Navigation – Plan du site
188
Rudi Matthee

The Pursuit of Pleasure. Drugs and Stimulants in Iranian History, 1500-1900. Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2005, XX-346 p., bibl., index.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1R. Matthee s’intéresse à l’impact éventuel des « psycho-actives agents » sur l’histoire et la culture de l’Iran, tout en s’étonnant qu’un aussi petit nombre de travaux (principalement sur les aspects rituels du haschisch dans l’Islam médiéval) aient été consacrés à un thème aussi prégnant en Iran. Adoptant une approche « fonctionnaliste », qui explique le phénomène par le contexte dans lequel il se produit et sa disparition par l’émergence de conditions nouvelles, R. Matthee porte une attention particulière à trois séries de phénomènes : 1) les influences extérieures (ajout du tabac et du café au vin et à l’opium au XVIe s., remplacement du café par le thé au XIXe) et, à l’inverse, les « elective affinities » entre anciennes et nouvelles pratiques ; 2) les divergences entre les normes religieuses prônées par les ulémas et les désordres de la vie réelle (notamment sous les Safavides) ; 3) les contrastes entre changement et continuité historiques (l’alcoolisme, perçu avec mauvaise conscience sous Safavides, devenant, sous les Qajar, un acte de défi et de résistance).

2Pour pénétrer dans ce dédale, R. Matthee suit un fil conducteur chronologique. La première partie est consacrée à la période safavide (1501-1722). Elle contient 6 chapitres qui, après avoir donné une vue générale sur l’Iran entre 1500 et 1900 (chap. 1), traitent successivement du vin dans l’Iran safavide (chap. 2 et 3), et de l’opium et du cannabis (chap. 4). La consommation de toutes ces substances, par ailleurs connues depuis la période pré-islamique en Iran, était si répandue qu’il était en réalité impossible de les interdire. Le tabac (chap. 5) apparaît à la faveur de la « révolution commerciale » du XVIe s. ; sa diffusion ayant été facilitée par les guerres entre Safavides et Ottomans du début du XVIIe s., il devient, au milieu du XVIIe s., si populaire que personne ne se déplaçait plus sans son qalyān, pipe à eau devenue l’instrument privilégié et emblématique de la tabacomanie. Finalement, le café (chap. 6), importé du Yémen en Iran à la fin du XVIe s., donne lieu à une consommation (sans sucre) surtout hivernale (en été, les sorbets lui sont préférés). Pour ces deux derniers produits (café et tabac), l’A. explore leur rôle dans la sociabilité (la première mention des qahve-ḫāne date de 1597).

3La période qajar (1796-1925) fait l’objet de la seconde partie. Le chapitre 7 montre que le vin dans l’Iran qajar joue un rôle et revêt un statut complètement différents de ceux de la période précédente. Des Safavides aux Qajars, il y a continuité dans l’usage de l’opium et du tabac (chap. 8), avec ce seul changement d’importance qu’à l’époque qajar, l’opium ne se mange presque plus mais se fume, et devient un véritable fléau social. Pour le tabac aussi, il y a continuité, avec toutefois une accentuation de ses fonctions de sociabilité (hospitalité, étiquette curiale), alors que sa culture devient une des grandes spécialités agricoles du Nord (Gīlān). Le grand changement dans les modes de consommation à l’époque qajar fut le passage progressif du café au thé, accompli à la fin du XIXe s. (chap. 9). La généralisation de la consommation du thé a favorisé la réémergence des qahve-ḫāne, lieux de sociabilité et de distraction, mais où l’on ne boit que du thé (chap. 10). Réapparus vers 1860, communs partout à partir de 1880, ces nouveaux « cafés » consacrent l’usage du samovar.

4En conclusion, R. Matthee souligne les tendances générales de l’évolution de la place et du rôle des substances psycho-actives dans la culture et l’histoire iraniennes.

5Voir c.r. détaillé par J.-P.D. dans Studia Iranica, 36/1, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Rudi Matthee, « The Pursuit of Pleasure. Drugs and Stimulants in Iranian History, 1500-1900. Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2005, XX-346 p., bibl., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 188, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/17951

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page