Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130-1Comptes rendusL’Antiquité tardive dans le centr...

Comptes rendus

L’Antiquité tardive dans le centre et le centre-ouest de la Gaule (iiie-viie siècles)

Nicolas Mathieu
p. 177-180
Référence(s) :

Marie-Pierre Chambon, Sylvie Crogiez-Petrequin, Alain Ferdière, Sylvain Janniard (dir.), L’Antiquité tardive dans le centre et le centre-ouest de la Gaule (iiie-viie siècles), Actes du Colloque international « L’Antiquité Tardive en Gaule, ATEG VI » (Tours 6-8 décembre 2018), Tours, FERACF, 2022, 431 p.

Texte intégral

1Ce volume, édité avec beaucoup de soin (cartes, graphiques, tableaux, photographies en couleurs et en noir et blanc) présente, dans des délais très raisonnables (moins de quatre ans), les études de cas et les synthèses thématiques qui ont été exposées lors du colloque international de Tours du 6 au 8 décembre 2018. Il s’agit du sixième colloque d’un groupe de recherche qui se nommait depuis sa création « Antiquité Tardive dans l’Est de la Gaule » (ATEG), et est devenu, sans avoir besoin de changer de sigle, « Antiquité Tardive en Gaule », peu avant le colloque de Tours. 67 contributeurs archéologues (de tous horizons géographiques et spécialités), chercheurs, enseignants-chercheurs ont travaillé ensemble dans la complémentarité des approches et des méthodes. L’aire concernée par ce volume témoigne de l’élargissement géographique voulu par le groupe de recherche ATEG ainsi que le prouve le titre et le montre la table des matières. Vingt-six communications le nourrissent qui vont de l’Île-de-France à Nantes, des Carnutes aux Bituriges-Cubes avec Bourges, de Lezoux à la Charente-Maritime.

2L’ouvrage est organisé en trois parties. La première, intitulée « Mutations institutionnelles, culturelles et sociales », p. 23-144, est articulée autour de trois sujets et thèmes : militaires, donc institutionnels, religieux, donc politiques, funéraires, en termes de pratiques, donc culturels – du moins en apparence – à la lecture des titres, nous y reviendrons. Cette première partie comporte neuf contributions. La deuxième, p. 145-288, a pour titre « Évolution des villes et des territoires à la fin de l’Antiquité » et contient, elle aussi, neuf contributions. Chefs-lieux de cité, villes et campagnes dans leurs dynamiques (économiques) et interrelations y sont analysés avec des exemples ponctuels, à la lumière de fouilles, ou des synthèses résultant de travaux collectifs (dans le cadre de projets collectifs de recherches (PCR) ou de collectes et récolements dans des travaux archéologiques (rapports de fouilles…) ou des inventaires de collections. La troisième partie, « Économie et culture matérielle », p. 289-428, avec huit communications est fondée sur des sources et des méthodes proches sinon identiques à la précédente mais avec un angle d’approche moins général. Monnaies et realia sont convoquées. Elle entre en résonnance non seulement avec la précédente mais aussi avec la première. Qu’il s’agisse de la production de monnaie ou de verre par exemple, c’est tout le contexte archéologique (partie 2) et l’environnement politique (partie 1) qui sont questionnés. Cette partie conduit à revenir au contexte politique et institutionnel général. Elle est suivie d’une conclusion générale (« Conclusions ») de S. Crogiez-Pétrequin, p. 429-431.

3L’ambition du colloque et de l’ouvrage qui en est issu, d’après le titre, était au moins double. Dresser un état des lieux descriptif du centre et du centre-ouest de la Gaule dans un temps long – un demi-millénaire – en s’affranchissant donc de fait des périodes académiques traditionnelles – depuis la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge – qui entravent les perspectives, en centrant autrement le regard du point de vue chronologique, c’est-à-dire en lui fixant d’autres bornes ou en les considérant autrement que comme point d’arrivée (en partant de l’Antiquité) ou point de départ (en partant du Moyen Âge), en modifiant les termes des comparaisons (un avant, un après). La seconde ambition était d’analyser dans cette perspective les transformations et mutations d’une vaste zone géographique située au cœur de la Lyonnaise (sous ses appellations variées au gré du temps des réformes administratives) et d’une partie de l’Aquitaine, donc non marginale dans l’espace « gaulois » issu du monde antique, mais marginale par rapport au centre romain du pouvoir. Qu’en est-il ?

4Avant de mettre en perspective les apports du livre, il convient de présenter les différentes contributions.

