Navigation – Plan du site
183
Ahmad Kazemi Moussavi

« The Attitude of the ‘Ulamā’ towards the Government in Nineteenth-Century Iran », in : Todd Lawson, ed., Reason and Inspiration in Islam. Theology, Philosophy and Mysticism in Muslim Thought. Essays in Honour of Hermann Landolt. London, I.B.Tauris & The Institute of Ismaili Studies, 2005, pp. 522-537.

Compte-rendu réalisé par Denis Hermann

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Todd Lawson, Hermann Landolt
Haut de page

Texte intégral

1Cet article vient s’ajouter aux synthèses déjà existantes sur les relations entre les ‘olamā et le gouvernement iranien à la période qājār. Après l’émergence de Āqā Moḥammad Ḫān au pouvoir à la fin du XVIIIe s., les ‘olamā shi‘ites devinrent plus qu’auparavant la source de légitimité première du régime. L’A. expose trois raisons essentielles à cela : 1) Les expressions les plus typiques du shi‘isme populaire en croissant développement, comme par exemple les cérémonies de deuils pour les imams et les pèlerinages, étaient contrôlées par les ‘olamā. Ceci eut un impact considérable pour l’extension des liens financiers et éducatifs des ‘olamā. 2) C’est à cette période que s’établit l’institution du marja‘-e taqlīd. Ce dernier réunissait en lui le charisme de la représentation de l’imam sur terre ainsi que le rôle de « juriste suprême ». 3) Il existait une forte crise de légitimité politique en Iran après la chute des Safavides. Donc, naturellement, les Qajars cherchaient à obtenir une reconnaissance que seuls les ‘olamā pouvaient leur offrir.

2Après avoir évoqué (trop) rapidement quelques exemples typifiant les relations entre les ‘olamā et le pouvoir qājār, l’A. conclut à juste titre sur le fait que les ‘olamā étaient dans une situation paradoxale. Ils devaient subordonner l’État à leurs demandes tout en parvenant à se dissocier de toute responsabilité directe dans la politique menée par celui-ci. Pour l’A. cette situation ambiguë débuta dès le règne de Fatḥ-‘Alī Šāh.

3Malgré la qualité synthétique de l’article, celui-ci ne renouvelle pas réellement la recherche existante. Il existe aussi quelques manques bibliographiques. Un important article de Abdul Hadi Hairi sur la question n’est pas présenté (« The Legitimacy of the Early Qajar Rules as Viewed by the Shi’i Religious Leaders », Middle Eastern Studies, 24/3, (1988), pp. 271-286 – cf. Abs. Ir., 12, c.r. n°392).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Hermann. Ahmad Kazemi Moussavi, « « The Attitude of the ‘Ulamā’ towards the Government in Nineteenth-Century Iran », in : Todd Lawson, ed., Reason and Inspiration in Islam. Theology, Philosophy and Mysticism in Muslim Thought. Essays in Honour of Hermann Landolt. London, I.B.Tauris & The Institute of Ismaili Studies, 2005, pp. 522-537. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 183, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17901

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page