Skip to navigation – Site map

HomeAbstracta IranicaVolume 285. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophone« The ‘Speaking’ Inkwell from Khu...

237
Hana Taragan

« The ‘Speaking’ Inkwell from Khurasan: Object as ‘World’ in Iranian Medieval Metalwork ». Muqarnas, XXII, 2005, pp. 29-44.

Book review by Annabelle Collinet

Index terms

Top of page

Full text

1Un encrier orné d’inscriptions et de trois représentations de calligraphes conservé à Tel Aviv (Eretz Israel Museum, inv. MHM 1.93) est le point d’ancrage de cet article consacré au lien entre écriture, iconographie et fonction des objets, bien identifiable sur un nombre relativement restreint d’œuvres islamiques. L’une des inscriptions qui ornent l’encrier est un court poème où l’encre est l’eau de la vie, et sa source, l’encrier même et celles du scribe : les figurations de celui-ci avec les instruments de son art, répondent visuellement aux mots. L’inscription située à la base du couvercle donne le nom du propriétaire de l’objet, Maḥmūd ibn Muḥammad jawāhir-zāda (le Descendant des Joyaux). Le même nom apparaît sur la célèbre aiguière de Tiflis (Historical State Museum) datée de 577/1181, faite à Hérat et œuvre de Maḥmūd ibn Muḥammad al-Haravī (de Hérat). Si ces deux personnes ne font qu’une, l’attribution de l’encrier se précise. Son iconographie, son inscription poétique et son attribution permettent de préciser celles de deux encriers aux décors similaires (Londres, V&A ; Toronto, Royal Ontario Museum) probablement issus du même atelier, voire de la même main. Celui de Toronto est inscrit au nom de ‘Alī b. Muḥammad ibn ‘Alī al-Mušrif (inspecteur du trésor). Peuvent être rattachés à ce petit groupe deux autres encriers (Copenhague, David collection et Londres, collection particulière) également à figurations de calligraphes. A qui étaient destinés ces types d’encriers qui apparaissent comme les versions matérielles et visuelles de la « littérature des secrétaires » (adab al-kuttāb) ? Probablement à des secrétaires et calligraphes au service de l’état, mais peut-être aussi à une riche clientèle n’ayant pas de fonction officielle.

Top of page

References

Electronic reference

Annabelle Collinet. Hana Taragan, « « The ‘Speaking’ Inkwell from Khurasan: Object as ‘World’ in Iranian Medieval Metalwork ». Muqarnas, XXII, 2005, pp. 29-44. », Abstracta Iranica [Online], Volume 28 | 2007, document 237, Online since 18 September 2007, connection on 30 November 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/11672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.11672

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search