Navigation – Plan du site
148
Denise Aigle

« Loi mongole vs loi islamique. Entre mythe et réalité ». Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 5/6, 2005, pp. 971-996.

Compte-rendu réalisé par Jean Richard

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1On admet généralement que Gengis-khan promulgua en 1206 un code complet de lois à observer par tous les sujets de l’empire universel auquel il prétendait, le yāsā. D. Aigle montre que cette perspective, retenue par Pétis de la Croix et ses successeurs, procède en fait des historiens musulmans de l’âge mamelouk, tel Maqrīzī, mais est démentie par Juvaynī, plus au contact des réalités mongoles, et par les sources latines et chinoises. À la différence de la charia à laquelle les premiers l’assimilaient, le yasa ne vise qu’à assurer une soumission à l’empire et aux exigences de la souveraineté, notamment en matière militaire, laissant aux peuples leurs coutumes propres sans les assujettir à celles des Mongols. On pourrait se demander si, en tolérant les différents cultes, mais en obligeant les clergés à prier pour le grand khan en retour des privilèges qui leur étaient reconnus, ils ne les soumettaient pas au yāsā tout en respectant leurs propres coutumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Richard. Denise Aigle, « « Loi mongole vs loi islamique. Entre mythe et réalité ». Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 5/6, 2005, pp. 971-996. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 148, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17292

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page