5Dans la première partie sont successivement étudiés « Armoricains et Bagaudes dans la Gaule du ve siècle », B. Pottier, p. 25-40 ; « Présence de militaires ou fonctionnaires et de « Barbares » en Lyonnaise centrale et Aquitaine du Nord-Est (fin iiie-fin ve siècle) : réalités et limites », A. Ferdière, p. 42-63 ; « Une note sur la legatio Arverna à Rome (467 apr. J.-C.) », F. Oppedisano, p. 64-77 ; « La fin des sanctuaires païens en Île-de-France. Chronologie et modalités d’une disparition protéiforme », V. Apruzzese, p. 78-102 ; « Le premier monachisme dans le centre de la Gaule du ive au viie siècle », B. Judic, p. 103-113 ; « Dating the Consecration of the Basilica of Saint Martin by Pepetuus of Tours in Tours (Indre-et-Loire) », Rev. Maurus B. Mount, p. 115-124 ; « Burial with a Partner in Late Antique and Early Medieval Gaul : From Urban Legend to Epigraphic Realities », D. Shanzer, p. 125-132 ; « La nécropole de Vouillé dans son environnement. Bornage et structuration de l’espace pour éviter les conflits de voisinage », D. Glad, p. 133-138 ; « Une nouvelle crémation du Bas-Empire au nord de la ciuitas Carnutorum », A. Fourré, p. 139-144.

6Dans la deuxième partie, on trouvera les études suivantes : É. Laurans (dir.), « Les villes ligériennes d’Orléans à Nantes du iiie au viie siècle », p. 146-165 ; A. Bocquet, H. Meunier, M. Monteil, M. Mortreau, Fl. Sarreste, « Villes et campagnes des cités des Aulerques Cénomans et Diablintes entre le iiie et le viie siècles apr. J.-C. », p. 167-187 ; E. Marot, M. Fondrillon, R. Durand, « Bourges et sa proche campagne durant l’Antiquité tardive (iiie- viie s.) à la lumière des fouilles récentes », p. 189-208 ; G. Le Cloirec, Fr. Labaune-Jean, P.-A. Besombes, « Le déclin d’un axe majeur de rennes-Condate », p. 209-216 ; J. Courtois, L. Ziegler, « Évolution et transformation d’un quartier domestique et artisanal en zone funéraire à partir de la première moitié du iiie siècle de notre-ère. Les fouilles du lycée Saint-Euverte à Orléans (Loiret) », p. 216-222 ; C. Gandini, S. Girond, « Mutations religieuses et dynamiques territoriales dans la civitas des Bituriges Cubes, de la seconde moitié du iiie siècle à la fin du viie siècle », p. 223-244 ; M. Kasprzyk, « Les résidences aristocratiques rurales de l’Antiquité tardive dans les provinces de Lyonnaise iiie et ive (Sud du Bassin parisien, Val de Loire) », p. 244-268 ; C. Driard, T. Silvino, Th. Argant, St. Guyot, M. Coussirat, Chr. Loiseau, R. Nicot ; H. Djerbi, B. Robin, « Un établissement rural de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge sur le site de la médiathèque à Lezoux (Puy-de-Dôme) », p. 269-282 ; L. Maurel, L. Richard, « La villa gallo-romaine de Saint-Saturnin-des-Bois (Charente-Maritime) : évolution architecturale, économique et sociale d’un établissement rural du ier au ixe siècle », p. 283-288.

7La troisième partie contient les communications de F. Pilon, « Les monnaies d’imitation dans le centre et le centre-ouest de la Gaule (fin iiie-milieu ive siècle) : production, diffusion, circulation », p. 291-303 ; F. López Sánchez, « Shifting frontiers in Central Gaul at the time of the Emperor Anastasius ; the c. 32 neglected mints of the Visigoth kingdom of Toulouse », (« Déplacement des frontières en Gaule centrale à l’époque de l’empereur Anastase : les monnaies négligées du royaume wisigoth de Toulouse » [C. 32]), p. 305-316 ; A. Beyrie, « Un atelier sidérurgique des ve-vie siècles dans le centre de la France : le site de « Bois Messire Jacques » à Massay (Cher) », p. 317-336 ; B. Favennec, M.-P. Chambon, avec collab. de J. Bouillon, E. Marot, « L’artisanat de la céramique dans le centre de la Gaule durant l’Antiquité tardive, de la deuxième moitié du iiie siècle au vie siècle : de la fabrication à la commercialisation de la vaisselle », p. 337-362 ; Chr. Le Boulaire, M. Mortreau, S. Thébaud, L. Trin-Lacombe, « La céramique de l’Antiquité tardive en Pays de Loire (ive-vie siècles apr. J.-C.) : aperçu des principales catégories de céramique », p. 363-389 ; C. Aunay, M. Guérit, J. Motteau, avec collab. A. Moirin, « La vaisselle en verre dans les territoires du centre de la gaule, de la fin du iiie au milieu du ve siècle », p. 391-415 ; M. Guérit, B. Gratuze, « Des indices du travail du verre de la fin du iiie siècle à la fin du viie siècle à Saran (Loiret) : confrontation des données archéologiques et archéométriques », p. 417-422 ; D. Schmit, « Deux objets de prestige découverts dans la Loire à Blois : une spatha et une bague sigillaire », p. 423-428.

