Navigation – Plan du site
312
Ḥamīde Nowrūzī-Nežād et Muḥammad Karīmī-Zanjānī-Aṣl

Risāla al-šarafiyya fī taqāsīm al-‘olūm al-yaqīniyya-yi Abū ‘Alī Ḥasan Salmāsī. Anjoman-e āṯār va mafāḫer-e farhangī, 1384/2004, 200 p., index.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Texte intégral

1S’il était besoin, ce livre illustre une nouvelle fois la richesse des bibliothèques turques pour ce qui concerne la civilisation iranienne. Le texte édité par Nowrūzī-Nežād et Karīmī-Zanjānī-Aṣl est une épître en persan contenue dans un manuscrit autographe d’Abū ‘Alī Salmāsī conservé dans la Bibliothèque Fateḥ d’Istambul. Outre la Risāla al-šarafiyya fi taqāsīm al-‘olūm al-yaqīniyya (« Epître en l’honneur de Sharaf [al-Din] à propos de la classification des sciences »), le manuscrit contient aussi trois pand-nāme (l’un d’eux avait déjà été analysé par Fouchécour, Moralia) ainsi que deux textes médicaux traduits en persan. De Salmāsī, nous ne savons presque rien sinon qu’il était shafi‘ite, qu’il écrivit à Isfahn entre 612 et 623 (soit une décennie avant la conquête de la ville par les Mongols) et qu’il dédia quatre des six textes contenu dans le manuscrit (dont la Risāla al-šarafiyya) à un vizir shi‘ite, inconnu par ailleurs, qui aurait été au service la très puissante famille des Ḫujandī.

2Le texte de la Risāla (14 folios) propose deux types de classification des sciences (la première est basée sur le degré de plaisir qu’elles inspirent à Dieu ; la seconde est sur l’utilité relative des différentes sciences). Le texte est édité avec soin. Surtout, il est présenté de façon exemplaire. La longue introduction de 80 pages contient trois grandes parties (dont deux avaient déjà été publié dans Ā’īne-ye mīrāṯ en été 1383/2004) qui peuvent se lire de façon indépendante. La première partie (pp. 11-45) rappelle quelles furent les différents systèmes de classification des sciences dans les premiers siècles de l’Islam. La seconde partie (pp. 46-67) est une synthèse particulièrement complète sur le rôle de capitale scientifique joué par Isfahan à l’époque pré-mongole, depuis Miskawayh jusqu’à Suhrawardī. Ce chapitre, très dense, aurait pu faire l’objet d’une publication séparée, tant la matière y est riche. La troisième partie (pp. 69-86) présente Salmāsī, et décrit le contenu de la Risāla (résumé utilement sous forme de tableaux, pp. 80-1), ainsi que le manuscrit utilisé. Notons que sur les conseils de Ravāqī, les AA. ont fait suivre l’édition critique de la Risāla par la reproduction du manuscrit en fac-similé (malheureusement d’assez mauvaise qualité) car Salmāsī avait vocalisé son texte selon les inflexions du dialecte isfahanais (ce qui devrait intéresser les linguistes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Ḥamīde Nowrūzī-Nežād et Muḥammad Karīmī-Zanjānī-Aṣl, « Risāla al-šarafiyya fī taqāsīm al-‘olūm al-yaqīniyya-yi Abū ‘Alī Ḥasan Salmāsī. Anjoman-e āṯār va mafāḫer-e farhangī, 1384/2004, 200 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 312, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/14052

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page