Navigation – Plan du site
110
M. H. Ṭālebiyān

Pārse. Kārnāme-ye bonyād-e pažūhešī-ye Pārse-Pāsārgād (‘elmī, pažūhešī va eṭṭelā‘-resānī) / Parsa, Annual Report of the Research Foundation of Parsa-Pasargadae. M. H. Ṭālebiyān, ed., Vol. 1, No. 1, zemestān 1383/Winter 2004, 194 p. (persan), 30 p. (anglais).

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Comme le titre l’indique, cette nouvelle série a pour objectif de rendre compte des activités du centre de recherche réactivé en 2002 et installé physiquement à Persépolis et Pasargades. Le centre a pour vocation « la gestion, l’organisation, la conservation et la rénovation des vestiges et de lancer des recherches sur les deux sites classés au Patrimoine mondial ». Différents départements ont été mis en place : archéologie, langues anciennes, conservation, restauration, architecture, géologie, géophysique, musée, bibliothèque, administration.

2Ce premier volume contient d’une part huit articles, d’autre part des rapports courts, 2 à 3 pages, sur les activités de chaque département. La plupart des articles sont des résumés des opérations conduites à Persépolis depuis les années 1930. Deux d’entre eux apportent des données nouvelles sur la céramique achéménide. M. T. ‘Aṭā’ī a conduit une prospection sur toute la pente du Kūh-e Raḥmat depuis les fortifications jusqu’à la terrasse. Ce patient et minutieux travail produit une information importante sur l’occupation de Persépolis. Si l’A. a tendance à attribuer à l’époque achéménide toute céramique qui n’est pas reconnue comme appartenant clairement à une autre période (antérieure ou postérieure), il montre que les pentes ont conservé des traces de l’activité des hommes. Sans doute les tessons de poterie des millénaires antérieurs aux Achéménides peuvent provenir des briques mises en place à cette période, par prélèvement de terres autour de la terrasse dans des secteurs qui ont porté des établissements antérieurs. En revanche, les céramiques post-achéménides, islamiques incluses, correspondraient à des occupations très occasionnelles, peut-être celles de simples bergers.

3Des résultats plus précis, parce qu’ils proviennent de sondages limités, sont donnés dans l’article de A. R. ‘Asgarī Šāverdī. Dans le cadre du curage du réseau de drainage de la terrasse, une nécessité pour la préservation du site, une intéressante collection de céramiques a été recueillie, en particulier dans un sondage mené à l’angle sud-est de la terrasse. Ces travaux avaient été entrepris par E. Herzfeld principalement, mais celui-ci n’en a jamais rendu compte. Ces deux contributions font progresser la connaissance du matériel céramique de l’époque achéménide, puisque celui-ci était réduit jusqu’ici à trois planches de dessins publiés jadis par E. Schmidt (Persépolis II, 1957).

4Saluons donc l’initiative du Centre Persépolis-Pasargades et souhaitons que ce premier volume soit le début d’un moyen d’information régulièrement mis à la disposition des chercheurs et de tous ceux qui s’intéressent aux recherches à Persépolis et Pasargades et à leur conservation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. M. H. Ṭālebiyān, « Pārse. Kārnāme-ye bonyād-e pažūhešī-ye Pārse-Pāsārgād (‘elmī, pažūhešī va eṭṭelā‘-resānī) / Parsa, Annual Report of the Research Foundation of Parsa-Pasargadae. M. H. Ṭālebiyān, ed., Vol. 1, No. 1, zemestān 1383/Winter 2004, 194 p. (persan), 30 p. (anglais). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 110, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/16252

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page