Navigation – Plan du site
Varia

L’inventaire d’un éleveur en Bretagne en 1516

Michel Nassiet
p. 39-55

Résumés

Nous publions ici l’inventaire après le décès, en 1516, d’un Breton de moyenne noblesse qui était aussi éleveur et engraisseur de bœufs à Blain, où il tirait parti non seulement de ses prés des bords de l’Isaac, mais aussi sans doute de la forêt du Gâvre. Il y a là un cas précoce de spécialisation des activités, et d’intégration de l’élevage dans une économie d’échange.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle

Noms de lieux :

Blain
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gallicé, Alain, « Inventaire après décès d’un agriculteur (1392) et d’un représentant de la moyenne (...)
  • 2 Antoine, Annie, « L’élevage en France, xviie-xviiie siècles», La Terre et les paysans, Association (...)

1L’élevage était une activité importante dans l’Ouest et plus précisément dans le Massif armoricain : élevage des chevaux, des ovins (dès 1392, 28 brebis1 chez un paysan du pays de Guérande), des porcs, et tout particulièrement des bovins. En ce domaine, l’Ouest n’était pas homogène. En Bretagne, les sources montrent une prépondérance des femelles sur les mâles, ce qui signale des élevages naisseurs et tournés vers la production de lait et de beurre ; au contraire, dans le Maine, le Bas-Poitou et la Gâtine poitevine, de gros cheptels comportant beaucoup de mâles indiquent une spécialisation vers la vente de ceux-ci2. Pour la première de ces régions, la Bretagne, je me propose ici de remonter le temps et faire le point sur l’élevage au xvie siècle en synthétisant les données fournies par dix-huit inventaires après décès, décrivant 21 exploitations (tableau 1), et de publier un inédit qui présente un cas original.

2De façon générale, dans toutes ces exploitations, l’importance de l’élevage bovin est démontrée par la supériorité éclatante de leur nombre sur celui des équidés. Parmi ces bovins (et sans compter les veaux), le nombre des femelles dépasse partout celui des mâles. Enfin des porcs sont mentionnés dans plus des trois quarts de ces inventaires, tandis qu’on ne trouve des oies que dans un sixième des exploitations du corpus.

  • 3 Ibidem, p. 59.
  • 4 Meyer, Jean, La Noblesse Bretonne au xviiiesiècle, Imprimerie nationale, Paris, 1966, rééd. EHESS, (...)

3Pour aller plus avant, il faut considérer que le type d’élevage pratiqué dépendait largement du niveau économique des agriculteurs3, ce qui impose une classification par strates horizontales de richesse. Bien sûr, le corpus d’inventaires rassemblés ici décrit surtout les élites rurales. Le seul petit paysan du xvie siècle dont nous ayons l’inventaire, un laboureur à bras en Plaintel, vivant juste au sud de Saint-Brieuc dans la fertile bande littorale, possédait en 1534 une vache, un veau et un porc. La vache fournissait du lait à la famille après la vente du veau. Nous retrouvons là, au xvie siècle, le type d’élevage bovin le plus fréquent, celui d’une vache nourrie sur les pâtis ou les landes, par les plus humbles, petits paysans, journaliers, « pauvres4 ». Dans le célèbre tableau du manouvrier dressé par Vauban dans la Dîme royale, certains détails pourraient bien provenir d’observations faites en Bretagne que l’auteur a traversée en 1694 (« par la nourriture… peut-être d’une vache… qui donneront un peu de lait… et un peu de beurre »).

  • 5 Comme l’indiquent des lettres de rémission. À Cléder en 1518, l’épouse du tavernier dit « qu’elle n (...)

4Une des strates de l’élite rurale apparaissant dans notre corpus, loin d’être la plus riche, était formée par les petits nobles exploitant eux-mêmes leur terre. Ils avaient trois ou quatre vaches ; un noble à la fois agriculteur et notaire, en Ploumagoar près de Guingamp (évêché de Tréguier), labourait avec une paire de bœufs (1517), tandis que deux autres, l’un, tavernier à Saint-Maudez à l’ouest de Dinan (1517) et l’autre à Breteil à l’ouest de Rennes (1571), avaient des harnais à chevaux. Le labour avec des chevaux était fréquent dès les années 1517-1518 sur le littoral de la Manche, depuis Pleslin au nord de Dinan, jusqu’à Cleder en Léon5.

  • 6 lemasson, Auguste, Un coin du Poudouvre: la châtellenie du Plessis-Balisson, Saint-Servan, 1913, p. (...)

5Ce sont surtout les plus grosses exploitations qui nous sont connues. Une seule était un domaine congéable, exploité par une frérèche (1518) en Plougonver, dans l’évêché de Tréguier, au cœur de la Cornouaille montagneuse : cette frérèche possédait quatre bœufs, sept vaches et une quinzaine d’ovins. Les autres étaient des métairies. Certaines étaient baillées à ferme, comme la Crochaye6 en 1588, les bestiaux faisaient alors l’objet d’un acte de cheptel annexé à la ferme et, au décès du propriétaire, il n’était pas nécessaire de les inventorier. Dans les métairies baillées à un métayer, une partie des bestiaux étaient possédée par moitié et une autre, d’ailleurs variable, était possédée par le seul propriétaire. Sur dix métairies connues, dispersées dans toute la Bretagne, deux avaient deux bœufs et six en avaient quatre, tous servant comme force de travail. Quatre avaient six à sept vaches, mais six comptaient de onze à dix-sept « vaches a laict ». Déjà, au xvie siècle, était donc enracinée en Bretagne la prépondérance des femelles, décelant des élevages naisseurs et la production de lait.

Tableau 1 – les animaux dans les inventaires bretons du xvie siècle

Tableau 1 – les animaux dans les inventaires bretons du xvie siècle
  • 7 Berenger, Jean, Meyer, Jean, La Bretagne de la fin du xviiesiècle d’après le mémoire de Béchameil d (...)

