Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128-2Des opérations policières indispe...

Des opérations policières indispensables au maintien de l’ordre : les arrestations de la maréchaussée du Poitou de 1750 à 1788

Lucile Garréta et Fabrice Vigier
p. 95-142

Résumés

Au xviiie siècle, la maréchaussée est la principale administration chargée du maintien de l’ordre dans les campagnes françaises. Un corpus très riche de 332 procès-verbaux de capture permet de mieux connaître les scénarios d’intervention de ce service royal, les circonstances précises des arrestations, mais aussi le profil global des individus interpellés dans la province du Poitou entre 1750 et 1788. Que ce soit durant les tournées de la maréchaussée, en flagrant délit, ou suite à un ordre ou une dénonciation, plus de la moitié de ces opérations sont couronnées de succès grâce à la participation, plus ou moins active, des populations locales. Sollicités avant tout pour des affaires de vols et à un degré moindre d’actes de vagabondage, les cavaliers de la maréchaussée interviennent, sans surprise, dans les lieux les plus fréquentés de la vie quotidienne (auberges, foires, marchés, places, rues, grands chemins…). Quant aux 452 individus capturés, ils ont le plus souvent entre quatorze et quarante-neuf ans (à plus de 92 %), sont d’abord des hommes (à plus de 87 %), appartiennent très largement au « petit peuple » (artisans, marchands, journaliers, bordiers, domestiques…) et comptent une forte proportion de marginaux et d’étrangers à la province (plus de 40 %).

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Poitou
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le contexte général de la maréchaussée française au siècle des Lumières, voir prioritairement : (...)
  • 2 Sueur, Philippe, Histoire du droit public français xve-xviiisiècle, t. ii, Affirmation et crise (...)
  • 3 Alary, Éric, Histoire de la gendarmerie, Paris, Perrin, collection « Tempus », réédition 2011, p.  (...)
  • 4 Brouillet, Pascal (dir.), De la maréchaussée à la gendarmerie. Histoire et patrimoine, Maisons-Alf (...)
  • 5 Lorgnier, Jacques, « Organisation et missions des maréchaussées (xvie-xviiie siècles). Trois siècl (...)
  • 6 Brouillet, Pascal, « Au commencement était la maréchaussée », dans Luc, Jean Noël et Ménard, Frédé (...)
  • 7 Mousnier, Roland, Les institutions de la France sous la monarchie absolue 1598-1789, Paris, 1992, (...)
  • 8 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, t. i, Les (...)
  • 9 La « clameur publique » est la pratique qui voit l’intervention de la population dans la mise en pl (...)

1Au siècle des Lumières, l’administration de la « maréchaussée et justice prévôtale » est le principal service royal chargé du maintien de l’ordre dans les campagnes françaises1. Créée à la fin du Moyen Âge durant la guerre de Cent Ans, elle est une institution permanente depuis le règne de François Ier ; ses compétences en matière de police et de justice ont été progressivement définies par la royauté au cours des xvie et xviisiècles2. Elle a néanmoins dû attendre l’édit de mars 1720 pour que son organisation s’uniformise sur l’ensemble des provinces du royaume et connaisse une certaine stabilité jusqu’à la Révolution française3. Ainsi, entre le début du règne de Louis XV et 1789, chaque généralité est le siège d’une prévôté générale de la maréchaussée, divisée en plusieurs lieutenances, elles-mêmes subdivisées en un nombre variable de brigades. Au total, cela représente entre 2 600 et plus de 4 100 hommes (les effectifs ayant augmenté entre 1720 et la fin de l’Ancien Régime), répartis entre 523 et 939 brigades, comprenant chacune 5 hommes4. Si le rôle premier de cette institution militaire royale était simplement au départ de protéger les populations contre les exactions des « gens de guerre », ses prérogatives se sont progressivement élargies au cours de l’époque moderne5. Ses missions policières sont nombreuses au xviiie siècle6 : elles consistent à rechercher et poursuivre les malfaiteurs, garantir la sécurité des voyageurs sur les grands chemins, veiller au bon ordre dans les fêtes et autres assemblées, observer les déplacements des soldats et des vagabonds, et maintenir en toutes circonstances la sûreté et la tranquillité publiques7. Pour mener à bien toutes ces tâches, les cavaliers de la maréchaussée disposent d’une compétence extrêmement importante : un droit général d’arrestation8. En d’autres termes, ils sont autorisés à arrêter de leur propre chef toute personne prise en flagrant délit ou poursuivie à la « clameur publique »9, même lorsque le délinquant en question ne relève pas spécifiquement de leur juridiction.

  • 10 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Sain (...)
  • 11 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/66 à 1B2/200. Ce corpus de 332 procès-verbaux de capture est le résult (...)

2Même si la maréchaussée est la seule institution à détenir, de manière pleine et entière, une telle prérogative, ce droit général d’arrestation, n’en demeure pas moins très réglementé. Conformément à l’ordonnance criminelle de 1670 toujours en vigueur au xviiisiècle, les cavaliers d’une brigade sont notamment tenus de rédiger un « procès-verbal de capture et d’emprisonnement », lorsqu’ils appréhendent un individu, qu’ils remettent ensuite aux autorités judiciaires du lieu10. Ce genre de document s’avère extrêmement intéressant : tous les détails qui ont permis l’interpellation d’une personne y sont mentionnés, ainsi que les conditions précises de son arrestation. Ces comptes rendus se révèlent, en outre, assez répandus : on en a retrouvé pas moins de 332 parmi les dossiers judiciaires de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers entre 1750 et 178811. Or, si l’on considère qu’un tel corpus documentaire est suffisamment représentatif de ce type d’opération policière, cela offre la possibilité de mieux connaître globalement la réalité de ces captures dans la seconde moitié du xviiie siècle. Cela permet, plus particulièrement, de répondre successivement aux trois questions suivantes. En premier lieu, quel est le cadre juridique et institutionnel de toutes ces arrestations poitevines ? Comment procèdent exactement les cavaliers de cette administration pour parvenir à leurs fins ? Enfin, quelles sont les circonstances précises de ces captures de malfaiteurs, et sont-elles périlleuses pour le personnel de la maréchaussée ?

Des captures d’individus effectuées, en toute légalité, par les brigades de la maréchaussée

3Les trois cent trente-deux arrestations d’individus relevées parmi les archives de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers entre 1750 et 1788 entrent dans un cadre institutionnel, juridique et procédurier bien précis et spécifique à l’Ancien Régime.

Une administration poitevine chargée du maintien de l’ordre

Figure 1 – Le ressort du présidial de Poitiers aux xviie et xviiie siècles

Figure 1 – Le ressort du présidial de Poitiers aux xviie et xviiie siècles

Figure 2 – Lieutenances et brigades de la prévôté générale de la maréchaussée du Poitou de 1750 à 1788

Figure 2 – Lieutenances et brigades de la prévôté générale de la maréchaussée du Poitou de 1750 à 1788
  • 12 Sturgill, Claude C., L’organisation et l’administration de la maréchaussée et de la justice prévôt (...)
  • 13 Dans la seconde moitié du xviiie siècle paraît chaque année un Almanach provincial du Poitou qui dé (...)
  • 14 Les brigades poitevines créées en 1770 sont situées à Assais, Aulnay, Bressuire, Champdeniers, Chau (...)
  • 15 Almanach de Poitou pour l’année bissextile mil sept cent soixante, Poitiers, chez Jean Faulcon, 17 (...)

4Tout d’abord, toutes ces captures sont réalisées par l’administration en charge de ce type d’opération policière : la maréchaussée du Poitou. Cette dernière comprend seulement un peu plus d’une centaine d’hommes dans la seconde moitié du xviiie siècle pour un territoire extrêmement vaste (240 km d’est en ouest et quelque 120 km du nord au sud), qui correspond au ressort de la généralité de Poitiers12. Cette institution provinciale est alors structurée en quatre lieutenances bien distinctes (Poitiers, Fontenay-le-Comte, Montaigu et Montmorillon), elles-mêmes subdivisées en brigades installées dans les principales cités poitevines13. Si le nombre de lieutenances ne change pas dans la seconde moitié du siècle des Lumières, celui des brigades connaît en revanche de substantielles variations à la fin du règne de Louis XV et durant celui de Louis XVI. Tout d’abord, en 1769-1770, une série d’ordonnances augmente considérablement les effectifs de la maréchaussée à l’échelle du royaume. Cela se traduit, sur le terrain, par la création de treize nouvelles brigades en Poitou, qui permettent une plus équitable répartition de ces unités de force de l’ordre au sein de la province14. Quelques années plus tard, suite à l’ordonnance du 28 avril 1778, quatre d’entre elles sont supprimées (Assais, Champdeniers, L’Isle-Jourdain et Rochechouart), tandis que deux autres (Chantonnay et Chauvigny) sont rattachées à une lieutenance différente et qu’une dernière est créée dans la capitale régionale (Poitiers). Le nombre de ces instances policières oscille donc entre 20 et 33 entre 1750 et 1788, avec un personnel militaire variant entre 115 et 140 individus durant la même période15.

  • 16 Sur les 33 brigades de la maréchaussée ayant existé entre 1750 et 1788, seules 7 ne sont pas représ (...)
  • 17 Brette, Armand, Atlas des bailliages et juridictions assimilées ayant formé unité électorale en 17 (...)
  • 18 Vigier, Fabrice, « Les lieux de justice en Poitou xiiie-xviiisiècles », dans Augustin, Jean-Mari (...)

5Pratiquement toutes ces brigades se trouvent impliquées dans les arrestations répertoriées dans cette étude : 26 d’entre elles (sur un total de 33) apparaissent dans l’échantillon (tableau 1)16. Les unités de cavaliers de la maréchaussée les plus représentées sont néanmoins situées dans les parties centrales et septentrionales du Poitou : c’est le cas de celles de Poitiers (79 captures enregistrées), de Thouars (49 captures), de Parthenay (45 captures), de Bressuire (27 captures), Châtellerault (19 captures), Saint-Maixent (18 captures), Lusignan (15 captures) et, à un degré moindre, des Herbiers (10 captures) et de La Châtaigneraie (10 captures). L’explication de cette très inégale répartition est avant tout d’ordre archivistique. Les dossiers judiciaires de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers – dans lesquelles les dépouillements ont été exclusivement réalisés – ont très majoritairement conservé les procès-verbaux des brigades qui relevaient directement du ressort de la sénéchaussée du lieu17. Dans ces conditions, on comprend la sous-représentation dans le corpus des procès-verbaux rédigés par les cavaliers des villes de Civray, Fontenay-le-Comte, Montmorillon ou Niort, qui sont alors les sièges de tribunaux royaux importants au xviiie siècle18.

Tableau 1 – Répartition des 332 arrestations effectuées entre les différentes lieutenances et brigades de la maréchaussée du Poitou (1750-1788)

Lieutenances

Brigades

Nombre d’arrestations et pourcentages (par brigade)

Nombre d’arrestations et pourcentages (par lieutenance)

Poitiers

Assais

2 (0,6 %)

255


(76,8 %)

Bressuire

26 (7,9 %)

Châtellerault

19 (5,7 %)

Chauvigny (rattachée à la lieutenance de Montmorillon après 1778)

3 (0,9 %)

Les Ormes

2 (0,6 %)

Lusignan

15 (4,5 %)

Parthenay

42 (12,7 %)

Poitiers (2 brigades après 1778)

77 (23,2 %)

Saint-Maixent

17 (5,1 %)

Thouars

48 (14,5 %)

Parthenay et Poitiers

1 (0,30 %)

Saint-Maixent et Parthenay

1 (0,30 %)

Thouars, Bressuire et Parthenay

1 (0,30 %)

Poitiers et prévôté générale des monnaies

1 (0,30 %)

Fontenay-le-Comte

Chantonnay (rattachée à la lieutenance de Montaigu après 1778)

4 (1,2 %)

23


(6,9 %)

Chef-Boutonne

2 (0,6 %)

Fontenay-le-Comte

3 (0,90 %)

La Châtaigneraie

10 (3,00 %)

Niort

2 (0,6 %)

Chef-Boutonne et Melle

2 (0,6 %)

Montaigu

Challans

3 (0,90 %)

31


(9,4 %)

Châtillon (Mauléon)

7 (2,1 %)

La Roche-sur-Yon

4 (1,2 %)

Les Herbiers

10 (3 %)

Montaigu

6 (1,8 %)

Palluau

1 (0,3 %)

Montmorillon

Civray

2 (0,6 %)

13


(3,9 %)

Confolens

1 (0,3 %)

Couhé

2 (0,6 %)

Gençay

5 (1,50 %)

Montmorillon

1 (0,30 %)

Civray et Maréchaussée de France à la Table de Marbre

2 (0,6 %)

Autres instances

Connétablie et maréchaussée de France à la Table de Marbre

7 (2,1 %)

10


(3 %)

Prévôté générale des Monnaies

3 (0,9 %)

Totaux

332 (100 %)

332 (100 %)

Un droit général d’arrestation

  • 19 Isambert, Decrusy, Taillandier, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusq (...)
  • 20 Ibidem, t. xiv, p. 200. Ordonnance sur la réforme de la justice de Moulins de février 1566, articl (...)
  • 21 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Sain (...)

6Quelle que soit leur résidence, les militaires de ce service royal possèdent un droit général d’arrestation sur l’ensemble du territoire français. Cette prérogative essentielle est ancienne et remonte au moins au milieu du xvie siècle : elle est explicitement mentionnée dans l’ordonnance d’Orléans de 1560, l’édit de Roussillon de 1564 ou encore l’ordonnance de Moulins de 156619. Dans ce dernier texte législatif, il est ainsi précisé que « les prévosts des maréchaux » peuvent « faire toutes captures en tout cas […] pour réprimer les excès et voyes de fait qui se commettent en ce royaume20 ». Cette prérogative est confirmée dans l’ordonnance criminelle de Saint-Germain-en-Laye de 1670 dans laquelle il est expressément demandé aux personnels de la maréchaussée « d’arrêter les criminels pris en flagrant délit ou à la clameur publique », et cela sans restriction sur le lieu d’intervention21.

  • 22 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/70, procès-verbal de capture et d’emprisonnement de Jean Chablet à Poi (...)
  • 23 Ibid., 1B2/180, procès-verbal de capture de Pierre Chatard, Lucas Beau et Joseph Beau à Lusignan p (...)
  • 24 Ibid., 1B2/200, procès-verbal de capture de Jean Thory et Monique Jourdain à la foire de Montreuil (...)

7Malgré un certain nombre de limites destinées à sauvegarder les personnes et les biens des accusés, ce droit de capture sur tous les sujets du royaume constitue le propre de cette administration jusqu’à la Révolution française. Que signifie-t-il concrètement ? Tout simplement que les cavaliers de la maréchaussée poitevine sont alors investis de la double mission de relever les infractions, quelles qu’elles soient, et d’en saisir les auteurs. Ils peuvent surtout agir partout et contre tous, y compris en dehors de leur zone d’action habituelle. C’est ce qui arrive, par exemple, le 11 juin 1751. Ce jour-là, Étienne Thibault, cavalier à Fontenay-le-Comte, est très éloigné de sa brigade d’origine, puisqu’il se trouve à Poitiers. Alors qu’il passe dans « la rue que l’on nomme le chariot david », il est interpellé par « plusieurs personnes attroupées » qui l’avertissent qu’un « cocquin » est en train de donner de « grands coups de bastons sur un marchand et sa femme22 ». Il descend alors de sa monture et saisit « à la clameur publique […] led[it] accusé », avant de le conduire aussitôt après « dans les prisons royalles de la prévosté ». Trois décennies plus tard, les cavaliers de Poitiers François Hépaint et René Chargelègue sont également en dehors de leur secteur ordinaire d’intervention lorsqu’ils appréhendent « trois particuliers qui conduisoient de ville en ville un ours, deux singes et un petit chien » le 24 septembre 178423. Ils sont alors dans la cité de Lusignan, qui est pourtant dotée de sa propre brigade de maréchaussée. Quant au maréchal des logis de Thouars Jean-Zacharie Prier et à son collègue Antoine Chauvin, ils font plus fort encore, en n’hésitant pas à sortir de la province du Poitou le 4 décembre 1787. Ce jour-là, suite à des informations portées à leur connaissance la veille au soir, ils se rendent effectivement à Montreuil-Bellay, dans le Saumurois, pour capturer un « Suédois et sa femme » soupçonnés de vols commis en Anjou et Touraine24. Même si ces initiatives sont rares, ces arrestations « extra-territoriales » s’avèrent parfaitement légales et ont d’ailleurs toute leur place dans les dossiers judiciaires établis par la sénéchaussée.

L’obligation de rédiger un procès-verbal de capture

  • 25 Ordonnance de Louis xiv, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Sain (...)
  • 26 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/136, procès-verbal de capture de Noël Bouillon, paroisse de Quinçay, p (...)
  • 27 Ibid., 1B2/180bis, procès-verbal de capture de Marie-Gabrielle Beaufils à Poitiers par les cavalie (...)
  • 28 Ibid., 1B2/174, procès-verbal de capture de Jacques Loubaud à La Peyratte par les cavaliers de Par (...)
  • 29 Ibid., 1B2/66, procès-verbal de capture de Pierre Girault à Villiers, paroisse de Vouillé, par les (...)
  • 30 Ibid., 1B2/122, procès-verbal de capture de Pierre Monneron en la foire de Beauvoir par les cavali (...)
  • 31 Ibid., 1B2/172bis, procès-verbal de capture de Louis Valloc à Nueil-les-Aubiers par les cavaliers (...)
  • 32 Sur les 332 procès-verbaux de capture du corpus, 117 (35,2 % du total) sont rédigés par un simple c (...)
  • 33 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/82, procès-verbal de capture de Michel Boyer à Airvault le 20 décembre (...)
  • 34 Ibid., 1B2/151, procès-verbal de capture de Pierre Guyou à l’auberge « Le Cheval de Bronze », paro (...)
  • 35 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture d’André Orgereau à Fontenay-le-Comte par les cavaliers de (...)

8Suivant l’article 7 du titre II de l’ordonnance criminelle de 1670, toutes ces interventions policières donnent lieu à la rédaction d’un « procès-verbal de capture et d’emprisonnement25 ». Ce document constitue généralement l’une des toutes premières pièces d’une procédure criminelle. Dans plus des trois quarts des cas, il s’agit d’un écrit relativement court qui comprend entre une et quatre pages. Ainsi, le compte rendu de l’arrestation du voleur René Bouillon, réalisée le 7 juillet 1774 à Ringère paroisse de Quinçay, se résume à un seul folio26, celui de la mendiante Marie-Gabrielle Beaufils le 8 mai 1782 à Poitiers à deux folios27, tandis que celui de Jacques Loubaud, pourtant coupable d’un acte de rébellion, se limite à trois folios le 8 mai 178328. Il peut exceptionnellement être plus long : Jacques Thibault, exempt à Poitiers, en rédige un de 10 pages le 30 septembre 175029, alors que ses collègues de La Roche-sur-Yon en produisent un de 20 pages le 23 juillet 177030. Le record en la matière appartient néanmoins aux cavaliers de Châtillon qui rédigent un procès-verbal de 52 folios le 15 juillet 1781, suite à l’interpellation d’un individu qui tentait de s’introduire illicitement chez un particulier à Nueil-les-Aubiers31. Dans plus de 8 cas sur 10, cette pièce de procédure est écrite par un simple cavalier, un brigadier, un exempt ou un sous-brigadier de la maréchaussée32. Il peut néanmoins arriver que la rédaction soit exceptionnellement prise en charge par un cadre plus important de cette administration. C’est ce que font, par exemple, les lieutenants du département de Poitiers (Louis Michel Descours et Louis Joseph Pirault de la Ferandière) respectivement les 20 décembre 175633 et 2 avril 177834, ou encore Louis Guerry de la Barre lieutenant à Fontenay-le-Comte le 4 avril 175735.

  • 36 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Sain (...)
  • 37 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavalie (...)
  • 38 Ibid., 1B2/78, procès-verbal de capture de Jean Richet à La Chapelle-Montreuil par les cavaliers d (...)
  • 39 Ibid., 1B2/159, procès-verbal de capture de Pierre Deborde, dit la Mesure, à la foire de la Saint- (...)
  • 40 Ibid., 1B2/161, procès-verbal de capture de Louis Mosset, Armel Collet et Jean Métreau au bourg de (...)
  • 41 Ces types d’accusés et de crimes que les prévôts de maréchaux peuvent être amenés à juger sont préc (...)

