Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128-4Que reste-t-il de 1870-1871 en 19...

Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de « l’année terrible » dans la presse bretonne

What remains of the1870-1871 war in 1920-1921? The fiftieth anniversary of the “terrible year” in the Breton press
Erwan Le Gall
p. 179-193

Résumés

Dans son édition du 11 janvier 1920, le quotidien catholique rennais L’Ouest-Éclair rappelle que « depuis hier, 10 janvier 1920, 4 heures de l’après-midi, nous sommes en paix avec l’Allemagne ». D’un traité de Versailles à un autre, se referme donc un chapitre qui a débuté lors de l’été 1870 par une entrée en guerre précipitée par l’affaire de la dépêche d’Ems. Alors que le traumatisme né des tranchées de 1914-1918 constitue une plaie béante, on pourrait croire que cette mémoire de « l’Année terrible » est écrasée par le sacrifice tout récent de centaines de milliers d’hommes au cours de celle que l’on affirme être la « der des der ». Mais la presse bretonne montre que la réalité est plus complexe : le « poilu » n’a pas complètement effacé le « moblot », ne serait-ce parce que les vétérans de 1870 sont encore nombreux. Par ailleurs, la dimension politique de la séquence 1870-1871, de la proclamation de la République à la Commune de Paris, confère une certaine actualité à cette séquence chronologique. D’ailleurs, le 11 novembre 1920 est tout autant le deuxième anniversaire de l’Armistice que le cinquantième du 4 septembre 1870.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « La Conférence du général de Castelnau », Le Nouvelliste de Bretagne, 8 novembre 1920, p. 1.

1Présent à Rennes le 7 novembre 1920 à l’invitation du très conservateur Comité d’union nationale, le général de Castelnau donne une conférence au sein de l’institution Saint-Martin. Devant un parterre de personnalités parmi lesquelles on retrouve le général Passaga, commandant la 10e région militaire, les sénateurs Braguer de la Villemoysan, Garnier et Jenouvrier – ce dernier étant présenté pour l’occasion comme un « ancien soldat de l’Année terrible » –, le Capucin botté se livre à un véritable panégyrique du « soldat français ». Un tel propos n’étonnera pas qui veut bien se rappeler que les « poilus », tout juste auréolés des lauriers de la Victoire de 1914-1918, ne sont démobilisés que depuis un petit peu plus d’un an. Mais le statut qui est accordé à la séquence 1870-1871 lors de cette conférence mérite d’être noté : loin d’être absente du propos, elle constitue au contraire le point de départ de la démonstration, moment où la patrie était « humiliée, pantelante encore du stupre germanique1 ».

2En pleine commémoration du cinquantième anniversaire de la « glorieuse défaite », et à une époque où les vétérans de 1870 sont encore nombreux, une telle assertion ne saurait surprendre. Il s’agira dès lors de voir, grâce à la presse publiée dans les cinq départements bretons, quelles sont les traces visibles de « l’année terrible » en 1920-1921 ; en un mot, alors que les vétérans de 1870-1871 sont encore très actifs dans la société des années 1900-1920, alors qu'ils ont été de toutes les cérémonies ou presque entre 1914 et 1919, il conviendra de s’interroger sur la présence de l'événement qui leur a donné ce statut, de saisir la façon dont il est commémoré, 50 ans après les faits. Pour cela, nous envisagerons la séquence chronologique dans toutes ses composantes, militaires bien entendu avec la guerre franco-allemande proprement dite, mais aussi politiques, qu’il s’agisse de la chute du Second Empire, de l’avènement de la République ou de la Commune de Paris.

Une « mémoire bataille » de la guerre de 1870-1871 ?

3Quelle mémoire du volet militaire de la guerre de 1870 la presse bretonne porte-t-elle cinquante ans plus tard ? Ce que l’on pourrait appeler la « mémoire bataille » parvient-elle à s’exprimer malgré l’hécatombe de 1914-1918 ? Ce sont les questions auxquelles il convient de répondre tout d’abord.

Des combats invisibles

  • 2 « L’offensive du 18 juillet », L’Ouest-Éclair, 19 juillet 1920, p. 2.
  • 3 Rousso, Henry, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 29.

4Sans surprise, le cinquantième anniversaire du 19 juillet 1870 n’est évoqué nulle part. Il est vrai aussi qu’en Bretagne le bonapartisme n’a plus guère cours. Si, à Rennes, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair se remémore « l’offensive du 18 juillet », il s’agit de celle survenue deux ans plus tôt2. De la déclaration de guerre à Guillaume Ier par Napoléon III, il n’est nullement question. La seconde bataille de la Marne et le début du reflux des armées allemandes au cours des derniers mois de la Grande Guerre agissent, selon l’expression d’H. Rousso, à la manière d’un « souvenir écran » occultant toute autre référence historique3.

  • 4 « Le cinquantenaire des batailles de 1870 », Le Nouvelliste de Bretagne, 7 septembre 1920, p. 3.
  • 5 Le Breton, Eugène, « Oublier ? Jamais ! », L’Ouest-Éclair, 11 août 1920, p. 1.

5En toute logique, le cinquantième anniversaire de la bataille de Sedan est passé sous silence, comme occulté par l’omniprésence des batailles de la Grande Guerre. Il n’en est ainsi pas question dans les colonnes de La Dépêche de Brest, pas plus que dans celles du Moniteur des Côtes-du-Nord ou de L’Union malouine et dinannaise. De même, ni L’Ouest-Éclair, ni Le Nouvelliste de Bretagne ne parlent des batailles de Reichshoffen, de Gravelotte ou encore de Coulmiers. Seules les commémorations organisées au monument de Noisseville sont brièvement mentionnées – en troisième page et sur deux paragraphes – par Le Nouvelliste dans son édition du 7 septembre 19204. Certes, Eugène Le Breton évoque Bazeilles dans un éditorial publié le 11 août 1920 dans L’Ouest-Éclair. Mais 1870 ne lui sert qu’à donner de la profondeur historique à un argument s’inscrivant résolument dans le présent et soufflant sur les braises encore ardentes du traumatisme de 1914-1918 : l’auteur invoque « la race de ce Bismarck qui, à Bazeilles, déclarait en reniflant l’air que le paysan français rôti sent l’oignon frit », pour ensuite user de la rhétorique de la « barbarie boche » afin de s’opposer à l’entrée de l’Allemagne à la Société des Nations5.

  • 6 Seul Le Figaro se distingue, mais avec un entrefilet dont l’angle témoigne d’une ligne éditoriale r (...)

