Navigation – Plan du site
280
Hādī Ḥā’erī

Noḫbat ol-‘erfān men āyāt el-Qor’ān va tafsīruhā (Taṭbīq-e aš‘ār-e Maṯnavī va kolliyāt-e Šams bā Qor’ān-e karīm). Tehrān, Entešārāt-e ḥaqīqat, 1383/2004, 303 p. [Le Meilleur du mysticisme dans le Qor’ān et les exégèses (Comparaison des vers de Maṯnavī et du Dīvān intégral de Šams avec le Noble Coran)]

Compte-rendu réalisé par Shahram Pazuki

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Molānā Jalāleddīn Moḥammad Balḫī figure parmi les exégètes du Coran pour avoir inséré en vers persans dans son Maṯnavī et son Dīvān intégral de Šams, les concepts originaux coraniques et les interprétations herméneutiques (ta’vīl) des versets du Coran. De nombreux commentaires, rédigés au long des siècles sur l’ensemble de son œuvre, notamment sur le Maṯnavī, témoignent de cet aspect de sa poésie. Le Maître soufi Hādī Ḥā’erī (1269-1359/1890-1980) figure parmi les commentateurs du Maṯnavī et du Dīvān intégral de Šams. Il a été initié aux pensées de Molānā par son père, Ḥāj Šeyḫ ‘Abdollāh Ḥā’erī, aussi connu sous le nom de Raḥmat ‘Alī-šāh (m. 1316/1937) qui était l’un des plus célèbres mystiques et spécialistes de Molānā. Forūzānfar l’a cité comme son maître dans la préface de son édition du Dīvān intégral de Šams. Hādī Ḥā’erī occupait également une place de choix auprès d’éminents maîtres et spécialistes en la matière dont Badī‘ ol-Zamān Forūzānfar, Seyyed Moḥammad Kāẓem ‘Aṣār, Moḥīṭ Ṭabāṭabā’ī et Seyyed Ḥoseyn Naṣr. Il organisait à Téhéran des salons consacrés au Maṯnavī où se réunissaient de nombreuses personnalités littéraires.

2Dans ce livre, pour chaque verset du Coran commenté, l’A. cite d’abord ce verset puis le fait suivre des poèmes du Maṯnavī et du Dīvān intégral de Šams qui lui correspondent. Dans certains cas, le verset ne correspond en apparence pas avec les vers cités mais le rapport se révèle à travers le concept et le sens mystique des vers.

3La genèse de cette œuvre, comme il est dit dans la préface, remonte au mois de Ramaḍān de 1330 h.s./1941 alors que l’A., lisant des versets du Coran, notait en marge les vers qu’il connaissait par cœur. De même, il notait en marge de son Maṯnavī les versets du Coran qui correspondaient au sens des vers ; toutefois, la référence principale de ce livre est fournie par les notes écrites en marge du Coran. Ces notes ont été relevées et éditées du vivant de leur auteur et sont maintenant publiées après de nombreuses années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shahram Pazuki. Hādī Ḥā’erī, « Noḫbat ol-‘erfān men āyāt el-Qor’ān va tafsīruhā (Taṭbīq-e aš‘ār-e Maṯnavī va kolliyāt-e Šams bā Qor’ān-e karīm). Tehrān, Entešārāt-e ḥaqīqat, 1383/2004, 303 p. [Le Meilleur du mysticisme dans le Qor’ān et les exégèses (Comparaison des vers de Maṯnavī et du Dīvān intégral de Šams avec le Noble Coran)] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 280, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/12902

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page