Navigation – Plan du site
28
Simin Abrahams

Modern Persian. A Course-book. London and New York, Routledge Curzon, 2005, 259 p.

Compte-rendu réalisé par Pollet Samvelian

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce manuel, destiné aux débutants, est le fruit de trois années d’expérience d’enseignement de l’A. à l’Université d’Edinbourg. Il est organisé en dix-sept leçons, comprenant chacune un vocabulaire, quelques points de grammaire, un texte ou un dialogue et des exercices. Le registre retenu est le persan soutenu ou standard. Toutefois, un appendice de cinq pages intitulé « colloquial Persian » fournit une liste sommaire de différences de prononciation entre le persan standard ou soutenu et le persan familier. Le vocabulaire introduit au fil des leçons est réuni en un glossaire à la fin de l’ouvrage. L’ouvrage est accompagné en outre de supports audio (sous forme de CD).

2L’A. a fait le choix de confronter d’emblée l’apprenant à l’écriture du persan. Par conséquent, les exemples et les textes ne font pas l’objet de transcriptions phonétiques, ni de translittérations. Comme les voyelles « brèves » ou « instables » sont systématiquement notées pour chaque mot pris isolément, l’absence de transcription phonétique ne pose pas de problème particulier. En revanche, le fait que l’eḍāfe ne soit jamais noté est problématique à plusieurs titres. Pour ne prendre qu’un exemple, dans les séquences lexicalisées qui fonctionnent comme des mots composés, la présence ou l’absence de l’eḍāfe n’est a priori pas prévisible, komak-e mālī (avec eḍāfe) s’opposant ainsi à doḫtar ḫāle (sans eḍāfe). Ces informations n’étant pas à la portée de l’apprenant débutant, la voyelle eḍāfe aurait dû être systématiquement notée à l’instar des autres voyelles « brèves ».

3En ce qui concerne le contenu, on regrettera que la prosodie (intonation et accentuation) soit la grande absente de ce manuel d’introduction au persan. Signalons également quelques autres omissions ou problèmes. A titre d’exemple, les indications concernant l’usage de l’enclitique indéfini –i sont extrêmement laconiques et peuvent induire l’apprenant en erreur. Par ailleurs, même si le registre retenu n’est pas le persan familier, l’A. aurait néanmoins pu mentionner quelques tournures extrêmement fréquentes dans la langue courante, telles l’utilisation des classifieurs avec les noms (ex. tā, nafar).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pollet Samvelian. Simin Abrahams, « Modern Persian. A Course-book. London and New York, Routledge Curzon, 2005, 259 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 28, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/10272

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page