6Par rapport à ces exploitations agricoles, l’inventaire de 1516 publié ci-dessous, est original en ce que le défunt n’était pas un agriculteur mais un riche éleveur et engraisseur de bœufs, spécialisé dans cette activité. Cet éleveur était un noble de l’évêché de Nantes où, à la fin du xviie siècle, on pratiquait l’engraissement, sur les prairies des îles de la Loire7, de bovins venus du Poitou. Au début du xvie siècle, on élevait aussi des bovins à l’intérieur de ce pays qui était particulièrement médiocre pour la céréaliculture.

7La valeur totale de ses biens meubles, 1 425 livres tournois, est considérable par rapport à celle des inventaires ruraux des deux premiers tiers du xvie siècle qui ne dépassent pas quelques centaines de livres. Or le total de ses objets de consommation est du même niveau, 206 livres, tout en ne constituant que 14 % de l’ensemble. Même si l’environnement matériel du grand manoir se distinguait par un coffre « taillé » (sculpté) et quelques meubles armoriés, des lits nombreux, des robes fourrées, quelques vêtements de soie et des coiffes de toile fine, il n’était guère plus raffiné que dans les logis de petite noblesse. La richesse du maître des lieux se manifestait surtout par les vastes dimensions de son manoir, qui comprenait sans doute trois grandes pièces au rez-de-chaussée et à l’étage, et par une importante vaisselle d’argent, valant 242 livres (17 %) et ayant une fonction de réserve. Les divers produits, dont deux tiers consistent en grains, forment encore 10,8 %. Ces trois postes, objets de consommation, vaisselle d’argent et produits, sont donc inférieurs au capital, 268,70 livres (18,9 %) qui consistait presque exclusivement en animaux, à l’exception de cuves et de fûts destinés à la viticulture. À la date du 10 octobre 1516, il s’y ajoutait une somme de 514 livres, 36,1 % du total, « pour la vente des beuffs de gresse » à deux marchands (infra, art. 83). La somme de cette vente et de la valeur des animaux restants constitue donc plus de la moitié de l’inventaire (54 %).

  • 8 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 23, f° 122.
  • 9 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 1817.
  • 10 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1E 195, aveu de 1543, f° 3 r°-v°.
  • 11 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E 720.

8Les bestiaux sont inventoriés en quatre lieux qui ne sont malheureusement pas nommés, si bien qu’il faut apporter quelques précisions sur les biens immobiliers possédés par le couple. Dès 1516, Gilles Croxelay et Raouline Hubert, sa seconde femme, possédaient au moins trois maisons ; veuve, cette dernière obtint le 25 octobre une « maintenue » pour « les lieux de la Viollaye, de la Gracinaye et de la Janeraye8 ». La Viollaye, dans la paroisse de Fay, était le « manoir » dont les Croxelay portaient le nom et qu’ils avouaient au vicomte de Rohan ; en 1516, le propriétaire n’y avait que des réserves de grains et son meilleur cheval (n° 172-176), et cette terre était sans doute confiée à un paysan, sans doute un fermier car il n’est pas fait mention de bestiaux possédés par moitiés. Le manoir de la Grassinaye, qu’ils avouaient au roi9, jouxtait la forêt ducale du Gâvre et permettait peut-être la pratique de la dépaissance forestière. Nous ignorons où se trouvait la Joneraye. Mais le présent inventaire a été fait par la cour de Blain, une grande seigneurie appartenant au vicomte de Rohan, et c’est dans le bourg du même nom que se trouvait la résidence principale du défunt, comme le montre le fait que la maison jouxtait le cimetière (infra n° 27). Dans son aveu de 1543, le fils du défunt la situe « en ung tenant entre le cymetiere dudict Bleign d’un cousté de la dicte maison, et de partie […] le chemyn conduisent du village de la Gouppillaye au chasteau de Bleign10 ». Il y avait là une maison, un four, une étable, un vaste jardin de 2,5 journaux (plus d’un hectare) et un pré contigu de 31 hommées, le tout avec « leurs clostures et fossez ». Ce pré longeait sans doute la rivière Isaac (dont le lit est aujourd’hui occupé par le canal de Nantes à Brest), au sud de laquelle s’étendait la forêt de la Groulais qui appartenait au vicomte de Rohan ; en 1492 ce dernier et Gilles Croxelay avaient échangé11 deux prés dont l’un était au bord de l’Isaac. Le site comportait donc des prés étendus. Enfin les Croxelay possédaient dans ce bourg deux autres maisons qui avaient appartenu à un prêtre et dont la plus grande était équipée de cuves et de fûts (n° 155-170 ; il y a encore un toponyme « la vigne » à côté du bourg).

  • 12 Arch. dép. Loire-Atlantique B 24, B 43 ; Brochard, n° 105. Janton, n° 122. Carte dans Meyer, p. 454
  • 13 Morice, dom Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bre (...)

