Navigation – Plan du site
99
J.-D. Macchi

« Le livre d’Esther : regards hellénistiques sur le pouvoir et le monde perses ». Trans., 30, 2005, pp. 97-135.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Texte intégral

1Le livre d’Esther raconte l’histoire d’une juive devenue reine de Perse. Par ce biais, il décrit la cour royale perse d’une manière que l’A. trouve très proche de celle des historiens grecs. L’A. cite de nombreux parallèles entre la littérature grecque et le livre d’Esther, concernant entre autres la présentation générale de l’empire perse, le fonctionnement de l’administration royale et la vie au palais du souverain. Il considère ce livre comme une sorte de ‘Persica’ juives, donc une œuvre plus grecque que juive et écrite dans la tradition de la narration historique grecque. À l’inverse de nombreux chercheurs, l’A. considère que les auteurs du livre d’Esther n’avaient qu’une connaissance indirecte du monde perse et que celle-ci provenait de la littérature grecque. Il est plus probable de situer le berceau du livre d’Esther dans une diaspora juive installée dans un milieu fortement hellénisé comme les grandes villes de Syrie ou d’Égypte plutôt qu’en Palestine ou en Perse. Au cas où ce livre serait d’époque hellénistique on peut songer à Alexandrie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. J.-D. Macchi, « « Le livre d’Esther : regards hellénistiques sur le pouvoir et le monde perses ». Trans., 30, 2005, pp. 97-135. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 99, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/16002

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page