8Un des points qui apparaît dans plusieurs des contributions archéologiques relatives à des sites, des cités, des villes, des campagnes, est qu’il n’y a pas de déshérence généralisée. Certes, les villes se rétractent, des zones qui étaient habitées, fréquentées, vivantes sont abandonnées, des tombes isolées y sont installées, des basiliques funéraires construites. Ce sont d’autres usages. Les terres et leurs exploitations continuent d’être travaillées, mais différemment. Un autre aspect commun important émerge des contributions qui traitent des villes, des territoires et indirectement des populations : on ne peut plus interpréter les évolutions en termes de rupture ou de continuité. Les nouveautés (territoires, églises, circulations), s’enracinent dans l’Antiquité. C’est vrai aussi des structures d’habitat, des centres d’activité artisanale. Il faut donc bien plus parler de mutations. Mais une des questions non encore résolue est celle de la datation qui, comme on le perçoit en arrière-plan des nombreuses contributions, n’est pas unique. C’est d’ailleurs le propre des mutations : des rythmes variés, des nuances chrono-géographiques car, et c’est le troisième aspect commun mis en lumière dans ce livre, dans le centre et le centre-ouest des Gaules issus de l’Antiquité, il y a un foisonnement de dynamiques localement enracinées. L’horizon se rétrécit, ce que les réformes administratives impériales révélaient dans la subdivision, plusieurs fois, des « grandes » provinces du Haut-Empire auxquelles appartenaient les cités concernées dans le volume, à savoir l’Aquitaine et la Lyonnaise. Mais cet horizon se duplique, se répète. L’homogénéité de ces temps est dans la gestion locale des continuités-transformations-adaptations : cela apparaît autant dans des études de cas, ponctuelles (ainsi l’exemple de l’atelier de production de verre de Saran ou dans celui de l’évolution des usages de l’occupation des lieux dans une rue de Rennes) que dans des synthèses qui montrent un peu partout des rétractions de l’occupation urbaine mais aussi la « surimposition » de constructions de l’Antiquité au Moyen Âge (ainsi dans la campagne avec l’exemple de la villa de Saint-Saturnin-les-Bois) ; dans la dizaine de résidences rurales aristocratiques fouillées qui montrent à la fois la continuité architecturale méditerranéenne et des supports décoratifs classiques en ce sens que ce sont des mosaïques, mais inspirées de Britannia ou encore dans ces villes qui se rétrécissent certes mais connaissent des ré-appropriations de lieux avec de nouveaux usages et fonctions : dans la topographie funéraire ou religieuse par exemple (c’est aussi bien le cas des villes ligériennes étudiées par É. Laurans que celui des villes et des campagnes des Aulerques Diablintes ou Cénomans ou encore celui de Bourges et ses campagnes ou de l’ensemble des Bituriges Cubes). Semblables remarques peuvent être faites dans les seules campagnes : si certaines agglomérations dans le territoire d’une cité ou de grandes villas disparaissent, à des époques différentes entre le début du ive et le visiècle, de petits habitats groupés remplacent parfois celles-ci, indice d’une dynamique humaine aux ressorts différents de ceux de l’Antiquité classique.

9Le « contrat » a donc été très bien rempli dans l’ensemble, à une légère nuance près. Dans la 1re partie plusieurs articles paraissent un peu en marge dans l’économie générale archéologique et géographique, à la fois en raison de la nature de leurs sources (textuelles, littéraires), du point de vue (chrétien), du lien inexistant ou artificiel avec l’arrière-plan humain dans le questionnement (faible possibilité d’approche matérielle du sujet) et d’une focale qui ne permet pas d’aborder le sujet autrement qu’en termes généraux ou génériques sans donner de la chair aux faits (que nous disent de la réalité vécue les sources littéraires qui ne nous donnent que le point de vue ou la perception des choses par les « élites », les « aristocraties » ?). Mais c’est peut-être aussi cela qu’il conviendrait de développer en termes de réflexions pour approfondir les connaissances sur ce temps long qui a très heureusement été abordé pour lui-même en s’affranchissant de la question traditionnelle passée d’opposition créée a posteriori de païens vs chrétiens. On ne peut que suivre la très intéressante remarque de S. Crogiez-Pétrequin à propos des raisonnements et conclusions relativement aux sanctuaires « païens ». D’une part il faut prendre garde à ne pas se placer du point de vue païen, d’autre part, « si on s’interroge sur le fait que les cultes païens continuent d’être pratiqués à un endroit et pas ailleurs, il faut se poser la question inverse, c’est-à-dire celle des raisons qui font que dans un lieu, la religion chrétienne l’emporte et que les sanctuaires païens sont abandonnés ».

10On l’aura compris, c’est parce qu’ils ont été bien conçus et sont bien édités que les colloques ou ouvrages collectifs sont suggestifs et ouvrent d’intéressantes perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Mathieu, « L’Antiquité tardive dans le centre et le centre-ouest de la Gaule (iiie-viie siècles) »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 130-1 | 2023, 177-180.

Référence électronique

Nicolas Mathieu, « L’Antiquité tardive dans le centre et le centre-ouest de la Gaule (iiie-viie siècles) »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 130-1 | 2023, mis en ligne le 22 mars 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/abpo/8244 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.8244

Haut de page

Auteur

Nicolas Mathieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search