9Ces documents font généralement le récit, le plus précis possible, des arrestations effectuées par les cavaliers. On doit aussi y trouver tous les éléments pouvant permettre ultérieurement au juge de prouver la culpabilité du prisonnier. C’est pourquoi le personnel de la maréchaussée est tenu de faire, dans son procès-verbal, l’inventaire des biens et effets appartenant à l’accusé saisis au moment de son interpellation36. Le 3 avril 1753, la brigade de Saint-Maixent appréhende ainsi, dans l’auberge Sainte-Catherine à Soudan, le dénommé Antoine Rouchy suspect de faux-monnayage, et trouve effectivement sur lui plusieurs « escus de six livres faux37 ». De même, Louis Bernard et Gabriel Dupas, cavaliers à Lusignan, se saisissent, le 11 octobre 1765, de Jean Richet « soupçonez [d’être] volleur de cheveaux » à La Chapelle-Montreuil, et constatent qu’il a avec lui « une petite cavale sous poil brun le crain maillé de gris »38. Dans le même registre, leurs collègues de La Châtaigneraie retrouvent rapidement un individu à la foire de la Saint-Louis de Chantemerle, le 25 août 1780 : ils trouvent sur lui « trois quarts d’étoffe […], cinq pains […] deux gasteaux », ainsi qu’« un morceau de savon […] et une cuillère de cuivre » qu’il vient de dérober à « la nommée Deguille marchande » et à « Denys boulanger »39. Quant aux cavaliers de Bressuire, ils arrêtent le 8 septembre 1780, au bourg de Pitié, trois pickpockets : des témoins les ont vus « mettre la main dans les poches à plusieurs particuliers » et voler « des tasses d’argent dans l’église » de La Chapelle Saint-Laurent40. Il est évidemment important que tous ces renseignements apparaissent dans les procès-verbaux de capture : ils représentent des pièces à charge essentielles pour le procès à venir. Cela est d’autant plus nécessaire que la maréchaussée est parfois autorisée par le présidial du lieu à juger directement l’affaire en question. Même si ce cas de figure est très réglementé, le prévôt général de cette administration peut, en effet, se substituer aux autres juridictions royales ou seigneuriales, et faire office de juge pour certains types d’accusés et de crimes à la fin de l’Ancien Régime41.

Des scénarios d’intervention assez variés

  • 42 Les deux arrestations pour lesquelles on ne dispose d’aucune information sur les circonstances de l (...)

10Par définition, toute « prise de corps » effectuée par les cavaliers de la maréchaussée est en soi unique et ne ressemble jamais exactement à aucune autre. Si le personnel policier est souvent le même, les individus appréhendés sont, en effet, toujours différents, ainsi que les lieux et les circonstances de leur interpellation. Lorsque l’on examine attentivement les 332 procès-verbaux de l’échantillon, on observe des points communs dans la manière dont se déroule cet ensemble assez représentatif de captures. En dehors de deux affaires pour lesquelles on ne dispose d’aucune information42, il semble même possible de distinguer quatre types principaux d’arrestations opérées par les différentes brigades poitevines entre 1750 et 1788 (tableau 2).

Tableau 2 – Typologie des 332 captures réalisées par les brigades de la maréchaussée de Poitou entre 1750 et 1788

Types de capture

Nombre

%

Sous-totaux

%

Arrestations programmées

À la suite d’un ordre

68

20,5 %

150

45,2 %

À la suite d’une dénonciation de particulier(s)

51

15,5 %

À la suite d’un signalement

5

1,5 %

À la suite d’un avis ou d’une information (sans précision)

26

7,8 %

Arrestations non programmées

Captures réalisées pendant la tournée ordinaire

68

20,5 %

88

26,5 %

Cas de flagrant délit

20

6 %

Arrestations déjà effectuées par des particuliers

À la suite d’un flagrant délit

33

9,9 %

75

22,6 %

À la suite d’une forte suspicion

25

7,5 %

Accusés arrêtés puis amenés jusqu’aux autorités judiciaires ou policières

9

2,7 %

Sans précision

8

2,4 %

Arrestations effectuées par d’autres autorités en collaboration avec la maréchaussée

Intervention des cavaliers en soutien des huissiers à la suite d’une demande de renfort de ces derniers

16

4,8 %

17

5,1 %

Réquisition des cavaliers par le lieutenant général de police

1

0,3 %

Aucune information précise sur les conditions d’arrestation

2

0,6 %

2

0,6 %

Totaux

332

100 %

332

100 %

Les captures « programmées » : des cavaliers partant du lieu de résidence de leur brigade

11Il y a, tout d’abord, les captures qui paraissent avoir été prévues et programmées. Ce genre d’intervention est presque majoritaire dans notre corpus, puisqu’il correspond à 150 interpellations d’individu(s) (soit 45,2 % du total). Tout commence au lieu de résidence de la brigade. Les cavaliers de la maréchaussée y reçoivent un ordre ou une information qui les incite à partir aussitôt en mission.

  • 43 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/90, procès-verbal de capture de Jean Benoist, dit Le Noir, sur le plan (...)
  • 44 Ibid., 1B2/78, procès-verbal de capture de Blaise Poudrille, dans l’auberge du Chapeau royal à Lus (...)
  • 45 Ibid., 1B2/151, procès-verbal de capture de Pierre Linard, Antoine Nondin et Jean-Baptiste Segret (...)
  • 46 Gennes, Charles de, « Notice sur le Présidial de Poitiers », Mémoires de la Société des antiquaire (...)
  • 47 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/107, procès-verbal de capture de Gaspard Trumpy, chez Nathan Abraham, (...)
  • 48 Ibid., 1B2/189, procès-verbal de capture de Jean Hillaire et de Pierre Petit aux bourgs de La Liau (...)
  • 49 Vigier, Fabrice, « Une justice de proximité dans les campagnes poitevines d’Ancien Régime ? Les co (...)
  • 50 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/141, procès-verbal de capture de Jean Bonnet à Romagne par les cavalie (...)
  • 51 Ibid., 1B2/137, procès-verbal de capture de Philippe Joseph Rousseau à Tusson par les cavaliers de (...)
  • 52 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Jacques Grillaux à Thouars par les cavaliers de Thouars (...)
  • 53 Garréta, Lucile, op. cit., p. 50-56.
  • 54 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/175, procès-verbal de capture de Pierre Charbonneau à l’auberge « Le L (...)
  • 55 Ibid., 1B2/184, procès-verbal de capture de Jean Béranger au bourg de La Grange Paris à La Châtaig (...)

12Dans un cas sur cinq (68 captures, soit 20,5 % de l’échantillon), un ordre émis par une autorité est à l’origine de l’opération. Le commandement en question peut provenir d’instances assez variées. Il émane parfois des plus importants pouvoirs administratifs de la province. Le 17 juin 1759, les cavaliers Jean Croiset et François Bonnin quittent ainsi précipitamment leur brigade de Saint-Maixent suite à l’injonction de « monseigneur le comte de Blossac intendant de cette généralité » pour se transporter dans « les paroisses de Chantecorps et de Fonperron à l’effet d’arrester […] des délinquants […] des grands chemins43 ». De même, leurs confrères de Lusignan obéissent, aux « ordres de monsieur Joyeux subdélégué » lorsqu’ils se rendent prestement « dans l’auberge du Sieur Laurand Tilleux […] tenant pour enseigne Le Chapeau royal » pour se saisir du « nommé Blaise Poudrille » le 30 novembre 175444. Quant à la brigade de Poitiers, ses membres se lancent à la poursuite de voleurs sur la route de Châtellerault après avoir pris connaissance du « réquisitoire de monsieur Lamarque lieutenant général de police » le 3 février 177845. Dans plusieurs autres cas, les personnels de la maréchaussée partent de leur caserne en réaction à une requête expresse d’un officier de justice. Ils servent alors d’auxiliaires à l’appareil judiciaire. Les cavaliers de Poitiers sont ainsi quelquefois réquisitionnés par la sénéchaussée et siège présidial du lieu, qui est aussi la plus éminente juridiction de la région46. On les voit, par exemple, intervenir « en la maison […] du nommé Abraham, juif de nation » « en vertu des ordres […] donnés par Monsieur le lieutenant général criminel » le 14 mars 176747, ou encore « au village de La Liaudrie paroisse de Cissé » après avoir reçu « une requête de messire Henry Filleau […] procureur » du roi le 21 avril 178648. De simples tribunaux seigneuriaux peuvent également donner ce genre d’instruction aux forces policières des campagnes poitevines49. Ainsi, à quelques semaines d’intervalle, les sénéchaux des modestes châtellenies de Champagné Saint-Hilaire et de Tusson n’hésitent pas à solliciter successivement les cavaliers de Couhé pour appréhender un voleur le 19 février 177450, puis ceux de Melle et Chef-Boutonne pour la prise de corps du « nommé Rousseau maître décolle » le 8 avril 177451. Enfin, l’ordre de capture d’un ou plusieurs individus provient également, de manière plus classique, des cadres de la maréchaussée. Le « grand prévôt général et capitaine en chef de la maréchaussée du haut et bas Poitou », plus haut dignitaire de l’institution à l’échelle de la province, est, par exemple, l’ordonnateur direct d’au moins treize arrestations entre 1750 et 1788. Malgré ses hautes fonctions, il lui arrive de venir sur le terrain et il donne alors directement sur place ses commandements à ses subordonnés : l’exempt Charles Bonnard et ses cavaliers, Pierre Scellé et Jean Percheron, se transportent le 18 mai 1759 « en la maison de Jacques Grillaux cabarettier […] accusé d’avoir participé à des vols de chevaux […] en conséquance de l’ordre verballe de Monsieur Guibal écuyer seigneur de Sallevert […] provôt général […] [alors] présent en cette ville de Thouars52 ». On dénombre également dix opérations de ce type commanditées par l’un des quatre lieutenants de maréchaussée du Poitou (qui siègent à Poitiers, Montmorillon, Fontenay-le-Comte et Montaigu) au cours des deux dernières décennies de l’Ancien Régime53. Les injonctions à intervenir peuvent également être émises par les supérieurs hiérarchiques les plus proches des cavaliers. Par exemple, le 17 septembre 1783, Jean Sauquet et Joseph Beaumont de Châtillon-sur-Sèvre se rendent immédiatement « dans la paroisse de Serisai » à la suite des « ordres […] donnés par [leur] brigadier54 ». Leurs confrères de La Châtaigneraie sont aussi réquisitionnés par le responsable de leur brigade le 7 novembre 1784 afin de se transporter « ché le nommé Betard métayer de La Grange Paris paroisse de La Châtaigneraie pour y faire des recherches55 ».

  • 56 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Pierre Garretier, dit La Fleur, et de Marc Bobin, à Oir (...)
  • 57 Ibid., 1B2/143, procès-verbal de capture de Pierre Blondaux, dit Pique Aiguille, au cabaret de M. (...)
  • 58 Ibid., 1B2/87, procès-verbal de capture de Pierre Meunier, dit Colas, dans l’auberge des Trois Pas (...)
  • 59 Ibid., 1B2/134, procès-verbal de capture de Pierre Memat et Perrine Derval à l’auberge « La Tête N (...)
  • 60 Ibid., 1B2/160, procès-verbal de capture de Louis Laurence au domicile de son complice, Louis Biba (...)
  • 61 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture de Louis Tisserant à La Villedieu-du-Perron par les caval (...)
  • 62 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture d’Antoine Laval à Pamproux par les cavaliers de Saint-Mai (...)
  • 63 Ibid., 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy dans l’auberge Sainte-Catherine de la par (...)
  • 64 Ibid., 1B2/180, procès-verbal de capture de Jean Generte à l’auberge « Les Trois Bouchons » à Chât (...)
  • 65 Ibid., 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louis Girault, Joseph Chauveau, Phili (...)
  • 66 Ibid., 1B2/184, procès-verbal de capture d’Antoine Réis et François Maillard à l’Hôtel-Dieu de Châ (...)
  • 67 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavali (...)

13Les brigades de la maréchaussée du Poitou peuvent également quitter précipitamment leur lieu de résidence, après avoir pris connaissance d’une information nécessitant une rapide intervention. Dans un nombre assez significatif de procès-verbaux (au moins 26, soit 7,8 % du total), la provenance du renseignement en question n’est pas précisée. Par exemple, on sait simplement que les cavaliers de Thouars se rendent à Oiron le 3 septembre 1760 « sur l’avis que depuis quinze jours il y auroit des vaguabons qui [y] feroient beaucoup de menaces au peuple56 ». Il en est de même pour leurs confrères de Bressuire qui partent aux alentours de huit heures du matin pour Boismé le 13 mars 1776 : on les aurait alors instruits « que la nuit du dix au onze dudit mois que l’églize de [cette] paroisse […] auroit esté vollée57 ». Fort heureusement, la nature de l’information donnée est mentionnée, de manière plus explicite, dans d’autres comptes rendus de capture. Tout d’abord, dans cinq affaires (seulement 1,5 % du corpus), le point de départ est un signalement d’individu réputé dangereux adressé aux forces de l’ordre. Tel semble être l’origine des investigations de la brigade de Poitiers, qui aboutissent à l’arrestation de Pierre Meunier dans l’auberge des Trois Pastoureaux le 22 novembre 175858. L’envoi de descriptions détaillées de deux voleurs à la caserne de Châtellerault entraîne tout autant la saisie par la maréchaussée de Pierre Memat et Perrine Derval en l’établissement hôtelier de La Tête Noire le 14 juin 177459. Toutefois, dans un nombre plus important de procès-verbaux (51, soit 15,4 % de l’ensemble), les forces policières partent en mission, suite à des plaintes ou des dénonciations que viennent leur faire des particuliers. L’identité exacte de ces derniers n’est pas toujours indiquée. Ainsi, les cavaliers des Herbiers mentionnent simplement qu’ils ont été prévenus par de « notables habittans » de la présence « depuis quelques jours des étrangers suspects » en « la paroisse Saint Mars de la Réorthe » le 24 septembre 177960. Quant à leurs confrères de Saint-Maixent, ils indiquent seulement avoir eu connaissance « par la voye publique » ou « sur des plaintes du public » de vols commis successivement à « Réfanne, paroisse de Veautebis […] [et] dans le fauxbourg des Capussin de Parthenay » le 27 juin 176661, puis à Pamproux le 27 avril 176762. En revanche, d’autres documents sont beaucoup plus explicites et donnent parfois les noms des informateurs. C’est, par exemple, grâce aux renseignements fournis par « deux soldats […] au régiment de Chartres » que le faux-monnayeur Antoine Rouchy est capturé dans l’auberge Sainte-Catherine à Soudan le 3 avril 175363. De même, le délinquant Jean Generte est mis en prison avant tout parce que « le sieur Lutier cabaretier » est venu personnellement, le 26 octobre 1784, avertir la brigade de Châtellerault de la présence en son établissement de ce voleur qui a dérobé les effets personnels d’un de ses clients64. C’est assez souvent les victimes ou leurs proches qui viennent informer les brigades de la maréchaussée de certaines exactions. Le « Sieur Gruget, fermier du chasteau de Lebeaupinaix […] paroisse du Breuil d’Argenton » avertit ainsi les cavaliers de Thouars du vol de « onze à douze mil livres en or et argent » qui s’y est commis le 1er juillet 175465. Deux décennies plus tard, « la dame supérieure de l’hôtel dieu » de Châtellerault fait la même démarche auprès de la maréchaussée locale, afin de la prévenir de l’effraction commise sur « deux coffres de [ses] domestiques » le 8 décembre 178466. Quant à « Jean Gays journalier », il se rend auprès des cavaliers de Thouars le 1er juillet 1767 avec des informations encore plus précises : il y dénonce, en effet, François Pineau et Pierre Bourg qui lui ont extorqué « trois écu de six livres, deux de trois livres et quelques monnaies » sur « le grand chemin d’Oyron à Oirvault entre Billazais et Noizé67 ».

Les captures non « programmées » : flagrants délits et arrestations durant les tournées

14À côté de ces arrestations où les cavaliers partent avec un objectif bien précis, il existe des captures qui ne paraissent pas avoir été prévues et programmées. Ces dernières représentent un peu plus du quart de l’ensemble de l’échantillon étudié (88 arrestations, soit 26,5 %). Elles interviennent dans deux types de situation : en flagrant délit, ou lors de leurs déplacements ordinaires.

  • 68 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le- (...)
  • 69 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de François Paumeraye à Poitiers par les cavaliers de cet (...)
  • 70 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Pierre Dupond à Poitiers, paroisse Saint-Didier, par l (...)
  • 71 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Jean Ferrant dans un cabaret à Reffannes, paroisse de (...)
  • 72 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture d’Élisabeth Hoder sur la grande route reliant Poitiers à (...)
  • 73 Ibid., 1B2/183, procès-verbal de capture de Jacques Lévêque à Parthenay par les cavaliers de Parth (...)
  • 74 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Jean Vincendon près de la caserne de maréchaussée à Lu (...)
  • 75 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault dans la paroisse Saint-Pierre de Mauzé p (...)
  • 76 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars par les cavaliers (...)
  • 77 Ibid., 1B2/122, procès-verbal de capture de Pierre Monneron à la foire de Beauvoir par les cavalie (...)
  • 78 Ibid., 1B2/117, procès-verbal de capture de Jean Clément et Marie La Marche à Vivonne par les cava (...)
  • 79 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les cav (...)

15Les arrestations en flagrance sont, en effet, au nombre de vingt (6 % du total). La plus évidente d’entre elles a déjà été évoquée : elle est effectuée le 11 juin 1751 par un cavalier isolé de Fontenay-le-Comte de passage à Poitiers, qui surprend alors « un cocquin » en train de frapper « à grands coups de bâtons […] Monsieur Gilbert marchand confiseur » et sa femme dans la rue du Chariot de David le 11 juin 175168. Mais la majorité de ces prises de corps en flagrant délit s’avère beaucoup moins spectaculaire, puisqu’elle concerne de simples faits de vagabondage et de mendicité (au moins 12 cas sur 20). Ainsi, au cours de la seule année 1786, les forces de l’ordre de la maréchaussée s’emparent d’un homme « comme érant » le 8 janvier à Poitiers69, d’un autre individu « mendiant avec arrogance » le 19 mars toujours dans la capitale provinciale70, d’un « vagabont » le 31 mars à Vautebis71, d’une femme en train de mendier le 3 mai à « une demi lieux de Lusignan72 », ou encore d’« un particulier inconnu » sans « auqun papier ny passeport et mendiant son pain » le 4 septembre à Parthenay73. Quant aux brigades de Lusignan et de Châtellerault, elles n’ont guère de peine à appréhender chacune un vagabond dépourvu de papiers respectivement les 27 mars et 5 juin 1786, le dernier se trouvant à chaque fois « à la porte de [leur] caserne74 ». Plus périlleuses, au moins cinq autres captures de ce genre ont lieu à l’occasion de rassemblements importants de populations (foires, marchés, assemblées). Des employés de la maréchaussée sont présents sur place, car ils se doivent de « veiller à la suretté publique » lors de telles manifestations. Le 24 août 1760, les cavaliers Louis Bidault, François Dumas et Jean Porcheron, se trouvent à « l’abbaye du Chambon, paroisse de St Pierre de Mozé, au lieu où se tient l’assemblée de St Siphorien », quand soudain « le nommé Turpault » « tapageur de profession » cherche querelle à « deux jeunes gens » avant de s’en prendre violemment aux cavaliers qui cherchent à s’interposer75. Ces derniers ont d’ailleurs toutes les peines du monde à le maîtriser et doivent user du « secours de [leurs] […] armes » pour le conduire dans les geôles les plus proches. Quelques années plus tard, le 21 novembre 1766, ces mêmes militaires éprouvent moins de difficultés, alors qu’ils se trouvent « comme à l’ordinaire sur la place [de Thouars] jour du marché pour y maintenir le bon ordre76 ». Ils y entendent une « voix publique » qui les interpelle : « Mrs les cavaliers voilà une coureuse qui volle des mouchoirs dans les poches, il fault la mettre en prison ». Ils n’ont dès lors aucun problème à s’emparer de cette voleuse à la tire, avec l’aide active de la population. Le 23 juillet 1770, le scénario de l’intervention du sous-brigadier et d’un cavalier de La Roche-sur-Yon est presque identique, alors qu’ils se trouvent « à la foire de Beauvoir […] sur les neuf heures du matin ». Plusieurs « marchands » viennent alors leur montrer un « coquin qui [les] vole journellement », ce qu’ils parviennent à faire un peu plus tard77. Quant à leurs confrères de Poitiers, ils agissent de manière presque similaire le 29 octobre 1770 à la « foire de Vivonne78 ». Alors qu’ils y font leurs « fonctions ordinaires », ils perçoivent « sous les halles un grand bruit » : « aux volleurs ». Ils s’approchent, et arrêtent aussitôt à la « clameur publique » Jean Clément, accusé d’avoir dérobé à un particulier « une petite poche de toille où il y avoit la somme de soixante et une livre[s] dix huit sols ». Enfin, un dernier procès-verbal fait état d’un flagrant délit un peu différent des précédents. Il est l’œuvre des forces de l’ordre thouarsaises le 20 octobre 1757. Ce jour-là, celles-ci « se promène[nt] sur la place de saint médart », et surprennent « un grand bruit chez le nomé Grilleaux cabaretier79 ». Les cavaliers y rentrent sur le champ : le « nommé Moreau marchand […] au bourg de Pinbeuf en Bretagne » leur désigne aussitôt deux individus présents dans l’établissement qui viendraient de lui dérober « plusieurs et différentes marchandises ». Les cavaliers n’ont dès lors aucune difficulté à se saisir des deux accusés, en raison notamment de l’assistance apportée par les autres clients.

