Navigation – Plan du site

AccueilNuméros127-3La fabrication des filets et leur...

La fabrication des filets et leurs améliorations chez les pêcheurs sardiniers bretons (1850-1930)

Net-making and its improvements in the Breton sardine fishing industry (1850-1930)
Jean-Christophe Fichou
p. 145-157

Résumés

Les filets de pêche sont employés au moins depuis la fin du Paléolithique. Ils sont fabriqués avec des fibres végétales et plus particulièrement du chanvre et du lin en Bretagne. Pour tenter de retarder leur pourrissement, les filets, une fois terminés, sont traités dans une solution bouillante de tan, une décoction d’écorce de chêne. Dès le début du xixe siècle, on sélectionne les fibres, on améliore le tissage, et les méthodes de protection de ses filets. Dans les années 1870, les pêcheurs sardiniers adoptent les filets de coton plus fins et plus résistants. Préparés mécaniquement dans de grandes filatures, ils remplacent assez facilement ceux de lin et de chanvre tissés en famille. Paradoxalement, alors que les pêcheurs sardiniers font preuve d'un extraordinaire conservatisme en ce qui concerne la méthode de pêche – le filet droit – et refusent obstinément des engins plus pêchants – les filets maillants – ils sont parmi les premiers à se convertir aux fibres les plus robustes, celles de coton, parfaitement adaptées de plus à la teinture bleuâtre et à la pêche des petites sardines.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les filets à sardine : une technique ancestrale
Les premières améliorations industrielles
Les « filets bleus »

Aperçu du texte

Les filets sont à peu près les mêmes chez tous les peuples d’Europe ; s’ils varient c’est par suite de la disposition des rivages, de la hauteur d’eau ou de la nature des fonds. Partout le maillage est établi d’après l’emploi assigné au filet ; s’il s’agit de mailler le poisson, c’est-à-dire de le prendre par les ouïes, la maille a des dimensions qui varient avec la grosseur du poisson comme on le voit par exemple pour les pêcheurs du hareng et de la sardine, où la maille du filet augmente à mesure que la saison avance.

Les filets à sardine : une technique ancestrale

De Saint-Brieuc à Arcachon, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, pratiquement tous les pêcheurs de sardines utilisent une technique de capture en usage depuis le xvie siècle. L’engin le plus employé est le filet droit ou filet maillant. Chaque filet, souvent confectionné à l’origine par la famille du pêcheur, mesure 25 à 40 mètres de longueur sur 5 à 10 mètres de profondeur. Les dimensions varient selon les ports et sont p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Fichou, « La fabrication des filets et leurs améliorations chez les pêcheurs sardiniers bretons (1850-1930) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 127-3 | 2020, 145-157.

Référence électronique

Jean-Christophe Fichou, « La fabrication des filets et leurs améliorations chez les pêcheurs sardiniers bretons (1850-1930) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 127-3 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abpo/6321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.6321

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Fichou

Professeur au lycée de Kerichen, Brest, Membre chercheur du CETMA, CNRS-MNHN (Centre d’Ethno-Technologie en Milieux Aquatiques - Muséum National d’Histoire Naturelle) ; chercheur associé de l’UMR TEMOS (Angers)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search