Navigation – Plan du site
298
Avicenna

The Metaphysics of The Healing. Al-Šifā’: al-Ilāhiyyāt. A parallel English-Arabic text translated, introduced, and annotated by Michael E. Marmura, Provo, Utah, Brigham Young University - Islamic Translation Series, 2005, xxvii + 441 + 378 p. [anglais-arabe]

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Entrées d’index

Rubriques :

9. Philosophie

Auteurs mentionnés :

Avicenne, Michael E. Marmura
Haut de page

Texte intégral

1Cette version de la Métaphysique d’Avicenne est la quatrième traduction intégrale de l’ouvrage dans une langue occidentale, après la traduction allemande de Max J.H. Horten (1907), la version française du Père Georges C. Anawati (1978-1985), et la récente édition trilingue arabe/latin/italien de Pasquale Porro et Olga Lizzini (Bompiani, 2002). Elle constitue aussi une nouvelle édition critique du texte arabe. L’éditeur s’est largement fondé sur l’édition du Caire (1960), en intégrant la plupart des émendations proposées par Anawati, et en la collationnant avec l’édition de Téhéran (2000). Il s’éloigne en revanche de l’édition du Caire dans le découpage du texte, et propose une nouvelle numérotation des paragraphes.

2Point d’orgue du Šifā’, qu’ils concluent, les dix livres de la Métaphysique opèrent une synthèse subtile entre aristotélisme, néoplatonisme plotinien et Islam. Contrairement aux positions adoptées dans la Philosophie Orientale, Avicenne part d’une définition strictement péripatéticienne : l’objet de la métaphysique n’est pas Dieu, mais l’existant, considéré en lui-même sans aucune détermination. Après Aristote, il envisage ensuite les relations de l’existant aux dix catégories. On compte au nombre des conceptions avicenniennes originales la célèbre distinction entre essence (ou quiddité) et existence, qui engage la question de l’inexistence des universels : si l’essence est indifférente à l’existence, on peut penser des choses qui sont, et qui sont possibles, bien qu’elles n’aient pas d’existence (voir l’exemple de la « chevalité », 5.1.). Dès leur titre, cependant, les Ilāhiyyāt confèrent un sens onto-théologique à la philosophie première, là où le terme grec de « métaphysique » ne désignait qu’un « après » de la physique. Opposant l’existant nécessaire en soi (qui est cause de tout), et les existants qui ne sont en eux-mêmes que possibles, mais qui sont nécessités par autre chose (les existants causés), Avicenne embrasse une cosmologie néoplatonicienne qui substitue à la simple cause motrice d’Aristote une cause efficiente dans laquelle on reconnaît sans peine le Dieu créateur des monothéismes. Il développe ensuite, aux livres 8 à 10, un schème émanationniste de la création largement inspiré par Fārābī. Le texte se conclut en outre sur une application éthico-politique toute musulmane de la philosophie dans la forme d’une « cité vertueuse ».

3La lisibilité du texte et la qualité de la présentation répondent à l’orientation générale de la collection. La collection « Islamic Translation Series » se donne pour tâche de mettre à la disposition des spécialistes les fondamentaux de la pensée musulmane classique, dans des éditions et traductions conformes aux exigences académiques modernes. La traduction anglaise est claire, très proche de l’arabe, au point de s’écarter par endroits de l’interprétation d’Anawati. Le choix d’un apparat critique sobre confirme la volonté de rendre accessible le texte original d’Avicenne sans le saturer d’érudition. Ainsi, les notes sont plus explicatives qu’interprétatives, les lignes du texte sont numérotées de façon à faciliter les références, et l’introduction, peu copieuse, se contente de souligner l’originalité de la démarche d’Avicenne parmi les fīlsūf du monde musulman médiéval. Un index fort utile, et une bibliographie succincte viennent compléter l’ensemble. Dans sa conception, ce volume diffère donc radicalement de la version trilingue des éditeurs italiens. Le texte-source arabe est ici présenté pour lui-même, tandis que P. Porro et O. Lizzini mettent l’accent sur l’histoire de la réception du texte et de sa transmission à l’Occident chrétien en reproduisant la traduction latine du XIIe s., et en détaillant en introduction les débats occasionnés par l’« avicennisme latin ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Avicenna, « The Metaphysics of The Healing. Al-Šifā’: al-Ilāhiyyāt. A parallel English-Arabic text translated, introduced, and annotated by Michael E. Marmura, Provo, Utah, Brigham Young University - Islamic Translation Series, 2005, xxvii + 441 + 378 p. [anglais-arabe] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 298, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/13352

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page