Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128-2La guillotine dans le Maine-et-Lo...

La guillotine dans le Maine-et-Loire : un instrument de la justice d’exception (1792-1795)

Guillaume Debat
p. 143-176

Résumés

Cet article vise à étudier la guillotine dans le Maine-et-Loire pendant la période révolutionnaire (1792-1794). Il vise à rappeler les étapes de l’adoption, de la construction puis de la diffusion de la guillotine dans le Maine-et-Loire pour montrer que cela ne fut, ni une évidence, ni une chose aisée. En cela, le Maine-et-Loire est un bon exemple des enjeux multiples qui se sont développés autour de la machine à décapiter. Par ailleurs, étudier la guillotine permet d’interroger la répression alors à l’œuvre et de l’articuler au processus d’identification des responsables de la rébellion dans l’Ouest. Utilisée en parallèle de la fusillade, la guillotine construit la figure de l’ennemi à abattre et identifie les groupes sociaux considérés comme responsables de l’insurrection dans l’Ouest. Étudier la guillotine en Maine-et-Loire, dans un contexte de déploiement d’une justice d’exception, c’est donc aussi tenter de comprendre la perception sociale qu’ont les acteurs de la répression de leurs adversaires.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Maine-et-Loire
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

« Tout condamné aura la tête tranchée ». Doter le Maine-et-Loire d’une guillotine
La réforme pénale et la fin des supplices
Construire la machine à décapiter
Une difficile arrivée dans le Maine-et-Loire
Outil de la répression et « sacro sanctam guillotinam »
Justice ordinaire et justice extraordinaire en Maine-et-Loire
Des guillotines itinérantes
Esquisse d’un bilan humain et perspectives

Aperçu du texte

Notre Sainte mère Guillotine travaille ; elle a fait depuis trois jours la barbe à onze prêtres, une ci-devant religieuse, un général, et un superbe anglais de six pieds dont la tête était de trop ; elle est dans le sac aujourd’hui.

Cet extrait de la lettre envoyée par la municipalité d’Angers à celle de Paris, le 1er janvier 1794, à propos de l’exécution de rebelles vendéens de l’armée de Charette, souligne une personnification de la guillotine, assimilée à la Vierge Marie. Cette mention, régulièrement présente dans les correspondances entre les différentes autorités révolutionnaires, atteste de la pénétration de la guillotine comme symbole positif de la Révolution. La guillotine est en effet, encore aujourd’hui, l’un des symboles majeurs de la décennie révolutionnaire tout en demeurant, paradoxalement, peu connue. Si ses inventeurs sont aujourd’hui bien identifiés et si Daniel Arasse a publié, en 1987, un ouvrage sur la guillotine parisienne, les machines envoyées en province sont,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Debat, « La guillotine dans le Maine-et-Loire : un instrument de la justice d’exception (1792-1795) »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 128-2 | 2021, 143-176.

Référence électronique

Guillaume Debat, « La guillotine dans le Maine-et-Loire : un instrument de la justice d’exception (1792-1795) »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 128-2 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/abpo/6860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.6860

Haut de page

Auteur

Guillaume Debat

Agrégé d’histoire, doctorant en histoire moderne, Université Toulouse Jean Jaurès, Framespa (UMR 5136)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search