Navigation – Plan du site
114
Robert Rollinger

« Das Phantom des Medischen ‘Grossreiches’ und die Behistun-Inschrift », in : E. Dąbrowa, ed., Ancient Iran and its neighbours. Studies in Honour of Prof. Jozef Wolski on Occasion of His 95th Birthday. Krakow, 2005, pp. 11-29. (Electrum 10)

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

E. Dąbrowa, Jozef Wolski
Haut de page

Texte intégral

1L’A. poursuit sa critique de la réalité d’un empire mède (Abs. Ir. 26, c.r. n° 117). Il résume les arguments : pas d’archives internes ni de capitale, ni de documents archéologiques et d’art. Les sources externes (assyriennes et babyloniennes), par la terminologie qualifiant les Mèdes, n’indiquent pas l’existence d’un État. Il ne reste que le texte d’Hérodote. Puis, R.R. s’appuie sur la fameuse inscription de Behistun dans laquelle l’opposition mède à Darius n’indique nullement une unité récemment perdue (depuis Cyrus), mais au plus les menées d’usurpateurs se prétendant rois de Médie ou d’une partie de ce qui semble être le territoire des Mèdes. Rien n’indique plus qu’une confédération de tribus ou un pays, comme ceux qui virent se lever d’autres rebelles. Voir un point de vue opposé à partir des documents figurés de Persépolis (c.r. n° 112).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Robert Rollinger, « « Das Phantom des Medischen ‘Grossreiches’ und die Behistun-Inschrift », in : E. Dąbrowa, ed., Ancient Iran and its neighbours. Studies in Honour of Prof. Jozef Wolski on Occasion of His 95th Birthday. Krakow, 2005, pp. 11-29. (Electrum 10) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 114, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/16312

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page