9Par chance, l’inventaire commence le 9 octobre, au début de l’automne, ce qui nous fait connaître à la fois la vente des bœufs engraissés au cours de l’été, et la configuration de l’élevage adoptée pour l’hivernage. Le montant de « la vente des beuffs de gresse » équivaut, sur la base d’un prix de 5,50 livres, à un nombre de 93 bœufs. Il est vrai qu’elle n’est peut-être pas représentative des vente annuelles normales et résulta peut-être d’une volonté de réduire l’élevage du fait du décès du chef de l’entreprise. On voudrait savoir aussi à quels marchés ces bœufs étaient destinés. La Bretagne exportait déjà des bœufs vers l’est. Dès le début du xvie siècle des marchands « de France » venaient à la foire de la mi-carême à Carhaix y acheter des bœufs, tandis qu’en août 1563 deux Bretons, deux frères, allèrent en vendre au bourg de Saint-Brice-des-Landelles à la porte de la Normandie12, ce qui correspond à la route septentrionale « de la viande » connue au xviiie siècle. Revenons chez notre défunt ; les bestiaux restant en octobre et novembre 1516 furent inventoriés en quatre ensembles, dont les trois premiers se trouvaient à la grande maison du bourg de Blain ou à proximité. Le premier ensemble comprend sept bœufs, dont six bœufs de trait valant 6,5 ou 7,50 livres. Tout près se trouvait le stock de foin, dont deux « barges », sans doute dans la cour, et le reste dans la grange. Il y avait là les réserves de foin pour l’hiver, quarante charretées, valant trente livres, valeur considérable puisqu’équivalant à celle d’une demi-douzaine de bœufs. Les autres ensembles comprennent surtout des vaches : le deuxième, deux jeunes bœufs (valant 3,50 livres chacun) mais quatorze vaches, quatre taurins et quatre veaux, et le troisième, trois bœufs, sans doute relativement jeunes (4,30 livres), huit vaches, quatre petits taurins, quatre génisses et trois veaux. C’est à la suite de ce troisième ensemble de bovins que sont inventoriés les chevaux, cinq juments (dont une hacquenée) et huit poulains. Or le quatrième ensemble n’a été inventorié que le 8 novembre, près d’un mois plus tard (n° 149), et cette fois le nombre des bœufs l’emporte : il y a là six bœufs, dont deux « grands » valant 5,50 livres chacun, sept vaches et une jument. N’est-ce pas parce que ces bestiaux divaguaient, peut-être dans la forêt du Gâvre près de laquelle le défunt possédait une maison, et qu’il aura fallu du temps pour les attraper, au cours de véritables rodéos comme en faisait Gouberville ? La dépaissance forestière était en effet une pratique fréquente aux derniers siècles du Moyen Âge (en 1298, le vicomte de Rohan possédait des vaches dans ses forêts de Loudéac, Quénécan et Poulancre13). En tout, cet élevage, à la fois naîsseur et engraisseur, comprenait donc à cette date dix-huit bœufs, 31 vaches, huit « taurins » et huit génisses, dix veaux, un cheval, six juments, un mulet, 36 brebis et dix oies.

Tableau n°2– la composition des meubles Croxelay (1516)

Tableau n°2– la composition des meubles Croxelay (1516)
  • 14 Jean Bebin (Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 27 ; Dubois, n° 78).
  • 15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E 723.

10Ajoutons enfin que l’activité d’élevage à grande échelle et orientée vers la vente et le profit ne semble pas avoir été considérée comme dérogeante : Gilles Croxelay est qualifié de « noble escuier » et son fils aîné « héritier principal et noble ». Celui-ci continua sans doute la même activité, comme le suggère le fait qu’il soupa avec un marchand14 du pays de Guer le jour de décembre 1521 où il tua un habitant du bourg de Blain ; il est qualifié de « jeune gentilhomme » dans la lettre de rémision qu’il a obtenue l’année suivante. La lignée des Croxelay s’est maintenue dans la moyenne noblesse mais a succombé aux sirènes du monde de l’office : en 1662 et 1667, messire Phillipe « de » Crosselay, seigneur de la Viollaye, chevalier, était conseiller du roi, grand maître enquêteur et réformateur général des eaux et forêts de France au département de Bretagne, et grand veneur « audit païs » 15. Il habitait en Blain, mais on ne sait si le centre d’élevage bovin de son ancêtre existait toujours.

  • 16 Le men, « Le pillage du château de Mezarnou en 1594 », Revue de Bretagne et de Vendée, t. VII, 1860 (...)

11Diverses activités d’élevage, dont l’engraissement de bœufs et l’élevage de chevaux, sont perceptibles de la part d’autres hommes de moyenne noblesse en Bretagne. Le pillage, en 1594, du château de Mézarnou en Plounéventer, près de Landivisiau en Léon, permet d’y observer une demi-douzaine de grands bœufs pour engraisser, ainsi que 18 vaches à lait, 15 ou 16 taureaux et génisses et 28 grands chevaux dont le moindre valait 200 écus16.

12Ainsi, les traits structuraux de l’élevage bovin breton identifiés au xviiie siècle semblent déjà en place au xvie siècle, mais la spécialisation vers des élevages naisseurs et producteurs de lait n’était pas exclusive puisque des hommes riches pratiquaient aussi l’engraissement de bœufs nombreux destinés au marché. Voilà qui confirme le fait que l’élevage pouvait être essentiellement une activité d’échange, impulsant parfois une importante circulation de capital.

Haut de page

Bibliographie

Antoine, Annie, « L’élevage en France, xviie-xviiie siècles», La Terre et les paysans, Association des Historiens modernistes des universités, n° 18, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, n° 24, 1999, p. 7-60.

Berenger, Jean, Meyer, Jean, La Bretagne de la fin du xviiesiècle d’après le mémoire de Béchameil de Nointel, Klincksieck, Paris, 1976.

Brochard, Cécile, Violence et mentalité dans la société bretonne d’après les lettres de rémission (1516-1518), maîtrise, univ. Nantes (D. Lepage et M. Nassiet, dir.), 2003.

Douard, Christel, « L’ancien manoir de Kerjean d’après un document de 1537 », Le Manoir en Bretagne, 1380-1600, 1993, Cahiers de l’Inventaire, n° 28, p. 296-303.

Dubois, Matthieu, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1520-1522, maîtrise, université de Nantes (M. Nassiet dir.), 2000.

Gallicé, Alain, « Inventaire après décès d’un agriculteur (1392) et d’un représentant de la moyenne noblesse (1563) du pays guérandais », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 107, 2000, n° 4, p. 15-42.

Janton, Laurence, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1534-1574, maîtrise, univ. Nantes (M. Nassiet, dir.), 1998.