  • 80 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée… op. cit., t. i, p. 272-276. L’obligation pour les brigades de la (...)
  • 81 Sur ce thème, voir : Denis, Vincent et Milliot, Vincent, « Police et identification dans la France (...)
  • 82 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/183, procès-verbal de capture d’Anne Pligu à Poitiers, paroisse Saint- (...)
  • 83 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Jacques Denis à Poitiers par les cavaliers de cette vi (...)
  • 84 Ibid., 1B2/188, procès-verbal de capture de François Lerot à la foire de Thouars par les cavaliers (...)
  • 85 Ibid., 1B2/73, procès-verbal de capture d’Étienne Girardeau, Magdeleine Lethiéque et de leurs enfa (...)
  • 86 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Pierre Fraigneau à la foire de La Mothe-Saint-Héray par (...)
  • 87 Ibid., 1B2/107, procès-verbal de capture de Jacques Porte et Pierre Faupin à la foire de Neuville p (...)
  • 88 Ibid., 1B2/159, procès-verbal de capture de Clément Périot à la foire de La Chaize-le-Vicomte par (...)
  • 89 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Pierre Grasset à Missé par les cavaliers de Thouars le (...)
  • 90 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture d’André Charron à Vasles par les cavaliers de Parthenay le (...)
  • 91 Ibid., 1B2/78, procès-verbal de capture de Joseph Poussard, dit « Châtillon », à Secondigny par le (...)
  • 92 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture de Jean Vigneron à l’assemblé de Vouhé par les cavaliers (...)
  • 93 Ibid., 1B2/77, procès-verbal de capture de Pierre de Crons, dit « Courte Oreille », dans le bourg (...)

16À côté de ces situations de capture où des individus sont pris en train de commettre un délit, pas moins de 68 procès-verbaux de l’échantillon (soit 20,5 % du total) font état d’arrestations effectuées à l’occasion des déplacements coutumiers des employés de la maréchaussée. Ces derniers ne restent pas, en effet, constamment dans leurs lieux de résidence à attendre un ordre ou une plainte pour en sortir. Ils ont aussi l’habitude – on a pu le constater dans les exemples précédents – de se rendre dans les foires, marchés et assemblées, qui se tiennent régulièrement dans leur secteur de surveillance. Mais surtout, ils procèdent régulièrement à des « tournées ordinaires », au cours desquelles ils parcourent les grands chemins, ainsi que les bourgs et villages relevant de leur ressort et dans lesquels ils sont théoriquement responsables du bon maintien de la sûreté publique80. Quoi qu’il en soit, leur passage en ces lieux entraîne parfois des captures de particuliers, que l’on peut très schématiquement classer en deux catégories. Il y a, tout d’abord, celles qui concernent des individus « suspects » rencontrés par ce personnel policier. Ainsi, à plusieurs reprises, les représentants de la maréchaussée croisent des personnes, qui s’avèrent incapables de leur présenter le moindre « passeport ou certificat81 ». C’est le cas d’Anne Pligu qui, n’ayant « aucun papier », est appréhendée paroisse Saint-Germain à Poitiers le 28 décembre 178582 ou encore de Jacques Denis qui connaît le même sort le 3 août 178683. Les gens arrêtés de cette façon sont des étrangers à la province, voire au royaume. Le 8 juin 1786, par exemple, la brigade thouarsaise interpelle François Lerot sur la foire de Thouars : l’individu leur paraît tout de suite très suspect, en raison d’objets qu’il dissimule sous sa chemise mais aussi de « son accent [qui] n’étoit nullement celui du Poitou84 ». De même, d’autres représentants de la maréchaussée saisissent Étienne Girardeau et son fils « dans le bourg de Saint-Jacques » le 15 juillet 1752, puis le lendemain sa femme, Magdeleine Lethiéque, « dans le bourg de St Jean » : « sans aveux ny sertificas », ils déclarent être « qualvinistes », natifs de Genève et sont donc forcément « suspaic » pour les autorités85. Quant à l’autre type de capture intervenant lors des déplacements de la maréchaussée, elle voit la participation active des populations locales. Certains habitants profitent, en effet, de la présence de ces défenseurs de la tranquillité publique, pour leur signaler la présence de malfaiteurs. C’est de cette manière que les cavaliers de Saint-Maixent, de Poitiers et de La Roche-sur-Yon parviennent à s’emparer de voleurs, respectivement à la foire de La Mothe-Saint-Héray le 1er février 175986, à la foire de Neuville le 15 août 176687 et à celle de La Chaize-le-Vicomte le 13 mai 178088 : à chaque fois, au moins un particulier est venu dénoncer auprès d’eux un acte répréhensible avant de les conduire directement jusqu’à l’accusé. À Missé, « Monsieur le curé » en personne les informe le 26 décembre 1750 qu’il « y avoit eu plusieurs vols de faits dans la ditte paroisse par fracture » et que le responsable se nomme « Pierre Grasset le jeune89 ». Fortes de ces renseignements, les forces de l’ordre attendent néanmoins la nuit pour investir la maison de ce dernier, avant de le « saisi[r] et appréhender au corps ». En revanche, à Vasles, c’est la « femme d’Antoine Aumons », meunier, qui avertit les cavaliers de Parthenay lors de leur « tournée ordinaire » du vol de « quatorze bois[s]eau de farine séglé » commis « au moullin de la garde » par le dénommé André Charron le 17 février 176690. À plusieurs occasions, les habitants du secteur ne se contentent pas de donner l’identité d’un délinquant à la maréchaussée de passage : ils semblent aussi l’assister dans l’arrestation de ce dernier. Même si ses procès-verbaux ne sont pas toujours très précis, la brigade parthenaisienne arrête successivement de la sorte Joseph Poussard dit « Châtillon » à Secondigny le 6 juillet 175491, puis le nommé Jean Vigneron « souppesonné volleur » à l’assemblée de Vouhé le 29 juin 176692. Il semble enfin en être de même pour Pierre de Crons dit « courte oreille » capturé « à la clameur publique » dans le bourg de Tourtenay le 2 mars 175393.

Les captures déjà effectuées par des particuliers

17Une troisième catégorie de captures mérite d’être prise en considération, même si elles sont très différentes des précédentes. En effet, à l’inverse des situations auparavant évoquées, les représentants officiels des forces de l’ordre ne jouent pas un rôle majeur et moteur dans ce dernier ensemble d’arrestations. Ce sont, au contraire, les populations locales qui prennent l’initiative de saisir un ou plusieurs individus, afin de mettre fin à leurs méfaits dans les communautés villageoises. Dans ce genre de situation, le rôle de la maréchaussée se limite, en fait, à venir récupérer les personnes déjà appréhendées et à les mettre rapidement dans les prisons les plus proches. Loin d’être négligeables, les captures de ce type sont au nombre de 75 dans l’échantillon étudié, et représentent plus du cinquième du total des affaires.

  • 94 Ibid., 1B2/77, procès-verbal de capture de Moriel Barrin à Vautebis par les cavaliers de Parthenay (...)
  • 95 Ibid., 1B2/94, procès-verbal de capture de François Foulonneau à Châtillon-sur-Thouet le 24 juin 1 (...)
  • 96 Ibid., 1B2/172 bis, procès-verbal de capture de Louis Valloc à l’auberge « Les Trois Pigeons » à N (...)

18Pour un nombre significatif de cas (au moins 33, soit presque 10 % du corpus), les habitants n’ont pas vraiment d’alternative. Ils surprennent un méfait en train de se commettre, et ne peuvent faire autrement que d’intervenir, aucun cavalier ne résidant sur place ou à proximité. Ainsi, le 25 juillet 1753, « les nommés Jean Larabinne, Pierre Royer, Pierre Caillonet et Louis Renaudon, tous cherbonnier[s] » arrêtent, « dans la forest de la Saizine des dépendances du duché de La Meilleraye », Moriel Barrin, qui vient, selon toute vraisemblance, d’y dérober un mulet94. L’accusé est ensuite conduit par les quatre hommes jusqu’au cabaret de François Goudeau, au village de Réffannes, paroisse de Vautebis, où il est « attaché et lié avec des cordes » dans une chambre. Il ne reste plus dès lors qu’à prévenir le lendemain la brigade de Parthenay de se rendre sur place pour le prendre. Bien plus grave est le crime qu’empêchent de commettre, in extremis, deux habitants de Gâtine le 24 juin 1763. Les dénommés Jean Grimeau et Jacques Rouet interviennent, en effet, juste à temps « sur le grand chemin de M[aisontiers] paroisse de Châtillon » : François Foulonneau s’apprête à y violer « Marie Grignons servante » à Viennay95. Ils parviennent alors à sauver la jeune fille, et conduisent ensuite le délinquant en direction de Parthenay : ils rencontrent en chemin les cavaliers de la maréchaussée, à qui ils livrent aussitôt le dangereux personnage. Toutefois, l’un des cas de flagrance les plus spectaculaires a sans doute lieu à Nueil-les-Aubiers le 15 juillet 178196. Ce jour-là, plusieurs particuliers surprennent un malfaiteur en train de « forcer les serrures avec une serpe » de la « maison du nommé Billaud ». Ils lancent alors l’alerte générale en s’écriant « aux volleurs », puis neuf d’entre eux poursuivent le délinquant et parviennent à le capturer « un demi quart de lieue » plus loin. Dès lors, ils l’amènent à l’« auberge […] des trois pigeons », le fouillent et l’interrogent, avant d’aller faire chercher les forces de l’ordre de Châtillon qui s’empressent de le récupérer et de l’emprisonner.

  • 97 Ibid., 1B2/93, procès-verbal de capture de Thomas Suzet dans la paroisse Saint-Jean-de-Thouars, da (...)
  • 98 Ibid., 1B2/183, procès-verbal de capture de Louis Bonnet au bourg de Saint-Maure, paroisse de Ciss (...)
  • 99 Ibid., 1B2/193, procès-verbal de capture de Pierre le Beau au domicile de François Granger près du (...)
  • 100 Ibid., 1B2/197, procès-verbal de capture de Michel Effray et Hilaire Saunier, respectivement dans (...)
  • 101 Ibid., 1B2/113, procès-verbal de capture de Jean Renon à Couhé par les cavaliers de Lusignan le 9  (...)

19Dans plusieurs autres situations (25 cas, soit 7,5 %), la population capture un ou plusieurs individus, non pas cette fois en flagrant délit, mais parce qu’elle a de très forts soupçons sur leur culpabilité. Telle est la raison de l’arrestation de Thomas Suzet « dans un chemin creux en dessus de Faye L’abesse » par les sieurs Guérin, Sorin, Dieulefit Debarre, et Pierre Martin le 11 juin 1761 : ces derniers le suspectent d’avoir « vollé [une] […] jument » à « la foire de La Chapelle-Saint-Laurent97 ». C’est pourquoi ils auraient « couru après luy » et l’auraient « arresté par un pied », puis conduit jusqu’aux cavaliers de Thouars qu’ils auraient rencontrés en chemin un peu plus loin. À la fin du mois de septembre 1785, le responsable religieux de l’abbaye du Pin est tout aussi suspicieux à l’encontre d’un individu « qui raudois » sur ses terres depuis « trois ou quatre jours98 ». Bien que ce dernier n’ait commis aucune exaction sérieuse, il le fait néanmoins capturer par ses hommes au village de Saint-Maure, paroisse de Cissé, avant d’en avertir la brigade de Poitiers. Quelques mois plus tard, « le sieur Granger », qui possède un important moulin sur le Clain, prend une semblable initiative « de crainte d’être volé ». Le 21 février 1787, il appréhende, en effet, le dénommé Pierre le Beau qui « avoit couché dans le four dudit moulin » la nuit précédente, puis fait venir chez lui les cavaliers de la maréchaussée pour l’emmener99. Une autre personnalité locale semble à l’origine d’une arrestation de ce type. Le propriétaire du château de Curzay-sur-Vonne, François Gabriel Joseph Henry Duval de Chassenon, également président d’honneur de la Cour des comptes de Bretagne, use ainsi de son autorité pour faire prendre au corps par ses gardes, deux quidams « sans pasports » et soupçonnés de contrebande. Les membres de la brigade de Lusignan en sont ensuite informés et viennent les appréhender le 14 août 1788 « dans une tour dudit château » où ils sont retenus100. Enfin, il peut exceptionnellement arriver que des cavaliers de la maréchaussée incitent les habitants à arrêter eux-mêmes un malfaiteur. C’est ce qui advient, par exemple, à Couhé, au sud de Poitiers, au début de l’été 1769. N’ayant pu se saisir d’un « quidam qui avoit vollé quelques effets », les deux cavaliers de Lusignan en station dans la paroisse diffusent un signalement de l’accusé et demandent à la population de le capturer « au cas [où] il retourn[erait] dans le bourg »101. L’entreprise est couronnée de succès le 7 juillet 1769 : les « nom[m]és Baré, […] Pierre Rousseau et Pierre Morisson » le reconnaissent et se saisissent de lui. Alertés, les défenseurs de la tranquillité publique n’ont plus qu’à le récupérer et le placer dans « les prisons du lieu ».

  • 102 Ibid., 1B2/176, procès-verbal de capture d’Angustin Doucet au bourg d’Ayron par les cavaliers de T (...)
  • 103 Ibid., 1B2/177, procès-verbal de capture de René Meunier à la caserne de maréchaussée de Thouars p (...)
  • 104 Ibid., 1B2/113, procès-verbal de capture de Louis Bigeonneau par les cavaliers de Poitiers le 26 m (...)

20Même si elles s’avèrent relativement rares (9 cas, soit 2,7 % de l’échantillon), certaines captures sont encore plus étonnantes. Parfois, en effet, des habitants ne se contentent pas d’arrêter eux-mêmes un ou plusieurs individus : ils le (ou les) conduisent aussi personnellement jusqu’aux représentants des autorités policières ou judiciaires. Le 28 avril 1786, deux habitants de Benassay et de Vasles prennent ainsi de force « un quidam » coupable d’avoir commis un vol deux jours plus tôt. Quarante-huit heures plus tard, ils le livrent au syndic de la paroisse de Latillé qui conduit le délinquant jusqu’au « bourg d’Ayron » – à une quinzaine de kilomètres – où se trouvent réunies ce jour-là les brigades de Thouars, Parthenay et Bressuire102. Trois ans auparavant, le 14 décembre 1783, le soldat René Meunier avait été aussi conduit de Massais jusqu’au siège de la brigade de Thouars par « un entrepreneur de tabac ». En remettant son prisonnier au cavalier de permanence, l’entrepreneur assure que Meunier est « un déserteur » qui a « été arrêté par les employés des gabelles » pour « fau[x] saunage » quelques heures plus tôt103. Le transfert de prisonnier le plus long a cependant lieu le 26 mai 1769104. Ce jour-là, un certain Louis Bigeonneau est capturé dans la bourgade d’Ayron, situé à plus de vingt kilomètres à l’ouest de Poitiers. On l’accuse d’avoir « volé le jour d’hyer pendant les vespres […] une somme d’argent assez considérable ». C’est pourquoi quatre hommes de cette paroisse décident de lier « les bras et mains » du dit Bigeonneau, et de le conduire jusqu’au chef-lieu de la province. Au terme de cet assez long périple, ils y arrivent « sur les dix heures du matin » : leur venue impromptue semble d’ailleurs surprendre les deux cavaliers de la maréchaussée du Poitou, qui avouent être alors à se « promener dans le couloir de [leur] caserne ». Ce n’est effectivement sans doute pas tous les jours qu’on leur livre ainsi à domicile des malfaiteurs sans qu’ils aient besoin de se déplacer !

  • 105 Ibid., 1B2/77, procès-verbal de capture de « volleurs », paroisse des Forges par les cavaliers de (...)
  • 106 Ibid., 1B2/82, procès-verbal de capture de Michel Boyer par les cavaliers de Poitiers le 20 décemb (...)
  • 107 Ibid., 1B2/113, procès-verbal de capture de Pierre Joyaux dans le château de Monsieur de La Fenêtr (...)

21À l’inverse des précédents, quelques autres procès-verbaux (8 cas dans le corpus) sont beaucoup moins diserts sur les circonstances de la capture. Il y est simplement indiqué que des individus sont d’abord maîtrisés et détenus par la population, sans malheureusement davantage de précisions. Le 6 mars 1753, le sous-brigadier Antoine Gilbert, accompagné des cavaliers Charles Beamont et Jean Maultier, découvre ainsi des gens « gardé[s] par des [h]abitants du lieu » dans la « hauste chambre » de l’auberge de François Bachelier, en la paroisse des Forges105. Si on les présente comme « des volleurs », il n’est rien dit en revanche sur la manière dont ils sont arrivés là. De même, on sait seulement qu’un homme « soupçonn[é] [d’]avoir volé une cavale » est conduit « chez le sieur Panin subdélégué » à Airvault le 20 décembre 1756 : c’est là que le récupèrent les cavaliers de Poitiers, qui ne donnent d’ailleurs aucun renseignement supplémentaire sur la façon dont il a été initialement capturé106. Enfin, dernier exemple, l’imprécision est également de mise dans le récit que livrent les cavaliers de Poitiers le 16 mai 1769. Ils se contentent, en effet, de mentionner que « Pierre Joyaux accusé d’avoir vollé une jument » à Coulombiers est depuis « détenu et gardé dans le château de monsieur de la Fenêtre » : ils s’y rendent néanmoins dans les meilleurs délais pour s’emparer du malfaiteur107.

Les captures diligentées par d’autres autorités en collaboration avec la maréchaussée

  • 108 Jacob, Robert, « Licteurs, sergents et gendarmes : pour une histoire de la main-forte », dans Dola (...)
  • 109 Gomez Pardo, Julian, La maréchaussée et le crime en Île-de-France sous Louis XIV et Louis XV, Les (...)

22Les cavaliers poitevins sont également amenés à capturer des hors-la-loi en collaboration avec d’autres autorités judiciaires ou policières. Dans ce genre d’interpellation, ils ne sont pas les principaux acteurs des arrestations : ils se contentent de seconder différents officiers dans le cadre d’opérations de renfort ou de « main-forte108 ». Ce dernier type d’arrestation occupe une place restreinte dans le corpus avec dix-sept affaires, soit à peine plus de 5 %. Les autorités pouvant requérir l’assistance des cavaliers sont multiples109 mais la documentation examinée pour la fin du xviiie siècle en mentionne seulement deux catégories : les huissiers et les officiers de police.

  • 110 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/161, procès-verbal de capture de Jacques Loubaud au domicile de ce der (...)
  • 111 Ibid., 1B2/139, procès-verbal de capture de Louis Cougnault à Châtellerault, paroisse d’Antran, pa (...)
  • 112 Ibid., 1B2/136, procès-verbal de capture de René Bouillon au domicile de ce dernier au bourg de Ri (...)
  • 113 Ibid., 1B2/136, procès-verbal de capture de François Bouillon au domicile de Mme Maltet au bourg d (...)

23Considérés comme des auxiliaires de justice, les huissiers sont chargés de mettre à exécution les décisions prises par les juridictions dont ils dépendent. À ce titre, il leur faut parfois procéder à des prises de corps décrétées par un magistrat. Lorsque ce type d’opération comporte des risques, ils peuvent demander l’aide de brigades de la maréchaussée. Tel est effectivement le cas de figure que l’on retrouve dans pas moins de seize comptes rendus de l’échantillon étudié. Le 8 mai 1783, Louis Dequil, « huissier royal », sollicite ainsi l’assistance des cavaliers de Parthenay pour neutraliser un individu coupable de rébellion contre deux « commis aux aides »110. Son collègue de Châtellerault réquisitionne, quant à lui, les représentants des forces de l’ordre de la cité des bords de Vienne pour appréhender le dénommé Louis Cougnault, considéré comme particulièrement « violent » le 25 août 1775111. Sans surprise, en raison notamment des sources utilisées pour cette enquête, les huissiers procédant de la sorte dépendent dans 12 cas sur 16 de la « sénéchaussée et siège présidial de Poitiers », plus importante juridiction royale de la province. François Charles Maury, « huissier audiencier du roy », obéit, par exemple, aux ordres de cet éminent tribunal pour faire arrêter, coup sur coup, René Bouillon le 7 juillet 1774112, puis François Bouillon deux jours plus tard113, par des agents de la brigade de Poitiers. Mais les auxiliaires de justice de la capitale régionale n’ont pas l’exclusivité de ces captures de « main forte ». On trouve également un huissier agissant à l’injonction du duché-pairie de Thouars, un autre pour obéir aux juges des « baronnies de Chantonnay, Puybelliard et Sigournais », et un dernier sous l’autorité du siège royal de Châtellerault.

  • 114 Ibid., 1B2/187, procès-verbal de capture de Jacques Demay, dit Tourangeau, et Pierre Camus au domi (...)

24À côté de ces 16 prises de corps diligentées par un huissier, un seul procès-verbal de capture émane d’un officier de police sollicitant l’assistance de la maréchaussée. Le 14 décembre 1787, « Joseph Jean François Marie Maubier Degrand Fief […] lieutenant général de police […] de Civray » demande effectivement à la brigade de la ville de l’accompagner pour une mission policière délicate, voire dangereuse114. Il leur faut interpeller, dans les plus brefs délais, les dénommés Jacques Demay et Pierre Camus qui se seraient, selon la « voye publique », emparés de Marie-Anne Cheppeau et auraient commencé à la violenter. Fort heureusement, leur intervention rapide permet de mettre fin au martyre de la pauvre femme.

