Navigation – Plan du site
126
Xella, Paolo et Zamora López, José-Ángel

« L’inscription phénicienne de Bodashtart in situ à Bustān ēš-Šēẖ (Sidon) et son apport à l’histoire du sanctuaire ». ZDPV, 121, 2005/2, pp. 119-129.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Texte intégral

1La réédition des inscriptions phéniciennes du Liban et l’extraordinaire redécouverte d’une nouvelle inscription qui se trouvait près du sanctuaire de Bustān ēš-Šēẖ (voir c.r. n° 127), a incité les épigraphes à de nombreux articles. Celui-ci réanalyse une inscription de Bodashtart qui n’est pas complètement inconnue mais pratiquement inédite. Cette épigraphe est la seule à se trouver encore in situ, sur le mur des inscriptions, soit sur la « première façade » à l’avant du podium. Bodashtart écrit qu’il a bâti un temple à son dieu Eshmoun. Évidemment la construction de ce temple est plus ancienne et remonte vraisemblablement au prédécesseur et cousin de Bodashtart, Eshmounazar II vers 550 av. J.-C. Mais Bodashtart réaménagea le podium (podium II). Il construisit aussi une seconde façade sur l’avant du podium. Les blocs, sur lesquels ses inscriptions étaient déjà écrites, avaient été insérés dans la (première) façade de manière à ne pas pouvoir être lus. Le roi aurait peut-être adopté cette coutume de Mésopotamie, où les textes et objets cachés dans des fondations sont connus depuis le IIIe millénaire. La redécouverte de cette inscription aide aussi à établir la chronologie de la construction du sanctuaire sous Bodashtart.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Xella, Paolo et Zamora López, José-Ángel, « « L’inscription phénicienne de Bodashtart in situ à Bustān ēš-Šēẖ (Sidon) et son apport à l’histoire du sanctuaire ». ZDPV, 121, 2005/2, pp. 119-129. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 126, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/16612

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page