Lemasson, Auguste, Un coin du Poudouvre: la châtellenie du Plessis-Balisson, Saint-Servan, 1913.

Le Men, « Le pillage du château de Mezarnou en 1594 », Revue de Bretagne et de Vendée, t. VII, 1860, 1er semestre, p. 401-410.

Luzel, F.-M., « Inventaire du mobilier d’un cultivateur bas-breton au commencement du xvie siècle (1510) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 15, 1888, p. 241-252.

Meyer, Jean, La Noblesse Bretonne au xviiiesiècle, Imprimerie nationale, Paris, 1966, rééd. EHESS, 1985.

Moriceau, Jean-Marc, L’Élevage sous l’Ancien Régime (xvie-xviiiesiècles),SEDES, Paris, 1999.

Nassiet, Michel, « Un inventaire après décès dans une famille de petite noblesse en 1560 », Annales de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Saint-Malo, 1987, p. 325-332.

Nassiet, Michel, « Les activités d’un petit noble au début du xvie siècle d’après son inventaire après décès », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 100, 1993, n° 2, p. 165-178.

Nassiet, Michel, « Inventaire d’un manoir breton au xvie siècle», Histoire et Sociétés rurales, 1994, n° 2, p. 191-204.

Ropartz, Sigismond, « Mobilier d’un paysan bas-breton au xviesiècle », Revue de Bretagne et de Vendée, 1re série, t. IV, 1858, p. 351-360.

Ropartz, Sigismond, « Mobilier d’un gentilhomme et d’un journalier bretons au xvie siècle », Revue de Bretagne et de Vendée, 1862, p. 37-55.

Sevegrand, Gérard, « L’inventaire après décès d’un gentilhomme campagnard au xvie siècle : Olivier Du Plessix (1530-1571) », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. XCVIII, 1995, p. 7-25.

Tanguy, Jean, Le commerce du port de Nantes au milieu du xviesiècle, Paris, A. Colin, 1956.

Haut de page

Annexe

 Inventaire après décès inédit
(Source : Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E 720)

Ensuilt l’inventoire et prisaige des biens meubles appartenant à noble damoiselle Raoulline Hubert, veuve de feu noble escuier Gilles Croxelay17, en son vivant sieur de la Viollaye18, et Jehan19 Croxelay, filz aisné héritier principal et noble dudit feu Gilles Croxelay son père, et pour Gilles Croxelay, Jehanne, Perrine, Joseph et Louyse Croxelay, enffans myneurs dudit feu Croxelay et de ladite dammoiselle, ledit inventoire et prisaige desdits biens faict par la court de Bleign20 par maistre Pierres de La Ripvière sieur de la Ripvière, Mauron de Bodouat sieur de la Mordelaye, Gillet Guytart et Pierres de La Haye, faictz jurez par noble homme Guillaume de Lenerac21 sieur de Lenerac, lieutenant et juge ordinaire de ladite cour le IXe jour d’octobre l’an mil cinq cents saeze.

Et premier

1. Quatre beuffs de troict en poill rouge prisés    XXVIL tournois

2. Item ung petit beuff en poill brun prisé    LXX s t

3. Item deux aultres beuffs de trect en poill rouge prisés    XVL t

4. Item deux barges de feign estimé à XL cherectes de fen, qui comprins les fuigns de la grange, prisée chacune cherectée XV sols tournois, vallant    XXXL t

5. Item cinq cherectées de paille, prisée chacune cherectée III sols IIII deniers valent audit prys    XVI s VIII d t

6. Item ung mullet prisé    IIIL t

7. Item deux grandes paesles, une paesle bastarde, ung chauldron,  une paesle d’arain, ung failly paesle, ung paeslon, ung aultre failly chauldron et ung bacin à barbier et une grande veille paesle, le tout prisés ensemble    VIIIL X s t

8. Item ung coffre taillé estant en la sallea bas prisé    LX s t

9. Item ung aultre couffre non taillé prisé    XXXV s t

10. Item une paere de veilles armaires prisées    XX s t

[f° 1 v°]

11. Item une veille huge22 estant en ladite salle    X s

12. Item ung coffre estant en la chambre de parade    XXX s

13. Item une paere d’armoires estant en ladite chambre prisée    CX s

14. Item troys petiz coffretz prisés ensemble    XX s

15. Item une table rouge et une chere prisées    XX s

16. Item ung grant charlit et un charlit de couschete estant en ladite chambre prisé     IIIIL

17. Item un aultre charlit estant en la chambre près parade, prisé, et la couschete soubz23 ledit charlit     L s

18. Item ung petit charlit estant en la chambre devant prisé    XX s

19. Item quatre tables bruchetz et deux bancs prisés    XXX s

20. Item ung charlit et une veille armaires prisés    XX s

21. Item une couecte, ung traverslit et ung langeul bigaré estant
en la chambre (près parade, rayé)24 a bas, prisé    XL s

22. Item une petite couecte estant en la couschecte de ladite chambre
et ung berne prisés    XX s

23. Item ungne aultre couecte et ung traverslit, deux origliers une serge rouge estant en la chambre de parade, comprys (?) les cielz et tante dudit lit prisés ensemble    VIL

24. Item une petite couecte estante en la couschecte de ladite
chambre avecques une faillye serge gatée prisés ensemble    XX s

25. Item une couecte, ung traverslit, ung ciel de lit
avecques une faillye serge rouge prisés    L s

[f° 2 r°]

