Navigation – Plan du site
160
Jürgen Paul

« The Seljuq Conquest(s) of Nishapur: A Reappraisal ». Iranian Studies, 38/4, December 2005, pp. 575-585.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1A l’occasion du 29. Deutscher Orientalistentag qui se tint à l’Université de Halle en 2004 et dont il fut le maître d’œuvre, Jürgen Paul prit l’initiative d’organiser une table ronde autour de la notion de « Private Warfare ». Dans cette expression (dont Paul admet qu’elle est peut-être mal choisie, voir Introduction au groupe d’articles p. 546), il y a l’idée que dans l’Orient médiéval, contrairement à ce que pensait Weber, « l’usage légitime de la violence » n’était pas l’apanage de l’État ou du souverain. La table ronde en question donna lieu à plusieurs contributions qui furent ensuite publiées ensemble dans la revue Iranian Studies : A. Abdelsalam discuta de la pratique de la violence dans les théories de la hiṣba ; D. Tor analysa le rôle des mutaṭawwi‘a au début de la période abbaside (cf. c.r. n° 164) ; D. Durand-Guédy examina le potentiel militaire des élites d’Isfahan à l’époque saljuqide (cf. c.r. n° 153). J. Paul, quant à lui, entreprit de revenir sur le rôle des élites urbaines lors d’un épisode bien connu de la fondation de l’État seldjoukide : la reddition de la ville de Nīšāpūr en 428/1039 aux Turkmènes de Toġril Beg, deux ans avant l’écroulement de l’autorité ghaznavide au Ḫurāsān. Paul fait une relecture minutieuse du célèbre récit de Bayhaqī. Il montre, contrairement à ce qu’affirmait Bosworth (The Ghaznavids, Edimburgh 1963), que le texte de Bayhaqī avait pour fonction première d’illustrer un principe général, à savoir que la guerre est l’affaire du prince et que les sujets n’ont rien à y faire. La réalité était bien différente : à l’instar des autres villes du Ḫurāsān, Nīšāpūr disposait d’un potentiel militaire conséquent, et la population aurait très bien pu résister. Paul avance deux causes principales pour expliquer l’absence de reddition : d’une part, l’absence de fortification (hormis le šahristān) qui rendait la résistance difficile ; d’autre part, l’absence de leadership au sein de la population, divisée entre Shafi‘ites pro-saljuqides et Hanafites plus prudents dans leur ralliement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Jürgen Paul, « « The Seljuq Conquest(s) of Nishapur: A Reappraisal ». Iranian Studies, 38/4, December 2005, pp. 575-585. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 160, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17482

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page