25Au terme de cette typologie, que dire de la répartition globale des grandes catégories de captures rencontrées en Poitou entre 1750 et 1788 ? Même s’il est difficile de répondre à cette interrogation, ces quelques statistiques livrent indirectement trois enseignements majeurs sur ces forces de l’ordre. Elles montrent, tout d’abord, que les lieux de résidence de cette administration sont incontestablement des références pour les Poitevins du xviiisiècle. En effet, ceux-ci n’hésitent pas à y venir pour y livrer leurs plaintes, et avertir les militaires en station de l’existence d’un méfait ou de la présence d’un délinquant. En outre, ces personnels de police ne se contentent pas de rester dans leur brigade à attendre que de simples administrés, des instances judiciaires, voire des huissiers, leur demandent d’intervenir. Ces militaires de la maréchaussée parcourent aussi inlassablement le secteur dont ils ont la charge, en surveillant les rassemblements de populations et en effectuant régulièrement des tournées ordinaires. Cela explique le nombre non négligeable d’arrestations faites en flagrant délit (6 % des captures), mais aussi la pléthore d’informations collectées localement lors de tels déplacements. Enfin, le troisième résultat de ces statistiques, sans doute le plus saisissant, a trait au rôle essentiel joué par les populations locales dans les captures consignées dans les procès-verbaux de la maréchaussée. Plus de la moitié des arrestations se font effectivement grâce à la participation, plus ou moins active, de particuliers. Ceux-ci interviennent en dénonçant délinquants ou criminels, en livrant les informations nécessaires à leur découverte, en prêtant main forte aux cavaliers lors des prises de corps, voire en arrêtant eux-mêmes certains malfaiteurs. Tous ces éléments semblent dire que ce service royal est globalement bien accepté des hommes et des femmes du Poitou de la seconde moitié du xviiisiècle, qui l’utilisent et savent notamment en user lorsque leur tranquillité publique est menacée.

Des saisies de malfaiteurs presque toujours sans problème ?

26Après qu’ait été défini le cadre juridique et mis en évidence les scénarios possibles de capture, il paraît nécessaire de préciser les circonstances générales des 332 arrestations opérées par la maréchaussée du Poitou entre 1750 et 1788. En d’autres termes, où et quand ont-elles exactement lieu ? Pour quels types de crimes et de délits procède-t-on à toutes ces prises de corps ? Combien de cavaliers de cette administration nécessite chacune de ces opérations ? Enfin, quel est le nombre de personnes finalement arrêtées et quel est le profil d’ensemble des individus ainsi appréhendés ?

Le contexte général des captures

27Les procès-verbaux de capture donnent de précieuses informations sur le cadre général de ces opérations policières, en particulier sur leur géographie, leur temporalité et leur justification dans le domaine pénal.

  • 115 De leur côté, Cerizay, Quinçay et Thénezay enregistrent trois captures, contre deux opérations de c (...)
  • 116 En Poitou, les sociétés rurales sont largement majoritaires et représentent environ 85 % des habita (...)
  • 117 Ebel, Édouard et Haberbusch, Benoît, « Le cheval dans la gendarmerie du xviiie au xxie siècle », R (...)

28Il faut signaler tout d’abord la multiplicité des lieux d’arrestation au sein de la généralité. On n’en dénombre, en effet, pas moins de 195 différentes dans les 332 captures de l’échantillon considéré. Donc, seules quelques localités sont le théâtre de plusieurs interventions de ce genre : Poitiers (45 captures), Thouars (15 captures), Châtellerault (11 captures), Parthenay (10 captures), et à un degré moindre Bressuire, Vasles (6 captures), Lusignan, Coulonges-Thouarsais et Dissay (4 captures)115. Sans surprise, les zones de capture sont, par ailleurs, majoritairement rurales116. Pas moins de 218 arrestations enregistrées se déroulent dans des hameaux, des villages ou de petites bourgades, contre une centaine qui a pour cadre une véritable ville (Poitiers, Fontenay-le-Comte, Châtellerault) ou une petite cité (Bressuire, Chauvigny, Lusignan, Parthenay, Thouars). À cet égard, la maréchaussée semble pleinement assumer sa mission de maintien de l’ordre dans les campagnes. De même, les agents de cette administration – normalement bien pourvus en chevaux117 – n’hésitent pas à intervenir en dehors des lieux de résidence de leur brigade (implantés dans les centres urbains) et parcourir de longues distances afin d’intercepter les hors-la-loi.

  • 118 Muchembled, Robert, Société, cultures et mentalités dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), P (...)
  • 119 Sur les 332 procès-verbaux de capture, un seul ne permet pas de déterminer le jour de la semaine de (...)

29La temporalité saisonnière des 332 arrestations poitevines est relativement significative puisqu’elle montre que plus d’un tiers de ces opérations se déroulent en mai, juin et juillet (de 38 et 41 captures chaque mois). Les autres mois de l’année enregistrent bien moins d’actions de ce type (entre 17 et 30), à l’exception de décembre qui compte 35 interpellations, soit près de 11 % du corpus (tableau 3). Cette répartition, caractérisée par une nette hausse des arrestations de malfaiteurs durant les périodes printanière et estivale, correspond ainsi à celle de la violence observée par les historiens sous l’Ancien Régime118. Quant à la répartition hebdomadaire des arrestations, elle s’avère encore plus équilibrée. Les cavaliers de la maréchaussée capturent, en effet, un nombre presque semblable de malfaiteurs quasiment tous les jours de la semaine. Dans les 332 opérations policières de l’échantillon119, 51 se déroulent un lundi (15,4 % du total), 53 un mardi (16 %), 51 un mercredi (15,4 %), 46 un vendredi (13,9 %), 43 un samedi (13 %) et 48 un dimanche (14,5 %). On enregistre simplement un peu moins de captures le jeudi (39 arrestations, soit 11,8 %), sans que l’on puisse en déterminer les raisons. Cette administration semble donc opérationnelle du lundi au dimanche – et apparemment sans journée de repos – pour procéder à ce type d’interpellation.

Tableau 3 – Répartition mensuelle des 332 arrestations effectuées par la maréchaussée de Poitou entre 1750 et 1788

Mois de captures

Nombres correspondants

Pourcentages

Janvier

19

5,7 %

Février

18

5,4 %

Mars

27

8,1 %

Avril

24

7,2 %

Mai

38

11,5 %

Juin

41

12,4 %

Juillet

39

11,8 %

Août

22

6,6 %

Septembre

30

9 %

Octobre

22

6,6 %

Novembre

17

5,1 %

Décembre

35

10,6 %

Totaux

332

100 %

  • 120 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/106, procès-verbal de capture d’André Charron à Vasles par les cavalie (...)
  • 121 Ibid., 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Lacroix à Saint-Loup par les cavaliers de Parthena (...)
  • 122 Ibid., 1B2/126, procès-verbal de capture de Pierre Coutand aux Herbiers par les cavaliers des Herb (...)
  • 123 Ibid., 1B2/164, procès-verbal de capture de Jean-Mathieu Beigné au bourg de Clan, paroisse de Jaun (...)
  • 124 Ibid., 1B2/172, procès-verbal de capture d’Augustin Bayard à Montaigu par les cavaliers de Montaig (...)
  • 125 Sur ce type de délit en Poitou, voir prioritairement le travail de Morand, Estelle, Le vol des chev (...)
  • 126 À notre connaissance, il existe peu d’études sur ce type de délit. On se reportera à Peveri, Patric (...)
  • 127 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars p (...)
  • 128 Ibid., 1B2/161, procès-verbal de capture de Louis Mosset, Armel Collet et Jean Métreau au bourg de (...)
  • 129 Vigier, Fabrice, « Des professionnels de la préméditation ? Les bandes organisées de malfaiteurs e (...)
  • 130 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/91, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les c (...)
  • 131 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavali (...)
  • 132 Ibid., 1B2/180, procès-verbal de capture d’Urbain le Blanc, dit Courage, au Moulin à Drap, paroiss (...)
  • 133 Denis, Vincent et Milliot, Vincent, « Police et identification dans la France des Lumières », Genè (...)
  • 134 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/186, procès-verbal de capture de Françoise et Jeanne Savaton à Poitier (...)
  • 135 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de François Pignet à Parthenay par les cavaliers de Parth (...)
  • 136 Vigarello, Georges, Histoire du viol xvie-xxe siècle, Points Histoire, 2000, p. 15-33 ; Matthews-G (...)
  • 137 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/78, procès-verbal de capture de Joseph Poussard, dit Châtillon, à Seco (...)
  • 138 Ibid., 1B2/92, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et de Pierre Petit à Saint-Léger-de-Mont (...)
  • 139 Ibid., 1B2/127, procès-verbal de capture de Joseph Joubert à Parthenay par les cavaliers de Parthe (...)
  • 140 Ibid., 1B2/87, procès-verbal de capture de Pierre Meunier, dit Colas, dans l’auberge des Trois Pas (...)
  • 141 Ibid., 1B2/187, procès-verbal de capture de Jacques Demay, dit Tourangeau et Pierre Camus à Civray (...)
  • 142 Sur les homicides en Poitou réprimés par la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers, voir : Ern (...)
  • 143 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Savarit à Gourgé par les cavalier (...)
  • 144 Ibid., 1B2/159, procès-verbal de capture de Jean-Marcel Hainzelin dans l’auberge du Cheval Blanc à (...)
  • 145 Sur les féminicides commis en Poitou, voir : Vigier, Fabrice, « À propos de quelques homicides de f (...)
  • 146 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/66, procès-verbal de capture de Pierre Girault au village de Villiers, (...)
  • 147 Ibid., 1B2/151, procès-verbal de capture de Pierre Guyou dans l’auberge du Cheval de Bronze, paroi (...)
  • 148 Ibid., 1B2/107, procès-verbal de capture de René Girault à Vasles par les cavaliers de Poitiers le (...)
  • 149 Ibid., 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Georges Reglain et Perrine Moreau à Massais le 21  (...)
  • 150 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavalie (...)
  • 151 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, Paris, L’ (...)
  • 152 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/186, procès-verbal de capture de François Endreau au bourg de La Ronde (...)

30En outre, l’analyse du corpus montre que les forces policières poitevines se lancent dans une démarche d’arrestation pour quatre catégories principales de crimes ou de délits (tableau 4). Elles interviennent tout d’abord pour réprimer les vols (parfois accompagnés de violences ou d’évasions de prisons) dans 211 cas, soit 63,6 % de l’échantillon. Ces larcins sont très divers et concernent tout un éventail de produits. Ce sont, par exemple, plusieurs « boisseaux de farine et de seigle » qui sont dérobés au « moullin de la Garde » à Vasles en février 1766120, « une paire de bœufs » subtilisée à un boucher de Saint-Maixent au cours de l’année 1762121, « une fourchette d’argent » chapardée en 1772 à Saint-Fulgent122, « soixante six livres [tournois] » prises « dans un coffre » d’un cabaret de Migné-Auxances en mai 1781123, ou encore « un chariot chargé de marchandises » emporté dans la nuit du 16 au 17 décembre 1785 à Montaigu124. Les voleurs de chevaux sont néanmoins ceux qui mobilisent le plus les brigades poitevines, avec 55 vols d’équidés comptabilisés entre 1750 et 1788 (soit 16,6 % du total). Ces animaux sont alors très précieux car ils représentent le moyen de locomotion le plus commode et rapide de l’époque125. En dehors de ce type de larcin, les cavaliers sont quelquefois confrontés à des voleurs à la tire lorsqu’ils sont présents lors de certains rassemblements de population126. C’est le cas au marché de Thouars le 21 novembre 1766 où « une coureuse […] vole des mouchoirs dans les poches » des gens127, mais aussi dans l’église de La Chapelle-Saint-Laurent le 8 septembre 1780, où trois pickpockets sont aperçus en train de « mettre les mains dans les poches » des paroissiens afin de s’emparer de « tasses d’argent128 ». Les brigades de la maréchaussée doivent également faire face à des malfaiteurs aguerris, et parfois dangereux, qui détroussent les voyageurs sur les routes de la province et peuvent agir en véritables bandes organisées composées d’au moins trois membres129. On en recense ainsi sur la route de Saint-Maixent à La Mothe Saint-Héray, en mars 1760, où Jean Normand maltraite « à l’excès » des passants130, entre Oiron et Airvault en 1767 où François Pineau et Pierre Bourg « armés d’une pique » extorquent de l’argent à un pauvre homme131, ou encore dans le district de Châtillon-sur-Sèvre où, en 1784, le « nommé Hurbin », qui est à la tête de plusieurs brigands, menace les populations en criant « la bourse ou la vie »132. En outre, si l’on en juge par le corpus d’arrestations, les forces de l’ordre rurales partent aussi en mission pour une deuxième catégorie de forfaits : le vagabondage et la mendicité (plus de 16,5 % du total), qui sont considérés comme des actes délictueux sous l’Ancien Régime133. L’absence de papiers d’identité ou de domicile fixe constitue alors un motif suffisant pour être immédiatement écroué par les autorités. C’est notamment le sort réservé le 26 juillet 1786 par les cavaliers de Poitiers à deux sœurs, Françoise et Jeanne Savaton, dépourvues de « passeports » et soupçonnées d’« avoir mené une vie libertine134 ». De même, « le nom[mé] François Pignet, natif de Bourg Leveque en An[j]ou », repéré en train d’errer dans les rues de Parthenay en février 1786, tente vainement de se faire passer pour un certain « Pierre Frainais natif de Secondigni en Poitou » mais est rapidement emmené135. Le troisième grand type de crimes regroupe les actes particulièrement violents perpétrés à l’encontre des personnes (presque 14,5 % du total). C’est le cas des agressions sexuelles infligées aux femmes, en théorie sévèrement condamnées par les textes de droit de l’époque moderne136. Les cavaliers de la maréchaussée font ainsi tout leur possible pour capturer les auteurs des viols subis par « une jeune fille âgée d’environ douze ans » à Secondigny137, par la nommée « Bastard de la paroisse d’Anthoigné138 », ou encore par Françoise Chauvière, « quatorze ans, sur le grand chemain de Parthenay à Fonthenay139 ». Les individus faisant usage de violences physiques sont également l’objet d’une attention particulière des forces de l’ordre. Pierre Meunier, coupable d’avoir roué de coups, le 2 mars 1758, le cabaretier de La Chapelle-Bertrand Pierre Sabiron, ainsi que sa femme et ses filles, est écroué quelques mois plus tard140, tout comme Jacques Demay et Pierre Camus qui blessent grièvement Marie-Anne Cheppeau, le 14 décembre 1787, en lui ligotant « les pieds et les mains » avant de la traîner « dans la boue » depuis Civray jusqu’au « lieu des Cantes141 ». Enfin, les cavaliers du Poitou se doivent d’intervenir prestement dès qu’ils ont vent d’un homicide dans le territoire de leur ressort142. Ils s’y emploient, par exemple, après « le coup de fusil » dont est victime en 1762 le vicaire Sidoine Sioneau près de Gourgé143, ainsi qu’après l’assassinat d’un canonnier rochelais, Nicolas Humerk, à l’aide de « couteaux […] attachés au bout [d’]un baton […] sur la grande routte de Poitiers à La Rochelle » et pour lequel le meurtrier présente « ancore du sang sur une grande culotte » lorsqu’il est neutralisé le 28 mars 1780144. Les trois affaires d’homicides les plus graves, visant parfois des femmes145, sont néanmoins le double meurtre de Jean Dallier et Vincent Perret opéré « à coups de couteaux » dans le village de Villiers, paroisse de Vouillé, le 30 septembre 1750146, celui du curé de Saint-Cybard à Poitiers et de sa domestique, Gabrielle Desplébin, le 2 avril 1778147, et plus encore le quadruple assassinat de l’épouse de René Girault et de ses trois filles enregistré à Vasles au mois de février 1762148. Pour finir, d’autres délits et crimes relativement graves aux yeux de la législation royale mais peu présents dans l’échantillon sélectionné mobilisent les brigades du Poitou (un peu plus de 5 % de l’ensemble du corpus). Les cavaliers de Thouars se doivent, par exemple, d’emprisonner au plus vite les deux individus qui vaguent dans la paroisse de Massais et que l’on soupçonne de vouloir « mettre le feu » dans plusieurs maisons du village149. Quant à leurs collègues de Saint-Maixent, ils se donnent pour objectif de mettre la main sur l’individu qui s’est vanté dans plusieurs auberges de leur secteur de posséder de la « fausse monnoye150 ». Or, les incendies volontaires et le faux-monnayage figurent alors parmi les méfaits les plus sanctionnés par la justice du xviiie siècle151. Enfin, les brigades poitevines peuvent être confrontées à des soldats déserteurs qui quittent le service sans congé ou tardent à rejoindre leur régiment après une permission. François Endrau est ainsi attrapé par les cavaliers de Bressuire qui lui reprochent d’être « dézerteur de la marine, division de Rochefort » en ayant fui sans autorisation « la rade de Brest [et] la frégate dénommée La Charmante Rosette152 ». Même si en vertu de son droit général d’arrestation, la maréchaussée peut intervenir pour tous les types de crimes et de délits, y compris les « cas royaux » (homicides, sacrilèges, rébellions à justice, faux-monnayages, viols, incendies criminels…), elle agit surtout (dans près de 90 % des cas) pour des méfaits relevant des « cas prévôtaux » (vols, vagabondages, désertions militaires, révoltes…) qui sont définis par l’ordonnance criminelle de 1670 et la déclaration royale du 5 février 1731.

Tableau 4 – Motifs d’intervention de la maréchaussée dans les 332 arrestations effectuées entre 1750 et 1788

Types de crimes ou de délits

Nombres

%

Sous-totaux

%

Délits contre les biens

Vols, tentatives ou complicités de vols

195

58,8 %

203

61,1 %

Vols et évasions de prisons

5

1,5 %

Vols avec effraction dans une chapelle

1

0,3 %

Incendies

2

0,6 %

Vols et violences

Vols et violences

8

2,4 %

8

2,4 %

Simples vagabondages

Vagabondages et/ou mendicités

43

13 %

43

13 %

Vagabondages accompagnés d’injures, de vols ou de violences

Vagabondages et injures

2

0,6 %

12

3,6 %

Vagabondages et vols

9

2,7 %

Vagabondage, faux-saunage et violence

1

0,3 %

Violences physiques et/ou verbales contre les personnes

Homicides et tentatives d’homicides

18

5,4 %

48

14,4 %

Viols

5

1,5 %

Violences

11

3,3 %

Violence et évasion de prison

1

0,3 %

Violence et extravagance

1

0,3 %

Injures

2

0,6 %

Injures et violences

3

0,9 %

Rébellions

6

1,8 %

Révolte, sédition

1

0,3 %

Contrebande, trafic

Faux-monnayage

3

0,9 %

9

2,7 %

Faux-saunage

1

0,3 %

Faux-saunage et vols

2

0,6 %

Escroqueries

2

0,6 %

Fabrication d’un faux passeport

1

0,3 %

Divers

Désertions militaires

6

1,8 %

9

2,7 %

Évasions

1

0,3 %

Montre d’animaux sauvages

1

0,3 %

Sans précision

1

0,3 %

Totaux

332

100 %

332

100 %

Les moyens humains mobilisés

31Quel que soit le scénario de leurs interventions, les brigades poitevines s’emploient à être les plus efficaces possible pour identifier les accusés, les localiser et enfin parvenir à les capturer. Pour ce faire, elles mobilisent une partie plus ou moins importante de leurs effectifs et procèdent, si nécessaire, à des enquêtes sur place.

  • 153 Le chiffre moyen de membres de la maréchaussée ayant participé à ces arrestations est très exacteme (...)
  • 154 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée… op. cit…, t. i, p. 273. Le déplacement des hommes de la maréchaus (...)
  • 155 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue e (...)

32Tous les procès-verbaux de capture indiquent, sans aucune exception, les noms des employés de la maréchaussée ayant pris part aux opérations d’arrestation. Ces documents permettent donc de connaître les effectifs mobilisés pour chacune des 332 arrestations du corpus étudié (tableau 5). Il apparaît que près de 80 % des prises de corps s’effectuent avec simplement deux ou trois hommes : c’est donc presque toujours la norme pour ce type d’opération153. Quand bien même ces chiffres peuvent paraître modestes, cette situation s’explique assez aisément. En effet, c’est le plus souvent à deux ou à trois que les cavaliers parcourent leur secteur durant leurs « tournées ordinaires154 ». Rares sont les militaires s’aventurant seuls sur le terrain. De même, les interpellations avec davantage de personnel policier semblent exceptionnelles : à 46 reprises, la totalité d’une brigade constituée de quatre à cinq hommes est pourtant entièrement mobilisée (soit 13,9 % du total). On relève enfin deux interventions avec six hommes, une seule avec sept militaires et une ultime avec pas moins de huit membres déployés sur place. Cette dernière se déroule le mardi 9 février 1751. Ce jour-là, l’exempt Anselme Thibault et le sous-brigadier Gabriel Lebeau, accompagnés de six cavaliers de leur brigade de Poitiers, se rendent effectivement dans la cité de Chauvigny pour tenter de saisir François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue, soupçonnés d’avoir commis « plusieurs vols en différents endroits155 ». Avec une telle mobilisation policière, ils parviennent d’ailleurs sans peine à les appréhender.

Tableau 5 – Le personnel de la maréchaussée du Poitou mobilisé lors des arrestations (1750-1788)

Nombre de militaires de la maréchaussée mobilisés lors de la capture

Nombre de captures correspondantes

Pourcentages

Un seul militaire

20

6 %

Deux militaires

184

55,4 %

Trois militaires

78

23,5 %

Quatre militaires

37

11,2 %

Cinq militaires

9

2,7 %

Six militaires

2

0,6 %

Sept militaires

1

0,3 %

Huit militaires

1

0,3 %

Totaux

332

100 %

  • 156 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Je (...)
  • 157 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de François et André Barbotin à la foire de Clairvaux, pa (...)
  • 158 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavali (...)
  • 159 Ibid., 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chi (...)
  • 160 Ibid., 1B2/178, procès-verbal de capture de Pierre Marie Foix sur la route reliant Châtellerault à (...)
  • 161 Ibid., 1B2/110, procès-verbal de capture de François Vilain à Parthenay par les cavaliers de Parth (...)
  • 162 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Marc Bobin et de Pierre Garretier à Oiron par les caval (...)

