Navigation – Plan du site
418
Dilip Hiro

The Iranian Labyrinth. Journeys through Theocratic Iran and its Furies. New York, Nation Books, 2005, 418 p.

Compte-rendu réalisé par Azadeh Kian-Thiébaut

Entrées d’index

Rubriques :

13.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Célèbre journaliste originaire du sub-continent indien, l’A. s’est rendu fréquemment en Iran après la révolution pour le compte de la presse américaine et anglaise. A travers un aperçu historique, le présent ouvrage souligne les particularités géopolitiques, stratégiques, historiques et culturelles de l’Iran présenté comme le pays des paradoxes.

2Pour l’A., la révolution iranienne ou la participation de millions d’Iraniens au processus de renversement du régime du chah constitue une particularité au Moyen-Orient dans la mesure où les changements politiques en Égypte, en Iraq ou au Yémen n’étaient pas l’œuvre de soulèvements populaires mais de juntes militaires. L’A. souligne le rôle singulier de Ḫomeynī dans la consolidation de la République islamique, arguant que grâce à son autorité religieuse, à son charisme et à sa synthèse entre l’islam et le nationalisme la nation iranienne a résisté à l’invasion irakienne. Pour l’A., Ḫomeynī a consolidé son pouvoir au travers de son contrôle du gouvernement, des media et du réseau chi’ite, et n’a pas hésité à éliminer ou à neutraliser ses opposants laïques ou religieux.

3Selon D. Hiro, le système politique de la République islamique continue à diviser les observateurs. Pour les uns, le système est si profondément autoritaire qu’il est imperméable au changement. Pour les autres, la lutte entre les réformateurs et les conservateurs constitue la dynamique de la démocratie islamique que les dirigeants iraniens tentent de créer comme modèle inédit pour le monde musulman. L’A. affirme que la lenteur des changements institutionnels est imputable aux mécanismes de contrôle des pouvoirs inscrits dans la constitution iranienne et qui dépassent largement ceux de beaucoup de pays occidentaux.

4Pour l’A., le bilan du régime islamique est positif dans plusieurs domaines, en particulier celui de l’éducation des femmes. La révolution a conféré beaucoup de pouvoir à la petite bourgeoisie et à la classe ouvrière, des rangs desquels sont issus les Gardiens de la révolution et les basījīs. Enfin, le régime islamique a fait de l’Iran un État indépendant qui parle aux géants européen, chinois ou indien d’égal à égal. C’est la raison pour laquelle les Iraniens, tant les dirigeants que le peuple, rejettent les ingérences des États-Unis dans leurs affaires intérieures. Pour l’A., Téhéran et Washington se sont affrontés sur la question de la direction régionale. La stratégie à long terme des États-Unis consiste en effet à ne permettre à aucun Etat de devenir la puissance dominante dans la région du golfe Persique.

5Rédigé avant les présidentielles de juin 2005, l’ouvrage voit Hāšemī-Rafsanjānī, ‘Alī Lārījānī et Ḥasan Rūhānī comme principaux candidats des conservateurs. L’A. estime que ces derniers, ayant le contrôle des trois organes de l’État, accepteront des compromis sur les réformes sociales et économiques mais garderont le monopole du pouvoir politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azadeh Kian-Thiébaut. Dilip Hiro, « The Iranian Labyrinth. Journeys through Theocratic Iran and its Furies. New York, Nation Books, 2005, 418 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 418, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/18981

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page