Navigation – Plan du site
497
William B. Beeman

The Great Satan vs. the Mad Mullahs. How the United States and Iran demonize each other. Westport (Connecticut), Praeger, 2005, 298 p.

Compte-rendu réalisé par Azadeh Kian-Thiébaut

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1La diabolisation réciproque de l’Iran et des États-Unis constitue le concept central de cet ouvrage. L’A. tente d’analyser les rapports conflictuels entre les deux pays dans une perspective anthropologique à travers la description systématique de ce concept. Pour l’A., les difficultés rencontrées par les États-Unis et les nations du Moyen-Orient vont au-delà des conflits d’intérêt ou des problèmes d’incompréhension. Elles ne sont pas réductibles non plus à ce que Samuel Huntington appelle le « choc des civilisations ». Les différences sont essentiellement culturelles et communicationnelles.

2Chacun de ces deux pays s’est construit des images et des héros mythiques servant à diaboliser l’autre, de manière à ce que l’homme de la rue puisse s’identifier à eux, y puiser ses références et ses métaphores politiques courantes.

3Les forces contestataires en Iran comme ailleurs au Moyen-orient considèrent les États-Unis comme une force illégitime qui a tenté de détruire le noyau pur du monde islamique. Pour les États-Unis, le mythe central de la politique étrangère consiste en un ensemble d’États-nations rangés selon une structure dichotomique de pro- et d’anti-intérêts américains. Les forces contestataires du Moyen-orient, qui troublent ce modèle, sont placées dans une catégorie résiduelle qu’il convient d’éliminer afin de purifier le monde. Cette mythologie fonctionne comme un filtre idéologique pour la transmission ou la non-transmission des messages entre les deux mondes culturels. L’A. montre que la diabolisation des États-Unis a été le résultat d’un long processus que les Américains auraient pu interrompre s’ils avaient abandonné le chah pendant la révolution. L’A. se montre indulgent à l’égard du discours américain, qu’il ne qualifie pas d’arrogant, mais de simplement maladroit. À propos de la diabolisation de l’Iran par les Américains, il pense que les dirigeants iraniens ont contribué à l’image du « mollah fou » par leurs propres actions, dont l’occupation de l’ambassade américaine à Téhéran et la prise des otages. Les Américains ont été frustrés par le fait que, contrairement aux prédictions, le régime iranien ne s’est pas effondré. La diabolisation de l’Iran a atteint son apogée quand le président Bush a placé l’Iran dans l’« axe du mal ». En définitive, l’Iran souhaite rester un sujet d’irritation pour les Américains. Quant à ces derniers, ils semblent considérer que se plaindre de l’Iran est politiquement utile.

4L’A. estime qu’en dépit de ces problèmes d’incompréhension, un rapprochement entre l’Iran et les États-Unis est inévitable car les deux pays partagent des intérêts en commun et leurs sensibilités culturelles sont trop proches pour maintenir une hostilité permanente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azadeh Kian-Thiébaut. William B. Beeman, « The Great Satan vs. the Mad Mullahs. How the United States and Iran demonize each other. Westport (Connecticut), Praeger, 2005, 298 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 497, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/10852

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page