-1940, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Rennes 2, 1993 : Chevrel, Yves, Étude d’une manufacture de chaussures à Fougères : Morel & Gâté, 1886-1976, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Rennes 2, 2 vol. 1995 : Cucarull, Jérôme, « Les en-têtes de factures avec dessins d’usines comme source d’archéologie industrielle. L’exemple des usines de chaussures de Fougères », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Tome LXXIV, 1996, p. 45-74 : « Modernisme et innovations dans les industries de la chaussure de Fougères » dans Dhombres, Jean (dir.), La Bretagne des savants et des Ingénieurs, le XXe siècle, éd. Ouest France, Rennes, 1999, p. 118-132 : « L’industrie de la chaussure à Fougères. Bilan patrimonial », L’archéologie industrielle en France, n° 35, décembre 1999, p. 17-25 : « L’enquête orale, source de l’histoire industrielle et technique. L’exemple des ouvriers de la chaussure de Fougères », dans Geslin, Claude, dir., La vie industrielle en Bretagne, une mémoire à conserver, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2001, p. 131-146. On consultera avec profit la vision élargie que propose Le Bot, Florent, La réaction industrielle. Mouvements anti-trusts et spoliations antisémites dans la branche du cuir en France, 1930-1950, Thèse de doctorat en histoire, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

2 Voir en particulier les travaux de Legendre, Bernard, « La vie », art. cit. : Geslin, Claude, « Provocations patronales et violences ouvrières : Fougères (1887-1907) », Le Mouvement Social, n° 92, janvier-mars 1973, p. 17-53 : Bouffort, Daniel, « La grande grève de la chaussure : Fougères 1932 », Le Pays de Fougères, 1983, n° 42, p. 14-18, n° 43, p. 2-7 et n° 44, p. 913 : Hamard, Jacky, Le conflit Réhault et la ville de Fougères, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Rennes 2, s.d.

3 Estier, Robert, « Les faillites, instrument d’histoire économique : l’exemple de la région roannaise dans le deuxième quart du XIXe siècle », Bulletin du Centre d’Histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 4, 1973, p. 17-59 : Martin, Jean-Clément, « Le commerçant, la faillite et l’historien », Annales ESC, 35e année, novembre-décembre 1980, p. 1251-1268 : Marco, Luc, « Faillites et crises économiques en France au xixesiècle », Annales ESC, 44e année, n° 2, mars-avril 1989, p. 355-378.

4 Conservés en série 6U, ces dossiers n’étaient pas cotés au moment de leur consultation.

5 Ce document a été publié et commenté par Cucarull, Jérôme, Bouffort, Daniel, Heudre, Daniel, Pitois, Jean-Marie, Souvenirs d’un vieux fougerais. Notes à bâtons rompus d’un ancien ouvrier de la chaussure. L’industrie de Fougères au XIXe siècle, Moeurs et coutumes, Fougères, 1998, 110 pages. Les partis-pris de l’auteur sont analysés dans l’introduction, p. 5-9.

6 Acces-Université populaire de Romans, Les romanais, Romans et la chaussure. 150 ans d’histoire, Éditions Peuple libre et Notre Temps, 2001, p. 25.

7 Hamot, André, De la faillite et de la liquidation judiciaire des sociétés françaises, Thèse pour le doctorat de droit, Paris, 1903, p. 324-325.

8 Je tiens particulièrement à remercier Roland Neveux pour la réalisation de ces cartes.

9 À Romans, la plus grosse entreprise, la SA Guilly, créée en 1902, ne possède qu’un capital de 220 000 francs. ACCES-Université populaire de Romans, Les romanais…, op. cit., p. 25.

10 Ponctuellement, des données confirment ces proportions. Chez Michel Bouteloup aîné, en 1874, le poste « Mobilier, matériel et marchandises », représente avec 30 770 francs, 16 % du total de l’actif. Pour L. Durand et Cie, en 1887, les marchandises fabriquées, en cours de fabrication, matières premières et matériel représentent 20 572 francs, soit 70,55 % de l’actif.

11 Cucarull, Jérôme, « Modernisme et innovations dans les industries de la chaussure de Fougères », op. cit.

12 Cucarull, Jérôme, Bouffort, Daniel, Heudre, Daniel, éd., Pitois, Jean-Marie, Souvenirs d’un vieux fougerais…, op. cit., p. 44 et 60.

