Navigation – Plan du site
169
Said Amir Arjomand

« Political ethic and public law in the early Qajar period », in : Robert Gleave, ed., Religion and Society in Qajar Iran. Londres et New York, Routledge Curzon, 2005, pp. 21-40.

Compte-rendu réalisé par Jean Calmard

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Robert Gleave
Haut de page

Texte intégral

1M. Arjomand a publié de nombreuses études centrées sur les relations entre la religion et le pouvoir dans l’Iran shiite (voir les intitulés dans la bibl. in fine). Il examine ici la théorie de la dualité des pouvoirs (séculier et religieux) d’après des auteurs de la première période qâjâre (1795-1848). Cette théorie était enracinée dans des écrits de la période safavide, certains auteurs ayant alors « accommodé » la tradition concernant la morale politique (essentiellement celle des « miroirs des princes ») avec les principes du shiisme. Les auteurs choisis par Arjomand n’étaient pas tous des ‘olamā. Cependant, cette « théorie des deux pouvoirs » trouve sa meilleure expression dans les traités du jurisconsulte shiite Seyyed Ja‘far Kašfī, m. en 1267/1850-1 (voir. p. 26ss.). L’émergence des écrits politiques critiques, un an après la défaite persane dans la seconde guerre contre les Russes, en 1828, est aussi analysée. Ces écrits marquent la transition avec l’ère des réformes commencée par Mīrzā Taqī Ḫān « Amīr Kabīr » en 1848.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Calmard. Said Amir Arjomand, « « Political ethic and public law in the early Qajar period », in : Robert Gleave, ed., Religion and Society in Qajar Iran. Londres et New York, Routledge Curzon, 2005, pp. 21-40. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 169, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17642

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page