Navigation – Plan du site
224
Willem Floor

Wall Paintings and Other Figurative Mural Art in Qajar Iran. Costa Mesa (CA), Mazda Publishers, 2005, 208 p. et 13 ill. n.-b.

Compte-rendu réalisé par Eloïse Brac de La Perrière

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Rétablir l’art qajar dans une perspective historique, économique et sociale, tel est le but fixé d’emblée par Willem Floor dans cet ouvrage portant sur différentes formes de représentations figurées (la peinture principalement) décorant les murs des édifices dans l’Iran des Qajars. C’est en s’appuyant exclusivement sur une approche historico-sociale que l’A. tente de répondre aux questions suivantes : quand ont-elles été utilisées ? Par qui et dans quels buts ? Dans quels édifices et dans quelles villes ? Quels en sont les sujets ? Comment ces représentations étaient-elles perçues par un large public ? Ont-elles entraîné de réels changements ? W.F., reprochant aux historiens de l’art d’avoir jusqu’à présent négligé ces questions, exclut pour sa part de son propos toute étude proprement artistique des œuvres. La qualité de l’iconographie illustrant cet ouvrage s’en ressent fortement, les reproductions étant tout à la fois trop peu nombreuses (13 en tout) et de mauvaise qualité.

2L’ouvrage, découpé en cinq chapitres, présente toutefois le grand intérêt d’offrir au lecteur un riche inventaire des monuments en rapport avec le sujet. Dans un premier chapitre, W.F. recense de manière très didactique, parfois un peu schématique, les principaux acteurs du sujet – mécènes royaux et artistes –, tout en en définissant la portée générale, tant politique que sociale. Les quatre chapitres qui suivent reprennent brièvement, ville par ville, édifice par édifice, l’ensemble des lieux agrémentés de telles ornementations. L’A. les inventorie de la sorte : d’abord les édifices royaux et demeures privées (chap. 2, pp. 43-120), qui constituent la grande majorité des architectures concernées, puis les bâtiments publics, autrement dit les bazars, bains, caravansérails et relais de poste (chap. 3, pp. 121-134), puis encore les édifices religieux (chap. 4, pp. 134-161), et pour finir les bas-reliefs (chap. 5, pp. 162-190), un décor ne figurant que trop rarement dans les études portant sur l’art qajar. L’ouvrage de W.F. présente encore de ce point de vue un intérêt certain.

3Rejetant vigoureusement, et à juste titre, le postulat selon lequel l’art qajar a trouvé sa plus belle expression dans les laques, la peinture sur toile et les émaux, W.F. se pose ici en détracteur d’un courant de pensée qui connut une certaine postérité en histoire de l’art et qui a certainement contribué, durant un temps, à la méconnaissance du sujet. Toutefois, depuis quelques années déjà, d’importantes études artistiques sur la peinture qajar ont vu le jour et laissent présager d’un regain d’intérêt pour ce qui demeura, pendant trop longtemps, l’un des parents pauvres de l’art persan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloïse Brac de La Perrière. Willem Floor, « Wall Paintings and Other Figurative Mural Art in Qajar Iran. Costa Mesa (CA), Mazda Publishers, 2005, 208 p. et 13 ill. n.-b. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 224, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/11452

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page