Navigation – Plan du site
240
Peter Willey

Eagle’s Nest. Ismaili Castles in Iran and Syria. London, I.B. Tauris Publishers en association avec The Institute of Islamili Studies, 2005, 321 p., 40 ill. coul.

Compte-rendu réalisé par Carine Juvin

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage se décompose en deux parties. La première constitue une introduction historique où l’A. retrace les débuts de la communauté ismalienne nizarite et sa montée en puissance jusqu’à la défaite face aux Mongols en 1256, en s’appuyant principalement sur les publications récentes de Farhad Daftary. Contre la vision fantasmée occidentale des fameux « Assassins », Willey insiste sur l’habileté politique et militaire des Ismailiens qui, grâce à la personnalité avisée et charismatique de chefs comme Ḥasan Ṣabbāḥ en Iran et Rašīd al-Dīn Sinan en Syrie, se sont efforcés de protéger et de renforcer leur communauté, en se basant sur un important réseau de places fortes. Dans la deuxième partie, véritable sujet et apport de l’ouvrage, l’A. recense et décrit les forteresses ismailiennes en Iran, en Syrie, ainsi qu’au Badakhshan. Cette étude est l’aboutissement de nombreux voyages d’études, entrepris entre 1959 et 2000, au cours desquels l’A. a visité 152 châteaux et places fortes et localisé pour la première fois certains sites mentionnés dans les sources, comme Maimundez.

2Les Ismailiens ont choisi les sites de leurs forteresses et ont conçu celles-ci avec soin, selon les critères suivants : choix d’un site difficile à atteindre, réseau de forteresses permettant une communication aisée sur l’ensemble du territoire, ressources en matériaux de construction et en eau, région habitée par une importante communauté ismailienne ou au moins chiite. Répartis en chapitres par zones géographiques, les châteaux ou éléments fortifiés, souvent en état de ruine avancée, sont décrits dans le détail, dans leur structure, leur utilisation du relief, ainsi que dans leur relation avec les autres forteresses environnantes. L’A. insiste également sur les systèmes d’alimentation en eau, particulièrement soignés. On peut néanmoins regretter que ces descriptions ne soient par davantage appuyées par des plans, élévations et photographies de détails. De même, l’identification de certaines forteresses comme étant ismailiennes demeure sujette à caution, en l’absence de sources de références (dans le cas de Soru, par ex.).

3En fin d’ouvrage Rosalind A. Wade Haddon fait la synthèse du matériel céramique trouvé sur les sites ismailiens, essentiellement en Iran, à partir des prospections et fouilles réalisées par l’équipe de Willey, sous la direction de Tony Garrett. L’A. se base sur les rapports non publiés de T. Garrett, qu’elle tente de relier au matériel conservé dans la collection de Willey (dont une partie a été donnée au British Museum). Elle mentionne la découverte d’un petit four à Andej, village près d’Alamūt, dans lequel et à proximité duquel ont été retrouvés de nombreux tessons et ratés de cuisson de sgraffiato (pâte argileuse fine, de couleur chamois et à décor incisé sur engobe, rehaussé de touches de vert, manganèse et brun-rouge sous une glaçure couleur miel) que l’on retrouve sur de nombreux sites ismailiens dans la région d’Alamūt. Il est par contre absent des sites du Ḫorāsān où prévaut une céramique à pâte plus grossière, recouverte d’une glaçure turquoise.

4Suit un article de Hussein Hamdan et Aram Vardanyan, sur du monnayage nizarite, émis de 536H/1141 à la conquête mongole. 43 monnaies y sont cataloguées. Dans un premier temps, seuls ont été émis des dinars. Puis, à partir de 617H, des dirhams sont introduits. Aucune monnaie de cuivre n’est connue selon les auteurs. Alamūt, sous la dénomination « kursī al-Daylam » est la seule place d’émission répertoriée. Ils signalent également une émission éphémère à Baniyas, en Syrie, autour de 520-522H/1126-28, basée sur les dirhams bourides contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Juvin. Peter Willey, « Eagle’s Nest. Ismaili Castles in Iran and Syria. London, I.B. Tauris Publishers en association avec The Institute of Islamili Studies, 2005, 321 p., 40 ill. coul. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 240, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/11732

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page