6Même la très catholique mémoire entourant la bataille de Loigny, le général de Sonis, les zouaves pontificaux ou les volontaires de l’Ouest, peine à s’exprimer en cette année de cinquantième anniversaire. Il n’en est ainsi pas question dans les colonnes du Nouvelliste de Bretagne, de L’Ouest-Éclair non plus que dans celles de La Croix des Côtes-du-Nord. Ce n’est d’ailleurs pas une spécificité régionale puisque ni La Croix, ni même L’Action française n’évoquent l’anniversaire de cette bataille6.

  • 7 « La Commune à Toulouse. Souvenirs de mars 1871 », La Dépêche, 17 mars 1921, p. 4.

7Entre l’été 1920 et le printemps 1921, on ne trouve enfin dans les colonnes de L’Ouest-Éclair et du Nouvelliste de Bretagne aucune mention du camp de Conlie. Ces deux titres semblent à cet égard à l’image de la presse française puisque, sur cette même période, seule la Dépêche, à Toulouse, évoque fugacement cet épisode ; encore ne le fait-il non pour lui-même, mais dans le cadre d’un article publié à l’occasion du cinquantième anniversaire du bref épisode communard de la ville7. Breiz Atao, qui se présente alors comme « la revue mensuelle du nationalisme breton », ne fait pas plus référence au camp sarthois.

Des pratiques commémoratives encore nouvelles

  • 8 Otte, Thomas G. (éd.), The Age of Anniversaries. The Cult of Commemoration, 1895-1925, London, Rou (...)
  • 9 Quinault, Roland, « The Cult of the Centenary, c. 1784-1914 », Historical Research, vol. 71, no 17 (...)

8Reste que commémorer n’est pas un geste qui va de soi. Certes, en ce premier quart du xxe siècle, la pratique est déjà bien entrée dans les mœurs8. C’est donc à l’aulne d’anniversaires antérieurs qu’il faut appréhender le cinquantenaire de la guerre de 1870, cette borne étant toutefois moins porteuse que la marque ronde offerte par un centenaire9.

  • 10 « Centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 22 février 1902, p. 3.
  • 11 « Centenaire de Victor Hugo » et « Le centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 27 février 1902, (...)
  • 12 « Le centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 26 février 1902, p. 3.
  • 13 « Le centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 27 février 1902, p. 1 ; Thiesse, Anne-Marie, La f (...)

9En 1902, L’Ouest-Éclair rend ainsi compte de la commémoration du centenaire de la naissance de Victor Hugo, à qui l’on doit l’expression « Année terrible ». Au lycée de Rennes par exemple, la salle des fêtes accueille pour l’occasion Ernest Thirion, professeur de rhétorique, ainsi qu’Anatole Le Braz, maître de conférences à la faculté10. À Montfort, c’est l’instituteur qui officie à l’occasion d’une conférence donnée devant les enfants de l’école et le conseil municipal tandis qu’à Fougères est organisé un grand récital de poésies suivi d’un banquet11. À Redon, les élèves des écoles communales sont réunis pour assister à une conférence « accompagnée de projections lumineuses12 ». Mais ces initiatives découlent d’une injonction de l’État, la puissance publique entendant rendre hommage à un homme de lettres érigé non seulement en figure de l’écrivain national mais en incarnation de la République13.

  • 14 « Le centenaire de Trafalgar », L’Ouest-Éclair, 22 octobre 1905, p. 1.
  • 15 « Glanes et impressions », L’Ouest-Éclair, 19 octobre 1906, p. 1.
  • 16 « Souvenir français », Le Phare de Bretagne, 17 mars 1909, p. 3.
  • 17 « Au 62e », Le Nouvelliste du Morbihan, 8 juillet 1909, p. 2. Notons que l’unité ne commémore pas e (...)

10Qu’en est-il en revanche de la célébration du centenaire de certaines des grandes batailles de l’époque napoléonienne, plus proche dans l’esprit de celle qui nous préoccupe ici ? Ces commémorations semblent pour le moins discrètes en Bretagne. Si L’Ouest-Éclair évoque bien en 1905, en première page et sur trois colonnes et demie, le centenaire de Trafalgar, évidemment célébré par Londres mais pas par Paris, ce journal démocrate-chrétien ne dit par contre rien d’Austerlitz quelques mois plus tard14. L’année suivante, il se désole en revanche de ce que la France ne célèbre pas le centenaire de la bataille de Iéna et affirme que « les grandes vertus qui font les peuples victorieux : le devoir, l’abnégation, le sacrifice, ne sont vraiment pas à la mode15 ». Si, à Vannes en 1909, la section locale du Souvenir français décide de participer à une souscription pour « faire élever un monument le 5 juillet sur le champ de bataille de Wagram à la mémoire des soldats français dans cette grande journée », la presse bretonne ne dit cependant rien de ce centenaire16. Cette initiative montre que si l’épopée napoléonienne n’est pas tombée dans l’oubli, sa commémoration reste, à la Belle Époque, discrète. En témoigne par exemple la cérémonie organisée le 7 juillet 1909 à Lorient, dans la cour de la caserne du 62e RI, pour célébrer le centième anniversaire de la bataille de Wagram, ce nom figurant sur le drapeau de l’unité17. En revanche, en 1913, à la faveur d’un regain de tension sur l’échiquier diplomatique international, quelques voix se font entendre en faveur d’une commémoration du centenaire de la bataille de Leipzig. C’est ainsi le cas du Réveil ploërmelais qui, reprenant une tribune de Stéphane Lauzanne, rédacteur en chef du Matin, se désole :

  • 18 Lauzanne, Stéphane, « La bataille des nations », Le Réveil ploërmelais, 7e année, no 43, p. 1.

Nous n’avons célébré ni Iéna, où 40 000 Français écrasèrent 70 000 Prussiens et leur enlevèrent 200 canons, ni Auerstaed [sic] où les 26 000 hommes de Davoust [sic] eurent raison des 66 000 de Brunswick, ni Lützen et Bautzen où les Marie-Louise fauchèrent chaque fois 15 000 vieux soldats de Blücher. Nous n’avons célébré aucune des cent douze victoires remportées il y a cent ans en Allemagne : alors les Allemands vont célébrer la bataille de Leipzig, où 350 000 alliés finirent par avoir raison de 157 000 Français !…18.

  • 19 Lefebvre, René-M., « Un Monument allemand », L’Ouest-Éclair, 14 octobre 1913, p. 1.
  • 20 « Leurs centenaires », Le Morbihannais, 19 octobre 1913, p. 2.
  • 21 « Chez les amis de M. Aliborons », Le Morbihannais, 17 octobre 1913, p. 3 et La Croix du Morbihan, (...)

