Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 283. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...« Some pigment identifications fo...

Texte intégral

1Même si l’existence de couleurs sur les murs, les sols et les sculptures de Persepolis ne font aucun doute et même si les premiers fouilleurs qui purent en considérer les pâles restes à l’œil nu les mentionnent dans divers rapports, assez peu d’analyses chimiques ont été faites. Les trois pièces dont la surface a été analysée sont conservées au British Museum. Ces objets proviennent d’un relief de l’Apadana, d’un enduit de sol et d’un sphinx. Les pigments rouges sur les deux premiers fragments sont de l’hématite. L’analyse révèle que les restes de vert sur le sphinx sont modernes ! Invitation à la prudence quand on juge les restes de couleurs sans analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. J. Ambers et St John Simpson, « « Some pigment identifications for objects from Persepolis ». www.achemenet.com/Arta 2005.002, 13 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 65, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/15202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.15202

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search