13 À Romans par exemple, la direction associe souvent un fabricant et un employé de commerce. Acces-Université populaire de Romans, Les romanais…, op. cit., p. 25.

14 Rapport du 2 novembre 1870.

15 Bouffort, Daniel, « Un capitaine d’industrie, Hyacinthe Cordier », Le Pays de Fougères, n° hors série, 1996, p. 3-4.

16 Cucarull, Jérôme, Bouffort, Daniel, Heudre, Daniel, éd. : Pitois, Jean-Marie, Souvenirs d’un vieux fougerais…, op. cit., p. 43.

17 Lettre de Paul Buet au juge-commissaire de la faillite, 23 novembre 1892.

18 Rapport du 2 novembre 1870. Quand il fait faillite, il a 34 ans.

19 D’après les notes prises pour le rapport de faillite, s.d.

20 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire de police de Fougères, 28 août 1894.

21 Si en 1870, les immeubles de Toupé fils, évalués à 80 000 francs, représentent 64 % de l’actif, dans la plupart des cas cette importance est beaucoup plus faible. En 1887, la maison de L. Durand (4 000 francs) et ses meubles et effets personnels (687 francs) représentent 16 % de son actif. Les biens de Chantepie et Vionne, d’un montant de 55 961 francs, représentent 16 % de l’actif de la faillite de Pierre Chantepie fils et Cie en 1898, auxquels il faut ajouter 9 109 francs d’effets en portefeuille. Delin possède deux maisons évaluées 20 000 francs et 1 000 francs de mobilier, soit 20 % de l’actif.

22 D’ailleurs « Les Syndics ne s’expliquent pas pourquoi le Sieur Toupé a fait construire un bâtiment d’une valeur aussi considérable, alors qu’il serait grevé de dettes importantes ». Rapport du 2 novembre 1870.

23 Ainsi Claude Geslin estime que « Le manque de capitaux s’explique par l’origine de ces patrons sortis du milieu populaire. Par leur travail, ils sont parvenus, souvent au prix de gros sacrifices, au stade de chefs d’entreprise, d’où leur dureté et même leur absence de tout paternalisme : ils ne s’embarrassent pas de "bonnes œuvres". Possédant seuls, avec parfois un ou deux associés, l’usine ou les deux usines qu’ils exploitent (il n’y a pas à Fougères de société anonyme), ils vivent au milieu des chaussonniers sans se regrouper dans un quartier spécial, avec les membres de leur famille qui travaillent à l’usine comme employés ou voyageurs et un personnel très réduit (sur vingt-quatre familles de patrons recensées en 1896, quatre n’ont pas de domestiques, dix-sept ont une domestique pour des familles) », dans : « Provocations patronales… » art. cité, note 14, p. 19.

24 Le Bot, Florent, La liquidation d’une banque locale dans le district industriel de Fougères, en 1933, à travers les archives de la Banque de France, exposé présenté lors de la journée d’étude de l’IDHE. « Territoires et espaces financiers : enjeux locaux et régionaux », le 24 avril 2003, à l’Université Paris X Nanterre. Je le remercie vivement de m’avoir communiqué ce travail avant sa publication.

25 Mémoire relatif à la création d’une chambre de commerce à Fougères, 14 novembre 1867, p. 2.

26 Dans son étude, La liquidation d’une banque locale. , op. cit., Florent Le Bot, montre que les banques fougeraises acceptent d’accorder aux fabricants des découverts quasi permanents.

27 Lettre aux président et jury du tribunal civil de Fougères jugeant commercialement, 6 janvier 1910.

28 Rapport d’expertise au juge d’instruction du tribunal de Fougères (selon l’ordonnance du 9 janvier 1914) par Gabriel Faure à Paris, 16 janvier 1915. Exposé sommaire des faits.

29 Lettre aux président et juges du tribunal de Fougères, 5 janvier 1898.

30 Mais deux mois plus tard Vionne s’associe avec Chantepie et coupe brusquement tout crédit à Saucet. Rapport du commissaire de police de Fougères, 31 octobre 1897.

31 Rapport du liquidateur aux créances à la réunion pour le concordat du 23 août 1899.

32 Lettre de Gaboury directeur de « La Fougeraise » aux président et jury du tribunal civil de Fougères jugeant commercialement, 6 janvier 1910.

