Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-1Les effets de la loi électorale d...

Les effets de la loi électorale de 1817

Le cas du Finistère en 1818-1819
The effects of the electoral law of 1817. The case of Finistère in 1818-1819
Alain Le Bloas
p. 149-180

Résumés

En 1818, le Finistère fut appelé à participer au second renouvellement du cinquième de la Chambre des députés. Le collège électoral nomma au premier tour quatre libéraux. L’un des élus ayant opté pour un autre département, les électeurs furent de nouveau convoqués. Ils confirmèrent alors clairement leur option. Les deux scrutins se firent selon la récente loi sur les élections, dite « loi Lainé ». Selon une approche configurationnelle, l’article cherche à comprendre comment les dernières règles du jeu créèrent un nouvel équilibre des tensions tant géographiques que sociologiques au sein du corps censitaire. D’autres liens relationnels que ceux habituellement favorables aux propriétaires fonciers ou au gouvernement prévalurent dès lors. Sociologiquement et organisationnellement mieux ajustés à la nouvelle configuration, les libéraux surent efficacement mobiliser et fidéliser lors de deux consultations très politisées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Les opérations électorales d’octobre 1818 et mars 1819
Les 26 et 27 octobre 1818
Les 25 et 26 mars 1819
Le corps électoral du Finistère en 1818-1819
Les équilibres géographiques
Profession et fortune des seuls électeurs
Les éligibles
Faire voter et élire
Essai de photographie de l’opinion à l’intérieur du corps électoral
S’organiser pour gagner les élections : les indépendants
S’organiser pour gagner les élections (ou témoigner de sa fidélité) : les ultras
S’organiser pour gagner (ou ne pas perdre) les élections : le pouvoir
Agir jusque pendant les opérations électorales

Aperçu du texte

Les 26 et 27 octobre 1818, le collège électoral du Finistère élit au premier tour de scrutin quatre députés « indépendants », parmi lesquels Jacques-Antoine Manuel, l’un des ténors de l’opposition libérale. Simultanément choisi par la Vendée, ce dernier opta pour ce département. Quelques mois après, en mars 1819, les électeurs censitaires se retrouvèrent donc pour pourvoir le siège manquant. Ils désignèrent, à nouveau d’emblée, l’ancien conventionnel Pierre Daunou. Cette représentation pour un département que Laurent Le Gall, l’auscultant lui aussi sous le prisme de l’élection durant la Seconde République, qualifie de « société d’obéissance » peut surprendre. Il est vrai que le suffrage censitaire, qui n’attribuait le droit de vote qu’à 0,2 % de la population finistérienne, créait un fort décalage entre population électorale et population totale, encore plus accentué ici, l’opposition sociologique doublée d’une forte altérité linguistique et culturelle entre société urbaine minorita...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Le Bloas, « Les effets de la loi électorale de 1817 »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 131-1 | 2024, 149-180.

Référence électronique

Alain Le Bloas, « Les effets de la loi électorale de 1817 »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 131-1 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/abpo/8800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.8800

Haut de page

Auteur

Alain Le Bloas

Docteur en histoire, enseignant en lycée, membre associé du CRBC (université de Bretagne occidentale, Brest)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search