Navigation – Plan du site
49
U. Seidl

« Polychromie ». RlA, 10, 2003-2005, pp. 599-600.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1La polychromie, terme général qui décrit la coloration de murs, de bâtiments mais aussi de reliefs ou de statues, a été bien analysée pour les peintures murales. Mais les couleurs sur les reliefs ou les statues, encore plus difficiles à cerner pour avoir disparu, changé avec le temps ou être, selon les pigments, conservées de manières différentes sur un même objet, n’ont jamais fait l’objet d’une étude systématique. Et pourtant, il est certain que de nombreuses œuvres au Proche-Orient ancien étaient polychromes. La polychromie était obtenue de plusieurs manières : assemblage de différents matériaux, feuille d’or, marqueterie, glaçure ou peinture. Pour les reliefs, seuls ceux de Persépolis ont été analysés sous ce point de vue jusqu’à présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. U. Seidl, « « Polychromie ». RlA, 10, 2003-2005, pp. 599-600. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 49, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/14452

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page