11L’Ouest-Éclair préfère pour sa part, dans un éditorial publié le 14 octobre 1913, gloser sur le monument érigé à Leipzig à l’occasion de ce centenaire, « énorme masse architecturale de béton, de fer, de pierre et de terrasses [qui] ne fera pas oublier, à ceux qui pourront comparer, la belle simplicité de notre Arc de Triomphe, pas plus que les noms de nos victoires ne sont effacés par celui de Leipzig19 ». Quant au Morbihannais, il considère que ce centenaire n’est pas celui de la France mais de la Russie, de l’Italie et de l’Autriche « sous le patronage allemand20 ». Pour ces raisons, ce titre qui s’affirme « catholique et royaliste », repris par La Croix du Morbihan, n’hésite pas à assimiler les Français qui commémoreraient Leipzig à des « antipatriotes »21.

  • 22 Il est possible en revanche qu’une plus grande perméabilité soit à l’œuvre lorsque mémoires locale (...)
  • 23 Dalisson, Rémi, « L’impossible commémoration algérienne : mémoires souffrantes et enjeux identitair (...)

12On le voit : malgré la demande sociale dont la presse locale se fait en partie l’écho, émanant sans doute pour une part des élites culturelles, les habitudes commémoratives sont, à la veille de la Grande Guerre, encore limitées en Bretagne, au moins pour ce qui concerne les dates renvoyant à de grands épisodes de l’histoire de France22. Dans ces conditions, l’absence assez large de « mémoire bataille » de 1870-1871 au lendemain du Premier Conflit mondial ne saurait totalement surprendre. Si, ainsi que le suggère l’historien R. Dalisson, « pour commémorer un événement en général et une guerre en particulier, il faut d’abord un consensus minimal et, surtout, une mémoire susceptible d’être héroïsée », les figures du « grognard » et du « moblot » ont été comme effacées par celles du « poilu »23.

D’une génération du feu à l’autre

  • 24 Le Vétéran, 23e année, no 6, juin 1920 ; Le Vétéran, 23e année, no 11, novembre 1920.

13En 1920, les vétérans de « l’année terrible » sont encore nombreux, en Bretagne comme ailleurs. Le Vétéran, le bulletin de la Société des vétérans des armées de Terre et de Mer, permet ainsi d’attester du fonctionnement, en 1920-1921, d’un grand nombre de sections locales comme à Lorient, Belle-Île, Quiberon, Languidic, Vannes, La Roche-Bernard, Le Pouliguen, Saint-Nazaire, Nantes, Chateaubriant, Sucé, Saint-Père-en-Retz, Châtelaudren, Le Guilvinec, Brest, Saint-Pol-de-Léon, Morlaix, Quimperlé, Châteaulin, Pont-Labbé, Rennes24… Si la structuration de ces associations n’est pas connue avec précision, tout porte à croire qu’elles regroupent avant tout des survivants de 1870-1871. Pour autant, la visibilité de ces anciens combattants est atténuée par la présence d’une autre génération du feu, celle des tranchées, dont le poids démographique est sans commune mesure : alors que la Bretagne comptait en dizaines de milliers ses soldats, marins, mobiles ou mobilisés en 1870-1871, ce sont des centaines de milliers de Bretons qui combattent entre 1914 et 1918.

  • 25 « À ceux qui sont morts pour la Patrie », L’Ouest-Éclair, 6 septembre 1920, p. 2.
  • 26 « La Fête des morts », L’Ouest-Éclair, 2 novembre 1914, p. 3. Des représentants du Souvenir françai (...)

14De ce fait, ce qui s’observe en ce tout début des années 1920 est une véritable mutation de ce que l’on nomme aujourd’hui « le monde combattant ». À Rennes, le Souvenir français, association née en 1870, opère sa mue par l’intermédiaire de son dynamique président, Francis Simon, par ailleurs père du lieutenant François Simon, mort pour la France le 16 juin 1915. C’est ainsi qu’il organise, le 5 septembre 1920, une cérémonie religieuse en la chapelle Saint-Martin « à la mémoire des officiers, sous-officiers, soldats ou marins de la Xe région, morts pour la Patrie25 » : en toute logique, ce sont en fait avant tout les morts de la Grande Guerre qui focalisent alors l’attention. Cette initiative s’inscrit dans une évolution plus ancienne, qui s’observe dès la Toussaint 1914 à Rennes : la section locale du Souvenir français se trouve ainsi au cœur du cérémonial en hommage aux morts de la guerre en cours26. Ce mouvement n’est du reste nullement propre à la préfecture d’Ille-et-Vilaine, non plus qu’à la Bretagne. En 1920, la Société des Vétérans des armées de Terre et de Mer, initialement créée pour regrouper les anciens de 1870, est ainsi ouverte aux « soldats de la Grande Guerre ». Pour le dire autrement, une nouvelle génération du feu, sans totalement remplacer la précédente, est venue s’imposer à elle, symboliquement mais aussi et surtout numériquement, la figure du « poilu » plongeant dans l’ombre celle du « moblot », l’« ancien combattant » celle du « vétéran ».

15Aussi, plutôt que de s’attarder sur une histoire militaire vieille de 50 ans, la presse bretonne des années 1920-1921 n’a fort logiquement d’yeux que pour la Grande Guerre. Comme si elle n’était plus aussi « terrible » qu’avant 1914, 1870 est devenue l’année absente.

La mémoire de 1870-1871 au prisme des opinions politiques

16Le souvenir de la séquence 1870-1871 ne peut toutefois être résumé à une succession de batailles. Cette période est en effet indissociable de la chute d’un régime, de la proclamation d’un autre, ainsi que de la répression d’un épisode révolutionnaire. Autant de dimensions qui structurent les discours commémoratifs.

La chute de l’Empire

  • 27 « Joffre était sûr de “les avoir” », La Dépêche de Brest, 1er septembre 1920, p. 1.
  • 28 « Les Bretons et Vendéens honorés à Sedan », Le Phare de la Loire, 1er septembre 1920, p. 2.

