Navigation – Plan du site
182
Moḥammad Bāqer Voṯūqī et ‘Abd al-Rasūl Ḫeyrandīš

Jang-nāme-ye Kešm az sarāyande-ī nāšenās, va Jarūn-nāme sorūde-ye Qadrī zende tā 1043h.q. Éd. Moḥammad Bāqer Voṯūqī et ‘Abd al-Rasūl Ḫeyrandīš, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb, 1384/2005, 264 p.

Compte-rendu réalisé par Michele Bernardini

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Double édition de deux manavīs historiques consacrés aux conflits entre les Safavides et les Portugais pour le contrôle de l’île de Qešm (Kešm), de Hormuz et des côtes du Golfe persique. Composés entre 1032hq et 1042hq (1622-1632), ces deux ouvrages furent attribués à Taqī al-dīn Qadrī de Šīrāz par Luigi Bonelli dans son étude pionnière de 1890, suite à la découverte d’un exemplaire du Jang-nāme-ye Kešm à la Bibliothèque Vaticane. Les éditeurs de cette nouvelle édition attribuent le Jarūn-nāme à un autre poète, nommé lui aussi Qadrī mais différent de celui cité par Bonelli, et ils considèrent le Jang-nāme-ye Kešm comme un ouvrage d’un auteur anonyme. Les éditeurs ajoutent que Qadrī de Šīrāz était un poète raffiné, tandis que le Qadrī du Jarūn-nāme apparaît comme un auteur populaire ; de plus, de ce point de vue, le Jarūn-nāme serait même supérieur au Jang-nāme-ye Kešm. L’utilisation du terme Kešm dans ce dernier poème au lieu de Qešm, employé dans le Jarūn-nāme, serait le signe qu’il s’agirait de deux auteurs différents.

2La présente édition du Jang-nāme-ye Kešm se base principalement sur l’exemplaire conservé dans la Bibliothèque Vaticane. Selon les AA., la copie aurait probablement été apportée en Europe par Don García de Silva y Figueroa. Il est curieux de noter que nulle part n’est fournie la référence bibliographique à l’article de Bonelli (paru dans les Atti de la R. Accademia dei Lincei, vol. VI, 1890), bien que celui-ci soit fréquemment cité ; cet article contient notamment une édition du texte persan. D’autre part, on peut regretter l’absence de la mention de la cote du manuscrit vatican (Vat. Pers. 30), bien que, dans une note, les éditeurs indiquent le numéro du microfilm de ce texte conservé à la Ketābḫāne-ye Markazī (1055), qu’ils ont évidemment utilisé. L’édition de Bonelli fut annotée par Horn en 1897 (ZDMG, LI) ; puis, le Jang-nāme-ye Kešm fut catalogué par Ettore Rossi (1948), et nouvellement objet d’un commentaire par Maurizio Pistoso (Oriente Moderno, LVIII, 1978), ce qui n’est pas dit dans la présente édition. Dans une note, les éditeurs nous informent de l’existence d’autres manuscrits conservés dans des bibliothèques en Europe et en Asie, dont ils ont peut-être utilisé les microfilms. Dans leur introduction, les éditeurs ne font pas mention d’autres éditions récentes du Jang-nāme-ye Kešm : a) par Mīr Moḥammad Ṣādeq parue dans le volume IV du Mīrāṯ-e Eslām-e Īrān (édité par Rasūl Ja‘fariyān, qui s’intéressa lui aussi aux questions de style de cet ouvrage) ; b) édition parue à Bologne dans le journal Studi Orientali e Linguistici (IV, 1987-88) avec une introduction de Maurizio Pistoso ; c) édition diplomatique du texte par Maria Cristina Pudioli, à partir d’un Jang-nāme-ye Kešm conservé à la Biblioteca Estense de Modène (Ms. γ.F.6.22 ; Catalogue de A. M. Piemontese des manuscrits persans dans les bibliothèques italiennes [1989], nr. 216). Tous ces chercheurs ont également attribué ce texte à Qadrī de Šīrāz. Quant au Jarūn-nāme, ou Dāstān-e Jarūn, on ne comprend pas d’où provient (ou proviennent) le(s) manuscrit(s) employé(s) par Messieurs Voṯūqī et Ḫeyrandīš.

3Il est indéniable que le travail d’édition sur ce genre de textes est d’une grande complication et représente un véritable casse-tête. Bien que certaines observations des éditeurs se révèlent utiles, surtout pour l’histoire des évènements et des personnages mentionnés, un supplément d’enquête s’impose à propos de ces deux textes et de(s) leur(s) auteur(s). Seule l’étude des copies disponibles en vue d’établir un ou plusieurs arbres généalogiques pour la transmission de ce texte, avec une analyse détaillée des manuscrits, pourra aboutir à des avancées importantes quant à notre connaissance de l’A. et de ces ouvrages, ce qui ne semble pas être le cas ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Bernardini. Moḥammad Bāqer Voṯūqī et ‘Abd al-Rasūl Ḫeyrandīš, « Jang-nāme-ye Kešm az sarāyande-ī nāšenās, va Jarūn-nāme sorūde-ye Qadrī zende tā 1043h.q. Éd. Moḥammad Bāqer Voṯūqī et ‘Abd al-Rasūl Ḫeyrandīš, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb, 1384/2005, 264 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 182, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17871

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page