33Pour retrouver les personnes recherchées, les cavaliers de la maréchaussée sont, à plusieurs reprises, obligés de se lancer dans des investigations, plus ou moins longues et fructueuses, en amont de leurs interpellations afin d’identifier ou de localiser les individus mis en cause. Ainsi, parmi les 332 procès-verbaux de capture du corpus, seuls 37 font explicitement mention d’enquêtes. Certaines s’avèrent d’ailleurs extrêmement rapides. Quelques questions posées à la population de Bonnes, par exemple, semblent permettre aux forces policières de Poitiers de découvrir le repaire de cinq malfaiteurs accusés de vols le 8 juin 1757156. Les proches des suspects introuvables peuvent également être interrogés, à l’image d’une femme résidant à « Bonnivet, paroisse de Vandoeuvre » et dont le mari et le fils, François et André Barbotin, mis en cause pour vols, sont partis en cavale157. Néanmoins, elle assure qu’ils sont absents « depuis longtemps » et semble ignorer où ils se trouvent. L’entretien est suivi par une « perquisition dans tous les endroits du domicille […] sans pouvoir les rencontrer ». C’est finalement le témoignage de « deux ouvriers » qui permet à la brigade pictave de se saisir des individus à une quinzaine de kilomètres du lieu le 22 mai 1786. Pour plusieurs autres affaires, les forces de l’ordre vont directement à la rencontre de certaines personnalités locales, qui connaissent tous les habitants du secteur et qu’ils savent très bien informées. Le « curé et doyen du chapitre » d’Oiron est ainsi le premier interrogé dans l’enquête menée pour retrouver les agresseurs du journalier Michel Gays à la fin juin 1767158, de même que « le Sieur Delinnière seigneur » et « le Sieur Guerry hoste du Cheval Blanc » dans celle qui entend découvrir les assassins de Jean Gerbier, à Amailloux, au cours de l’été 1758159. Les tenanciers de cabarets ou d’auberges sont aussi très sollicités lors de telles procédures : c’est le cas, par exemple, du « nommé Vignot, cabaretier de Chatellerault » qui apprend, le 6 avril 1784, aux cavaliers de la ville qu’« un passager alant à Paris […] s’étoit rafraichis [chez lui] et qu’il avoit tiré de sa poche un gobelet d’argent » dérobé peu de temps auparavant à Poitiers, mais le suspect a déjà quitté la ville160. Ce sont alors les informations du « nommé Geliant postillon de la poste dudit Chatellerault » qui permettent la mise sous les verrous du malandrin. Enfin, quelques affaires pour lesquelles on dispose sans doute au départ de moins d’éléments d’information, paraissent nécessiter de plus longues investigations. Après une minutieuse enquête de terrain menée par le sous-brigadier Philippe Boutet de Parthenay pour trouver l’auteur d’un vol commis dans la paroisse de Beaulieu, en novembre 1768, ce représentant de la maréchaussée parvient à savoir à quoi ressemble le voleur et à connaître ses habitudes. Il distribue ensuite son signalement « dans les auberges et cabarets » du faubourg de Parthenay où « ce particulier [a] coutume de se retirer », et demande à être aussitôt prévenu si quelqu’un le voit161. C’est chose faite « dans la nuit du dix sept au dix huit [novembre] à deux heures du matin » : quelqu’un vient informer la brigade que l’individu suspect vient d’arriver « dans la maison du dit Ménage », information qui permet sa capture peu de temps après. Toutefois, l’enquête la plus originale semble être celle menée par les cavaliers de Thouars dans la bourgade d’Oiron, en août et au début du mois de septembre 1760. Si l’on en croit la population, il s’agit de mettre fin aux intimidations de « vaguabonds » qui font « beaucoup de menaces au peuple »162. Pour ce faire, on commence par envoyer « plusieurs fois deux espions » sur place, de façon à vérifier les faits dénoncés. Une fois que ces hommes ont réuni suffisamment de renseignements, l’ensemble de l’effectif de la brigade débarque à Oiron « sur les neuf heures du soir avec un […] [des] espions ». Tous font alors « la tournée » des halles, puis des cabarets, et ne tardent pas à saisir, sur le coup des « onze heures », deux individus qui cherchent à prendre la fuite. L’entreprise est un succès : on a bien affaire aux « deux hommes » dont se plaignent les habitants du secteur « depuis environ quinze jours ».

Le résultat : 452 individus arrêtés

34Une fois que les forces de l’ordre ont mobilisé leurs troupes et repéré le ou les accusés, il leur faut enfin les appréhender et les prendre au corps de façon à les neutraliser. Cette opération constitue la dernière phase des procédures d’arrestation : elle est aussi la plus délicate, la plus physique, voire la plus périlleuse pour les militaires en charge de ce genre de mission.

  • 163 On relève, en effet, deux opérations d’arrestation bien distinctes (et ayant lieu dans des lieux di (...)
  • 164 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le- (...)
  • 165 Ibid., 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blai (...)
  • 166 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint (...)
  • 167 Ibid., 1B2/94, procès-verbal de capture de François Vilain à Poitiers par les cavaliers de Poitier (...)
  • 168 Ibid., 1B2/172, procès-verbal de capture d’Augustin Bayard à Montaigu par les cavaliers de Montaig (...)
  • 169 Ibid., 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixe (...)
  • 170 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les cav (...)
  • 171 Ibid., 1B2/163, procès-verbal de capture d’Honoré Augibaud au domicile de ce dernier au village de (...)
  • 172 Ibid., 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blai (...)
  • 173 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Je (...)
  • 174 Ibid., 1B2/200, procès-verbal de capture de Louis Abellard au moulin de La Thibaudière, près de La (...)
  • 175 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture d’Ignace Linger à Châtellerault par les cavaliers de Chât (...)

35Les archives poitevines indiquent toujours les lieux précis où se déroulent ces arrestations. Les 332 procès-verbaux de capture du corpus mentionnent ainsi pas moins de 341 endroits différents163 où des cavaliers de la maréchaussée ont saisi des individus suspects d’avoir commis des crimes ou des délits (tableau 6). À la lecture de ces documents, les forces policières semblent interpeller des malfaiteurs dans trois principaux types d’emplacement. Elles le font, tout d’abord, dans les espaces « publics » et sur les voies de circulation, qui représentent près du tiers des lieux d’arrestation. Cela peut être certains emplacements urbains ouverts à tous, comme la rue du « chariot de david » à Poitiers164, le « champ de foire » à Argenton-Château165, la « Porte des leçons » à Saint-Maixent166, la « place du Pilori » dans la capitale pictave167, ou encore « le pont appelé Saint Nicolas » à Montaigu168. Les routes et les chemins sont également des lieux de capture : les forces de l’ordre arrêtent ainsi des malfaiteurs, le plus souvent à l’occasion de leurs patrouilles régulières, à proximité de La Villedieu-du-Perron ou de Billazais, sur le chemin de Thouars à Argenton-Château, sur celui de Faye-l’Abbesse, ou encore « sur la route d’Ingrandes » au nord de Châtellerault. Les lieux de convivialité et de rassemblement de populations sont également le cadre de nombreuses interpellations : on en recense, en effet, pas moins de 110 dans ce genre d’endroit, soit près de 33 % du corpus étudié. Les débits de boissons et autres hôtelleries sont ainsi le théâtre de 77 interpellations. Deux établissements voient même plusieurs opérations policières successives se dérouler : c’est le cas de l’auberge à l’enseigne de sainte Catherine à Soudan le 3 avril 1753 et le 17 avril 1764169, mais surtout du cabaret de Jacques Grillaux à Thouars les 20 octobre 1757, 4 mai 1759 et 18 mai 1759170. Les militaires de la maréchaussée appréhendent également des personnes suspectes à 33 reprises alors qu’ils surveillent des foires, des marchés ou des assemblées villageoises de la région. Ils le font, par exemple, à Thouars, à Vivonne, à Vouhé, à Dissay, à Thénezay, ainsi que par deux fois à Bressuire et à La Mothe Saint-Héray. Enfin, les espaces privés constituent le troisième type de sites d’intervention, avec 92 captures (27 % du total). Ils concernent, à titre d’exemples, les maisons de particuliers, les fermes, ou bien les métairies. Certains accusés sont ainsi interceptés à leur propre domicile, comme Honoré Augibaud, trouvé en 1781 en train de « dormir devant sa porte », puis « réveillé » par les agents de Challans en présence de plusieurs témoins pour être emmené171. Certains délinquants ont parfois trouvé refuge dans des habitations : c’est le cas de la « maiterie de la Plissonnière » située paroisse de Breuil-sous-Argenton172, ou encore d’une maison isolée du « village des Bariollière[s] » à Bonnes173. De même, en 1788, après avoir sauvagement assassiné son épouse enceinte (Louise Angélique Joubert) dans un champ de genêts dépendant de la paroisse des Épesses, Louis Abellard se retire ensuite « chez sa mère » où il est intercepté174. En dehors de ces trois grands ensembles de lieux de capture, notons que, de manière plus anecdotique, sept arrestations interviennent devant ou à proximité d’un hôtel de brigade de la maréchaussée. C’est le cas à Poitiers, Thouars, Lusignan, Châtellerault, Saint-Maixent et Bressuire. Ainsi, « étant à la porte de [leur] caserne et observant les étrangers », les châtelleraudais Jean-Vincent Dutilleux et Louis Boile aperçoivent « un homme très mal habillé » puis l’appréhendent comme vagabond le 5 juin 1786175.

Tableau 6 – Les lieux d’arrestations mentionnés dans les procès-verbaux de capture de la maréchaussée du Poitou (1750-1788)

Lieux d’arrestations

Nombre de captures correspondantes

Pourcentages

Dans l’espace d’une ville ou d’un bourg (rues, places, portes…)

82

24 %

Dans un cabaret ou une auberge

77

22,6 %

Au domicile de l’accusé ou des accusés

49

14,4 %

Dans une maison [autre que celle de(s) accusé(s)]

43

12,6 %

Dans un rassemblement de populations (foires, marchés, assemblées…)

33

9,7 %

Sur une route ou un chemin

24

7 %

Devant ou à proximité d’une caserne de la maréchaussée

7

2 %

Autres lieux

22

6,5 %

Lieux non précisés

4

1,2 %

Totaux

341

100 %

  • 176 Ibid., 1B2/142, procès-verbal de capture de Jean Loizeau, Jean Coutançau, Michel Brillant, Antoine (...)
  • 177 Ibid., 1B2/162, procès-verbal de capture de Suzanne Nivelle, Jeanne Jévue, Marie Marnet, Marie Fou (...)

36Sur l’ensemble de ces lieux d’interpellation, pas moins de 452 individus sont arrêtés par les brigades de la maréchaussée entre 1750 et 1788. Chaque opération policière se termine généralement par un nombre très limité de personnes capturées (tableau 7). Un seul individu est, en effet, appréhendé dans près de 80 % des opérations, et seulement deux dans 13,25 % des cas. Sans doute en raison du manque d’effectifs des brigades, les captures plus nombreuses sont exceptionnelles. Les forces de l’ordre parviennent à saisir huit suspects à seulement deux reprises : à Saint-Martin-Lars le 6 janvier 1776 et à Poitiers le 11 juillet 1784176. Le record en la matière revient cependant aux trois cavaliers de la brigade de Saint-Maixent, Philippe Augustin Delmotte, Jean-Baptiste Batreau et Jean-Honoré Lavergne, qui appréhendent pas moins de neuf quidams à Nanteuil le 24 mai 1782177.

Tableau 7 – Nombre d’individus arrêtés lors des 332 opérations de captures effectuées par la maréchaussée du Poitou (1750-1788)

Nombre d’individus arrêtés

Nombre de captures correspondantes

Pourcentages

Un seul individu

264

79,5 %

Deux individus

44

13,3 %

Trois individus

12

3,6 %

Quatre individus

3

0,9 %

Cinq individus

3

0,9 %

Six individus

2

0,6 %

Sept individus

0

0 %

Huit individus

2

0,6 %

Neuf individus

1

0,3 %

Sans précision

1

0,3 %

Totaux

332

100 %

  • 178 Vigier, Fabrice, « Les liaisons terrestres en Poitou et pays charentais du Moyen Âge à nos jours » (...)
  • 179 Cette moyenne d’âge a été calculée à partir d’un échantillon de 377 personnes arrêtées pour lesquel (...)
  • 180 Dans cet échantillon de 377 personnes capturées, la répartition par classes d’âge est la suivante : (...)
  • 181 Ces quatre individus apparaissent dans les affaires suivantes : Arch. dép. de la Vienne, 1B2/184, p (...)

37Quel est le profil d’ensemble des personnes ainsi capturées ? Les pièces de procédure prévôtale permettent d’en faire une rapide prosopographie. Sans surprise, les hommes y sont ultra-majoritaires : on en recense 394 sur les 452 suspects ainsi maîtrisés (87,2 % du corpus), contre seulement 58 femmes (12,8 %). Par ailleurs, même si la provenance géographique des interpellés reste majoritairement locale (235 sur 396 pour lesquels on a connaissance de la résidence d’origine, soit 59,3 % du total), la proportion de personnes en provenance d’autres provinces paraît relativement importante. On en comptabilise tout de même 161 étrangères au Poitou (40,6 %). Certes, parmi elles, 87 sont originaires de régions très voisines (Anjou, Limousin, Berry, Touraine, Aunis, Saintonge et Angoumois). Mais beaucoup d’autres ont des attaches plus lointaines : en Auvergne, Guyenne, Bretagne, Bourgogne, Languedoc, Bourbonnais, Provence ou dans le Pays basque. Quelques prisonniers sont même nés hors des frontières françaises, en l’occurrence trois Napolitains, deux Suisses, un Flamand, un habitant du Saint-Empire romain germanique, un Suédois, auxquels s’ajoutent une « native des Îles » (Antilles françaises) et un résidant « de lamérique » à Saint-Domingue. Une telle proportion d’« étrangers » s’explique peut-être par la situation géographique de la province : le Poitou est alors une importante zone de passage, dotée de grandes voies de circulation très usitées au sein du royaume178. L’examen de l’âge des capturés livre, en revanche, des résultats plus classiques. Les personnes appréhendées par la maréchaussée ont ainsi entre 1 et 70 ans. Outre « un enfant d’environ un an », interpellé avec ses parents à Poitiers, le plus jeune est Jacques Touché, emprisonné dans la capitale poitevine alors qu’il a 14 ans, et le plus vieux Jacques Tirbellot qui réside à Vouillé. La moyenne d’âge des suspects arrêtés se situe aux alentours de 33 ans179, et plus des trois quarts des individus n’avaient pas atteint la quarantaine au moment de leur arrestation180. Enfin, lorsque l’on se penche sur la sociologie des capturés, on ne peut que constater, sans en être pour autant étonné, l’omniprésence du « menu peuple » (tableau 8). Ceux qui exercent les professions d’artisans ou de marchands semblent en effet les plus nombreux, puisqu’ils représentent 43,7 % du corpus. Parmi eux, certains ont l’obligation de se déplacer et sont donc peut-être davantage exposés à la maréchaussée : c’est le cas, par exemple, de quatre « quincailleurs », d’un loueur de chevaux, d’un vendeur de « toiles, bonnets, bas et autres marchandises » ou encore d’un livreur « [d’]ail et [de] légumes ». Ces commerçants-artisans devancent les travailleurs de la terre (26,7 % du total), parmi lesquels l’on recense plusieurs journaliers très pauvres, mais aussi des exploitants ruraux (laboureurs, bordiers), des vignerons ou des jardiniers. Puis, viennent dans l’ordre, les domestiques (34 individus), dix soldats, sept conducteurs d’engins et deux employés de la marine. D’autres n’hésitent pas à déclarer des activités proscrites par la loi : on trouve, en effet, 20 personnes revendiquant de pratiquer la contrebande, neuf mendiants et vagabonds, et une diseuse de bonne aventure. Bien que le panel des personnes appréhendées soit quasi-exclusivement composé de gens très modestes et appartenant aux professions les plus humbles de la hiérarchie sociale, il faut cependant signaler la présence de quatre personnes plus acculturées mises sous les verrous : François Routet et Jean Charles sont ainsi employés des Fermes générales, Pierre Alexis Ingrand est huissier royal et Antoine Pierre, comte d’Aquin, est commissaire de la marine181.

Tableau 8 – Métiers déclarés de 375 personnes arrêtées par la maréchaussée du Poitou (1750-1788)

Type de métiers

Nombre d’individus correspondants

Pourcentages

Artisans ou marchands

164

43,7 %

Travailleurs de la terre (journaliers, bordiers, laboureurs, vignerons…)

100

26,7 %

Domestiques, valets

34

9,1 %

Contrebandiers

20

5,3 %

Sans profession

16

4,2 %

Soldats

10

2,7 %

Vagabonds, mendiants

9

2,4 %

Conducteurs (voituriers, charretiers)

7

1,9 %

Officiers et commissaires

4

1,1 %

Employés de la marine

2

0,5 %

Autres

9

2,4 %

Totaux

375

100 %

  • 182 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue e (...)
  • 183 Ibid., 1B2/120, procès-verbal de capture de Pierre le Roy et Charles Chevalier au bourg de Passais (...)
  • 184 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Pierre Boutant à Missé par les cavaliers de Thouars le (...)
  • 185 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Pierre Fraigneau à La Mothe Saint-Héray par les cavalie (...)
  • 186 Ibid., 1B2/200, procès-verbal de capture de Louis Abellard au Moulin de la Thibaudière, près de La (...)
  • 187 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron et Leugny par (...)
  • 188 Ibid., 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26  (...)
  • 189 Ibid., 1B2/143, procès-verbal de capture de Pierre Toutard, dit Chaudron d’Or, au village du Chill (...)
  • 190 Ibid., 1B2/96, procès-verbal de capture de Jacques Savarit à Gourgé par les cavaliers de Parthenay (...)
  • 191 On ne recense que deux cas de fuite dans notre corpus, mais il va de soi que les interpellés qui ré (...)
  • 192 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/110, procès-verbal de capture de Claude Seudre à Bressuire par les cav (...)
  • 193 Ibid., 1B2/117, procès-verbal de capture de Louis Auriaux à Louzy par les cavaliers de Thouars le (...)
  • 194 Ibid., 1B2/107, procès-verbal de capture de Gaspard Trumpy (suspect de vols) par les cavaliers de (...)
  • 195 Ibid., 1B2/198, procès-verbal de capture de Pierre Augeron au domicile de Pierre Roy, syndic de Sa (...)
  • 196 Ibid., 1B2/98, procès-verbal de capture de Philippe Philbert à Saint-Médard par les cavaliers de T (...)
  • 197 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault à Mauzé-Thouarsais par les cavaliers de (...)
  • 198 Ibid., 1B2/155, procès-verbal de capture de Joseph Grandin sur le chemin reliant Les Ormes à Sérig (...)

