Navigation – Plan du site
173
Mīrzā Moḥammad Ḥeydar Dūġlāt

Tārīḫ-e rašīdī. Éd. ‘Abbās-Qolī Ġaffārī-fard, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb, 1383/2004, CCXI [devīst-o-yāzdah]-859 p., index.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il s’agit de l’une des principales sources de l’historiographie de tradition chaghatāy, écrite en persan, sur les événements de la première moitié du XVIe s. dans l’Iran oriental, en Asie centrale et dans l’Inde du Nord. Dédié au souverain chaghataïde, ‘Abd al-Rašīd Ḫān (d’où son titre), la chronique raconte l’histoire des princes du Mogholistān et du Cachemire, depuis 748/1347-48 jusqu’à l’époque de l’auteur ; elle est composée en deux parties (daftar). L’A., Mīrzā Moḥammad Dūġlāt (m. 946/1551), issu d’une lignée de princes chaghatāy – il était notamment un cousin de Bābor –, fut un témoin direct d’une partie des événements qu’il décrit. C’est la deuxième partie de son ouvrage (appelé « Moḫtaṣar ») qui est la plus précieuse pour les historiens modernes, puisqu’elle contient les témoignages et les souvenirs de l’auteur.

2Pour l’histoire safavide, il s’agit d’une chronique majeure issue d’une tradition extérieure : les premières années de cette dynastie y sont traitées d’une façon indépendante des chroniques officielles. Le Tārīḫ-e rašīdī apparaît en effet comme un complément indispensable, d’une part, aux histoires safavides, et d’autre part, aux célèbres Mémoires ou Livre de Bābor (Bābor-nāme, maintes fois édité et traduit dans de nombreuses langues orientales et occidentales), notamment pour les années 914-925/1508-1519, période qui est absente du Livre de Bābor. Or, cette époque des premières conquêtes safavides dans le Khorasan et en Asie centrale apparaît comme cruciale, en particulier en ce qui concerne les relations de Šāh Esmā‘īl Ier avec Bābor, son éphémère allié à Samarcande (campagne de 1511-12). La chronique de Mīrzā Moḥammad Dūġlāt, apporte un éclairage majeur sur la « politique orientale » des premiers Safavides.

3La source est extrêmement répandue en Asie centrale et en Inde (des dizaines de manuscrits ont été répertoriés, aussi bien en persan qu’en traductions dans différentes langues turciques de la région). Son importance a été depuis longtemps reconnue dans la recherche moderne occidentale, grâce notamment à la traduction en anglais par E. Denison Ross publiée en 1895 (et plusieurs fois réimprimée) ; d’autres traductions, notamment en russe, ont alimenté la recherche issue de la tradition soviétique (une traduction annotée a récemment été publiée par A. Urunbaev, R. P. Dzalilova et L. M. Èpifanova, Tachkent, Fan, 1996).

4La présente édition, accompagnée de notes, d’une bibliographie et d’indices, constitue une première publication de la totalité du texte persan. Elle est basée sur deux manuscrits : British Library Add. 24090, qui est ici le manuscrit principal, et Ketābḫāne-ye Markazī-ye Dānešgāh-e Tehrān, microfilm 3218 (ms incomplet). Elle s’appuie également, comme l’annonce l’éditeur, sur la traduction anglaise par E. Denison Ross. L’introduction est consacrée à l’historique de ce projet éditorial, ainsi qu’à la courte présentation de l’auteur, de son œuvre, et des manuscrits auxquels l’éditeur a eu accès (pp. bīst-o-yek – sī-o-šeš). La suite de la partie introductive est constituée par la traduction en persan de l’introduction d’E. Denison Ross à sa traduction anglaise du texte de la chronique (pp. sī-o-haft – devīst-o-yāzdah). Malgré cette excellente initiative qui permet aux lecteurs persanophones d’accéder à cette étude pionnière, on doit regretter que les références aux travaux occidentaux, y compris celles à la traduction même de Denison Ross, ne soient indiquées clairement nulle part dans cette édition. La « bibliographie » des travaux occidentaux (pp. 855-859) se borne à la liste des noms et des titres sous forme courte, sans indiquer la référence complète (ni prénom, ni titre complet, ni date et lieu de publication). Par ailleurs, cette bibliographie est forcément très datée (même si l’éditeur se réfère à un reprint de Delhi 1991, elle correspond à la traduction de 1895). Il est vraiment dommage que, pour l’édition d’un texte aussi exceptionnel que le Tārīḫ-e rašīdī, elle n’a pas été remise à jour. Reste que la présente édition nous livre enfin ici le texte original de cette chronique capitale pour l’histoire de la partie orientale du monde turko-iranien en pleine mutation au XVIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Mīrzā Moḥammad Ḥeydar Dūġlāt, « Tārīḫ-e rašīdī. Éd. ‘Abbās-Qolī Ġaffārī-fard, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb, 1383/2004, CCXI [devīst-o-yāzdah]-859 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 173, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17732

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page