Navigation – Plan du site
285
Alexandre Papas

Soufisme et politique entre Chine, Tibet et Turkestan. Etude sur les Khwajas Naqshbandis du Turkestan oriental. Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient Jean Maisonneuve successeur, Monde Caucasien et Tatar – Asie Centrale et Haute Asie, II, 2005, 291 p., index, bibliog., chronologies + 22 illustrations noir-blanc, 3 cartes.

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Qu’advient-il lorsque des saints se saisissent du pouvoir temporel ? Cette configuration théologico-politique singulière s’est actualisée entre le XVIIe et le XVIIIe s. en terre d’islam, ou plus exactement à ses marges, dans le Turkestan oriental (Xinjiang actuel), autour de la figure du maître soufi naqšbandī Āfāq Ḫwāja (1626-1694) et de ses descendants, avant d’être dissoute par l’arrivée des armées mandchoues. Version publiée de la thèse de doctorat de l’A., l’ouvrage retrace ce moment méconnu de l’histoire de l’islam soufi d’Asie centrale, avec une exigence théorique et une élégance de facture à tous égards exemplaires.

2Descendant du grand saint de Samarkand Maḫdūm-i A‘ẓam (m. 1542), Āfāq Ḫwāja fonde en 1679 « une institution théologico-politique sans précédent, où le modèle confrérique se prolonge à la mesure d’une région entière, de l’Altishahr (…) jusqu’aux portes de la Chine mandchoue ». Ce régime atypique inaugure la suprématie de la dynastie soufie des Ḫwājagān, dédoublée entre les branches Āfāqiyya et Isḥāqiyya, jusqu’à la reprise en main de la région par la dynastie chinoise des Qing en 1759. Pour rendre compte de cette expérience dans toute sa spécificité, il fallait l’ériger en paradigme théorique. C’est ce que fait l’A. en créant le concept d’« ishanat », néologisme inspiré de la notion de « pastorat politique » élaborée par Ernst Kantorowitcz et Michel Foucault, et qui désigne, entre l’īšān traditionnel et l’ishanisme moderne, l’utopie théologico-politique dans laquelle les maîtres saints naqšbandī (īšān) réalisèrent cette fusion inédite du charisme religieux et du pouvoir temporel. Plus précisément, l’ishanat recouvre un double mouvement de « politisation du mystique » et de « sacralisation du politique », expression paradoxale du rôle politique d’hommes de foi confrontés au « problème du monde ». Les quatre parties que compte l’ouvrage, réparties dans un plan chronologique qui suit l’histoire institutionnelle et politique du gouvernement des Ḫwājagān, élucident au demeurant les rituels et autres pratiques mystiques de l’état confrérique. Une analyse particulièrement réussie du samā‘ et du ḏikr illustre notamment l’engagement du corps dans les exercices spirituels destinés à consolider la communauté.

3Dans sa préface, Marc Gaborieau souligne l’audace théorique et la qualité de cette recherche, fondée sur le dépouillement de sources manuscrites largement inconnues jusqu’alors, en turk chaghatay et en persan, et le recours à une vaste littérature secondaire dans une dizaine de langues comprenant notamment l’uyghur, l’ouzbek, le turc et le russe. Conduisant de bout en bout une réflexion critique sur la démarche de l’historien, l’A. révise non seulement l’historiographie antérieure sur le Turkestan oriental (notamment les positions de l’orientaliste Joseph Fletcher sur le développement du confrérisme en Asie centrale) mais aussi le traitement qu’appellent les sources hagiographiques. S’ils s’écartent de la fiabilité de la chronique, les miracles et autres récits légendaires, comme la rencontre d’Āfāq Ḫwāja avec le Dalaï-Lama puis l’empereur de Chine rapportés dans le Hidāyat-nāma, l’une de ses sources principales, n’en sont pas moins un matériau essentiel de la reconstitution historique. Enfin, par-delà la période traitée, l’A. interroge l’évolution locale de l’islam soufi sur le long terme, et l’avenir de cette étrange expérience théologico-politique en Asie centrale. Un copieux paratexte comprenant index extensifs (index thématique, des noms de personnes et des noms de lieux), chronologies politiques et dynastiques, tables généalogiques, cartes et illustrations, complète cette étude remarquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Alexandre Papas, « Soufisme et politique entre Chine, Tibet et Turkestan. Etude sur les Khwajas Naqshbandis du Turkestan oriental. Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient Jean Maisonneuve successeur, Monde Caucasien et Tatar – Asie Centrale et Haute Asie, II, 2005, 291 p., index, bibliog., chronologies + 22 illustrations noir-blanc, 3 cartes. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 285, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/13042

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page