Navigation – Plan du site
315
Moḥsen Rūstā’ī

Tārīḫ-e ṭebb va ṭebābat dar Īrān (az ‘ahd-e qājār tā pāyān-e ‘aṣr-e Reḍā Šāh) be revāyat-e asnād. 2 vols, Sāzmān-e asnād va Ketābḫāne-ye mellī-ye jomhūrī-ye eslāmī-ye Īrān, vol. 1 : ccclxi + 660 p., indices et une appendice ; vol. 2 : xv + 911 p., indices et une appendice, 1382/2003.

Compte-rendu réalisé par Fabrizio Speziale

Texte intégral

1Cet ouvrage en deux volumes est une ample recherche sur l’histoire de la médecine en Iran à l’époque Qājār et Pahlavī, basée surtout, comme le spécifie le titre, sur l’étude et l’édition des documents officiels. La partie initiale du premier volume consiste en une longue introduction (pp. i-ccclxi) sur l’état de la médecine à l’époque en question, en commençant par le déclin de l’enseignement de la médecine traditionnelle islamique et la diffusion contemporaine de la médecine occidentale grâce à l’établissement de l’école polytechnique Dār al-Fonūn. L’A. traite des étudiants iraniens qui étudièrent en Europe, et en particulier en France, des aspects institutionnels et législatifs de la médecine, de l’histoire de l’enseignement médical, des hôpitaux (y compris ceux établis par les médecins et missionnaires européens et américains) et des pharmacies. Nombreux sont les portraits biographiques des médecins et des auteurs iraniens de l’époque : il y a même un paragraphe sur les médecins poètes ; une longue section traite de l’activité des médecins et des missionnaires occidentaux en donnant leur biographie.

2Cette introduction est suivie de ce qui constitue l’intérêt réel de ce livre, 558 pages en plusieurs chapitres de documents présentés en édition annotée. Il s’agit d’asnād, de textes de lois et de réglementations sanitaires, de rapports et de documents sanitaires officiels, de documents issus des écoles médicales… on trouve aussi des textes de petites annonces publiées dans les journaux de l’époque par des cabinets médicaux privés.

3Le dernier chapitre traite de quelques hôpitaux, à commencer par celui de Mašhad, et inclut un paragraphe sur l’Institut Pasteur de Téhéran. Dans l’appendice (pp. 620-660) sont données les reproductions d’une vingtaine de documents et autant de photographies de médecins, de personnages représentatifs et de quelques lieux de l’époque.

4Le deuxième volume est consacré aux biographies de médecins, célèbres ou mineurs, de l’époque. Les deux premiers tiers du volume décrivent les biographies et les asnād de 191 médecins iraniens. Vient ensuite, pp. 652-715, l’édition du texte d’un annuaire de médecins daté de 1328 (et conservé au Sāzmān-e asnād-e mellī) qui donne des informations sommaires (nom, âge, ville, adresse, nom du père, années d’études et de pratique, spécialisation) sur environ 213 médecins dont beaucoup sont quasi inconnus.

5La conclusion est constituée d’un volumineux appendice (pp. 829-911) qui contient plus de cinquante reproductions de documents et certificats, et 37 photographies, portraits et groupes de médecins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Speziale. Moḥsen Rūstā’ī, « Tārīḫ-e ṭebb va ṭebābat dar Īrān (az ‘ahd-e qājār tā pāyān-e ‘aṣr-e Reḍā Šāh) be revāyat-e asnād. 2 vols, Sāzmān-e asnād va Ketābḫāne-ye mellī-ye jomhūrī-ye eslāmī-ye Īrān, vol. 1 : ccclxi + 660 p., indices et une appendice ; vol. 2 : xv + 911 p., indices et une appendice, 1382/2003. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 315, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/14122

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page