17Le cinquantième anniversaire de la chute du Second Empire est complètement passé sous silence par la presse bretonne. Ni L’Ouest-Éclair, ni Le Nouvelliste de Bretagne, ni Le Phare de la Loire n’évoquent la reddition de Napoléon III et la déchéance, de fait, du régime. Le 1er septembre 1920, donc tout juste cinquante ans après la bataille de Sedan, La Dépêche de Brest préfère revenir, à la suite d’un article publié dans la Revue des Deux Mondes, sur le « miracle de la Marne » et affirme, en première page, que « Joffre était sûr de “les avoir27 ». D’ailleurs, dans les environs de Sedan, le dimanche 29 août 1920, si des délégations bretonnes et vendéennes de l’UNC sont reçues par leurs homologues ardennaises, c’est pour commémorer devant une foule « qui comprend plus de 10 000 personnes » les combats menés dans la région six ans plus tôt par les troupes du 11e corps d’armée28.

  • 29 « Le 4 septembre et la France républicaine », Le Phare de la Loire, 3 septembre 1920, p. 1.

18Affirmer que la chute du Second Empire est sortie des mémoires, écrasée par la Grande Guerre, serait toutefois aller vite en besogne. L’événement est tu et, pour tout dire, enchâssé dans une trame chronologique plus ample : « l’année terrible ». Comme un indice d’un « passé qui ne passe pas », Le Phare de la Loire affirme le 3 septembre 1920, sans doute par la plume de son directeur Maurice Schwob : « Si un pareil anniversaire ne comporte pas de décor bruyant, notre devoir est cependant de le saluer dans le calme de nos méditations. La France républicaine n’a rien à renier dans ses origines ; tout dans sa naissance est hautement avouable29. »

La proclamation de la République

  • 30 « Le 4 septembre à Rennes », L’Ouest-Éclair, 5 septembre 1920, p. 3.
  • 31 « Le Cinquantenaire de la République », Le Populaire de Nantes, 5 septembre 1920, p. 3.

19Il en va autrement du souvenir du 4 septembre 1870. Si les commémorations en Bretagne du cinquantième anniversaire de la proclamation de la République sont la plupart du temps discrètes, les archives permettent néanmoins de retrouver la trace de quelques rassemblements. À Rennes, ce sont environ 400 « citoyens » – « et quelques femmes » croit bon de préciser L’Ouest-Éclair – qui se réunissent aux Salons Gaze, un célèbre restaurant du quai Lamennais30. En Loire-Inférieure, le Populaire de Nantes se fait également l’écho de réunions dans la mouvance radicale, sans donner cependant d’estimation chiffrée du nombre de participants. Mais ce journal signale que ces rassemblements ne sont pas le propre de ce département et fait état de semblables manifestations à Montpellier, Béziers, Sète, Saint-Étienne et Toulon31.

  • 32 « Fête du cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 3 septembre 1920, p. 3.

20À dire vrai, seule la commune de Carhaix se distingue lors de la célébration de cet anniversaire. Les 4 et 5 septembre 1920, un week-end entier de festivités est organisé avec, dès l’aube, un « réveil en fanfare » à coup de « salves d’artillerie » mais aussi des bals, un grand banquet – tradition républicaine oblige –, des courses de chevaux et de bicyclettes, ainsi qu’une retraite aux flambeaux et une grande « fête de nuit32 ». Si la date du 4 septembre 1870 est commémorée en si grandes pompes, c’est qu’elle s’inscrit dans un combat d’actualité comme le rappelle d’ailleurs Georges Le Bail. En effet, le parlementaire finistérien se dit alors

  • 33 « Les fêtes du Cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 10 septembre 1920, p. 2.

[...] heureux au milieu de ces populations si vaillamment républicaines qui sont à l’avant-garde des idées démocratiques dans le département et sont dignes de servir de modèle à tant d’autres régions encore figées dans les errements du passé ou qui n’ont donné à la République qu’une tiède adhésion33.

  • 34 « Le Cinquantenaire de la République » et « Le 4 septembre 1870 », Le Citoyen, 3 septembre 1920, p. (...)
  • 35 Marchais, Maurice, « Le Cinquantenaire de la République », Le Progrès du Morbihan, 28 août 1920, p (...)
  • 36 « Le Cinquantenaire de la 3e République », Le Cri du Peuple, 4 septembre 1920, p. 1.

21Aussi est-ce pourquoi c’est avant tout la presse militante – et non la presse généraliste même si celle-ci est toujours d’opinion – qui accorde de l’importance à la célébration du cinquantenaire de la proclamation de la République. À Quimper, tel est ainsi le cas du Citoyen, « organe de concentration républicaine » paraissant le vendredi et au service de Georges Le Bail34. Même chose à Vannes avec Le Progrès du Morbihan, soutien du député radical Maurice Marchais35. Mais, là encore, cet intérêt ne doit pas tromper. Si ces publications reviennent sur le 4 septembre 1870, c’est parce que cette date a du sens dans le combat qu’elles soutiennent en 1920. C’est d’ailleurs ce que laisse entendre le socialiste brestois Ernest Hervagault dans Le Cri du Peuple : « La troisième République va avoir cinquante ans et comme le disait récemment notre ami Sembat, c’est l’âge où les femmes deviennent dévotes ». Pour lui, « cette troisième République bourgeoise gouvernée par le Bloc National, n’a de républicain que le mot36 ».

Actualité de la Commune

  • 37 Ibid.

22Pour Hervagault, candidat malheureux aux élections législatives de 1919, cette commémoration est en réalité la célébration d’un « bilan de cinquante années » qui se trouve être « déficitaire pour le Prolétariat ». Et d’évoquer « Fourmies, Villeneuve-Saint-Georges, Raon-l’Étape [qui, affirme-t-il] ne sont pas oubliées » puis de rappeler « les heures tragiques de la Commune37 ». Pour les socialistes finistériens, l’épisode parisien reste une référence d’actualité, comme le rappelle Auguste Quiniou au moment d’en célébrer le cinquantième anniversaire :

  • 38 Quiniou, Auguste, « Vive la Commune ! », Le Cri du Peuple, 19 mars 1921, p. 1.

Aujourd’hui, toute notre pensée doit aller à ceux qui, pour la cause du Prolétariat, trahi par ses maîtres, tombèrent sous les coups d’une réaction assoiffée de sang. Nous devons crier notre admiration pour ces hommes qui montrèrent, en même temps qu’un magnifique courage civique, le plus large esprit de sacrifice et d’abnégation.
Et nous qui préparons la Révolution, nous devrons nous attacher à atteindre cette grandeur d’âme que fut la leur38.

  • 39 « Le Cinquantenaire de la Commune », Le Populaire de Nantes, 21 mars 1921, p. 2.

