Navigation – Plan du site
177
Robert Gleave

« Jihād and the Religious Legitimacy of the Early Qajar State », in : Robert Gleave, ed., Religious and Society in Qajar Iran. Londres et New York, Routdledge Curzon, 2005, pp. 41-70.

Compte-rendu réalisé par Denis Hermann

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Robert Gleave nous a déjà fourni de nombreuses contributions sur le droit shi‘ite moderne, et notamment la question du jehād. Il analyse ici le regard porté par quatre juristes du début de la période qājār sur le jehād : ‘Alī b. Moḥammad ‘Alī al-Ṭabāṭabā’ī (m. 1231/1816), Mīrzā Abū al-Qāsem b. Moḥammad al-Qommī (m. 1231/1816), Šeyḫ Ja‘far Ḫeḍr Kāšef al-Ġeṭā’ (m. 1227/1812) et Mīrzā Moḥammad b. ‘Abd al-Nabī al-Aḫbārī al-Neyšābūrī (m. 1233/1818). Les trois premiers appartenaient à l’école oṣūlī. Le dernier d’entre eux, Neyšābūrī, fut le dernier grand représentant de l’école aḫbārī à la période moderne. Leurs attitudes respectives vis-à-vis du jehād furent extrêmement ambiguës et complexes. L’A. analyse ici avec grande minutie les ouvrages de droit que rédigèrent ces quatre foqahā et plus précisément les passages consacrés à la question du jehād, et plus généralement de la guerre, au cours de l’occultation majeure (ġeybat-e kobrā). Même si l’approche de chacun de ces juristes est légèrement différente, aucun d’entre eux n’accordaient réellement de légitimité au jehād au cours de l’occultation majeure. Ils préféraient, le plus souvent, parler de défense (defā‘). Pourtant, dans les faits, ces derniers appuyèrent le souverain qājār Fatḥ-‘Alī Šāh dans sa déclaration de jehād contre les Russes. Ils rédigèrent même des fatvā pour cela. Celles-ci contredisent ouvertement leurs conclusions présentées dans leurs traités de droit. La symbolique du jehād était tellement forte que le souverain ne pouvait se contenter d’appeler simplement à la guerre (jang). Les ‘olamā décidèrent donc d’appuyer cet appel.

2Comme le démontre l’A., la question du jehād permet toujours à un auteur shi‘ite de s’exprimer concernant la légitimité du gouvernement au cours de l’occultation. Ainsi, l’un des principaux intérêts de cet article est de parvenir à démontrer que si ces juristes shi‘ites accordèrent de fait une légitimité au souverain pour mener le jehād contre les Russes, le pouvoir qājār demeurait pour ces derniers illégitime (jā’er). Leurs ouvrages de droit le démontrent largement. Ainsi, il ne s’agit pas uniquement d’un article minutieux sur le statut du jehād dans le feqh shi‘ite. Les conclusions historiques que propose Robert Gleave sont extrêmement intéressantes pour l’histoire des relations entre ‘olamā shi‘ites et Etat au début de l’époque qājār. Jusqu’à présent, les chercheurs ont surtout travaillé sur des sources plus tardives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Hermann. Robert Gleave, « « Jihād and the Religious Legitimacy of the Early Qajar State », in : Robert Gleave, ed., Religious and Society in Qajar Iran. Londres et New York, Routdledge Curzon, 2005, pp. 41-70. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 177, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17781

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page