Navigation – Plan du site
494
Amir Ismail Ajami

« From peasant to farmer: A study of agrarian transformation in an Iranian village, 1967-2002 ». International Journal of Middle East Studies, vol. 37, n° 3, august 2005, pp. 327-349.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Étude « longitudinale », sur une période de trente-cinq années (1967-2001), d’un village (désigné par un pseudonyme) d’un millier d’habitants situé près de Marvdašt, dans le Fārs. Le but affiché par l’A. est de tester la pertinence de la classique « agrarian transition theory » selon laquelle la pénétration du capitalisme dans les campagnes irait de pair avec la concentration de la propriété foncière entre les mains de grands propriétaires absentéistes et la dépossession des paysans les plus pauvres, transformés en une classe de salariés agricoles sans terre.

2Dans un premier temps, l’article fait apparaître que la distribution d’un tiers de la grande propriété, en application de la réforme agraire du chah à partir de 1962, a entraîné l’émergence d’une classe de paysans propriétaires et, déjà, un début d’« agriculture capitaliste ». En revanche, dans un deuxième temps, la révolution de 1978-79 a suscité un double attentisme : de la population villageoise vis-à-vis du nouveau pouvoir et du nouveau pouvoir face à la question agraire – attentisme qui ne semble guère avoir profité au développement agricole, et en tout cas pas à l’agriculture marchande, l’A. parlant même de « demise of capitalist farming ». Dans un troisième et dernier temps, après vingt ans de République islamique, c’est un bilan contrasté qui s’impose. L’amélioration des conditions techniques de l’agriculture (doublement de la productivité agricole, notamment grâce aux engrais et au quintuplement du nombre des tracteurs, etc.) n’a pas empêché une augmentation de 140 % du nombre des paysans sans terre. Les inégalités de revenus et la stratification sociale ont donc été favorisées, mais aussi compensées, d’un autre côté, par une mobilité sociale plus grande, consécutive, à la fois, au développement de l’instruction et des communications facilitant la diversification de l’emploi et les migrations de travail, et à l’urbanisation du village du fait de la proximité et de l’accroissement démographique du centre urbain de Marvdašt. Les données présentées ici montrent donc des évolutions moins tranchées que celles retenues par la « théorie de la transition agraire », moins tranchées aussi que celles souvent attribuées à la République islamique par des analystes pressés.

3Article intéressant et bien documenté, malheureusement moins riche en matériaux qualitatifs recueillis sur le terrain qu’en données statistiques. Faute, en particulier, d’informations sur le type d’agriculture pratiquée, le lecteur peine à se faire une idée du caractère représentatif du cas présenté ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Amir Ismail Ajami, « « From peasant to farmer: A study of agrarian transformation in an Iranian village, 1967-2002 ». International Journal of Middle East Studies, vol. 37, n° 3, august 2005, pp. 327-349. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 494, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/10812

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page