Navigation – Plan du site
25
Ludwig Paul

« Early Judeo-Persian in a Historical Perspective: The Case of the Prepositions be, u, pa(d), and the Suffix  », in : L. Paul, ed., Persian Origins – Early Judeo-Persian and the Emergence of New Persian. Wiesbaden, Harrassowitz, 2003, pp. 177-194.

Compte-rendu réalisé par Pollet Samvelian

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet article examine le rôle joué par les prépositions be, pad, et ō dans l’expression des fonctions syntaxiques complément d’objet direct (COD) et complément d’objet indirect (COI) et son évolution du moyen-perse (MP) au persan moderne (PM) en passant par le judeo-persan (JP).

2Dans toutes les variétés du MP, à l’exception du zoroastrien, les compléments verbaux accompagnés de ō devraient être considérés comme des COD. Toutefois, les COD marqués de ō ne constituent pas une catégorie clairement établie en MP du point de vue syntaxique. Ils résultent de la neutralisation de l’opposition entre les COD, initialement non-marqués de ō, et les compléments de direction, qui eux apparaissaient avec ō. Contrairement à la préposition ō, les emplois de la préposition pad ‘avec, par’ ont connu une certaine stabilité en MP.

3Quant au JP ancien, les prépositions pa(d), u et , issues respectivement de pad, ō et rāy du MP semblent avoir conservé leur sens initial. On observe toutefois quelques différences avec le MP : a) La proximité sémantique entre la préposition u et le suffixe a abouti à la création de la circomposition u. b) Le suffixe - est rattaché non seulement au COI, mais également au COD. c) Une nouvelle préposition, be, indiquant la direction fait son apparition.

4Les conclusions de l’auteur sont les suivantes : a) Il existe une certaine latitude dans la distinction antre le COD et le COI en MP. Le JP hérite de cette latitude par le biais de la préposition u, mais l’élimine progressivement. b) La fusion de be et pa(d) pour donner ba(d) en persan moderne demeure néanmoins un mystère et les textes du JP ancien ne nous éclairent pas davantage sur la question, compte tenu de la rareté des occurrences de be. c) L’hypothèse d’après laquelle la préposition be en JP ancien serait issue de be ō du MP est plausible. Toutefois aucun document écrit en JP ne permet d’en vérifier la validité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pollet Samvelian. Ludwig Paul, « « Early Judeo-Persian in a Historical Perspective: The Case of the Prepositions be, u, pa(d), and the Suffix  », in : L. Paul, ed., Persian Origins – Early Judeo-Persian and the Emergence of New Persian. Wiesbaden, Harrassowitz, 2003, pp. 177-194. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 25, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/10232

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page