Navigation – Plan du site
Articles

De la ville inquisitoriale à la ville de tolérance : identités féminines judaïsantes en Europe occidentale (XVIIe siècle)

Natalia Muchnik
p. 29-42

Résumés

Au sein des communautés marranes, formées dans les villes espagnoles par les nouveaux-chrétiens pratiquant en secret le judaïsme, la femme joue un rôle central. Du fait de la menace inquisitoriale, la sociabilité cultuelle du groupe est en effet centrée sur l’espace privé du foyer, amenant une mise en visibilité des femmes dans leurs attributions socio-religieuses. Cet article se propose d’analyser les formes et les manifestations de ce pouvoir spécifique ainsi que son incidence en matière identitaire. Il envisage également le changement majeur qui s’opère lorsque ces femmes se convertissent au judaïsme normatif, dans les villes de « tolérance » telles qu’Amsterdam : perdant l’essentiel de leur pouvoir cultuel, institutionnalisé et transféré aux autorités de la congrégation, les judaïsantes doivent alors redéfinir leur mode d’identification.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Muchnik, « De la ville inquisitoriale à la ville de tolérance : identités féminines judaïsantes en Europe occidentale (XVIIe siècle) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 113-2 | 2006, 29-42.

Référence électronique

Natalia Muchnik, « De la ville inquisitoriale à la ville de tolérance : identités féminines judaïsantes en Europe occidentale (XVIIe siècle) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 113-2 | 2006, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/817 ; DOI : 10.4000/abpo.817

Haut de page

Auteur

Natalia Muchnik

ATER, École des Hautes Études en Sciences Sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page