23Sans doute convenue, cette dernière formule sonne à l’évidence comme une injonction à combattre la coalition au pouvoir dite de Bloc national mais laisse aussi transparaître les divisions profondes qui traversent alors la gauche bretonne. Comment en effet ne pas songer que c’est le 17 mars 1921, la veille donc du cinquantième anniversaire du soulèvement parisien, que l’Assemblée nationale renouvelle sa confiance au cabinet dirigé par l’ancien socialiste nazairien Aristide Briand ? Dans le port de l’estuaire de la Loire, justement, c’est Henri Gautier qui prend la parole trois jours plus tard, le 20 mars 1921, à l’occasion d’une conférence commémorative organisée par la section locale du PS-SFIO. Affirmant que la Commune est « la première tentative de gouvernement nettement socialiste et prolétarien », il élude la question du « bilan » de la République posée quelques mois auparavant par Ernest Hervagaut et se contente de décréter que « l’insurrection prolétarienne » du 18 mars 1871 doit « servir d’exemple aux masses organisées d’aujourd’hui qui sauront tirer de cette période révolutionnaire tous les enseignements utiles pour servir à l’action concertée de demain39 ». Pour la gauche, le cinquantième anniversaire de la Commune de Paris n’a donc rien de neutre et constitue une sorte de dénominateur commun tendant, d’une certaine manière et contrairement à ce que l’on pourrait de prime abord penser, à occulter les divisions entre réformistes et révolutionnaires, clivage ravivé par la Grande Guerre et l’adhésion à l’Union sacrée.

24Pour la droite bretonne, la Commune de Paris fait au contraire figure de véritable repoussoir : L’Écho de la Loire, par exemple, passe complètement sous silence ce cinquantenaire, qu’il s’agisse du début de l’insurrection ou de sa répression par les Versaillais lors de la « Semaine sanglante ». Et des titres comme L’Ouest-Éclair à Rennes, Le Moniteur des Côtes-du-Nord à Saint-Brieuc, Le Ploërmelais ou La Semaine religieuse du diocèse de Vannes dans le Morbihan, sans oublier Le Courrier du Finistère à Brest, adoptent à cette occasion une ligne éditoriale rigoureusement semblable. C’est dès lors une mémoire éminemment politique qui se dévoile, le silence ne valant pas nécessairement amnésie.

25Ainsi, si la mémoire liée à la chute du Second Empire apparaît, 50 ans plus tard, très atténuée, celles de la proclamation de la République et, plus encore, de l’épisode communard semblent plus vivantes. Il n’en demeure pas moins que ces souvenirs peinent à s’imposer face à celui, omniprésent, de cette Grande Guerre tout juste achevée, y compris le 11 novembre 1920, date choisie pour célébrer le cinquantenaire de la IIIe République.

Les commémorations du 11 novembre 1920 : honorer le soldat inconnu ou célébrer le cinquantenaire de la République ?

26Sans doute est-ce parce qu’elle n’est pas particulièrement brûlante que la mémoire de la proclamation de la République est plus malléable, jusqu’à permettre une modification du calendrier. Le 11 novembre 1920 reste largement associé aux cérémonies marquant le transfert de la dépouille du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe. Mais, en complément des célébrations du deuxième anniversaire de l’Armistice, le gouvernement a décidé de faire aussi de cette date la grande journée d’évocation du cinquantenaire de la République, notamment en panthéonisant Léon Gambetta. Deux mois après le 4 septembre donc, mais en permettant une sorte de parallèle entre la figure emblématique du gouvernement de la Défense nationale de 1870-1871 et le soldat inconnu de la Grande Guerre tout juste achevée.

Un choix qui ne fait pas l’unanimité

  • 40 « Notre gouvernement et la Commémoration du 4 septembre », Le Citoyen, 10 septembre 1920, p. 1.
  • 41 Marchais, Maurice, « Le Cinquantenaire de la République… », art. cit.
  • 42 « Les Fêtes du 11 novembre 1920 », Le Progrès du Morbihan, 13 novembre 1920, p. 1 ; « Écho des Fête (...)
  • 43 Desgrées du Lou, Emmanuel, « Le Cinquantenaire », L’Ouest-Éclair, 11 novembre 1920, p. 1.

27La décision du gouvernement de fixer au 11 novembre la célébration de la République est loin de faire l’unanimité. Le radical Georges Le Bail, dans les colonnes du Citoyen, juge ce choix « inexplicable »40. Il en est de même pour le député Maurice Marchais qui, à Vannes, regrette que la « journée de la République » ne puisse en cette année de cinquantenaire constituer qu’un « prélude » au second anniversaire de « la Victoire41 ». Une position qui, toutefois, ne l’empêche bien évidemment pas d’être présent à la table d’honneur lors du banquet donné le 11 novembre 1920 dans le chef-lieu du Morbihan et d’y discourir longuement : il ne saurait être question de ne pas honorer les morts de la Grande Guerre ou de froisser le monde ancien-combattant42. Directeur politique de L’Ouest-Éclair, quotidien catholique rallié dès sa naissance à la République, Emmanuel Desgrées du Lou se félicite pour sa part de ce choix et raille « les quelques républicains » qui en s’y opposant « ont témoigné d’une susceptibilité qui ne fait pas honneur à l’esprit qui les anime43 ».

  • 44 Le Populaire de Nantes, 4 septembre 1920, p. 1.

28L’édition du 4 septembre 1920 du Populaire de Nantes est néanmoins une bonne illustration des relations contrastées que provoque le déplacement des commémorations du cinquantième anniversaire de la proclamation de la République. Comme un révélateur des dissensions qui traversent alors la gauche, le quotidien publie en première page deux articles défendant des positions largement divergentes. Dans une « tribune libre », un certain « Quidam » dénonce un « tour de passe-passe habilement fait » et fustige un gouvernement non seulement coupable « de faiblesse » mais aussi accusé de réaliser la prophétie de Thiers : « La République sera conservatrice ou ne sera pas » écrit-il44. Mais, dans un « Éditorial », Gaston Veil, directeur du journal et futur maire radical de Nantes, se veut pour sa part optimiste :

  • 45 Ibid.

Certes, tout n’est pas parfait dans la République actuelle et nous ne lui ménageons pas les critiques. Nous avons l’impression d’être très loin du régime de liberté, de fraternité et d’égalité que nous rêvons, mais, tel qu’il est combien ce régime, fondé le 4 septembre 1870, est-il supérieur à l’Empire qui le précédait. Ce régime nouveau, les républicains, pendant dix-neuf ans, n’avaient cessé de l’appeler de tous leurs vœux et avaient consacré toute leur activité à la préparation de son avènement45.

