Navigation – Plan du site
319
Anonyme

“Tanklūšā”, az mo’allefī našenāḫte, be ḍamīme-ye Madḫal-e manẓūm az ‘Abd al-Jabbār Ḫojandī (comp. en 616 h.q.). Introduction et édition : R. Reḍā-zāde Malek, Téhéran, Mīrāṯ-e Maktūb, 1384/2005, 128 + 212 p., index, ills.

Compte-rendu réalisé par Živa Vesel

Texte intégral

1R. Reḍā-zāde Malek livre ici l’édition critique de la version persane des « 360 degrés du ciel », genre archaïque d’astrologie et de talismanique qui décrit dans le texte (et parfois en peinture) l’image correspondante à chaque degré de l’ecliptique. Le texte persan qui existe en plusieurs manuscrits n’a été édité auparavant qu’à partir de sa version illustrée (cf. Tangelošā yā ṣovar-e daraj, R. Homāyūn-farroḫ éd., Téhéran, 2537 shsh.). L’introduction de l’éditeur, intéressante pour l’ampleur des sources produites, revient entre autres vers la question d’une origine moyen-perse du livre. Tankilūšā/Tangelošā – c’est à dire Teucros ‘le Babylonien’ (ca. Ier s. AD) – est bien connu comme auteur d’un traité grec sur les 36 décans, traduit en moyen perse et ensuite en arabe, que l’on trouve chez Abū Ma‘šar (Kitāb al-mudḫal al-kabīr) et Ibn Hibintā (Kitāb al-muġnī). En revanche, la description des 360 degrés apparaît pour l’heure comme un apocryphe de Teucros, dans la mesure où aucun texte grec de cet auteur ne nous est connu sur le sujet, même si habituellement Teucros est crédité de la fusion du système des décans avec celui du zodiaque. Le problème des origines exactes du genre des degrés reste peu élucidé à ce jour et il en est de même pour ce qui est de ses versions iraniennes pré-islamiques. Il faut souligner qu’il existe en arabe (et parfois en traduction persane) outre les degrés “selon Teucros” – traité qui se rattache à la tradition nabatéenne – également plusieurs autres séries de degrés, comme celle de Ṭomṭom Hendī, d’Abū Dhātis Bābelī et, surtout, les degrés “selon Zoroastre” (figurant dans Jāmi‘ al-Šāhī, la compilation de Sijzī des œuvres d’Abū Ma‘šar). En revanche, les degrés “selon les Persans”, signalés par le disciple d’Abū Ma‘šar, Šādān, ainsi qu’une autre série, attribuée à Abū Ma‘šar par Ibn al-Nadīm, ne se sont pas conservés. Il aurait donc – apparemment – existé en moyen-perse une littérature des degrés de tradition proprement iranienne. Pour ce qui est de la présente version “selon Teucros”, on peut retenir au mieux que le fait qu’un certain nombre d’éléments textuels et iconographiques qui figurent dans ses versions arabes et persanes, relevés par Homāyūn-farroḫ et Reḍā-zāde Malek, pourraient indiquer à leur tour une élaboration de ce traité dans l’Iran pré-islamique. Cependant, en dépit de l’existence probable de différentes séries de degrés dans l’Iran pré-islamique, on ne peut parler d’une possible origine iranienne du genre ; une telle affirmation relèverait d’une thèse peu crédible. Quoi qu’il en soit, l’intérêt de la présente édition de la traduction persane du texte (laquelle remonte avant 762 H) est d’autant plus grand qu’il s’agit de la seule version des “degrés selon Teucros” dans le monde islamique qui nous soit parvenue également sous une forme illustrée (copie persane datée 1074 AH).

2Tout aussi intéressante est l’édition qui suit, d’un poème astrologique Madḫal-e manẓūm de Ḫojandī. D’habitude attribué à Naṣīr al-dīn Ṭūsī (notamment pour la section les élections [eḫtiyārāt] selon le ‘parcours de la Lune dans les signes du Zodiaque’), l’éditeur produit une série de preuves pour démontrer que le poème qu’il édite est bien de Ḫojandī, dédié à un certain Jamāl al-dīn. Le poème frappe par sa longueur et l’envergure de la description du ciel abordée, qui dénote une grande connaissance de l’astronomie et de l’astrologie de l’époque par Ḫojandī, qui mentionne d’ailleurs à plusieurs reprises également les décans ainsi que les degrés (étoiles fixes, le zodiaque, exaltations, déjections, maisons, triplicités, constellations des deux hémisphères, termes, mansions lunaires, eclipses solaire et lunaire, etc., et pour finir une longue section sur les élections (eḫtiyārāt) selon le parcours des planètes et les deux luminaires dans le zodiaque, ainsi que selon les conjonctions de la lune avec les planètes et le soleil), données qui peuvent être utilement lues à la lumière d’al-Tafhīm de Bīrūnī. L’éditeur nous offre ainsi l’accès aux deux textes de base pour comprendre l’expression persane de la culture savante “internationale”, dans sa version commune à l’ensemble du monde islamique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Živa Vesel. Anonyme, « “Tanklūšā”, az mo’allefī našenāḫte, be ḍamīme-ye Madḫal-e manẓūm az ‘Abd al-Jabbār Ḫojandī (comp. en 616 h.q.). Introduction et édition : R. Reḍā-zāde Malek, Téhéran, Mīrāṯ-e Maktūb, 1384/2005, 128 + 212 p., index, ills. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 319, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/14192

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page