38Comment se déroulent exactement l’interpellation et la prise de corps de tous ces individus ? Si l’on en croit les procès-verbaux rédigés par la maréchaussée, l’énorme majorité des arrestations s’effectue sans difficulté. Les forces de l’ordre ne rencontrent effectivement aucune résistance dans 322 opérations sur les 332 de l’échantillon, c’est-à-dire dans près de 97 % des cas. Cela ne les empêche néanmoins pas de prendre des précautions, pour avoir le maximum de réussite. Tout d’abord, les employés de cette administration n’hésitent pas à prévoir des renforts (à cinq, six, sept, voire huit militaires) lorsqu’un projet de capture s’annonce délicat. Ils préparent aussi méticuleusement leurs interventions avant de passer à l’action. C’est le cas, notamment, aux abords du cabaret du « nommé Denis Goujau » à Chauvigny : les huit cavaliers présents investissent « toutes les entrées et sorties » de l’établissement, avant d’y pénétrer et d’y capturer trois individus qui y font « un repas de nopce182 ». Leurs quatre homologues de Thouars usent de la même stratégie en décidant de se « sépar[er] deux à deux pour garder deux portes » du débit de boisson de François Poisrot, avant de donner l’assaut final183. Pour avoir plus de chances de trouver et de surprendre les personnes recherchées, ils interviennent souvent à la nuit tombée, voire en pleine obscurité. Les cavaliers de Thouars appréhendent ainsi des suspects « sur leurres de honze heure du soir » à Missé, à « deux heures du matin » à Oiron, tandis que leurs confrères de Chauvigny font de même « sur les quatre heures du matin » à Angles en Berry184. Ils utilisent aussi quelquefois des subterfuges de façon à mieux parvenir à leurs fins. Les membres de la brigade de Saint-Maixent semblent en être coutumiers. À deux reprises, ils se déguisent avec « des habits bourgeois » pour ne pas se faire repérer de malfaiteurs185. L’action sous couverture semble efficace car leurs collègues de Châtillon-sur-Sèvre utilisent le même procédé d’infiltration une trentaine d’années plus tard186. La brigade de Thouars se montre tout aussi maligne en diffusant de fausses nouvelles. Le 30 juin 1767, ses membres se font passer pour des « employés de gabelle » afin que l’un des accusés sorte de sa cachette187. Puis, dans le village de Magé, paroisse de Louzy, à la fin juin 1770, ils font courir le bruit qu’ils sont là, non pas pour arrêter Anne Jamain (ce qu’ils vont pourtant faire), mais pour lui « remettre sept à huit boisseaux de mouture188 ». Malgré toutes ces attentions et ces quelques ruses, les cavaliers ne sont pas à l’abri d’imprévus, voire de quelques ratés. Ainsi, « plusieurs hommes et femmes » soupçonnés de faire la « contrebande » dans les environs de Thouars et retranchés dans un cabaret de « la paroisse de Saint Varent au village du Chillou » sont introuvables et auraient déjà quitté les lieux « depuis trois à quatre jours » lorsque la maréchaussée se rend sur place189. À Gourgé, alors que sa maison est investie par la brigade de Parthenay, le dénommé Jacques Savarit réussit presque à monter « dans sa chambre autte pour ce sauver 190 ». Il arrive pourtant, même si cela paraît exceptionnel dans les dossiers poitevins (deux cas simplement), que certains individus recherchés soient plus chanceux191. Un des pickpockets qui sévit au « champ de foire des bestiaux » de Bressuire réussit ainsi à échapper à la foule et aux deux cavaliers thouarsais dépêchés sur les lieux le 20 juin 1768192. Il semble malgré tout avoir moins de mérite que le dénommé Urbain Bodet du bourg de Louzy. Alors que sa maison est cernée, celui-ci parvient, le 12 mai 1770, à se sauver en pleine nuit en passant précipitamment « dans son écurie », puis par « une ouverture qui donn[e] sur la rue193 ». Par-delà l’échec de leur mission, les brigades peuvent aussi être confrontées aux résistances physiques et verbales dont font preuve les hors-la-loi à leur encontre. Néanmoins, celles-ci s’avèrent fort rares, puisqu’on n’en recense que six dans les 332 procès-verbaux de capture. Trois d’entre elles semblent d’ailleurs relativement limitées. Gaspard Trumpy refuse simplement de donner son nom aux cavaliers qui l’interpellent à Poitiers194, tandis que le voleur Pierre Augeron leur crie « qu’il se foutoit de la maréchaussée195 », et le Flamand Philippe Philbert se permet de « jurer contre [eux] » et de « lev[er] le bâton pour [les] frapper » « sur le chemin de Thouars à Argenton-Château196 ». Plus grave est, en revanche, l’attitude de Louis Turpault, « tapageur de profession », qui s’en prend assez violemment au cavalier Jean Porcheron en lui tirant une « manche d’habits » à Mauzé-Thouarsais ; il faut d’ailleurs l’intervention rapide de deux autres militaires présents sur les lieux pour le maîtriser197. L’agression la plus grave est celle perpétrée contre deux cavaliers des Ormes le 21 juillet 1779. Ce jour-là, près de Sérigny, ils découvrent « un troupeau de brebis » en train de paître « le long d’une haye198 ». Or, suivant « les ordres de […] l’intendant [du Poitou] qui [leur] enjoint de tuer les boucs ou chèvres » se promenant près « des bois », ils tirent « un […] coup de mousqueton » et abattent un des animaux. Ce geste malheureux déclenche alors la colère des bergers, Joseph Grandin et son épouse, qui accourent rapidement. Ils commencent par qualifier les agents du maintien de l’ordre « de voleurs, de coquins et de valets de bourreau ». Saisissant la « femme par le bras », ces derniers menacent de la jeter en prison. Bien décidé à répliquer, le mari, « armé d’une grosse trique », assène un coup qui « fait tomber [le] chapeau » d’un des cavaliers. Enfin, profitant de l’absence du second « resté à attacher son cheval » plus loin, les propriétaires des bêtes finissent par le prendre « au col ». Le cavalier n’a d’autre choix que de crier « à moy ! » pour alerter son collègue qui tire « son sabre pour les faire lacher prise ». Finalement, seul l’époux est emmené et ne semble pas regretter son geste puisque « tout le long du chemin » jusqu’à la geôle, il les menace de les faire « pendre ».

  • 199 Ibid., 1B2/85, information par répétition des Sieurs Joyaux et Chevallier cavaliers de maréchaussé (...)
  • 200 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de (...)
  • 201 Certaines gazettes internationales se font l’écho de cette spectaculaire et retentissante affaire a (...)
  • 202 Sur cette affaire, voir prioritairement : Carré, Henri, La noblesse de France et l’opinion publique (...)
  • 203 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/76, procès du marquis de Pleumartin (1753-1756).
  • 204 On trouve les détails de l’échec de cette opération policière dans les dépositions suivantes : Arch (...)
  • 205 Même si l’on n’en trouve pas trace dans les dossiers de la sénéchaussée et siège présidial de Poiti (...)

39Au vu de ces seuls documents, la quasi-totalité des captures paraissent donc s’effectuer sans violence et sans grande difficulté. Toutefois, cela ne signifie absolument pas que les opérations de ce genre soient sans danger pour les forces de l’ordre de la province. En effet, il faut garder à l’esprit que les procès-verbaux de capture ne reflètent qu’une partie des réalités du terrain. Un grand nombre des missions – peut-être même ces dernières sont-elles largement majoritaires ? – se termine assurément sans saisie d’accusé(s), et dans cette configuration aucun compte rendu n’est rédigé. Il est donc impossible de connaître le nombre des projets de capture qui n’aboutirent pas. Pourtant, on peut supposer que ces interventions vaines ont été très souvent les plus dangereuses pour les cavaliers de la maréchaussée. Celles-ci se solderaient effectivement par des échecs, tout simplement parce les individus interpellés étaient plus nombreux ou plus violents. On n’a malheureusement trouvé trace qu’à deux reprises de ce cas de figure dans les archives de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers entre 1750 et 1788. La première affaire se déroule à Thénezay le 25 avril 1757. Ce jour-là, Joseph Joyaux et Jean-Baptiste Chevallier de la brigade de Parthenay surprennent dans le cimetière « plusieurs jeunes gens qui jou[ent] à des jeux de hasard », et ils leur interdisent de continuer de jouer199. Ils sont alors violemment pris à partie et maltraités par tous ces garçons, qui les « laiss[ent] comme morts sur la place ». Il faudra d’ailleurs attendre plusieurs semaines pour qu’ils s’en remettent, et plusieurs mois pour que deux des auteurs de cette double agression soient finalement arrêtés200. Quant à la seconde affaire, elle s’avère bien plus grave encore et a fait énormément de bruit en son temps201. Elle concerne le puissant marquis de Pleumartin, dénommé Victor Marie Nicolas Ysoré, coupable d’avoir violemment tourmenté quatre huissiers dans l’exercice de leur fonction le 9 mars 1753202. Comme l’homme en question est considéré comme dangereux, un effectif impressionnant est mobilisé, soit une bonne trentaine de cavaliers de la maréchaussée, prélevés sur les brigades du Blanc, de Châtellerault, de Châtillon-sur-Indre, Châteauroux et Preuilly203. Dans la nuit du lundi 11 juin 1753, tous ces militaires encerclent le château de Pleumartin, mais ne parviennent pas à leur fin204. Le seigneur des lieux fait même tirer, sans sommation, sur les assaillants, ce qui occasionne la mort de trois membres des forces de l’ordre… À défaut de pouvoir être généralisés, ces deux exemples tragiques – ce ne sont sans doute pas les seuls205 – montrent combien les interpellations de particuliers sont périlleuses et peuvent rapidement dégénérer. Or, ce n’est pas forcément l’impression que donnent globalement les 332 procès-verbaux de capture, qui, par définition, ont abouti et laissent presque toujours penser que les choses, malgré quelques péripéties, se sont bien déroulées.

  • 206 Les procès-verbaux de capture sont néanmoins abondamment exploités dans deux belles études récentes (...)

40À défaut d’avoir été très souvent utilisés des historiens206, les procès-verbaux de capture s’avèrent un matériau documentaire des plus intéressants. En effet, l’analyse de cet échantillon de 332 comptes rendus se révèle assez riche d’enseignements, aussi bien sur les populations poitevines, que sur le fonctionnement de la maréchaussée de la province dans les dernières décennies de l’Ancien Régime.

  • 207 Sur ce point, on se reportera prioritairement aux deux récentes synthèses suivantes : Garnot, Benoî (...)

41Cet ensemble archivistique confirme, tout d’abord, un certain nombre de données générales sur la délinquance au xviiisiècle. Il montre, parmi les crimes poursuivis, la très large primauté des vols (environ les deux tiers des cas), devant les actes de violence et les cas de vagabondage. Il révèle également que les lieux où se déroulent le plus grand nombre de délits sont les endroits les plus fréquentés dans la vie quotidienne des gens : ce sont, sans surprise, les auberges et les cabarets, les foires et les marchés, mais aussi les rues, les places, les routes et les grands chemins. Quant aux délinquants capturés, ils ont le plus souvent entre quatorze et quarante-neuf ans (à plus de 92 %), sont d’abord des hommes (à plus de 87 %), appartiennent très largement au « petit peuple » (artisans, marchands, journaliers, bordiers, domestiques…), et comptent une forte proportion de marginaux et d’étrangers à la province (plus de 40 % des capturés). Ce sont là autant de données que l’on retrouve dans la plupart des études sur la criminalité de la France pré-révolutionnaire207.

42Les procès-verbaux de capture livrent surtout de précieuses informations sur la maréchaussée poitevine. En effet, ces documents dévoilent indirectement l’organisation, les conditions de travail ou encore les missions de ce service royal au quotidien : celles-ci consistent notamment en la surveillance des rassemblements de population (assemblées villageoises, foires, marchés), des routes et des voyageurs, mais aussi des soldats et des vagabonds. Ils décrivent également précisément les scénarios d’intervention des forces de l’ordre, leurs stratégies (enquêtes, renforts éventuels) et leurs modes opératoires (missions nocturnes) pour prendre au corps les individus recherchés. Toutefois, les comptes rendus consultés mettent surtout en évidence – c’est peut-être le résultat le plus original de cette enquête – le rôle absolument essentiel joué par des particuliers dans une large part des captures (plus de la moitié des 332 opérations) : ceux-ci interviennent en dénonçant certains accusés, en livrant les informations nécessaires à leur découverte, voire en arrêtant eux-mêmes certains malfaiteurs.

  • 208 Emsley, Clive, « La maréchaussée à la fin de l’Ancien Régime. Note sur la composition d’un corps » (...)

43Si riches soient-ils, les procès-verbaux de capture sont néanmoins sans doute trompeurs sur un point important. Dans la mesure où ils ne font état que de missions réussies, ils donnent l’impression que les interpellations se font presque toujours sans difficultés pour les cavaliers de la maréchaussée. Or, ce n’est sans doute pas toujours le cas. L’analyse sérielle des 332 captures révèle d’ailleurs que les saisies de plus de deux individus sont rares, voire exceptionnelles (moins de 8 % des cas). À cela une explication très simple : les brigades poitevines manquent cruellement de moyens humains et d’effectifs, à l’instar des autres régions du royaume208. Elles ne se lancent assurément qu’avec beaucoup de prudence dans des projets d’emprisonnement de bandes de délinquants, et y renoncent ou échouent sans doute assez souvent faute de moyens suffisants. On ne compte, en effet, qu’une petite minorité d’opérations policières mobilisant plus de quatre militaires entre 1750 et 1788. Dans ces conditions, les arrestations effectuées par la maréchaussée ne sont donc pas, contrairement aux apparences, si faciles et sans histoire dans le Poitou du siècle des Lumières.

Haut de page

Notes

1 Sur le contexte général de la maréchaussée française au siècle des Lumières, voir prioritairement : Milliot, Vincent (dir.), Histoire des polices en France des guerres de Religion à nos jours, Paris, Belin, 2020, en particulier p. 157-161. Sur le plan strictement institutionnel, voir : Marion, Marcel, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Éditions Picard, 1923, p. 362-363 ; Barbiche, Bernard, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 1999, p. 147-148.

2 Sueur, Philippe, Histoire du droit public français xve-xviiisiècle, t. ii, Affirmation et crise de l’État sous l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1994, p. 241-244 ; Brouillet, Pascal, « Chronologie de l’histoire de la maréchaussée », dans Luc, Jean-Noël (dir.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, Service historique de la Gendarmerie nationale, 2005, p. 115-122.

3 Alary, Éric, Histoire de la gendarmerie, Paris, Perrin, collection « Tempus », réédition 2011, p. 43-63.

4 Brouillet, Pascal (dir.), De la maréchaussée à la gendarmerie. Histoire et patrimoine, Maisons-Alfort, Service historique de la gendarmerie nationale, 2003, p. 29-43, en particulier p. 34.

5 Lorgnier, Jacques, « Organisation et missions des maréchaussées (xvie-xviiie siècles). Trois siècles d’expérience pour la gendarmerie nationale », dans Luc, Jean-Noël (dir.), Gendarmerie, État et Société au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 51-61.

6 Brouillet, Pascal, « Au commencement était la maréchaussée », dans Luc, Jean Noël et Ménard, Frédéric (dir.), Histoire et dictionnaire de la Gendarmerie : de la Maréchaussée à nos jours, Paris, Éditions Jacob-Duvernet/Ministère de la Défense, 2013, p. 6-18 ; Haberbusch, Benoît, « Les gendarmes au service de la police judiciaire, des juges bottés de l’Ancien Régime aux experts de la police scientifique et technique », dans Luc, Jean-Noël et Ménard, Frédéric (dir.), Histoire et dictionnaire…, op. cit., 2013, p. 131-141, en particulier p. 131-132.

7 Mousnier, Roland, Les institutions de la France sous la monarchie absolue 1598-1789, Paris, 1992, t. ii, p. 108-112, en particulier p. 111.

8 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, t. i, Les juges bottés, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 48-55.

9 La « clameur publique » est la pratique qui voit l’intervention de la population dans la mise en place d’une procédure judiciaire. Sur ce point, on pourra se reporter à : Vigier, Fabrice, « À la clameur publique ! Les interventions des cavaliers de la maréchaussée du Poitou à la demande des populations dans la seconde moitié du xviiie siècle », dans Chauvaud, Frédéric et Prétou, Pierre (dir.), Clameur publique et émotions judiciaires de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 161-180.

10 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Saint-Germain-en-Laye, au mois d’août 1670, Paris, 1760, p. 13. Il s’agit de l’article 7 du titre II de cette ordonnance.

11 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/66 à 1B2/200. Ce corpus de 332 procès-verbaux de capture est le résultat des travaux menés successivement par Fabrice Vigier et Lucile Garréta. Le premier nommé a dépouillé systématiquement les dossiers judiciaires de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers entre 1750 et 1770, soit pas moins de 52 liasses (Arch. dép. de la Vienne, 1B2/66 à 1B2/117). Quant à Lucile Garréta, elle a prolongé cette enquête en consultant, de manière tout aussi rigoureuse, les dossiers du principal tribunal poitevin pour la période suivante allant de 1770 à 1788, soit un ensemble documentaire de 89 liasses (Arch. dép. de la Vienne, 1B2/118 à 1B2/200). Les références de leurs investigations sont les suivantes : Vigier, Fabrice, « La maréchaussée du Poitou en action. Les arrestations de malfaiteurs dans la seconde moitié du xviiie siècle », Revue historique du Centre-Ouest, t. xiii, 1er semestre 2014, p. 39-92 ; Garréta, Lucile, Les arrestations de hors-la-loi effectuées par la maréchaussée du Poitou à la veille de la Révolution française. Étude de 255 procès-verbaux de capture de 1770 à 1788, mémoire de master 1 (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2019 ; Garréta, Lucile, « Les cavaliers de la maréchaussée à la poursuite des hors-la-loi. Étude de 255 procès-verbaux de captures effectuées en Poitou entre 1770 et 1788 », Tierce : Carnets de recherches interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie, 2019-4, [publication en ligne le 13 novembre 2020].

12 Sturgill, Claude C., L’organisation et l’administration de la maréchaussée et de la justice prévôtale dans la France des Bourbons 1720-1730, Château de Vincennes, 1981, p. 152-153.

13 Dans la seconde moitié du xviiie siècle paraît chaque année un Almanach provincial du Poitou qui décrit les principales institutions et administrations de la province. Conservés dans les fonds de la médiathèque François Mitterrand de Poitiers [cote M 64], ces précieux petits imprimés décrivent la composition complète de « la prévôté générale de la maréchaussée du Poitou » dans les volumes des années suivantes : 1760, 1772 à 1778, 1781 à 1788. Les renseignements donnés pour les autres années sont, en revanche, très lacunaires, voire inexistants sur ce sujet.

14 Les brigades poitevines créées en 1770 sont situées à Assais, Aulnay, Bressuire, Champdeniers, Chauvigny, Couhé-Vérac, Gençay, Les Herbiers, L’Isle-Jourdain, Les Ormes, Palluau, La Roche-sur-Yon et Rochechouart.

15 Almanach de Poitou pour l’année bissextile mil sept cent soixante, Poitiers, chez Jean Faulcon, 1760, non paginé ; Almanach provincial de Poitou pour l’an de grâce mil sept cent soixante-quatorze, Poitiers, chez Jean Faulcon, 1774, p. 115-118.

16 Sur les 33 brigades de la maréchaussée ayant existé entre 1750 et 1788, seules 7 ne sont pas représentées dans l’échantillon étudié. Il s’agit des brigades d’Aulnay, Champdeniers, Luçon et Melle (de la lieutenance de Fontenay-le-Comte), des Sables-d’Olonne (de la lieutenance de Montaigu), de L’Isle-Jourdain et de Rochechouart (de la lieutenance de Montmorillon).

17 Brette, Armand, Atlas des bailliages et juridictions assimilées ayant formé unité électorale en 1789, Paris, 1904, Carte no 16 : Généralité de Poitiers. Sur les 332 arrestations de cet échantillon, au moins 202 (soit 60,8 %) ont été effectuées par des brigades situées dans le ressort de la sénéchaussée de Poitiers : c’est le cas des brigades d’Assais, Bressuire, Challans, Châtillon (Mauléon), Chauvigny, Les Herbiers, Montaigu, Palluau, Parthenay, Poitiers, La Roche-sur-Yon et Thouars.

18 Vigier, Fabrice, « Les lieux de justice en Poitou xiiie-xviiisiècles », dans Augustin, Jean-Marie, Banchereau, Olivier, Chauvaud, Frédéric, Chenard, Gaël, Vigier, Fabrice (dir.), Scènes de justice en Vienne, du Poitou médiéval à la cité judiciaire, La Geste, Archives départementales de la Vienne, 2019, p. 10-15.

19 Isambert, Decrusy, Taillandier, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la révolution de 1789, Paris, 1829, t. XIV, p. 82, p. 174-175. Ordonnance générale rendue sur les plaintes, doléances et remontrances des états assemblés à Orléans, janvier 1560, article 70 ; édit de Roussillon, août 1564, article 6.

20 Ibidem, t. xiv, p. 200. Ordonnance sur la réforme de la justice de Moulins de février 1566, article 41.

21 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Saint-Germain-en-Laye, au mois d’août 1670, Paris, 1760, p. 51, voir Titre ii, article 4.

22 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/70, procès-verbal de capture et d’emprisonnement de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le-Comte le 11 juin 1751.

23 Ibid., 1B2/180, procès-verbal de capture de Pierre Chatard, Lucas Beau et Joseph Beau à Lusignan par les cavaliers de Poitiers le 24 septembre 1784.

24 Ibid., 1B2/200, procès-verbal de capture de Jean Thory et Monique Jourdain à la foire de Montreuil-Bellay par les cavaliers de Thouars le 4 décembre 1787.

25 Ordonnance de Louis xiv, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Saint-Germain-en-Laye, au mois d’août 1670, Paris, 1760, p. 14.

26 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/136, procès-verbal de capture de Noël Bouillon, paroisse de Quinçay, par les cavaliers de Poitiers le 7 juillet 1784.

27 Ibid., 1B2/180bis, procès-verbal de capture de Marie-Gabrielle Beaufils à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 8 mai 1782.

28 Ibid., 1B2/174, procès-verbal de capture de Jacques Loubaud à La Peyratte par les cavaliers de Parthenay le 8 mai 1783.

29 Ibid., 1B2/66, procès-verbal de capture de Pierre Girault à Villiers, paroisse de Vouillé, par les cavaliers de Poitiers le 30 septembre 1750.

30 Ibid., 1B2/122, procès-verbal de capture de Pierre Monneron en la foire de Beauvoir par les cavaliers de La Roche-sur-Yon le 23 juillet 1770.

31 Ibid., 1B2/172bis, procès-verbal de capture de Louis Valloc à Nueil-les-Aubiers par les cavaliers de Châtillon le 15 juillet 1781.

32 Sur les 332 procès-verbaux de capture du corpus, 117 (35,2 % du total) sont rédigés par un simple cavalier, 115 (34,7 %) par un brigadier, 27 (8,1 %) par un exempt, 26 (7,9 %) par un huissier, 19 (5,7 %) par un maréchal des logis, 18 (5,4 %) par un sous-brigadier, 6 (1,8 %) par un sergent, 3 (0,9 %) par un lieutenant de maréchaussée et 1 (0,3 %) par un lieutenant de police.