  • 46 « Le 4 septembre à Rennes », L’Ouest-Éclair, 5 septembre 1920, p. 3.

29Bien entendu, ces arguments ne sont pas inconciliables. Mais la synthèse est à l’évidence de plus en plus difficile à obtenir et ce que montre, fondamentalement, ce numéro du Populaire de Nantes, ce sont des radicaux, au cœur de l’écosystème républicain, obligés de se battre sur deux fronts, contre le Bloc national mais aussi contre des socialistes, et bientôt des communistes. Le conseiller général socialiste rennais Eugène Quessot, conteste ainsi, à en croire les propos qui lui sont attribués par L’Ouest-Éclair, l’idée même de cette célébration, déclarant que « si le 4 septembre avait été une fête officielle il n’y aurait pas participé46 ».

  • 47 Suleiman, Susan Rubin, Crises de mémoire, Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mo (...)

30Les divergences suscitées par la commémoration du cinquantième anniversaire de la proclamation de la République sont donc profondes. Elles n’ont toutefois pas une intensité suffisante pour que l’on puisse parler à cette occasion de « crise de mémoire47 ».

Paris et la Bretagne : la République effacée par le soldat inconnu

  • 48 Le Nouvelliste de Bretagne, 12 novembre 1920, p. 1.

31De manière générale, la manière dont la presse bretonne juge les cérémonies parisiennes est plutôt flatteuse. Le ton est même enthousiaste dans les colonnes du très conservateur Nouvelliste de Bretagne qui, dans son édition du 12 novembre 1920, titre sur six colonnes à la une : « En toi, ô soldat inconnu, Paris, cœur de la France, a exalté, hier, nos quinze cent mille morts de la Grande Guerre ». Décrivant avec minutie l’immense défilé sur les Champs-Élysées, le journal dirigé par Eugène Delahaye, lui-même ancien officier du 41e RI de Rennes, unit les différentes générations du feu dans une seule et même geste héroïque : « Et voici l’émouvant peloton des soldats en pantalon rouge, capote bleue sombre et képi de 1914. Ils précèdent les drapeaux de 1870, dont l’apparition constitue un spectacle unique, inoubliable48. » Mais le journal ne célèbre ici, sans surprise, que le soldat inconnu : le cinquantenaire de la République n'a guère d’intérêt à ses yeux.

  • 49 « Le Cinquantenaire de la République et l’anniversaire de l’armistice », L’Ouest-Éclair, 11 novembr (...)
  • 50 La Dépêche de Brest, 12 novembre 1920.

32En cela, le Nouvelliste est assez largement à l’image des célébrations bretonnes qui, sauf exception, n’accordent qu’une place très réduite au souvenir de la proclamation de la République. À Rennes, le cérémonial prévoit un dépôt de gerbe au « monument élevé aux morts de 1870-1871, sur le boulevard de la Liberté », ainsi dénommé après la chute du Second Empire : le geste est important, même si une courte inscription « À la mémoire des soldats d'Ille-et-Vilaine 1914-1918 », rajoutée au dos de l’obélisque, vient en partie troubler son sens réel49. Il en va de même à Brest ou à Quimper, où c’est avant tout le souvenir de la séquence 1914-1918 qui retient l’attention de La Dépêche : si 1870 est évoqué dans quelques discours, c’est en toute logique de manière succincte50.

  • 51 « Échos des fêtes du 11 novembre 1920 », Le Progrès du Morbihan, 20 novembre 1920, p. 1-3.
  • 52 « Les Fêtes du cinquantenaire de l’Armistice à Lorient », Le Nouvelliste du Morbihan, 13 novembre 1 (...)

33Toutefois, dans quelques localités, la mémoire du 4 septembre 1870 est rappelée avec plus d’intensité. À Vannes, d’après le Progrès du Morbihan, les discours sont particulièrement incisifs et dressent les louanges d’une République présentée comme « l’œuvre d’une génération » ou comme un « idéal » visant à « abolir l’esprit de caste et de coterie et [à] donner à tous les Français dans la liberté et par l’instruction obligatoire les mêmes droits et les mêmes espoirs51 ». C’est également le cas à Lorient où, pour l’occasion, on rebronze « la statue de la République » tandis que les orateurs – le président des sections locales de l’UNC, de l’Union des mutilés, de la Ligue des droits de l’homme ainsi que deux députés, le maire et le sous-préfet – prononcent « le panégyrique » du régime tout en insistant, c’est selon, sur la nécessité de prolonger l’Union sacrée, de tenir pour « intangibles toutes les lois de laïcité » ou encore de garantir les droits syndicaux52. En fait, si les cérémonies du 11 novembre 1920 accordent une telle place au souvenir du 4 septembre 1870, c’est sans doute moins par respect des instructions gouvernementales qu’en raison des enjeux politiques locaux : « terre de mission » pour la République, le Morbihan est sans doute le département breton où l’opposition conservatrice au régime est encore la plus active.

De la « gueuze » au péril rouge

  • 53 Voir par exemple Lagadec, Yann, Faire son deuil, construire les mémoires. Les monuments aux morts d (...)
  • 54 « Cérémonie du 11 novembre », La Croix de l’île de Groix, 14 novembre 1920, p. 2.
  • 55 « Le Cinquantenaire de la République », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 13 novembre 1920, p. 1.
  • 56 Cuvilliez, Albert, « 1870-1920 », Le Nouvelliste de Bretagne, 12 novembre 1920, p. 1.

34Le paradoxe est que, pour les catholiques, il ne semble pas question de revenir à la situation ex ante, c’est-à-dire à une opposition frontale au régime. Certes, çà et là, l’érection des monuments aux morts ravive les lignes de fracture nées de la loi de 190553. Mais, du point de vue des catholiques, la situation n’est sans doute pas aussi marquée que cela, ce dont rendent compte les commémorations du 11 novembre 1920 et les réactions qu’elles suscitent. Scène difficilement imaginable à la Belle Époque, le recteur de Groix invite à commémorer « aux pieds des autels, deux dates qui resteront célèbres dans [l’]histoire nationale », à savoir le 4 septembre 1870 et le 11 novembre 1918. Pour l’ecclésiastique, il s’agit en effet de vivre « une belle journée d’Union sacrée », cette « Union » dont on souhaite qu’elle puisse « durer toujours » car « c’est d’elle seule que dépend le relèvement de la France54 ». Une affirmation qui rappelle combien cette mémoire s’inscrit aussi dans l’actualité du moment. À Saint-Brieuc, Le Moniteur-des-Côtes-du-Nord, un titre proche de l’Église, estime pour sa part « magistral » le discours prononcé par Alexandre Millerand à l’occasion de l’entrée au Panthéon du cœur de Gambetta55. À l’inverse, dans les colonnes du Nouvelliste de Bretagne, un journal pour le moins ouvert aux idées royalistes, Albert Cuvilliez rappelle que « Gambetta, en quelque estime que d’aucuns le tiennent, quelques services qu’il ait pu rendre au pays, Gambetta, ce n’est qu’un homme : le héros inconnu c’était hier quinze cent mille morts, c’était tous ceux qui sont tombés dans la Juste Guerre que chantait l’un d’eux, Charles Péguy ». Mais si l’éditorialiste affirme une hiérarchie entre les mémoires, c’est pour reconnaître dans la foulée que « dans l’ensemble, la double commémoration a été dignement célébrée56 ».

