Navigation – Plan du site
162
Julie Scott Meisami

« Rulers and the Writing of History », in : Beatrice Gruendler & Louise Marlow, eds., Writers and Rulers. Perspectives on Their Relationship from Abbasid to the Safavid Times. Wiesbaden, Reichert Verlag, 2004, pp. 73-95.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Beatrice Gruendler, Louise Marlow
Haut de page

Texte intégral

1Meisami, qui a déjà publié sur l’historiographie persane de l’époque pré-mongole de nombreux travaux importants, examine dans cet article comment les souverains iraniens de l’époque pré-mongole percevaient l’écriture de l’histoire. C’est un sujet qu’elle a eu l’occasion de traiter à plusieurs reprises (notamment dans Persian Historiography to the End of the Twelfth Century, 1999, cf. Abs. Ir. 22 n° 225 et aussi « Why write History in Persian? Historical Writing in the Samanid Period » 2000, cf. Abs. Ir. 23, n° 131), mais qu’elle aborde ici de façon spécifique. Les principales œuvres de l’historiographie buyide, samanide, ghaznavide et enfin seldjoukide y sont examinées successivement. L’A. montre que les chroniques commanditées par le pouvoir avaient toutes des visées politiques. Le cas le plus explicite étant le Kitāb al-Tājī, qu’Abū Isḥāq al-Ṣābī rédigea sur l’ordre de ‘Aḍud al-Dawla et qu’il dut corriger et amender à la demande de son maître. D’une manière générale, les œuvres historiques devaient fournir une légitimité pour les maisons régnantes et pour les princes qui aspiraient au pouvoir local. Nombreux sont les exemples d’appropriations du passé : les Buyides affirmaient descendre de Bahrām Gūr, les Samanides de Bahrām Čūbīn et au-delà des Arsacides. De même, les Samanides disputeront aux Buyides l’héritage de la tradition impériale iranienne en « sponsorisant » la traduction en persan de Ṭabarī par Bal‘amī ou la rédaction d’un Šāhnāme par Daqīqī. Les Ghaznavides à leur tour encouragèrent l’écriture de l’histoire en reprenant les modèles passés (‘Utbī écrivit son Ta’rīḫ al-Yamīnī sur le modèle du Kitāb al-Tājī). Dans cette perspective, comme l’avait d’ailleurs remarqué Cahen, la période seldjoukide fait figure d’anomalie puisque les sultans semblent indifférents à l’écriture de l’histoire. Les raisons de cet apparent désintérêt demandent encore à être explicitées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Julie Scott Meisami, « « Rulers and the Writing of History », in : Beatrice Gruendler & Louise Marlow, eds., Writers and Rulers. Perspectives on Their Relationship from Abbasid to the Safavid Times. Wiesbaden, Reichert Verlag, 2004, pp. 73-95. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 162, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17512

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page