Navigation – Plan du site
221
Iraj Afshar et Iraj Afšār

« Ketāb-sāzī bar jeld-e nosḫe-ye ḫaṭṭī / Inscriptions on the Covers of Handwritten Books ». Majmū‘e maqālāt-e moṭāle‘āt-e īrānī / An Anthology of Iranian Studies, 8, 1384/2005, pp. 1-45 (texte persan) et pp. 1-58 (traduction anglaise par Esmā‘īl Ḥoseynī).

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Article très intéressant sur les reliures des manuscrits persans portant une inscription ; celle-ci est d’habitude sous forme poétique et d’une longueur variant de un à plusieurs distiques. Cette caractéristique de la description codicologique a été presque systématiquement négligée par les bibliothécaires et catalogueurs jusqu’à aujourd’hui (sauf dans le cas où le titre du livre apparaît inscrit sur la couverture). Les plats avec inscriptions, assez rares, sont habituellement en cuir (depuis le XVe s. au moins) et, plus tard, en laque. Īraj Afšār a examiné environ 200 plats avec inscriptions pour les besoins de cette étude. La deuxième partie de l’article est consacrée à la description technique et la typologie des inscriptions (écriture, mise en page, présence ou non de cartouche, erreurs d’inscription, etc.)

2Ces inscriptions présentent un triple intérêt :

3a) valeur artistique (parfois très grande) ;

4b) histoire du manuscrit (donnant le titre et le nom de l’auteur, parfois le nom de l’artisan relieur, la date et le lieu de fabrication de l’inscription, ou même le nom du propriétaire du livre ayant ordonné la reliure, ou celui à qui le livre est destiné comme présent) ;

5c) lien entre le texte de l’inscription et le texte du manuscrit.

6Ce dernier point présente un intérêt particulier, digne d’une étude approfondie, car il semble évident que les relieurs visaient rarement la pure décoration. Le texte de l’inscription sur la reliure était choisi en fonction d’autres critères, tels que par exemple la correspondance entre le poème et le motif décoratif figuré sur le plat. Ce choix se faisait aussi en fonction du texte du livre en donnant par exemple, de façon directe ou déguisée, son titre, le nom de son auteur, le sujet... Certaines inscriptions contiennent des éléments de glorification de Dieu, et d’autres formules. Mais souvent, l’inscription était là pour véhiculer aussi un message plus large, par exemple louant la qualité excellente de la reliure, expliquant le rôle des deux plats de la couverture qui enserrent le contenu comme un trésor, et parfois même proclamant le rôle que l’on reconnaissait au livre, « ami dans la solitude », ou « meilleur ami dans le monde ».

7Dans ce sens, voudrait-on ajouter, l’inscription de la reliure fait écho aux autres éléments poétiques hors-texte rencontrés dans les manuscrits, comme les vers que le copiste ajoute souvent à la fin de sa copie, et l’artiste peintre dans un coin de sa miniature. Tout ceci indique que le livre manuscrit était conçu et perçu comme un ensemble d’éléments formant un tout, et qu’en fin de compte aucun de ces éléments n’était ressenti comme secondaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Iraj Afshar et Iraj Afšār, « « Ketāb-sāzī bar jeld-e nosḫe-ye ḫaṭṭī / Inscriptions on the Covers of Handwritten Books ». Majmū‘e maqālāt-e moṭāle‘āt-e īrānī / An Anthology of Iranian Studies, 8, 1384/2005, pp. 1-45 (texte persan) et pp. 1-58 (traduction anglaise par Esmā‘īl Ḥoseynī). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 221, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/11402

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page