  • 57 « Les Fêtes du 11 novembre », Le Ploërmelais, 14 novembre 1920, p. 1.
  • 58 « Le cinquantenaire de la République. 11 novembre 1920 », Le Courrier du Finistère, 20 novembre 192 (...)

35Comment expliquer un tel positionnement ? Trois éléments de réponse peuvent être avancés. En premier lieu, il convient de noter que les tensions demeurent mais sont en partie tues. La presse bretonne joue la carte de l’Union sacrée, à l’instar du Ploërmelais qui affirme qu’en « ce jour de son cinquantenaire, nous n’aurons garde d’engager une polémique, ni de rappeler ce que les catholiques ont eu à souffrir, non par la faute d’un régime que nous respectons, mais par le fait des hommes et de leurs doctrines antireligieuses57 ». Une telle attitude ne saurait, à l’évidence, dissimuler une conflictualité bien réelle. Mais il est probable que ce combat contre le régime – et c’est là une seconde piste d’explication que nous avançons – soit plus difficile à mener en 1920 qu’à la Belle Époque. En effet, les catholiques bretons ont, au moins en apparence, largement rallié dès août 1914 l’effort de guerre mené par la République tandis que les républicains ont, de leur côté, su se montrer plus conciliants, ainsi que l’illustre l’attitude des autorités envers la présence de signes religieux sur les monuments aux morts. De ce point de vue, on peut se demander si, pour les catholiques bretons, Léon Gambetta ne relève pas désormais d’une histoire révolue et donc d’un combat qu’il apparaît dès lors inopportun de réactiver. C’est ce que suggère Le Courrier du Finistère le 20 novembre 1920 : « le Gouvernement a décidé, dans ce dessein, de transporter solennellement le cœur de Gambetta au Panthéon. Pensée discutable, et de piètre envergure » y lit-on58. Cependant le journal précise : « nous ne rouvrirons pas ici un débat inutile et vexant. Le légende de Gambetta est morte, bien tuée par la froide histoire. »

36Enfin – troisième piste d’explication –, tout porte à croire que, face au danger de la propagation d’un « péril rouge » devenu encore plus menaçant depuis 1917, la droite conservatrice se révèle pragmatique. C’est assurément cette attitude qui permet de faire de ce 11 novembre 1920 un moment de communion nationale où la mémoire de la Grande Guerre, renforcée par une réactivation momentanée de l’Union sacrée, occulte pour une assez large part celle de 1870, réduite ce jour-là au seul 4 Septembre.

37La place de la Grande Guerre dans l’espace public breton en 1920 ne se discute même pas. Mais la guerre de 1870 n’est pas pour autant totalement absente. En témoignent la présence des vétérans lors des nombreuses cérémonies patriotiques qui jalonnent cette année de cinquantième anniversaire mais également un certain nombre de discours qui ne manquent pas d’insister sur la proclamation de la République, voire sur l’événement fondateur qu’a pu constituer pour quelques-uns la Commune de Paris.

38Ce panorama ne saurait être exhaustif. Sans doute y aurait-il matière à débusquer des traces plus intimes, moins publiques et donc politiques de cette mémoire de la guerre de 1870 en 1920. Pour autant, si les archives ont pu conserver la trace des intentions de prière, si les commodes familiales renferment jalousement une médaille commémorative attestant par la même occasion la force du souvenir d’un aïeul ayant combattu à Sedan ou à Gravelotte, les cierges allumés en mémoire d’un mobile tombé « au champ d’honneur » sont, eux, bel et bien consumés.

39Reste que, si 1870-1871 est une guerre de masse, elle n’a pas cette ampleur qui caractérise la séquence 1914-1918 et qui permet d’inscrire le récit familial dans la trame plus large de l’histoire de la Nation. Sans doute cela explique-t-il l’immense succès, populaire notamment, des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, de 2014 à 2018-2019, contrastant avec les célébrations, plus localisées, plus limitées, du 150e anniversaire de 1870-1871, en Bretagne notamment. Une situation que la pandémie de COVID-19 n’explique pas à elle seule.

Haut de page

Notes

1 « La Conférence du général de Castelnau », Le Nouvelliste de Bretagne, 8 novembre 1920, p. 1.

2 « L’offensive du 18 juillet », L’Ouest-Éclair, 19 juillet 1920, p. 2.

3 Rousso, Henry, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 29.

4 « Le cinquantenaire des batailles de 1870 », Le Nouvelliste de Bretagne, 7 septembre 1920, p. 3.

5 Le Breton, Eugène, « Oublier ? Jamais ! », L’Ouest-Éclair, 11 août 1920, p. 1.

6 Seul Le Figaro se distingue, mais avec un entrefilet dont l’angle témoigne d’une ligne éditoriale résolument inscrite dans l’actualité : « Hambourg, 5 décembre [1920]. Au cours de manifestations organisées pour fêter le cinquantenaire de Loigny, des discours extrêmement violents ont été prononcés notamment contre la France pour dénoncer ses odieuses manœuvres en vue de fausser le plébiscite en Haute-Silésie » ; « L’Allemagne francophobe », Le Figaro, 6 décembre 1920, p. 2.

7 « La Commune à Toulouse. Souvenirs de mars 1871 », La Dépêche, 17 mars 1921, p. 4.

8 Otte, Thomas G. (éd.), The Age of Anniversaries. The Cult of Commemoration, 1895-1925, London, Routledge, 2019.

9 Quinault, Roland, « The Cult of the Centenary, c. 1784-1914 », Historical Research, vol. 71, no 176, octobre 1998, p. 303-323.

10 « Centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 22 février 1902, p. 3.

