Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 261. Bibliographie, Recueils d’arti...1.2. Recueils d’articles : revues...Iranian Studies. The Journal of t...

9
Maria E. Subtelny

Iranian Studies. The Journal of the Society for Iranian Studies. Vol. 36, n° 4, (December 2003), Carfax Publishing.

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Texte intégral

1Ce numéro spécial consacré au polygraphe de la fin du 15e s. Ḥusayn Vā⁽iẓ-i Kāšifī regroupe les communications présentées à l’occasion de la Quatrième Conférence Bisannuelle d’Études Iraniennes tenue à Bethesda (Maryland) du 24 au 26 mai 2002, pour commémorer le cinq centenaire de la mort de l’A. en 910/1504-05. Les études, réunies et éditées par l’éminente spécialiste canadienne de la période timouride, Maria E. Subtelny, fournissent pour la première fois une vue d’ensemble de l’œuvre de Kāšifī, prédicateur à la cour de Hérat et savant réputé en son temps, trop souvent considéré par les chercheurs modernes comme simple compilateur et vulgarisateur de savoirs élaborés à date ancienne.

2L’objectif avoué de cette entreprise est de réévaluer la contribution de Kāšifī à la codification des savoirs de son siècle, et à travers son œuvre, de réhabiliter la production savante iranienne de l’époque timouride au regard de la tradition classique. Ḥusayn Vā⁽iẓ-i Kāšifī apparaît dès lors comme un acteur essentiel de la constitution du patrimoine scientifique et culturel iranien de la fin du Moyen Age. L’alliance particulière de rationalisme et d’ésotérisme (entre soufisme naqšbandī, sunnisme et shiisme) dont témoigne son œuvre, vaste somme de savoirs imprégnée de culture iranienne traditionnelle et rédigée dans un persan remarquable par son style, atteste aussi la visée encyclopédique de son milieu. A travers la figure de Kāšifī, c’est au préjugé tenace qui assimile l’époque timouride à une ère de décadence de la grande culture persane classique que s’en prend ce numéro dans son ensemble. La présence parmi les contributeurs d’un certain nombre d’élèves ou d’anciens élèves de Maria E. Subtelny confirme au demeurant le regain d’intérêt pour la période parmi les jeunes chercheurs.

3Les études rassemblées dans ce numéro privilégient ceux des ouvrages de Kāšifī qui sont les moins connus des Occidentaux, et présentent le polygraphe dans ses principales dimensions d’exégète du Coran (Kristin Z. Sands), d’auteur d’un manuel d’inšā (Colin P. Mitchell) et d’un manuel de rhétorique (Marta Simidchieva), d’ouvrages sur la magie et l’alchimie (Pierre Lory), sur l’adab et la chevalerie spirituelle (Arley Loewen) et sur l’astrologie (Sergeï Tourkin et Živa Vesel). Sont aussi étudiés sa version remaniée des fables animalières édifiantes de Kalīla wa Dimna (Christine Van Ruymbeke), et son miroir des princes Aḫlāq-i Muḥsinī, dont la date de rédaction est ici révisée (Maria E. Subtelny). Le dernier article, enfin, est consacré à certains aspects codicologiques et iconographiques de la tradition manuscrite du même Aḫlāq-i Muḥsinī (Lisa Golombek). Plusieurs études ont en outre le mérite de tirer parti des pages où Kāšifī analyse lui-même la société timouride, et notamment la classe des lettrés (ahl al-qalam) à laquelle il appartient. On trouve aussi une très utile recension de ses œuvres (Maria E. Subtelny), encore peu éditées, ainsi que de nombreuses planches et fac-similés reproduits dans les articles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Maria E. Subtelny, « Iranian Studies. The Journal of the Society for Iranian Studies. Vol. 36, n° 4, (December 2003), Carfax Publishing. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 9, mis en ligne le 15 décembre 2005, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/1344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.1344

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search