33 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/82, procès-verbal de capture de Michel Boyer à Airvault le 20 décembre 1756.

34 Ibid., 1B2/151, procès-verbal de capture de Pierre Guyou à l’auberge « Le Cheval de Bronze », paroisse Saint-Cybard de Poitiers, le 2 avril 1778.

35 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture d’André Orgereau à Fontenay-le-Comte par les cavaliers de Fontenay-le-Comte le 4 avril 1757.

36 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Saint-Germain-en-Laye, au mois d’août 1670, Paris, 1760, p. 14, titre ii, article 9 : « Les prévôts des maréchaux, en arrêtant un accusé, seront tenus de faire inventaire de l’argent, hardes, chevaux & papiers dont ils se trouveront saisis, en présence de deux habitans des plus proches du lieu de la capture, qui signeront l’inventaire ».

37 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent le 3 avril 1753.

38 Ibid., 1B2/78, procès-verbal de capture de Jean Richet à La Chapelle-Montreuil par les cavaliers de Lusignan le 11 octobre 1765.

39 Ibid., 1B2/159, procès-verbal de capture de Pierre Deborde, dit la Mesure, à la foire de la Saint-Louis à Chantemerle par les cavaliers de La Châtaigneraie le 25 août 1780.

40 Ibid., 1B2/161, procès-verbal de capture de Louis Mosset, Armel Collet et Jean Métreau au bourg de Pitié, près de La Chapelle Saint-Laurent, par les cavaliers de Bressuire le 8 septembre 1780.

41 Ces types d’accusés et de crimes que les prévôts de maréchaux peuvent être amenés à juger sont précisés dans la déclaration royale du 5 février 1731. Voir Larrieu, Louis, Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie des origines à la Quatrième République, Service historique de la Gendarmerie Nationale, Maisons-Alfort, 2002, p. 210-212.

42 Les deux arrestations pour lesquelles on ne dispose d’aucune information sur les circonstances de la capture sont les suivantes : Arch. dép. de la Vienne, 1B2/82, procès-verbal de capture d’Isaac Andrault, à Puybelliard, par les cavaliers de Chantonnay le 7 mars 1757 ; Ibid., 1B2/80, procès-verbal de capture de Charles Chauveau dans le cabaret du nommé Ayrault, village des Granges Besdin paroisse d’Exireuil, par les cavaliers de Saint-Maixent le 6 février 1766.

43 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/90, procès-verbal de capture de Jean Benoist, dit Le Noir, sur le plan de l’abbaye des Châtelliers, par les cavaliers de Saint-Maixent le 17 juin 1759.

44 Ibid., 1B2/78, procès-verbal de capture de Blaise Poudrille, dans l’auberge du Chapeau royal à Lusignan, par les cavaliers de Lusignan le 30 novembre 1754.

45 Ibid., 1B2/151, procès-verbal de capture de Pierre Linard, Antoine Nondin et Jean-Baptiste Segret sur la route reliant Poitiers à Châtellerault par les cavaliers de Poitiers le 3 février 1778.

46 Gennes, Charles de, « Notice sur le Présidial de Poitiers », Mémoires de la Société des antiquaires de l’Ouest, 1860-1861, p. 359-528 ; Babinet, Charles, « Le Présidial de Poitiers. 65 années de sa vie publique et privée », Mémoires de la Société des antiquaires de l’Ouest, 1885, p. 381-497.

47 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/107, procès-verbal de capture de Gaspard Trumpy, chez Nathan Abraham, paroisse Saint-Porchaire de Poitiers, par les cavaliers de Poitiers le 14 mars 1767.

48 Ibid., 1B2/189, procès-verbal de capture de Jean Hillaire et de Pierre Petit aux bourgs de La Liaudrie et de Puy-Longchard paroisse de Cissé par les cavaliers de Poitiers le 21 avril 1786.

49 Vigier, Fabrice, « Une justice de proximité dans les campagnes poitevines d’Ancien Régime ? Les cours seigneuriales au xviiie siècle », dans Chauvaud, Frédéric, Jean, Yves et Willemez, Laurent (dir.), Justice et sociétés rurales du xvie siècle à nos jours, Rennes, pur, 2011, p. 137-159.

50 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/141, procès-verbal de capture de Jean Bonnet à Romagne par les cavaliers de Couhé-Vérac le 19 février 1774.

51 Ibid., 1B2/137, procès-verbal de capture de Philippe Joseph Rousseau à Tusson par les cavaliers de Chef-Boutonne et Melle le 8 avril 1778.

52 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Jacques Grillaux à Thouars par les cavaliers de Thouars le 18 mai 1759.

53 Garréta, Lucile, op. cit., p. 50-56.

54 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/175, procès-verbal de capture de Pierre Charbonneau à l’auberge « Le Lion d’Or » à Cerizay par les cavaliers de Châtillon-sur-Sèvre le 17 septembre 1783.

55 Ibid., 1B2/184, procès-verbal de capture de Jean Béranger au bourg de La Grange Paris à La Châtaigneraie par les cavaliers de cette ville le 7 novembre 1784.

56 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Pierre Garretier, dit La Fleur, et de Marc Bobin, à Oiron, par les cavaliers de Thouars le 3 septembre 1760.

57 Ibid., 1B2/143, procès-verbal de capture de Pierre Blondaux, dit Pique Aiguille, au cabaret de M. Boutaut dans le village des Hautes Touches, près de Boismé, par les cavaliers de Bressuire le 13 mars 1776.

58 Ibid., 1B2/87, procès-verbal de capture de Pierre Meunier, dit Colas, dans l’auberge des Trois Pastoureaux par les cavaliers de Poitiers le 22 novembre 1758.

59 Ibid., 1B2/134, procès-verbal de capture de Pierre Memat et Perrine Derval à l’auberge « La Tête Noire », faubourg Sainte-Catherine à Châtellerault, par les cavaliers de Châtellerault le 14 juin 1774.

60 Ibid., 1B2/160, procès-verbal de capture de Louis Laurence au domicile de son complice, Louis Bibard, à Saint-Mars-de-la-Réorthe par les cavaliers des Herbiers le 24 septembre 1779.

61 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture de Louis Tisserant à La Villedieu-du-Perron par les cavaliers de Saint-Maixent le 27 juin 1766.

62 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture d’Antoine Laval à Pamproux par les cavaliers de Saint-Maixent le 27 avril 1767.

63 Ibid., 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy dans l’auberge Sainte-Catherine de la paroisse de Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent le 3 avril 1753.

64 Ibid., 1B2/180, procès-verbal de capture de Jean Generte à l’auberge « Les Trois Bouchons » à Châtellerault, faubourg de Châteauneuf, paroisse Saint-Jean, par les cavaliers de la même ville le 26 octobre 1784.

65 Ibid., 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louis Girault, Joseph Chauveau, Philippe Mouteau et Blaise Dieu à Argenton-Château et au Breuil-sous-Argenton par les cavaliers de Thouars le 1er juillet 1754.

66 Ibid., 1B2/184, procès-verbal de capture d’Antoine Réis et François Maillard à l’Hôtel-Dieu de Châtellerault par les cavaliers de la même ville le 8 décembre 1784.

67 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavaliers de Thouars le 1er juillet 1767.

68 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le-Comte le 11 juin 1751.

69 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de François Paumeraye à Poitiers par les cavaliers de cette ville le 8 janvier 1786.

70 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Pierre Dupond à Poitiers, paroisse Saint-Didier, par les cavaliers de cette ville le 19 mars 1786.

71 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Jean Ferrant dans un cabaret à Reffannes, paroisse de Vautebis, par les cavaliers de Saint-Maixent et Parthenay le 31 mars 1786.

72 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture d’Élisabeth Hoder sur la grande route reliant Poitiers à Lusignan par un cavalier de Saint-Maixent le 3 mai 1786.

73 Ibid., 1B2/183, procès-verbal de capture de Jacques Lévêque à Parthenay par les cavaliers de Parthenay le 4 septembre 1786.

74 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Jean Vincendon près de la caserne de maréchaussée à Lusignan par les cavaliers de cette ville le 27 mars 1786 ; Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture d’Ignace Linger devant la caserne de maréchaussée à Châtellerault par les cavaliers de cette ville le 5 juin 1786.

75 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault dans la paroisse Saint-Pierre de Mauzé par les cavaliers de Thouars le 24 août 1760.

76 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars par les cavaliers de Thouars le 21 novembre 1766.

77 Ibid., 1B2/122, procès-verbal de capture de Pierre Monneron à la foire de Beauvoir par les cavaliers de La Roche-sur-Yon le 23 juillet 1770.

78 Ibid., 1B2/117, procès-verbal de capture de Jean Clément et Marie La Marche à Vivonne par les cavaliers de Poitiers le 29 octobre 1770.

79 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les cavaliers de Thouars le 20 octobre 1757.

80 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée… op. cit., t. i, p. 272-276. L’obligation pour les brigades de la maréchaussée de faire des tournées ou chevauchées se retrouve aussi bien dans l’ordonnance du Roi servant règlement pour le service de la police et la discipline des Maréchaux du royaume du 1er juillet 1716, que dans l’ordonnance sur la discipline, subordination et service des Maréchaussées du royaume du 19 avril 1760.

81 Sur ce thème, voir : Denis, Vincent et Milliot, Vincent, « Police et identification dans la France des Lumières », Genèses, mars 2004, p. 4-27.

82 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/183, procès-verbal de capture d’Anne Pligu à Poitiers, paroisse Saint-Germain, par les cavaliers de cette ville le 28 décembre 1785.

83 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de Jacques Denis à Poitiers par les cavaliers de cette ville le 3 août 1786.

84 Ibid., 1B2/188, procès-verbal de capture de François Lerot à la foire de Thouars par les cavaliers de cette ville le 8 juin 1786.

85 Ibid., 1B2/73, procès-verbal de capture d’Étienne Girardeau, Magdeleine Lethiéque et de leurs enfants dans les bourgs de Saint-Jean et Saint-Jacques par les cavaliers de Thouars le 15 juillet 1752.

86 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Pierre Fraigneau à la foire de La Mothe-Saint-Héray par les cavaliers de Saint-Maixent le 1er février 1759.

87 Ibid., 1B2/107, procès-verbal de capture de Jacques Porte et Pierre Faupin à la foire de Neuville par les cavaliers de Poitiers le 15 août 1766.

88 Ibid., 1B2/159, procès-verbal de capture de Clément Périot à la foire de La Chaize-le-Vicomte par les cavaliers de La Roche-sur-Yon le 13 mai 1780.

89 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Pierre Grasset à Missé par les cavaliers de Thouars le 26 décembre 1750.

90 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture d’André Charron à Vasles par les cavaliers de Parthenay le 17 février 1766.

91 Ibid., 1B2/78, procès-verbal de capture de Joseph Poussard, dit « Châtillon », à Secondigny par les cavaliers de Parthenay le 6 juillet 1754.

92 Ibid., 1B2/106, procès-verbal de capture de Jean Vigneron à l’assemblé de Vouhé par les cavaliers de Parthenay le 29 juin 1766.

93 Ibid., 1B2/77, procès-verbal de capture de Pierre de Crons, dit « Courte Oreille », dans le bourg de Tourtenay par les cavaliers de Thouars le 2 mars 1753.

94 Ibid., 1B2/77, procès-verbal de capture de Moriel Barrin à Vautebis par les cavaliers de Parthenay le 26 juillet 1753.

95 Ibid., 1B2/94, procès-verbal de capture de François Foulonneau à Châtillon-sur-Thouet le 24 juin 1763.

96 Ibid., 1B2/172 bis, procès-verbal de capture de Louis Valloc à l’auberge « Les Trois Pigeons » à Nueil-les-Aubiers par les cavaliers de Châtillon-sur-Sèvre le 15 juillet 1781.

97 Ibid., 1B2/93, procès-verbal de capture de Thomas Suzet dans la paroisse Saint-Jean-de-Thouars, dans le grand chemin de Faye-L’Abbesse, par les cavaliers de Thouars le 11 juin 1761.

98 Ibid., 1B2/183, procès-verbal de capture de Louis Bonnet au bourg de Saint-Maure, paroisse de Cissé, par les cavaliers de Poitiers le 29 septembre 1785.

99 Ibid., 1B2/193, procès-verbal de capture de Pierre le Beau au domicile de François Granger près du moulin Apparent à Poitiers, paroisse Saint-Germain, par les cavaliers de cette ville le 21 février 1787.

100 Ibid., 1B2/197, procès-verbal de capture de Michel Effray et Hilaire Saunier, respectivement dans une des tours du château de Curzay-sur-Vonne et dans la ville de Curzay-sur-Vonne, par les cavaliers de Lusignan les 13 et 14 août 1788.

101 Ibid., 1B2/113, procès-verbal de capture de Jean Renon à Couhé par les cavaliers de Lusignan le 9 juillet 1769.

102 Ibid., 1B2/176, procès-verbal de capture d’Angustin Doucet au bourg d’Ayron par les cavaliers de Thouars, Bressuire et Parthenay le 30 avril 1786.

103 Ibid., 1B2/177, procès-verbal de capture de René Meunier à la caserne de maréchaussée de Thouars par le maréchal des logis le 14 décembre 1783.

104 Ibid., 1B2/113, procès-verbal de capture de Louis Bigeonneau par les cavaliers de Poitiers le 26 mai 1769.

105 Ibid., 1B2/77, procès-verbal de capture de « volleurs », paroisse des Forges par les cavaliers de Lusignan le 6 mars 1753.

106 Ibid., 1B2/82, procès-verbal de capture de Michel Boyer par les cavaliers de Poitiers le 20 décembre 1756.

107 Ibid., 1B2/113, procès-verbal de capture de Pierre Joyaux dans le château de Monsieur de La Fenêtre par les cavaliers de Poitiers le 16 mai 1769.

108 Jacob, Robert, « Licteurs, sergents et gendarmes : pour une histoire de la main-forte », dans Dolan, Claire (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxe siècle, Laval, pul, 2005, p. 37-54, en particulier p. 40.

109 Gomez Pardo, Julian, La maréchaussée et le crime en Île-de-France sous Louis XIV et Louis XV, Les Indes Savantes, 2012, p. 110-112.

110 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/161, procès-verbal de capture de Jacques Loubaud au domicile de ce dernier, au bourg de La Bertrandière, paroisse de La Peyratte, par Louis Dequil, huissier au siège présidial de Poitiers, et les cavaliers de Parthenay le 8 mai 1783.

111 Ibid., 1B2/139, procès-verbal de capture de Louis Cougnault à Châtellerault, paroisse d’Antran, par un huissier de la sénéchaussée et siège royal de Châtellerault et les cavaliers de la même ville le 25 août 1775.

112 Ibid., 1B2/136, procès-verbal de capture de René Bouillon au domicile de ce dernier au bourg de Ringère, paroisse de Quinçay, par François Charles Maury le Jeune, huissier audiencier au siège présidial de Poitiers, et les cavaliers de la même ville le 7 juillet 1774.

113 Ibid., 1B2/136, procès-verbal de capture de François Bouillon au domicile de Mme Maltet au bourg de Pontaigon, près de Lhommaizé, par François Charles Maury le Jeune, huissier audiencier au siège présidial de Poitiers, et les cavaliers de la même ville le 9 juillet 1774.

114 Ibid., 1B2/187, procès-verbal de capture de Jacques Demay, dit Tourangeau, et Pierre Camus au domicile de la victime au hameau des Cantes, paroisse Saint-Nicolas à Civray, par Joseph Jean-François Marie Maubier de Grand Fief, lieutenant général de police de la sénéchaussée de Civray, Pierre Joseph Perrain, huissier archer de la sénéchaussée de Civray, et les cavaliers de la même ville, le 14 décembre 1787.

115 De leur côté, Cerizay, Quinçay et Thénezay enregistrent trois captures, contre deux opérations de ce genre pour Béruges, Champdeniers, Civray, Couhé, Gençay, Louzy, La Châtaigneraie, Les Herbiers, Montaigu, ou encore Saint-Maixent.

116 En Poitou, les sociétés rurales sont largement majoritaires et représentent environ 85 % des habitants de la province au xviiie siècle. Voir Guignet, Philippe, « Le fait urbain entre Louis XIV et Louis Philippe : vue cavalière sur un siècle et demi d’évolution démographique des villes poitevines et charentaises », dans Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest Atlantique de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque organisé par le gerhico à Poitiers les 13, 14 et 15 mai 1995, Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1996, p. 313-330, en particulier p. 316-317.

117 Ebel, Édouard et Haberbusch, Benoît, « Le cheval dans la gendarmerie du xviiie au xxie siècle », Revue historique des armées, 249/2007, [en ligne], mis en ligne le 15 juillet 2008 [http://rha.revues.org/index653.html].

118 Muchembled, Robert, Société, cultures et mentalités dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Armand Colin, 1994 [1990], p. 91-92 ; Garnot, Benoît, Justice et société en France aux xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Ophrys, 2000, p. 60-61.

119 Sur les 332 procès-verbaux de capture, un seul ne permet pas de déterminer le jour de la semaine de l’interpellation.

120 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/106, procès-verbal de capture d’André Charron à Vasles par les cavaliers de Parthenay le 17 février 1766.

121 Ibid., 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Lacroix à Saint-Loup par les cavaliers de Parthenay le 27 octobre 1762.

122 Ibid., 1B2/126, procès-verbal de capture de Pierre Coutand aux Herbiers par les cavaliers des Herbiers le 2 février 1772.

123 Ibid., 1B2/164, procès-verbal de capture de Jean-Mathieu Beigné au bourg de Clan, paroisse de Jaunay, par les cavaliers de Poitiers le 10 mai 1781.

124 Ibid., 1B2/172, procès-verbal de capture d’Augustin Bayard à Montaigu par les cavaliers de Montaigu dans la nuit du 16 au 17 décembre 1785.

125 Sur ce type de délit en Poitou, voir prioritairement le travail de Morand, Estelle, Le vol des chevaux en Poitou d’après les minutes du greffe du présidial de Poitiers entre 1784 et 1789, mémoire de master 1 (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2009. En complément : Guinouard, Cyrielle, Les vols de chevaux et la justice poitevine dans la seconde moitié du xviiie siècle (1750-1783), mémoire de master 1 (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2020.

126 À notre connaissance, il existe peu d’études sur ce type de délit. On se reportera à Peveri, Patrice, « Les pickpockets à Paris au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1982, t. 29, no 1, p. 3-35.

127 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars par les cavaliers de Thouars le 21 novembre 1766.

128 Ibid., 1B2/161, procès-verbal de capture de Louis Mosset, Armel Collet et Jean Métreau au bourg de Pitié, près de La Chapelle-Saint-Laurent, par les cavaliers de Bressuire le 8 septembre 1780.

129 Vigier, Fabrice, « Des professionnels de la préméditation ? Les bandes organisées de malfaiteurs en Poitou au xviiie siècle », dans Ambroise-Rendu, Anne Claude et Chauvaud, Frédéric (dir.), Machination, intrigue et résolution. Une histoire plurielle de la préméditation, Limoges, pul, 2017, p. 115-136, en particulier p. 116.

130 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/91, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-Maixent le 16 mars 1760.

131 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavaliers de Thouars le 30 juin et le 1er juillet 1767.

132 Ibid., 1B2/180, procès-verbal de capture d’Urbain le Blanc, dit Courage, au Moulin à Drap, paroisse du Pin, par les cavaliers de Châtillon-sur-Sèvre le 14 juillet 1784.

133 Denis, Vincent et Milliot, Vincent, « Police et identification dans la France des Lumières », Genèses, mars 2004/1, no 54, p. 4-27, en particulier p. 11-12 ; Cubero, José, Histoire du vagabondage du Moyen Âge à nos jours, Paris, Imago, 1999, p. 129 et 141. À titre de comparaison sur la province de Touraine : voir Surrault, Jean-Pierre, « Les “errants” en Touraine à la fin du dix-huitième siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1981, 88/3, p. 265-281.

134 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/186, procès-verbal de capture de Françoise et Jeanne Savaton à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 26 juillet 1786.

135 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de François Pignet à Parthenay par les cavaliers de Parthenay le 12 février 1786.

136 Vigarello, Georges, Histoire du viol xvie-xxe siècle, Points Histoire, 2000, p. 15-33 ; Matthews-Grieco, Sara F., « Corps et sexualité dans l’Europe d’Ancien Régime », dans Vigarello, Georges (dir.), Histoire du corps. t. 1, De la Renaissance aux Lumières, Paris, 2005, p. 167-234, en particulier p. 199-200. Sur le viol en Poitou, voir Moinet, Maëva, Discours et regards sur le viol. Étude de cinq procès et de trois déclarations de grossesse dans le Poitou de la seconde moitié du xviiie siècle, mémoire de master 1 (dir. Sébastien Jahan), Poitiers, 2007 ; Vigier, Fabrice, « À propos de quelques procès pour violences sexuelles dans le Poitou du xviiie siècle », dans Bodiou, Lydie, Chauvaud, Frédéric, Soria, Myriam, Gaussot, Ludovic et Grihom, Marie-José (dir.), Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes, Rennes, PUR, 2016, p. 201-225.

137 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/78, procès-verbal de capture de Joseph Poussard, dit Châtillon, à Secondigny par les cavaliers de Parthenay le 6 juillet 1754.