11 « Centenaire de Victor Hugo » et « Le centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 27 février 1902, p. 3.

12 « Le centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 26 février 1902, p. 3.

13 « Le centenaire de Victor Hugo », L’Ouest-Éclair, 27 février 1902, p. 1 ; Thiesse, Anne-Marie, La fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, 2019.

14 « Le centenaire de Trafalgar », L’Ouest-Éclair, 22 octobre 1905, p. 1.

15 « Glanes et impressions », L’Ouest-Éclair, 19 octobre 1906, p. 1.

16 « Souvenir français », Le Phare de Bretagne, 17 mars 1909, p. 3.

17 « Au 62e », Le Nouvelliste du Morbihan, 8 juillet 1909, p. 2. Notons que l’unité ne commémore pas en 1913 le centenaire de la bataille de Lützen, pourtant inscrite à son drapeau.

18 Lauzanne, Stéphane, « La bataille des nations », Le Réveil ploërmelais, 7e année, no 43, p. 1.

19 Lefebvre, René-M., « Un Monument allemand », L’Ouest-Éclair, 14 octobre 1913, p. 1.

20 « Leurs centenaires », Le Morbihannais, 19 octobre 1913, p. 2.

21 « Chez les amis de M. Aliborons », Le Morbihannais, 17 octobre 1913, p. 3 et La Croix du Morbihan, 19 octobre 1913, p. 1.

22 Il est possible en revanche qu’une plus grande perméabilité soit à l’œuvre lorsque mémoires locale et nationale s’entrecroisent, comme à Saint-Cast pour le centenaire de la bataille en 1858, ou à Quiberon au moment de l’inauguration de la statue de Hoche en juillet 1902.

23 Dalisson, Rémi, « L’impossible commémoration algérienne : mémoires souffrantes et enjeux identitaires », in Bouchet, Renaud, Lecossois, Hélène, Letort, Delphine et Tison, Stéphane (dir.), Résurgences conflictuelles. Le travail de mémoire entre arts et histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, p. 108.

24 Le Vétéran, 23e année, no 6, juin 1920 ; Le Vétéran, 23e année, no 11, novembre 1920.

25 « À ceux qui sont morts pour la Patrie », L’Ouest-Éclair, 6 septembre 1920, p. 2.

26 « La Fête des morts », L’Ouest-Éclair, 2 novembre 1914, p. 3. Des représentants du Souvenir français participent par ailleurs aux funérailles des soldats qui meurent dans les hôpitaux de l’arrière, à Rennes comme ailleurs en Bretagne.

27 « Joffre était sûr de “les avoir” », La Dépêche de Brest, 1er septembre 1920, p. 1.

28 « Les Bretons et Vendéens honorés à Sedan », Le Phare de la Loire, 1er septembre 1920, p. 2.

29 « Le 4 septembre et la France républicaine », Le Phare de la Loire, 3 septembre 1920, p. 1.

30 « Le 4 septembre à Rennes », L’Ouest-Éclair, 5 septembre 1920, p. 3.

31 « Le Cinquantenaire de la République », Le Populaire de Nantes, 5 septembre 1920, p. 3.

32 « Fête du cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 3 septembre 1920, p. 3.

33 « Les fêtes du Cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 10 septembre 1920, p. 2.

34 « Le Cinquantenaire de la République » et « Le 4 septembre 1870 », Le Citoyen, 3 septembre 1920, p. 1 et 2.

35 Marchais, Maurice, « Le Cinquantenaire de la République », Le Progrès du Morbihan, 28 août 1920, p. 1.

36 « Le Cinquantenaire de la 3e République », Le Cri du Peuple, 4 septembre 1920, p. 1.

37 Ibid.

38 Quiniou, Auguste, « Vive la Commune ! », Le Cri du Peuple, 19 mars 1921, p. 1.

39 « Le Cinquantenaire de la Commune », Le Populaire de Nantes, 21 mars 1921, p. 2.

40 « Notre gouvernement et la Commémoration du 4 septembre », Le Citoyen, 10 septembre 1920, p. 1.

41 Marchais, Maurice, « Le Cinquantenaire de la République… », art. cit.

42 « Les Fêtes du 11 novembre 1920 », Le Progrès du Morbihan, 13 novembre 1920, p. 1 ; « Écho des Fêtes du 11 novembre 1920 », Le Progrès du Morbihan, 20 novembre 1920, p 2.

43 Desgrées du Lou, Emmanuel, « Le Cinquantenaire », L’Ouest-Éclair, 11 novembre 1920, p. 1.

44 Le Populaire de Nantes, 4 septembre 1920, p. 1.

45 Ibid.

46 « Le 4 septembre à Rennes », L’Ouest-Éclair, 5 septembre 1920, p. 3.

47 Suleiman, Susan Rubin, Crises de mémoire, Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

48 Le Nouvelliste de Bretagne, 12 novembre 1920, p. 1.

49 « Le Cinquantenaire de la République et l’anniversaire de l’armistice », L’Ouest-Éclair, 11 novembre 1920, p. 3.

50 La Dépêche de Brest, 12 novembre 1920.

51 « Échos des fêtes du 11 novembre 1920 », Le Progrès du Morbihan, 20 novembre 1920, p. 1-3.

52 « Les Fêtes du cinquantenaire de l’Armistice à Lorient », Le Nouvelliste du Morbihan, 13 novembre 1920, p. 1.

53 Voir par exemple Lagadec, Yann, Faire son deuil, construire les mémoires. Les monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Côtes-d’Armor (1914-2020), Pabu, À l’ombre des mots, 2020.

54 « Cérémonie du 11 novembre », La Croix de l’île de Groix, 14 novembre 1920, p. 2.

55 « Le Cinquantenaire de la République », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 13 novembre 1920, p. 1.

56 Cuvilliez, Albert, « 1870-1920 », Le Nouvelliste de Bretagne, 12 novembre 1920, p. 1.

57 « Les Fêtes du 11 novembre », Le Ploërmelais, 14 novembre 1920, p. 1.

58 « Le cinquantenaire de la République. 11 novembre 1920 », Le Courrier du Finistère, 20 novembre 1920, p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Le Gall, « Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de « l’année terrible » dans la presse bretonne »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 128-4 | 2021, 179-193.

Référence électronique

Erwan Le Gall, « Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de « l’année terrible » dans la presse bretonne »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 128-4 | 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/abpo/7285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.7285

Haut de page

Auteur

Erwan Le Gall

Docteur en histoire de l’université Rennes 2, membre associé du CRBC (UBO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search