Navigation – Plan du site
119
Andrew Steward et S. Rebecca Martin

« Attic Imported Pottery at Tel Dor, Israel: An Overview ». BASOR, 337, pp. 79-94.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Texte intégral

1L’analyse de la céramique attique (à figures noires, à figures rouges, à vernis noir) au Levant est intéressante à de nombreux points de vue : économique pour analyser les voies de commerce, entre autres en temps de guerre ; social pour distinguer un possible choix dans l’importation de céramique grecque et en conséquence dans les formes qui intéressaient ses usagers ; et socio-culturel pour en savoir plus sur ceux qui utilisaient cette céramique plus belle et plus chère que la céramique locale. Ils étaient théoriquement Levantins, marchands de diverses nationalités ou Grecs habitant le Levant. Ainsi plusieurs études ont porté sur ce sujet (cf. Abs. Ir. 20-21, c.r. n° 182, Abs. Ir. 23, c.r. n° 40).

2La céramique attique fouillée à Tel Dor (au sud de Haifa) va être publiée in extenso et l’article recensé ici n’est qu’une étude préliminaire. Dor est un des endroits de la côte et de l’arrière-pays syro-phénicien où il en a été trouvé le plus. Comme sur toute la côte, les importations débutent vers 500 av. J.-C. avec des céramiques à figures noires et vernissées noires. Vers 450 les figures rouges remplacent les figures noires et la variété des formes à vernis noir augmente. L’importation atteint son maximum au IVe s. et cesse vers 300 av. J.-C. En général les formes sont confinées aux vaisselles à boire et aux lécythes. Les motifs semblent refléter un goût local et ne confirment ni ne réfutent la présence de Grecs à Dor. La moitié des dessins de la figure noire représentent Dyonisos, les satires et les ménades, Héraklès et le lion de Némée apparaissent deux fois (Elaious I Painter). Plusieurs fragments de coupes et de cratères à figures rouges ont été peints par le peintre du Pithos et le Groupe Otchoët. Eux aussi montrent des scènes dionysiaques. Les lécythes proviennent du peintre d’Haimon, du groupe Lancut et de l’atelier du peintre de Beldam. La répartition des ateliers est la même que pour le reste de la Syrie-Phénicie (A. Nunn, « Der figürliche Motivschatz Phöniziens, Syriens und Transjordaniens vom 6. bis zum 4. Jahrhundert v. Chr. », OBO SA, 18, 2000, pp. 128-134). La valeur de cette céramique importée était telle que de nombreuses coupes furent réparées dès l’antiquité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Andrew Steward et S. Rebecca Martin, « « Attic Imported Pottery at Tel Dor, Israel: An Overview ». BASOR, 337, pp. 79-94. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 119, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/16462

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page