Navigation – Plan du site
209
Laura J. Newby

The Empire and the Khanate. A Political History of Qing Relations with Khoqand c. 1760-1860. Leiden, Brill, Brill’s Inner Asian Library 16, 2005, xiv-297 p.

Compte-rendu réalisé par Alexandre Papas

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Basée essentiellement sur la documentation officielle Qing en chinois, agrémentée de sources mandchoues, et d’études secondaires en japonais, cette savante étude retrace l’histoire de relations politiques ténues mais difficiles, au centre desquelles se pose la question de la frontière sino-centreasiatique aux XVIIIe et XIXe siècles. En ce sens, elle intéressera grandement les historiens de l’Asie centrale et non point seulement les sinologues, même si l’A. privilégie ces derniers en suivant une problématique de la constitution de la frontière impériale à travers l’action politique et les débats intellectuels en Chine. Il s’agit en effet du préambule à la formation du territoire chinois comme état-nation. Du point de vue, disons, turkestanais, il apparaît que les khans de Kokand (d’Irdana à Malla Ḫān en passant par Nārbutā et Muḥammad ‘Alī Ḫān) jouent pleinement le jeu de dupes que représente le système tributaire Qing : sous prétexte d’allégeance, on cherche les intérêts commerciaux avec la Chine et on cultive l’expansionnisme vers le Xinjiang (ch. 2). Plus profondément, le khanat de Kokand reste fidèle à une solidarité islamique, méfiante envers l’infidèle sino-mandchou, malgré son attitude ambiguë vis-à-vis des Ḫvāja naqšbandī du Xinjiang (vénérés aussi au Ferghana), dont les incursions ne cessent de semer la confusion dans les oasis du Tarim (ch. 3 et 4). En somme, on assiste à une tension continue entre intérêts stratégiques et sentiments religieux ou identitaires. Les mesures de rétorsions commerciales prises contre Kokand par l’administration impériale, après l’insurrection de Jahāngīr Ḫvāja en Kashgarie en 1826 (ch. 5), mènent le khanat à poursuivre ses attaques (ch. 6). Et alors que les années 1830 marquent le début de la colonisation chinoise des régions frontières, Kokand maintient sa politique d’ingérence régionale au Xinjiang (ch. 7). L’administration impériale subit la situation jusqu’à ce que le khanat s’affaiblisse de l’intérieur au cours des années 1860, mais elle ne reprend pas la main pour autant dans une région frontalière qui ne cesse de lui échapper (ch. 8 et 9). A ce propos, et à une échelle plus régionale, tout au long du siècle ici étudié l’A. analyse en détail le rôle complexe et ambiguë de ces intermédiaires entre Kokand et Pékin que sont les bek, fonctionnaires turkestanais de l’administration mandchoue au Xinjiang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Papas. Laura J. Newby, « The Empire and the Khanate. A Political History of Qing Relations with Khoqand c. 1760-1860. Leiden, Brill, Brill’s Inner Asian Library 16, 2005, xiv-297 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 209, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/18311

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page