26. Item une couecte et ung failly langeul estans en la chambre devant, prisés    XXXVs t

27. Item une veille couecte et une faillye courte poincte estant
en la chambre du cymetière25 prisés    XX s t

28. Ung failly grenier26 et une faillye huge estans en la cuisine prisés    XII s VI d t

29. Item une meulle à mouldre et ung mortier double
avecques ung aultre mortier prisés    X s t

30. Item ung petit mortier de fer de fonte contenant une quarte
[deux mots abrégés], prisés    V s

31. Item une cuve bisgoize27 prisée    III s IIII d

32. Item quatre cuves28    V s

33. Item deux huges estans esdit prisées    VII s VI d

34. Item troys coustez29 de lart avecques ung domourant de siff et gresse, prisés    L s

35. Item une table et deux bancs estant en la salle à bas prisés    XX s

36. Item deux landiers, une broche de fer et une grisgle prisés ensemble    XXXV s

37. Item ung petit mortier de métal, a present de piller, de fer de fonte,
pour poipvre, contenant une chappoine [deux mots abrégés]
et ung failly pot de cuivre, prisés ensemble    LXX s

38. Item une palle de fer pour le feu et une cacze prisés    V s

39. Item plactz, escuelles, pintes, quartes, ustancialx et transchouers d’estain, pesants ensemble cent troys livres, prisées chacune livre III s,
vallant audit prys    XVL IX s

[f° 2 v°]

40. Item neuff linceulx de gros reparon30 de chacun deux verges
et demye my usés prises ensemble    XXXIII s

41. Item deux linceulx de gros brin de chacun troys verges my usez prisés    X s

42. Item troys linceulx de brin de chacun cinq verges plusque my usez prisés     XXX s

43. Item deux aultres linceulx estimes de chacun quatre verges et demye,

que sont IX verges prisez    XL s

44. Item ung aultre linceul de brin prisé    XX s

45. Item deux aultres linceulx de chacun troys verges prisés    XV s tournois

46. Item ung aultre linceul de quatre verges et demye prisé    XXII s VI d

47. Item ung linceul de cinq verges my use prisé    XI s III d

48. Item deux aultres linceulx my usez prisés    XL s VI d

49. Item ung aultre linceul prisé    V s

50. Item quatre touailles de grosses toilles prisées    XXII s VI d

51. Item cinq faillyes touailles prisées    X s

52. Item XIIII serviectes et deux touaillons prisés    X s

53. Item deux touaillons prisés    VII s VI d

54. Item ung failly cyel de lit o ses courtines prisés    II s VI d

55. Item une touaille et quatre serviectes prisées    VI s VIII d

56. Item quatre grandes serviectes prisées    XIIII s

57. Item deux autres linceulx contenant troys verges prisés    XVIII s

58. Item deux linceulx neuffs de brin contenant chacun seix verges prisés    LX s

[f° 3 r°]

59. Item ung aultre linceul prisé    XVIII s

60. Item ung aultre linceul my usé prisé    XI s III d

61. Item deux linceulx my usez contenant neuff verges prisés    XVIII s

62. Item ung aultre linceul contenant seix verges et demy prisé    XXII s VI d

63. Item deux linceulx de gros brin contenant dix verges et demye prisés     XXII s VIII d

64. Item deux aultres linceulx de neuff verges prisés ensemble    XXII s VI d

65. Item deux linceulx de seix verges prisés    XV s VI d

66. Item troys linceulx contenant X verges    XX s

67. Item ung aultre linceul contenant six verges prisé    XXXVII s

68. Item ung aultre linceul de quatre verges et demye prisé    XX s III d

69. Item cinq verges de grosses toille prisées    XVIII s X d

70. Item ung linceul de troys verges et deux faillyz cielz de lict prisés    XXV s

Du diziesme jour desdits moys et an susdits

71. Deux petites vaches noires prisées    LV s

72. Item deux jeunes vaches rouges    LXX s

73. Item deux grandes vaches prisées    C s

74. Item deux aultres vaches, l’une brune et l’autre garre ou flanc, prisées    C s

75. Item deux aultres jeunes vaches, l’une rouge et l’autre brune prisées    IVL X s

76. Item deux jeunes beuffs prises    VIIL

77. Item deux vaches, l’une rouge et l’autre blanche ensemble prisées    C s

[f° 3 v°]

78. Item deux aultres vaches prisées    IVL XV s

79. Item deux jeunes thorins prisés    LXX s

80. Item ung aultre petit thoreau et une genice prisés    XLV s

81. Item quatre veaulx de cest an prisés ansemble    L s

82. Item ouict tasses et ung pot d’argent pesantes ensemble XXII mars [sic]
[deux mots abrégés] chacun marc prisé XI livres tournois
et vallant audit prys    IICXLIIL tournois

83. Item pour la vente des beuffs de gresse31 venduz
à Jehan Allain et Jehan Foucault    VCXIIIIL tournois

84. Item ung pourpoint de satin doublé de fustaine blanche prisé
avecque ung collet de veloux noir    VIL

85. Item ung pourpoint d’ostade doublé de fustainne blanche prisé    XX s

86. Item une aulne et demye de veloux noir prisée    VIIIL

87. Item une robbe d’etame fourrée de noir à usaige d’homme prisée    XL

88. Item une robbe morée simple à usage d’homme prisée    L s

89. Item ung seon32 trume [?] doublé de mourée33 prisé    LX s

90. Item une paere de chausses rouges à usaige d’homme prisée    XX s

91. Item ung blanchet amchere [?] pourpoinct    V s

92. Item ung failly manteau rouge prisé    XXX s

93. Item deux couffres ferrez baroiz de cuir    C s

[f° 4 r°]

De l’onzeiesme jour desdits moys et an

94. Une curaie, une sellade, une banniere, quatre ganteletz, deux gardebraz avecques leurs cannons et deux taxelz, lesdites choses garnies de leurs boucles et myretz, non prisées

95. Item une hache d’armes à cheval, deux trousses de carrotz neuffs et garnyz, ung cabatz et une demye dozaine de trect

96. Item34 ung drap bigarré que ladite veuve dict estre pour faire ung chazuble contenant ouict verges de longueur, non prisé pourtant que ladite damoiselle dict la voulloir donner a l’eglise pour y servir.

