Navigation – Plan du site
229
Monique Kervran

« Le minaret de Jam ». Paris – Kaboul. Expédition scientifique et culturelle sur la route de la soie, Paris, Hoëbeke, 2004, pp. 71-83.

Compte-rendu réalisé par Audrey Peli

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette excursion en Afghanistan permit à ceux qui y participèrent de passer deux à trois jours au pied de ce minaret (570/1175) dont la perfection architecturale et décorative tout autant que la présence, dans ce confluent cerné de montagnes, restent difficiles à comprendre. Pour certains cet environnement exigu rend impossible l’identification de Jām avec Fīrūzkūh, la capitale dynastique des Ghurides. Pourtant deux sources narratives s’accordent parfaitement pour désigner le site du minaret de Jām comme Fīrūzkūh : l’une est la « Géographie de Ḥāfeẓ-e Abrū » (XVe s.), l’autre les Ṭabaqāt-e Nāṣerī, chronique contemporaine de la dynastie des Ghurides. Cette dernière donne des précisions topographiques concernant des évènements survenus à Fīrūzkūh qui s’accordent tellement à la configuration de Jām qu’il est impossible de dissocier ces deux sites. L’article donne d’autres détails, archéologiques et épigraphiques confortant cette identification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Peli. Monique Kervran, « « Le minaret de Jam ». Paris – Kaboul. Expédition scientifique et culturelle sur la route de la soie, Paris, Hoëbeke, 2004, pp. 71-83. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 229, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/11542

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page