Navigation – Plan du site
215
Cheikh Muhammad al-Khalisi

La vie de l'ayatollah Mahdî al-Khâlisî par son fils. Texte traduit de l'arabe, introduit et annoté par Pierre-Jean Luizard, Paris, La Martinière, 2005.

Compte-rendu réalisé par Sabrina Mervin

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Pierre-Jean Luizard
Haut de page

Texte intégral

1Traducteur, « passeur » de ce long texte écrit par un clerc chiite irakien, Pierre-Jean Luizard réussit à le rendre accessible à un public qui va au-delà de la sphère des chercheurs. L’ouvrage n’en est pas moins un document pour l’histoire de la période troublée de la formation de l’Irak moderne. Il s’agit de la biographie du šeyḫ Mahdī al-Ḫāliṣī (1861-1925), écrite par son fils Muḥammad (1888-1963) qui y joint son propre témoignage sur les événements qu’il a vécus, durant son exil en Iran, notamment.

2« Al-Khâlisî est un ayatollah de ce siècle et un des plus grands hommes de son temps ». Ainsi commence le livre, donnant le ton d’un récit qui s’annonce hagiographique, dans la pure tradition des ouvrages bio-bibliographiques d’oulémas. On y trouve en effet de beaux passages, même s’ils sont convenus, sur l’ascétisme du šeyḫ, et des informations utiles sur son œuvre et sa méthode d’enseignement. La première partie de l’ouvrage s’achève sur un exposé sur la direction religieuse en islam, où l’A. veut montrer combien religion et politique y sont inséparables. La deuxième partie relate l’épopée des combattants du jihād contre les Anglais, à partir de 1914, avec la narration détaillée de l’implication du šeyḫ Mahdī, qui va jusqu’à suivre un entraînement militaire pour donner l’exemple aux combattants, avant de diriger les combats, le sabre à la main. L’A. y fait en outre des mises au point sur les positions et les attitudes des oulémas chiites, entre autres, face à la présence anglaise en Irak. Certains ne sont pas épargnés par ses jugements, et l’on perçoit, dans ces accusations de trahison, tant l’intransigeance politique que le règlement de comptes entre familles rivales.

3La troisième partie est une lettre écrite par le fils à son père, où il décrit la situation en Iran, en ce début des années 1920. Ses aventures iraniennes se lisent comme un roman, et apportent un regard original sur la société, les milieux intellectuels et cléricaux, et l’ascension de Reḍā Ḫān, qui finit par le faire emprisonner.

4Ce document, émanant de deux personnages occultés par l’histoire, devrait permettre une relecture de cette période. Il est dommage, dans cette perspective, que les notes, pourtant si éclairantes, ne le mettent pas en regard avec d’autres sources ou avec des travaux scientifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Mervin. Cheikh Muhammad al-Khalisi, « La vie de l'ayatollah Mahdî al-Khâlisî par son fils. Texte traduit de l'arabe, introduit et annoté par Pierre-Jean Luizard, Paris, La Martinière, 2005. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 215, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/18641

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page