97. Item une bouecte a… oupvraige de poutin    LXX s

98. Item une robbe noire doublée de taffetas bordée de veloux
à usaige de femme, prisée    XL

99. Item quatre livres de fill doulgé blanc, prisé    X s

100. Item ung bonnet noir rout prisé    XV s

Nota qu’elle ne pourra compter nul mue chose aux myneurs pour le linge de son beguyn pourtant qu’il lui est demeuré une pièce de toille non prisée, quelle elle a dict ne voulloir mectre

101. Item unze coupvre-cheffs de teille fine prisez    XXXIII s IIII d

[f° 4 v°]

102. Item cinq aultres coupvre-cheffs, et deux souilles d’origlier, prisés    XI s VIII d

103. Item a este trouvé en ung petit couffre en la chambre de parade
en une boite en monnaie    XXXIIL X s IX d

104. Item troys escuz soulleil et ung escu à la couronne,
quel or et argent ladite veuve a dict estre de la recepte feodée35     VIIIL

105. Item deux aulnes ung tiers d’ostade36 tannée prisées    VIIL

106. Item une aulne d’ostade noire prisée    LX s

Du XIIe jour desdits moys et an

107. Deux vaches rouges prisées    CX s

108. Item deux aultres jeunes vaches rouges prisées    IIIIL X s

109. Item deux aultres vaches prisées    C s

110. [en marge] Item deulx aultres vaches prisées    IIIIL

111. Item deux vaches, l’une noire et l’aultre brune, prisées    IIIIL

112. Item deux jeunes génices rouges prisées    LXX s

113. Item deux aultres génices prisées    CV s

114. Item troys petiz thorins et ung veau d’un an, prisés    IIIIL V s

115. Item XXI berby prisées    C s

116. Item troys beuffs, deux rouges et ung noir prisés    XIIIL

117. Item troys veaux de cest an prisés    XXII s VI d

[f° 5]

118. Item ung poullain grison prisé    LV s

119. Item une jument grisfve et son poullain de cest an prisés    VIL tournois

120. Item une aultre jument rouge hacquenée et son poullain prisés    VIIIL

121. Item ung poullain rouge prisé    XXXV s

122. Item une grande pouline (rouge, rayé) grisfve prisée    VIl

123. Item deux aultres petites jumens et leurs poullains prisés ensemble    IXL

124. Item une aultre jument noire et son poullain rouge prisés    VIL X s

125. Item ung couffre garny de feurreure prisé    XLV s

126. Item ung charlit prisé    XXV s

127. Item ung banc a tresdoux cognet remiser pardessus my feré    [XXX s rayé] XLV

128. Item une chaire a tresdoux remisé et armouriée prisé    XXX s

129. Item une veille huge prisée    VII s VI d

130. Item deux landiers et une broche de fer    XX s

131. Item une table, deux bancs et ses treteaux prisés    XVII s VI d

132. Item ung failly pot de cuyvre non prisé

133. Item ung aultre faillye huge et ung banc    VII s VI d

134. Item une robbe noire a usaige d’homme fourré de blanc prisé    IIIIL

135. Item une pièce de bureau prisée    XL s

136. Item deux charlits prisés    LX s

[f° 5 v°]

137. Item ung couffre prisé    XLV s

138. Item ung dressouer et une table ronde prisés    XXXV s

139. Item une cuve    XX d

140. Item dix oayes prisées    X s

141. Item deux chandeliers de cuyvre prisés    XV s

142. Item unze escuelles d’estain, deux petiz plactz, une quarte,
une pinte, une sellière et ung tranchourz37

143. Item quinze escabeaulx prisés    VIII s

144. Item une aulne et ung tiers d’aulne blanchet que la veuve dict apartenir
a Jehan de Be?tanx et dict le luy voulloir rendre, qui vault    XII s VI d

145. Item dix-sept livres de gros brin prisé    XVI s

146. Item quatorze livres de fill de gros reparon, estimées a six verges,
a XX deniers, vallant38     XI s VIII d

147. [dans la marge] Item quinze livres de fil de gros reparon prisés    XII s VI d

148. XXVII livres de fill cru gros reparon, estimé a IX verges, vallant XX deniers tournois chacune verge et prisé    XVI s VIII d

A l’ouictiesme jour de novembre39 audit an

149. Item Troys vaches et troys veaulx de cest présent an prisés ensemble    VIIL

150. Item deux faillies vaches et deux genices, prisées    VIIIL

[f° 6]

151. Item quatre jeunes beuffs prisez ensemble    XIL tournois

152. Item deux grans beuffs prisés    XIL tournois

153. Item trante six cheffs de berby prisées    XILtournois

154. Item une jument et deux poullains prisés ensemble    VIIL tournois

De l’onziesme jour de novembre l’an susdit VC XVI

a esté trouvé en la grant maison qui fut dom Pierre Johier40

Premier

155. Item Qantité de vin poussé41 estant en pippes et buces,
estimé a deux pippes de vin, prisé    IIIIL

156. Item neuff fustz de pippe et sept fustz de buce42 prisés ensemble    XL I s VIII d

157. Item ung charnier de boays prisé    XL s

158. Item une cuve bisgoie coup[?]tlier prisée    XV s

159. Item deux trullées et demye de mil prisées    XV s

160. Item troys quarts d’orge prisé    VI s

161. Item ung quart de mistille43 prisé    II s

162. Item dix trullées avoine menue prisées chacune IIII sols, vallant audit prys     XL s

163. Item troys trullées avoine grosse prisées    XXIIII s

164. Item troys quarts dix aix feubves et mil meslée ensemble, prisez    VI s

165. Item XXI trullées avoine menue prisées ensemble44    IIIIL

166. Item quantité de boays convenable a fere tnnr un pt sobz le vin[??] prisé    VII s VI d

167. Item deux quarts blé, moytié seille moytié froment, prisés    V s

[f° 6 v°]