33 Lettre de Paul Buet au juge-commissaire de la faillite, 23 novembre 1892

34 Rapport du syndic, 3 août 1900.

35 Lettre aux président et juges du tribunal de Fougères, 5 janvier 1898.

36 Rapport du liquidateur, 2 mars 1894

37 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire de police de Fougères, 28 août 1894.

38 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.

39 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.

40 Rapport du 2 novembre 1870.

41 Rapport du 2 novembre 1870.

42 Rapport du 22 mars 1881.

43 Rapport du syndic, 26 avril 1880.

44 Faillite Haudebert, 14 juin 1911. Rapport d’expertise au juge d’instruction du tribunal de Fougères (selon l’ordonnance du 9 janvier 1914) par Gabriel Faure à Paris (16 janvier 1915). Exposé sommaire des faits, p. 141-142.

45 Rapport du liquidateur, 2 mars 1894.

46  Rapport sur la faillite de la société en nom collectif Delin et Cie, étable à Fougères, rue Duguesclin, 21 septembre 1898.

47 Procès-verbal du Conseil d’Administration. du 7 janvier 1894.

48 Lelièvre et Prioul puis Lelièvre, fabricant de galoches. Rapport du liquidateur aux créances à la réunion pour le concordat du 23 août 1899.

49 Rapport sur la faillite de la société en nom collectif Delin et Cie, établie à Fougères, rue Duguesclin, 21 septembre 1898.

50 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.

51 Rapport du liquidateur, 2 mars 1894.

52 Lettre aux président et juges du tribunal de commerce, 19 septembre 1911.

53 Rapport sur la faillite de la société en nom collectif Delin et Cie, établie à Fougères, rue Duguesclin, 21 septembre 1898.

54 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire de police de Fougères, 28 août 1894.

55 Lettre aux président et juges du tribunal de Fougères.

56 Procès-verbal d’interrogatoire de Jean Brunet, ancien directeur de la société, par le commissaire de police de Fougères, 28 août 1894.

57 Florent Le Bot le démontre clairement dans sa thèse, La réaction industrielle…, op. cit., p. 50. A contrario, « le développement du groupe André repose, pratiquement dès sa création, sur la constitution progressive d’un réseau de succursales de ventes, pour s’assurer les débouchés et favoriser leur extension » (p. 92).

58 Voir par exemple Rousselier-Fraboulet, Danièle, « Du traitement des bilans d’entreprises pour l’étude historique d’une branche industrielle », Recherches contemporaines, n° 3, 1995-1996, p. 47-62.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 - Les industries de la chaussure d’après les archives des justices de paix
Credits Source : Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 4U1 2, liasses 77 à 108.
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-1.png
File image/png, 953k
Title Tableau 2 - Les fournisseurs des entreprises de chaussure d’après les passifs
Caption * dont 1 861 d’origine inconnue, soit 7,35 %
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-2.png
File image/png, 317k
Title Tableau 3 – Composition des actifs des entreprises en faillite
Caption * mobilier et marchandises ; ** avec marchandises en fabrication et mobilier industriel
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-3.png
File image/png, 302k
Title Tableau 4 - Caractéristiques des créateurs d’entreprises
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-4.png
File image/png, 893k
Title Tableau 5 - L’importance des banques dans les passifs de faillite
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-5.png
File image/png, 389k
Title Haudebert, 1911.
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-6.jpg
File image/jpeg, 116k
Title L’Abeille fougeraise, 1894.
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-7.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Provenance des cuirs utilisés par les industries de chaussures de Fougères, 1879-1911
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/602/img-8.jpg
File image/jpeg, 75k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jérôme Cucarull, « L’industrie de la chaussure à Fougères avant 1914 d’après les dossiers de faillite des entreprises », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114-1 | 2007, 163-184.

Electronic reference

Jérôme Cucarull, « L’industrie de la chaussure à Fougères avant 1914 d’après les dossiers de faillite des entreprises », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [Online], 114-1 | 2007, Online since 30 March 2009, connection on 19 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/602 ; DOI : 10.4000/abpo.602

Top of page

About the author

Jérôme Cucarull

Historien indépendant CERHIO-CNRS FRE 3004, université Rennes 2 Haute-Bretagne

By this author

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Rennes

Top of page