Navigation – Plan du site
112
Shahrokh Razmjou

« In search of the lost Median art ». IA, 40, 2005, pp. 271-314.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1L’A. se place à contre-courant de la tendance actuelle qui doute de l’existence d’un véritable empire (ou royaume) mède et d’un art mède (cf. Abs. Ir. 26, c.r. n° 117). Pour Sh.R., les Mèdes (vus comme un royaume) que citent les textes mésopotamiens étaient très puissants puisqu’ils ont conquis l’empire assyrien (sans les Babyloniens ?) ; leur art existe, mais on n’a pas su en reconnaître les témoins. La démonstration est fondée sur des absences reconstituées et sur les représentations des Mèdes après la période mède restituée à Persépolis. Certains traits des Mèdes sont attestés antérieurement à la période mède (trésor de Ziwiyé, Urartu, régions steppiques des nomades, etc.) ce qui est incontestable. En suivant l’A., on pourrait en inférer que d’autres « peuples » iraniens et orientaux de l’empire ont constitué des royaumes organisés avant les Perses ! Dans cet art mède, l’A. est capable de distinguer « the pure and original Median art », venu du nord, de l’art « mixed with Mesopotamian and Urartian elements ». Toutes ces « avancées » marquent un recul dans la recherche actuelle (contra par ex. Genito (cf. c.r. n°°86)).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Shahrokh Razmjou, « « In search of the lost Median art ». IA, 40, 2005, pp. 271-314. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 112, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/16292

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page