168. En la petite maison qui audit [sic] Johier y a une paere d’armoires
o leurs tresdoux arméés des armes de Bre[tag]ne, Rohan et Maillé45
a menu oupvrage, prisé    IIIIL

169. Item ung charlit a grosse menuzerie o ses tresdoux prisé    XXX s

170. Item ung failly tablier et ung failly banc muenuzerie prisé    XVII s VI d

171. Item quantité de boays de lambrin et merruncz, prisé    CXXV s

172. Item VIIxx XIX trullées de blez selle estant en la maison de la Viollais
et des greniers de B[lain], qui, prisé chacune trullée XII s tournois,
vallent audit prys    IIIIXX XVL VIII s

173. Item ung cheval en poill garre prisé46    XVIIL X s

174. Item deux trullées de froment prisées    XXX s

175. Item ouipt47 trullées avoine menue prisée chacune trullée
V sols tournois vallant audit prys    IIIIL X s

176. Item seix quarts avoine grosse prisé     XII s

Le quart jour d’apvril oudit an48

177. Item deux arbalestres o leurs bandages prisés ensemble    IIIIL X s

178. Item ung couffre prisé    V s

[f° 7]

Quelx biens sont demourés es garde a ladite damoiselle pour en respondre ausdits mineurs ses enffens. Et ont esté trouvez iceulx biens monter en somme, sauff erreur de gict, mil quatre cens vignt seix livres sept solz quatre deniers monnaie tournois. Donné comme dessus

[signé] Roland greffier

Du XIIe jour de novembre oudit an mil cinq cens saeze

L’inventoire des letttres et obligacions dudit deffunt Gilles Croxelay, quelles ont esté trouvées ches luy tant lettres d’heritages qu’obligacions et cedulles, en parchemyn et en papier

Et premier

Ung appoincte faict entre ledit feu Viollaye et Guillaume de Lenerac et sa compaigne touchant…

[f° 7 v°]

6. Item une condempnation fete par la court du Pordo, en dabte du XXIe jour d’octobre IIIIXX XV, contenant que Jamept Cynel fut condamné poyer a feu Gilles Croxelay ayeul dudit deffunt III s IIII deniers de rente.

[f° 8]

[f° 8 v°]

18. Item ung pr[ocès] faict par la court de Blin en dabte du VIIe jour de mars l’an mil cinq cents comme le doaire et trouxel adjugé et baillé a Jehanne Chohan, veuve de feu Philippes Croxelay, père dudit déffunt.

[f° 9]

Du XIIIe jour esdit moys et an

23. Item Ung appoinct faict entre ledit feu Croxelay et Ge de Lenerac et sa femme en dabte du XXVIIIe jour de may mil Vc ung touchant le droict subre qui porroit apppartenir a ladite femme Lenerac et aultres choses…

[f° 9 v°]

[f° 10]

39. Item une lettre comme feu Philippes Croxelay bailla audit de Lenerac la somme de dix livres de rente a valloir sur le mariaige d’entre il et sa femme, dabté le VIIe jour d’octobre l’an mil IIIIc IIIIxx saeze49.

[f° 11]

54. Item le prisage des maisons qui furent a dom Pierre Johier sys ou bourg de Blin en pappier, signé de Franczoys Beno et Jehan Guillart, dabté le V jour d l’an mil Cinq cents cinq.

Haut de page

Notes

1 Gallicé, Alain, « Inventaire après décès d’un agriculteur (1392) et d’un représentant de la moyenne noblesse (1563) du pays guérandais », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 107, 2000, n° 4, p. 21. Je remercie amicalement Alain Gallicé qui m’a fait connaître le document ici publié.

2 Antoine, Annie, « L’élevage en France, xviie-xviiie siècles», La Terre et les paysans, Association des Historiens modernistes des universités, n° 18, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, n° 24, 1999, p. 14-18.

3 Ibidem, p. 59.

4 Meyer, Jean, La Noblesse Bretonne au xviiiesiècle, Imprimerie nationale, Paris, 1966, rééd. EHESS, 1985, p. 457.

5 Comme l’indiquent des lettres de rémission. À Cléder en 1518, l’épouse du tavernier dit « qu’elle n’eust point presté cheval s’il ne luy eust esté rendu au lendemain bien matin, disante en avoir à besougner pour servir à sa charrue » ; en septembre 1517, un suppliant de Pleslin alla « à la foyre à Monbran sur espoir et intencion de acheter ung cheval ou une jument à soy servir en ses affaires de labouraige et autrement ». (Arch. dép. de Loire-Atlantique B 24 ; Brochard, n° 60, 110).

6 lemasson, Auguste, Un coin du Poudouvre: la châtellenie du Plessis-Balisson, Saint-Servan, 1913, p. 176.

7 Berenger, Jean, Meyer, Jean, La Bretagne de la fin du xviiesiècle d’après le mémoire de Béchameil de Nointel, Klincksieck, Paris, 1976, p. 123, 129-130.

8 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 23, f° 122.

9 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 1817.

10 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1E 195, aveu de 1543, f° 3 r°-v°.

11 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E 720.

12 Arch. dép. Loire-Atlantique B 24, B 43 ; Brochard, n° 105. Janton, n° 122. Carte dans Meyer, p. 454.

13 Morice, dom Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742, t. I, 1133-1134.

14 Jean Bebin (Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 27 ; Dubois, n° 78).

15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E 723.

16 Le men, « Le pillage du château de Mezarnou en 1594 », Revue de Bretagne et de Vendée, t. VII, 1860, 1er semestre, p. 409.

