Skip to navigation – Site map

HomeAbstracta IranicaVolume 2614. Économie14.1. IranMīkā’īl ‘Aẓīmī, Moḥammad-Esmā’īl ...

14. Économie
14.1. Iran
444

Mīkā’īl ‘Aẓīmī, Moḥammad-Esmā’īl Moṭlaq. Sargoḏašt-e yek ʽelm : kālbod-šekāfī-ye neẓām-e āmūzeš-e ʽelm-e eqteṣād dar Īrān. Goftegū bā bargozīdan-e se nasl-e eqteṣād-dānān-e kešvar. Tehrān, Kavīr, 2003.

Thierry Coville

Full text

1Ce livre remarquable est à conseiller à tous ceux qui s’intéressent à l’Iran moderne. L’idée de départ des deux auteurs a été d’interroger trois générations d’économistes sur leurs parcours professionnels. Pourquoi ont-ils choisi l’économie ? Où ont-ils étudié ? Comment évaluent-ils la situation de l’enseignement de l’économie en Iran ? Or, sur la base de ces questions très simples, la qualité et la diversité des personnes interrogées permettent de donner une image très vivante et réelle de l’Iran de ces cinquante dernières années. Parmi les économistes choisis, on peut notamment citer Fīrūz Towfīq, Fīrūze Ḫal’atbarī, Kamāl Aṭhārī, Moḥsen Ranānī (auteur notamment d’un des livres les plus importants publiés sur l’économie iranienne ces dernières années Bāzār yā nābāzār ? barresī-ye mavāneʽ-e nahādī-ye kārā’ī neẓām-e eqteṣādī-ye bāzār dar eqteṣād-e Īrān, Tehrān, Entešārāt-e sāzemān-e barnāme va būdje, 1997. L’intérêt de ce travail étant le fait que l’A. utilise un cadre théorique nouveau en Iran en mettant en avant le rôle des institutions), Moḥammad Mo’īnī, Moḥammad Māljū, etc. Des très nombreuses informations que l’on retire de la lecture de ce livre, on peut retenir les points suivants. On distingue bien l’évolution de l’enseignement universitaire de l’économie en Iran qui est passé d’un système d’inspiration française à un système visant à se rapprocher du système américain dans les années 1960. Parallèlement, l’opposition entre l’ancienne génération formée en France et la nouvelle plutôt formée dans les pays anglo-saxons est également bien marquée. Autre fait notable, la difficulté rencontrée par plusieurs économistes (notamment) formés à l’étranger du fait de l’écart énorme entre l’enseignement reçu et la réalité économique et sociale iranienne. La difficulté à pouvoir développer ses compétences en tant qu’expert ou en tant que professeur est également soulignée (du fait notamment de la faiblesse des revenus « officiels » mais aussi d’un environnement intellectuel peu motivant). On remarque aussi que la révolution a conduit un certain nombre de jeunes Iraniens à choisir l’économie pour mieux comprendre la réalité sociale de leurs pays. Autre fait très révélateur, le peu d’attention accordée par les autorités à toutes les recherches dans le domaine de l’économie islamique. Enfin, une observation partagée par toutes les personnes interrogées, l’état de délabrement du système d’enseignement (et de recherche) de l’économie dans les facultés de l’Iran d’aujourd’hui…

Top of page

References

Electronic reference

Thierry Coville, “Mīkā’īl ‘Aẓīmī, Moḥammad-Esmā’īl Moṭlaq. Sargoḏašt-e yek ʽelm : kālbod-šekāfī-ye neẓām-e āmūzeš-e ʽelm-e eqteṣād dar Īrān. Goftegū bā bargozīdan-e se nasl-e eqteṣād-dānān-e kešvar. Tehrān, Kavīr, 2003.”Abstracta Iranica [Online], Volume 26 | 2005, document 444, Online since 15 December 2005, connection on 24 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/abstractairanica/1038; DOI: https://doi.org/10.4000/abstractairanica.1038

Top of page

About the author

Thierry Coville

Paris

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search