Navigation – Plan du site
231
Maḥmūd Mūsavī

« Majmū‘e-ye tārīḫī-ye Šeyḫ Ṣafī al-Dīn Ardabīlī. Ḫāstgāh-e tašayyo‘-ye farāgīr / The Historical Monument of Sheikh Safiyeddin Ardebili; The Origin of General Shiism ». Majmū‘e maqālāt-e moṭāle‘āt-e īrānī / An Anthology of Iranian Studies, 8, 1384/2005, pp. 123-151 (texte persan) et pp. 215-228 (traduction anglaise par Homā Lezgi).

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Mahmood Moosavi
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion de la destruction d’un mur dans le cadre de travaux urbains de routine menés à l’intérieur de l’ensemble architectural du mausolée de Šeyḫ Ṣafī al-Dīn (m. 1334) à Ardabīl (toujours en activité), plusieurs niveaux anciens, jusqu’à là insoupçonnés, ont été découverts. Le présent article résume les travaux archéologiques et études architecturales qui ont été conduits sur une partie du site pendant cinq saisons (localisation des chantiers, p. 262, et p. 216-217), et ont abouti à la mise au jour de plusieurs constructions allant du VIIIe/XIVe s. à l’époque qajare. L’A. présente trois découvertes : 1. une partie du mur principal de la « nouvelle » čelle-ḫāne (que l’A. date du VIIIe/XIVe s.) ; 2. le ḫāneqāh composé de trois pièces principales et d’autres espaces plus petites (datés par la céramique des VIIe-IXe/XIIe-XVe s.) ; 3. le « haštī » dont la fonction ancienne n’est pas claire, mais il s’agit peut-être du tout premier ḫāneqāh de Šeyḫ Ṣafī (?). La présentation de ce matériel est accompagnée par la lecture des sources historiques qui mentionnent ou décrivent l’ensemble architectural d’Ardabīl. L’A. argumente pour la révision de certains points de chronologie de ce complexe architectural, telle qu’elle avait été adoptée suite au travail fondamental d’A. H. Morton (Iran XII, 1974, et Iran XIII, 1975), en fonction de ces nouvelles données archéologiques.

2Sur trois photographies présentées, une seule a un rapport direct avec le sujet de l’article (p. 266, et p. 220 : elle montre le mur en brique de la pièce A du ḫāneqāh). Des plans et dessins auraient été fort utiles pour visualiser, par exemple, la disposition des bâtiments fouillés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Maḥmūd Mūsavī, « « Majmū‘e-ye tārīḫī-ye Šeyḫ Ṣafī al-Dīn Ardabīlī. Ḫāstgāh-e tašayyo‘-ye farāgīr / The Historical Monument of Sheikh Safiyeddin Ardebili; The Origin of General Shiism ». Majmū‘e maqālāt-e moṭāle‘āt-e īrānī / An Anthology of Iranian Studies, 8, 1384/2005, pp. 123-151 (texte persan) et pp. 215-228 (traduction anglaise par Homā Lezgi). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 231, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/11562

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page