17 Il s’agit de Gilles II, fils de Philippe (infra lettre n° 18), lui-même fils de Gilles I (infra, lettre n° 6).

18 Terre noble dans la paroisse de Fay, dont le fils aîné du défunt, Jehan Croxelay, a rendu aveu en 1543 au vicomte de Rohan (Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1E 195).

19 Ce fils aîné, Jehan Croxelay, avait alors une quinzaine d’années. En décembre 1521, il avait en effet « environ vingt ans » et venait de se marier quand il commit un homicide au bourg de Blain, pour lequel il bénéficia d’une lettre de rémission (Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 27).

20 Blain, seigneurie du vicomte de Rohan qui y possédait un château fort.

21 Peut-être le même personnage que noble homme Guillaume de Lenerac qui, dès 1496, était marié à Jeanne Coxelay, sœur de Gilles ; leur père, Philippe Croxelay, a donné cette année-là à sa fille une rente de dix livres et une maison au bourg de Blain (Arch. dép. de Loire-Atlantique, E 1227/1).

22 Huche, sorte de coffre.

23 Semble être une couchette basse à roulettes, comme les « truckle beds» que, dans les maisons anglaises au xvie siècle on rangeait sous certains grands lits (The Bayleaf Medieval Farmstead, Weald and open air Museum, Singleton, 1990, p. 5).

24 La correspondance des lits et des couettes semble indiquer que la « chambre a bas » et la « chambre près parade » ne forment qu’une seule et même pièce ; en effet la couette et la « petite couecte » (n° 21-22) de la chambre à bas ne peuvent se trouver que dans le charlit et la couchette sous celui-ci (n° 17) dans la « chambre pres parade ». L’édifice serait donc de plan ternaire. Au rez-de-chaussée, cuisine (n° 7 & 28)-salle (n° 8 & 35)-chambre à bas (n° 17 & 21) ; à l’étage, chambre de parade (n° 12-23-103), chambre devant (n° 18-20-25-26), chambre du cimetière (n° 27). La chambre de parade était la plus valorisée, et la chambre du cimetière plutôt délaissée.

25 D’après son nom, cette chambre devait se situer du côté du cimetière ; la maison dont elle faisait partie serait donc la maison que Jehan Croxelay possédait, dès 1521, au bourg de Blain, et qu’en 1543 il situait « en ung tenant entre le cymetière dudict Bleign d’un cousté de la dicte maison, et departie... le chemyn conduisent du villaige de la Gouppillaye au chasteau de Bleign » ; devant cette maison s’étendait une cour, et il y avait aussi un four et une « estable » (Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1E 195, aveu de 1543, f° 3 r°-v°).

26 Coffre à grains.

27 Ce qualificatif de « cuve » se retrouve au n° 158.

28 Sans doute des cuves à fouler le raisin, comme à Lesnerac en 1563.

29 Côté d’un porc, moitié d’un porc.

30 Reparon : qualité de fil de lin, intermédiaire entre le fil de brin et le fil d’étoupe. Olonne : une des qualités des toiles de chanvre, dont un lieu de production était la Bretagne centrale, autour de Merdrignac [touchard, p. 66].

31 Cette mention est le principal indice que le défunt était un engraisseur de bœufs.

32 Sayon.

33 Moré : drap de couleur brune.

34 Ces objets féminins, inventoriés juste à la suite des vêtements du défunt, pourraient s’être trouvés dans la même pièce que ces derniers, sans doute la chambre de parade, la seule chambre à comporter des meubles de rangement (n° 12-13), et dans laquelle on est encore à l’article n° 103. L’épouse ne semble donc pas avoir utilisé une chambre distincte.

35 Du fait des terres qu’ils tenaient de Blain, les Croxelay avaient la charge de « sergentie et recepte feodée » qu’ils devaient à cette seigneurie (Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E 720).

36 Étoffe de laine pure.

37 Non prisés.

38 Erreur de multiplication.

39 La date précédente étant le 12 octobre, l’inventaire a donc été interrompu pendant près d’un mois. Etait-ce parce que les bêtes de ce troisième ensemble étaient en liberté et qu’il a fallu les capturer ? En ce cas elles se trouvaient peut-être dans la forêt du Gavre, près de laquelle le défunt possédait la maison de la Gracynaye.

40 Cette maison dont un prisage avait été fait en 1505, se trouvait au bourg, comme l’indique la lettre n° 54 infra.

41 Vin piqué ou aigri, datant de l’avant-dernière récolte. La pipe est donc prisée deux livres.

42 Busse : mesure de volume pour le vin, valant la moitié d’une pipe, soit 225 livres (Jean Tanguy, p. 85).

43 Méteil.

44 Soit 3,81 sols par trullée.

45 La présence de l’armoirie de Maillé à côté de celle de Rohan est due au mariage d’Alain IX vicomte de Rohan, et seigneur de Blain, mort en 1462, avec Perrine de Maillé en 1454. Ce meuble date donc de plusieurs dizaines d’années.

46 La valeur de ce cheval est très supérieure à celle des autres.

47 Erreur de calcul : si le total vaut quatre livres dix sols, il devrait y avoir 18 trullées.

48 Ajout en bas de page, non décompté dans le total en novembre 1516.

49 Arch. dép. Loire-Atlantique E 1227/1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – les animaux dans les inventaires bretons du xvie siècle
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/65/img-1.png
Fichier image/png, 215k
Titre Tableau n°2– la composition des meubles Croxelay (1516)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/65/img-2.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Nassiet, « L’inventaire d’un éleveur en Bretagne en 1516 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114-2 | 2007, 39-55.

Référence électronique

Michel Nassiet, « L’inventaire d’un éleveur en Bretagne en 1516 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-2 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/65 ; DOI : 10.4000/abpo.65

Haut de page

Auteur

Michel Nassiet

Professeur d’histoire moderne, CERHIO-CNRS FRE 3004 – université d’Angers, Institut universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page