138 Ibid., 1B2/92, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et de Pierre Petit à Saint-Léger-de-Montbrun par les cavaliers de Thouars le 11 janvier 1761.

139 Ibid., 1B2/127, procès-verbal de capture de Joseph Joubert à Parthenay par les cavaliers de Parthenay le 19 mai 1771. Sur cette affaire, voir : Vigier, Fabrice, « Des crimes horribles contre les femmes. À propos de quatre affaires de violences sexuelles en Gâtine au xviiie siècle », Bulletin de la Société historique de Parthenay et du Pays de Gâtine, 2017, no 13, p. 136-148, en particulier p. 142-143.

140 Ibid., 1B2/87, procès-verbal de capture de Pierre Meunier, dit Colas, dans l’auberge des Trois Pastoureaux par les cavaliers de Poitiers le 22 novembre 1758. Sur cette affaire, voir : Bernier Michel, « Crime… à l’Ageon à La Chapelle-Bertrand & châtiment… à Poitiers », Bulletin municipal de La Chapelle-Bertrand (Deux-Sèvres), 2012, p. 33-37.

141 Ibid., 1B2/187, procès-verbal de capture de Jacques Demay, dit Tourangeau et Pierre Camus à Civray, paroisse Saint-Nicolas, hameau des Cantes, par les cavaliers de Civray et le lieutenant général de Police le 14 décembre 1787.

142 Sur les homicides en Poitou réprimés par la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers, voir : Ernoult, Soizic, Tuer et être tué. Les homicides de 1780 à 1790 dans le présidial de Poitiers, mémoire de master 1 (dir. Hervé Drévillon), Poitiers, 2007 ; Jouny, Manon, Mort en Poitou au siècle des Lumières. Les homicides et les tentatives d’homicides d’après les archives du Présidial de Poitiers entre 1770 et 1779, mémoire de master 1 (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2017 ; Merlet, Alexandre, Les homicides et les tentatives d’homicides dans le Poitou d’après les archives du Présidial de Poitiers de 1750 à 1769, mémoire de master 1 (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2020. Les cas d’homicides familiaux sont analysés dans : Vigier, Fabrice, « Meurtres en famille ! La justice poitevine et les assassinats dans le cercle familial au xviiie siècle », dans Bodiou, Lydie, Chauvaud, Frédéric, Grihom, Marie-José (dir.), Les violences en famille. Histoire et actualités, Paris, Hermann Éditeurs, 2020, p. 195-212.

143 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Savarit à Gourgé par les cavaliers de Parthenay le 26 juin 1762. Sur cette affaire, voir : Blin, Virginie, Les crimes contre la religion en Poitou de 1750 à 1770 d’après les archives du présidial de Poitiers, mémoire de maîtrise (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2000, p. 149.

144 Ibid., 1B2/159, procès-verbal de capture de Jean-Marcel Hainzelin dans l’auberge du Cheval Blanc à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 28 mars 1780.

145 Sur les féminicides commis en Poitou, voir : Vigier, Fabrice, « À propos de quelques homicides de femmes dans le Poitou du xviiie siècle », dans Bodiou, Lydie, Chauvaud, Frédéric, Gaussot, Ludovic, Grihom, Marie-José et Laufer, Laurie (dir.), On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités, Éditions Hermann, 2019, p. 237-258.

146 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/66, procès-verbal de capture de Pierre Girault au village de Villiers, paroisse de Vouillé par les cavaliers de Poitiers le 30 septembre 1750.

147 Ibid., 1B2/151, procès-verbal de capture de Pierre Guyou dans l’auberge du Cheval de Bronze, paroisse Saint-Cybard à Poitiers par le lieutenant et les cavaliers de Poitiers, accompagnés de plusieurs grenadiers, le 2 avril 1778.

148 Ibid., 1B2/107, procès-verbal de capture de René Girault à Vasles par les cavaliers de Poitiers le 21 février 1762. Sur cette affaire, voir : Ayrault, Jennifer, Les affaires criminelles en Gâtine poitevine dans la seconde moitié du xviiie siècle, d’après les procédures du greffe criminel du présidial de Poitiers (1750-1790), mémoire de master 1 (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2010, p. 50-51.

149 Ibid., 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Georges Reglain et Perrine Moreau à Massais le 21 décembre 1762 ; remontrance de M. le procureur du roi contre Jean Georges Reglain et Perrine Moreau du 29 décembre 1762.

150 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent le 3 avril 1753.

151 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, Paris, L’Harmattan, 1994, t. ii, Quand le gendarme juge, p. 205-219 ; Abbiateci, André, « Les incendiaires dans la France du xviiie siècle. Essai de typologie criminelle », Annales. Economies, sociétés, civilisations, 1970, p. 229-248 ; Garnot, Benoît, « Quantitatif ou qualitatif ? Les incendiaires au xviiie siècle », Revue historique, juillet-septembre 1991, p. 43-52.

152 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/186, procès-verbal de capture de François Endreau au bourg de La Ronde par les cavaliers de Bressuire le 30 mai 1786.

153 Le chiffre moyen de membres de la maréchaussée ayant participé à ces arrestations est très exactement de 2,54 par opération de capture.

154 Lorgnier, Jacques, Maréchaussée… op. cit…, t. i, p. 273. Le déplacement des hommes de la maréchaussée par paire semble se systématiser à partir de l’ordonnance du 19 avril 1760.

155 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à Chauvigny par les cavaliers de Poitiers le 9 février 1751 ; plainte de M. le procureur du roi contre François de Lacoue du 3 février 1751.

156 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Jean Boutet et René Guillon à Bonnes par les cavaliers de Poitiers le 8 juin 1757.

157 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture de François et André Barbotin à la foire de Clairvaux, paroisse de Scorbé, par les cavaliers de Poitiers et l’huissier audiencier Claude Charles Joigny, le 22 mai 1786.

158 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavaliers de Thouars le 30 juin et 1er juillet 1767.

159 Ibid., 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chiché par les cavaliers de Parthenay le 18 août 1758.

160 Ibid., 1B2/178, procès-verbal de capture de Pierre Marie Foix sur la route reliant Châtellerault à Paris, près du bourg d’Ingrandes, par les cavaliers de Châtellerault le 6 avril 1784.

161 Ibid., 1B2/110, procès-verbal de capture de François Vilain à Parthenay par les cavaliers de Parthenay le 17 novembre 1768. Sur cette affaire, voir : Lhomme, Pierre, S’évader. Les évadés en Poitou à la fin de l’Ancien Régime dans les procédures du greffe criminel du présidial de Poitiers (1759-1790), mémoire de master 1 (dir. Fabrice Vigier), Poitiers, 2007, p. 174.

162 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Marc Bobin et de Pierre Garretier à Oiron par les cavaliers de Thouars le 3 septembre 1760.

163 On relève, en effet, deux opérations d’arrestation bien distinctes (et ayant lieu dans des lieux différents) dans neuf procès-verbaux de capture. Par conséquent, dans le corpus d’affaires, on comptabilise non pas 332 lieux de saisis d’accusés, mais 341. Les neuf procès-verbaux où l’on trouve deux lieux d’arrestation sont les suivants : Arch. dép. de la Vienne, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Étienne Girardeau et Magdeleine Lethièque à Saint-Jean de Thouars et Saint-Jacques de Thouars par les cavaliers de Thouars les 15 et 16 juillet 1752 ; Ibid., 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et Breuil-sous-Argenton par les cavaliers de Thouars le 1er juillet 1754 ; Ibid., 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau par les cavaliers de Parthenay à Chiché le 18 août 1758 ; Ibid., 1B2/92, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et Pierre Petit à Saint-Léger-de-Montbrun et Saint-Martin-de-Mâcon par les cavaliers de Thouars le 11 janvier 1761 ; Ibid., 1B2/100, procès-verbal de capture de Louis Chazais, Pierre Mathieu Roblin et René Cotard à Soudan et Salles par les cavaliers de Saint-Maixent le 17 avril 1764 ; Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron et Leugny par les cavaliers de Thouars les 30 juin et 1er juillet 1767 ; Ibid., 1B2/126, procès-verbal de capture de Marin Julien Delaunay, Perrine Dénoue, François Bigot (père), François Bigot (fils) et deux autres particuliers dans les bois et une auberge de Vernoux-en-Gâtine par les cavaliers de La Châtaigneraie le 8 juin 1772 ; Ibid., 1B2/141, procès-verbal de capture de Jean-François Deschamps et François Querenant, au village de Javarzay et dans l’auberge Saint-Georges à Chef-Boutonne, par les cavaliers de Chef-Boutonne le 22 juillet 1774 ; Ibid., 1B2/167, procès-verbal de capture d’Antoine Belet, Jacques Chenus et Louis Métais aux Essarts par les cavaliers de La Roche-sur-Yon le 20 juillet 1781.

164 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le-Comte le 11 juin 1751.

165 Ibid., 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et au Breuil-sous-Argenton le 1er juillet 1754.

166 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-Maixent le 16 mars 1760.

167 Ibid., 1B2/94, procès-verbal de capture de François Vilain à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 27 juillet 1766.

168 Ibid., 1B2/172, procès-verbal de capture d’Augustin Bayard à Montaigu par les cavaliers de Montaigu dans la nuit du 16 au 17 décembre 1785.

169 Ibid., 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent le 3 avril 1753 ; Ibid., 1B2/100, procès-verbal de capture de Louis Chazais, Pierre Mathieu Roblin et Marie Madeleine Bort à Soudan et Salles par les cavaliers de Saint-Maixent le 17 avril 1764.

170 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les cavaliers de Thouars le 20 octobre 1757 ; Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Jean-Pierre Giral et Jean Brulau à Thouars par les cavaliers de Thouars le 4 mai 1759 ; Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Jacques Grillaux à Thouars par les cavaliers de Thouars le 18 mai 1759.

171 Ibid., 1B2/163, procès-verbal de capture d’Honoré Augibaud au domicile de ce dernier au village de La Grenonnière, paroisse de La Garnache, par les cavaliers de Challans le 27 juin 1781.

172 Ibid., 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et Breuil-sous-Argenton par les cavaliers de Thouars le 1er juillet 1754.

173 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Jean Boutet et René Guillon à Bonnes par les cavaliers de Poitiers le 8 juin 1757.

174 Ibid., 1B2/200, procès-verbal de capture de Louis Abellard au moulin de La Thibaudière, près de La Plaine, par les cavaliers de Châtillon-sur-Sèvre le 20 juillet 1788.

175 Ibid., 1B2/186, procès-verbal de capture d’Ignace Linger à Châtellerault par les cavaliers de Châtellerault le 5 juin 1786.

176 Ibid., 1B2/142, procès-verbal de capture de Jean Loizeau, Jean Coutançau, Michel Brillant, Antoine Planet, François Favereau, René Gaborit, Bernard Chardon et Simon Maçon à Saint-Martin-Lars par les cavaliers des Herbiers le 6 janvier 1776 ; Ibid., 1B2/177, procès-verbal de capture de Jacques Dreux (père), Jacques Dreux (fils), Julien Cusson, Pierre Paul Rivière, Muriel Blondin, Marie Blondin, Jean Bresset et un enfant d’un an à Poitiers, par les cavaliers de Poitiers le 11 juillet 1784.

177 Ibid., 1B2/162, procès-verbal de capture de Suzanne Nivelle, Jeanne Jévue, Marie Marnet, Marie Fournier, Marie Fermé, Marie Beauchamp, Louise Laroche, Marguerite Bellat et Pierre Desrée au domicile de ce dernier à Nanteuil par les cavaliers de Saint-Maixent le 24 mai 1782.

178 Vigier, Fabrice, « Les liaisons terrestres en Poitou et pays charentais du Moyen Âge à nos jours », dans Escales en Poitou-Charentes, La Rochelle, Centre du livre et de la lecture en Poitou-Charentes, 2008, p. 35-41.

179 Cette moyenne d’âge a été calculée à partir d’un échantillon de 377 personnes arrêtées pour lesquelles on dispose de ce renseignement.

180 Dans cet échantillon de 377 personnes capturées, la répartition par classes d’âge est la suivante : 31 personnes ont moins de 20 ans (8,2 %) ; 148 personnes entre 20 et 29 ans (39,3 %) ; 108 personnes entre 30 et 39 ans (28,6 %) ; 60 personnes entre 40 et 49 ans (15,9 %) ; 24 personnes entre 50 et 59 ans (6,4 %) ; et 6 personnes 60 ans et plus (1,6 %).

181 Ces quatre individus apparaissent dans les affaires suivantes : Arch. dép. de la Vienne, 1B2/184, procès-verbal de capture de François Routet à Thouars par les cavaliers de Thouars le 3 avril 1785 ; Ibid., 1B2/184, procès-verbal de capture de Jean Charles sur la « grande route » à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-Maixent le 4 juin 1785 ; Ibid., 1B2/141, procès-verbal de capture de Pierre Alexis Ingrand à Pressac par les cavaliers de Civray le 10 janvier 1775 ; Ibid., 1B2/189, procès-verbal de capture d’Antoine Pierre, comte d’Aquin, à Montaigu par les cavaliers de Montaigu le 5 mai 1786.

182 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à Chauvigny par les cavaliers de Poitiers le 9 février 1751.

183 Ibid., 1B2/120, procès-verbal de capture de Pierre le Roy et Charles Chevalier au bourg de Passais, paroisse de Saint-Martin-de-Sanzay, par les cavaliers de Thouars, le 31 janvier 1771.

184 Ibid., 1B2/70, procès-verbal de capture de Pierre Boutant à Missé par les cavaliers de Thouars le 5 décembre 1751 ; Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron et Leugny par les cavaliers de Thouars les 30 juin et 1er juillet 1767 ; Ibid., 1B2/196 bis, procès-verbal de capture de Louis Girault au Moulin du Pré à Angles-sur-l’Anglin par les cavaliers de Chauvigny le 22 mars 1787.

185 Ibid., 1B2/90, procès-verbal de capture de Pierre Fraigneau à La Mothe Saint-Héray par les cavaliers de Saint-Maixent le 1er février 1759 ; Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-Maixent le 16 mars 1760.

186 Ibid., 1B2/200, procès-verbal de capture de Louis Abellard au Moulin de la Thibaudière, près de La Plaine, par les cavaliers de Châtillon-sur-Sèvre le 20 juillet 1788.

187 Ibid., 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron et Leugny par les cavaliers de Thouars les 30 juin et 1er juillet 1767.

188 Ibid., 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 juin 1770.

189 Ibid., 1B2/143, procès-verbal de capture de Pierre Toutard, dit Chaudron d’Or, au village du Chillou dans la paroisse de Saint-Varent le 7 juin 1776.

190 Ibid., 1B2/96, procès-verbal de capture de Jacques Savarit à Gourgé par les cavaliers de Parthenay le 26 juin 1762.

191 On ne recense que deux cas de fuite dans notre corpus, mais il va de soi que les interpellés qui réussirent à échapper à la maréchaussée furent beaucoup plus nombreux. Sur ce point, les archives disponibles sont trompeuses, et sans doute très éloignées des réalités du xviiie siècle. En effet, lorsqu’une intervention ne parvient pas à capturer un individu, cela ne donne lieu à la rédaction d’aucun compte rendu de la part des forces de l’ordre. Dans ce type de document, on a éventuellement connaissance de l’existence d’un fuyard (qui réussit dans son entreprise), uniquement si son et ses complices sont arrêtés lors de l’opération. À partir de ce corpus documentaire, il n’est donc pas envisageable de connaître le taux de réussite de cette administration dans ces opérations d’arrestations.

192 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/110, procès-verbal de capture de Claude Seudre à Bressuire par les cavaliers de Thouars le 20 juin 1768.

193 Ibid., 1B2/117, procès-verbal de capture de Louis Auriaux à Louzy par les cavaliers de Thouars le 12 mai 1770.

194 Ibid., 1B2/107, procès-verbal de capture de Gaspard Trumpy (suspect de vols) par les cavaliers de Poitiers le 14 mars 1767.

195 Ibid., 1B2/198, procès-verbal de capture de Pierre Augeron au domicile de Pierre Roy, syndic de Saint-Germain-de-Longue-Chaume, par les cavaliers de Parthenay le 20 avril 1788.

196 Ibid., 1B2/98, procès-verbal de capture de Philippe Philbert à Saint-Médard par les cavaliers de Thouars le 1er juin 1763.

197 Ibid., 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault à Mauzé-Thouarsais par les cavaliers de Thouars le 24 août 1760.

198 Ibid., 1B2/155, procès-verbal de capture de Joseph Grandin sur le chemin reliant Les Ormes à Sérigny, par les cavaliers des Ormes le 21 juillet 1779.

199 Ibid., 1B2/85, information par répétition des Sieurs Joyaux et Chevallier cavaliers de maréchaussée à leur procès-verbal de rébellion du 9 septembre 1757.

200 Ibid., 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de Parthenay et de Poitiers le 26 novembre 1757.

201 Certaines gazettes internationales se font l’écho de cette spectaculaire et retentissante affaire au milieu du xviiie siècle : Journal encyclopédique par une société de gens de Lettres, Liège, 15 novembre 1757, p. 165 ; Le Mercure Danois, août 1753, p. 366.

202 Sur cette affaire, voir prioritairement : Carré, Henri, La noblesse de France et l’opinion publique au xviiie siècle, Paris, 1920, p. 298-308 ; Vigier, Fabrice, « Une cruauté d’un autre temps ? Le martyre de quatre huissiers de Châtellerault au milieu du xviiie siècle », dans Chauvaud, Frédéric, Rauch, André et Tsikounas, Myriam (dir.), Le sarcasme du mal. Histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jours, pur, 2016, p. 159-172 ; Vigier, Fabrice, « La plus retentissante affaire judiciaire du xviiie siècle en Poitou : le procès de Victor Marie Nicolas Ysoré, marquis de Pleumartin (1753-1756) », Revue historique du Centre-Ouest, t. xvii, 1er semestre 2018, p. 117-137.

203 Arch. dép. de la Vienne, 1B2/76, procès du marquis de Pleumartin (1753-1756).

204 On trouve les détails de l’échec de cette opération policière dans les dépositions suivantes : Arch. dép. de la Vienne, 1B2/76, informations secrètes criminelles du 23 juin 1753 : témoignage de Jean Guériteau cavalier de Châtellerault âgé de 44 ans ; informations secrètes criminelles du 26 juin 1753 : témoignage de Louis Rabeau, cavalier de Châtellerault, témoignage de Pierre Augustin Duperron, cavalier de Châtellerault, témoignage de René Yves de La Fosse, cavalier de Châtellerault.

205 Même si l’on n’en trouve pas trace dans les dossiers de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers, un arrêt du conseil du roi en date du 24 décembre 1764 signale l’existence d’un troisième acte de rébellion contre la maréchaussée du Poitou durant la période étudiée. En effet, le 9 septembre 1764, « les habitants de la paroisse d’Archigny », réquisitionnés par la corvée royale pour « réparer [une] partie de route » « à l’endroit appelé le Guey de Laudin, près de la petite ville de Chauvigny », se sont « ameutés » et « ont usé de violence » contre les cavaliers de maréchaussée « qu’ils auraient maltraités ». Voir Théophile Ducrocq, « Un arrêt inédit du conseil du roi qui commet M. de Blossac pour informer contre les habitants de la paroisse d’Archigny pour refus de corvée », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1884, p. 266-268 ; Ducrocq, Théophile, « M. de Blossac et les enquêtes administratives en Poitou de 1775, 1776 et 1777 sur la corvée des grands chemins », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1881, p. 463-485, en particulier p. 483.

206 Les procès-verbaux de capture sont néanmoins abondamment exploités dans deux belles études récentes sur la maréchaussée : Hestault, Éric, La lieutenance de maréchaussée de Nantes (1770-1791), Service historique de la Gendarmerie nationale, Maisons-Alfort, 2002 ; Gomez Pardo, Julian, La Maréchaussée et le crime en Ile-de-France sous Louis XIV et Louis XV, Les Indes Savantes, 2012.

207 Sur ce point, on se reportera prioritairement aux deux récentes synthèses suivantes : Garnot, Benoît, Justice et société en France aux xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, 2000, p. 33-48, p. 59-79 ; Garnot, Benoît, Histoire de la justice. France xvie-xxie siècle, Folio Histoire, 2009, p. 107-123, p. 143-171.

208 Emsley, Clive, « La maréchaussée à la fin de l’Ancien Régime. Note sur la composition d’un corps », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 33, octobre-novembre 1986, p. 622-644.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le ressort du présidial de Poitiers aux xviie et xviiie siècles
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/6854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 – Lieutenances et brigades de la prévôté générale de la maréchaussée du Poitou de 1750 à 1788
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/6854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Garréta et Fabrice Vigier, « Des opérations policières indispensables au maintien de l’ordre : les arrestations de la maréchaussée du Poitou de 1750 à 1788 »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 128-2 | 2021, 95-142.

Référence électronique

Lucile Garréta et Fabrice Vigier, « Des opérations policières indispensables au maintien de l’ordre : les arrestations de la maréchaussée du Poitou de 1750 à 1788 »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 128-2 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/abpo/6854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.6854

Haut de page

Auteurs

Lucile Garréta

Master 2 Histoire Civilisation Patrimoine, 2020, université de Poitiers

Fabrice Vigier

Maître de conférences d’histoire moderne, université de Poitiers, membre du CRIHAM (EA 4270), membre associé de l’Institut de Sciences Criminelles (EA 1228)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search